Courte biographie de Max Weber, citations et publications

Une courte biographie de Max Weber, personnage fondamental pour la sociologie. Son nom est à ressortir dans chacune de vos copies Sciences Po pour le thème de Questions contemporaines, ou culture générale, car il a joué et joue encore une grande influence dans ce domaine.

 

>> Courte biographie de Max Weber


Max Weber est né en 1864. De nationalité allemande, il est issu de la haute bourgeoise allemande. Son père était magistrat et a fait une carrière politique.
Weber devient professeur de droit à l'université de Berlin. Il enseigne l'économie à l'université de Fribourg. Il arrête sa carrière à cause de la maladie : il était neurasthénique. En 1903 Max Weber renonce à sa fonction d'enseignement. En 1909 il crée l'association allemande de sociologie.
Il obtient une chaire à Vienne, où il donne le cours d'Économie et société. En 1919 il obtient une chaire de sociologie à Munich. Weber décède en 1920 de la grippe espagnole.
 

Max Weber - intégrer Sciences Po
Portrait de Max Weber

 

 

>> Publications de Max Weber


Après cette courte biographie de Max Weber, la liste de ses écrits principaux.

L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme (1904) - Max Weber
Hindouisme et bouddhisme (1913) - Max Weber
Confucianisme et taoïsme (1916) - Max Weber
Le judaïsme antique (1917) - Max Weber
La science, profession et vocation (1919) - Max Weber
Le métier et la vocation de l'homme politique (1919) - Max Weber
Économie et société (1922, posthume) - Max Weber

 

>> Citations de Max Weber


Pour compléter cette courte biographie de Max Weber et la liste de ses publications, voici quelques citations parmi les plus utiles pour le concours Sciences Po et les plus connues.

Acte capitaliste : « acte fondé sur l'attente d'un gain par l'exploitation d'opportunités d'échange : sur des chances de profit (formellement) pacifique »
L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme (1904) - Max Weber

« le caractère très majoritairement protestant des détenteurs de capitaux et des chefs d'entreprise, ainsi que des couches supérieures qualifiées de la main d'oeuvre »
L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme (1904) - Max Weber

« le travail d'un métier exercé sans répit était présenté comme le moyen le plus probant d'accéder à cette certitude de soi. Le travail et lui seul était censé dissiper le doute religieux et donner la certitude de l'état de grâce » (chez les protestants)
L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme (1904) - Max Weber

Le « désenchantement du monde » comme « élimination de la magie en tant que technique de salut ».
L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme (1904) - Max Weber

« Bureaucratie. Le moyen le plus rationnel que l'on connaisse pour exercer un contrôle impératif sur des êtres humains. »
Économie et société (1922, posthume) - Max Weber

L'Etat est « une entreprise politique de caractère institutionnel lorsque et en tant que sa direction administrative revendique avec succès, dans l’application des règlements, le monopole de la contrainte physique légitime », ceci « à l’intérieur d’un territoire géographique déterminable »
Économie et société (1922, posthume) - Max Weber

« Nous appelons sociologie une science qui se propose de comprendre par interprétation l'activité sociale et par là expliquer causalement son déroulement et ses effets. »
Économie et société (1922, posthume) - Max Weber

 


-> Les meilleures Biographies <-

-> Les citations de Culture générale <-

 

 

Culture générale : l'École / Éducation

 « Les maîtres d'école sont des jardiniers en intelligences humaines. » - écrivait Victor Hugo dans Faits et croyances - Océan en 1840

Pour autant, si le rôle de l'école est souvent loué, il n'en demeure pas une question controversée.

Les débats que le thème de l'école suscitent ne sont pas éteints, et c'est cette histoire et cette vitalité des discussions que nous aimerions révéler par cette compilation d'articles.

 

Cours généraux sur l'École / Éducation :

 

Cours de philosophie/littérature sur l'École / Éducation :

 

Cours d'économie/sociologie sur l'École / Éducation :

 

Cours d'actualité/politique sur l'École / Éducation :

 

Cours d'histoire sur l'École / Éducation :

 

Sujets et corrections sur l'École / Éducation :

 

-> Tous les Cours de Culture générale <-

Georg Simmel - La clandestinité et le pouvoir aristocratique

Dans les régimes non démocratiques, deux traits principaux peuvent être dégagés :

  1. les gouvernés et les gouvernants sont implacablement séparés, c'est-à-dire distincts.
  2. Et surtout, les gouvernants agissent avec la plus grande opacité vis-à-vis des gouvernés.

 

C'est pourquoi le secret, dans ces régimes, est si important.

Georg Simmel a théorisé cela dans Secret et sociétés secrètes, il y explique :

la clandestinité a toujours fait partie des accessoires du pouvoir aristocratique. Elle exploite d'abord un fait psychologique - l'inconnu, en tant que tel, semble toujours effrayant, puissant, menaçant - en tentant de dissimuler la faiblesse numérique de la classe dirigeante. (...) L'utilisation du secret à l'intérieur du régime aristocratique n'est que la forme exacerbée de cette exclusion et de ces privilèges sociaux, pour l'amour desquels l'aristocratie répugne d'ordinaire à promulguer des lois fondées sur des principes universels.

Georg Simmel, Secret et sociétés secrètes

Retirons deux nouvelles idées :

  1. Puisque le nombre des dirigeants est minime par rapport au nombre des dirigés, il est nécessaire pour ces premiers de créer de l'obscurité.
  2. De plus, c'est parce que les privilégiés sont si bien lotis qu'ils ne souhaitent ou ne veulent pas établir des lois qui auraient pour base des principes universaux.

 

 

-> Citations sur le Secret

 

-> Culture générale : le Secret <-