Qu'est-ce que le Tiers état ? - Abbé Sieyès - Résumé des Chapitres 1 et 2

Emmanuel-Joseph Sieyès est né en 1748. En 1774, il devient prêtre, mais sans vocation. Il occupe plusieurs postes d'importance, mais devient véritablement célèbre en 1788, en publiant l'Essai sur les privilèges, puis surtout le pamphlet Qu'est-ce que le Tiers état ? en 1789. Ce dernier ouvrage a un succès retentissant, et reste largement commenté jusqu'à aujourd'hui. L'abbé Sieyès joue un rôle profond à cette date dans la Révolution française, notamment lors de la convocation des Etats Généraux le 5 mai 1789, où il est envoyé.

 

>> Que dit l'abbé Sieyès dans Qu'est-ce que le Tiers état ?

 

L'abbé Sieyès donne lui-même le plan de son ouvrage en trois formules marquantes :

1° Qu’est-ce que le Tiers état? — TOUT.
2° Qu’a-t-il été jusqu’à présent dans l’ordre politique ? —RIEN.
3° Que demande-t-il? — À ÊTRE QUELQUE CHOSE.

Emmanuel-Joseph Sieyès, Qu'est-ce que le Tiers état ?

 

L'objectif de Sieyès est de montrer toute l'importance du peuple dans le royaume. Le peuple accomplit en effet selon Sieyès toutes les tâches du royaume, et les plus pénibles. Sieyès s'étonne alors que le peuple ne se rebelle pas contre les privilégiés, qui conservent sans être troublé leurs avantages. Il est ainsi facile de mesurer la portée contestataire de ce pamphlet, et de comprendre le rôle qu'a pu jouer Sieyès dans la Révolution française.

 

>> Résumé du 1er Chapitre - Qu’est-ce que le Tiers état? — TOUT.


Première page de Qu'est-ce que le Tiers état,
pamphlet de l'Abbé Sieyès

Sieyès désire tout d'abord montrer que le Tiers état, c'est-à-dire les hommes sans privilège, est le seul à être utile au royaume.

Sieyès pour cela commence par distinguer les travaux particuliers des travaux publiques.

Les travaux particuliers sont de 4 classes :

  1. travaux de la campagne
  2. travaux qui ajoutent une valeur seconde
  3. marchands et négociants
  4. soins à la personne

Ces 4 classes relèvent pour Sieyès toutes de l'activité du Tiers état.

Les travaux et fonctions publiques sont également de 4 sortes :

  1. Epée
  2. Robe
  3. Eglise
  4. Administration

Pour Sieyès, même ces fonctions sont assurées par le Tiers état, selon une proportion de 19/20e. En outre, le vingtième restant des activités sont les tâches les moins pénibles, le Tiers état assurant les plus pénibles.

L'ordre noble est étranger à la nation de 3 manières :

  1. par sa fainéantise
  2. par ses prérogatives civiles et politiques
  3. dans son principe (il ne vient pas du peuple) et dans son objet (il vise l'intérêt particulier au lieu de l'intérêt général)

Or la nation, c'est le Tiers état.

 

>> Résumé du 2nd Chapitre - Qu’a-t-il été jusqu’à présent dans l’ordre politique ? —RIEN.

 

L'abbé Sieyès définit le Tiers état comme l'ensemble des citoyens qui appartiennent à l'ordre commun. En sont exclus les privilégiés.

Or jusqu'alors, les représentants du Tiers état recevaient des privilèges. Ceci n'est pas acceptable pour Sieyès, les représentants n'étant plus issus du Tiers état.

Pour autant, Sieyès ne préconise pas un nivellement par le bas. Au contraire, il s'agit d'étendre les privilèges accordés aux représentants à l'ensemble du Tiers état.

Par ailleurs, on parle alors en France de trois aristocraties :

  1. L'aristocratie d'Eglise
  2. L'aristocratie d'Epée
  3. L'aristocratie de Robe

Loin de réfuter cette classification, Sieyès l'approuve et la généralise même à tout le régime. Depuis ses débuts, le Royaume de France est une aristocratie dans son ensemble, hormis quelques moments où il fut même despotique, notamment à l'occasion du règne de Louis XIV. C'est la cour qui règne, c'est la cour qui fait et défaits les hommes au pouvoir, c'est la cour qui est la tête de l'aristocratie en France.

 

L'abbé Sieyès résume lui-même ses propos, qui annoncent explicitement le caractère subversif voire révolutionnaire de ses constats :

Résumons : le Tiers état n’a pas eu jusqu’à présent de vrais représentants aux États généraux. Ainsi ses droits politiques sont nuls.

Emmanuel-Joseph Sieyès, Qu'est-ce que le Tiers état ?, chapitre 2

 

-> 5 livres sur la démocratie (bibliographie)

-> Résumé du 1er livre du Contrat social de Rousseau

 

-> Culture générale : la Démocratie <-

 

Révolte et révolution - Albert Camus

Albert Camus, dans l'Homme révolté, se penche sur la question de la différence entre révolte et révolution.

 

Pour Albert Camus, la révolution vise à « transformer le monde » (de Marx, mène à conquérir la totalité du monde) tandis que la révolte vise à « changer la vie » (de Rimbaud, mène à conquérir l'unité de la vie). Cette position duale voulait être conciliée par les surréalistes.

Le révolutionnaire désire changer l'organisation de la société.

Pour le révolté, il est nécessaire de s'appuyer sur des valeurs humanistes.

D'ailleurs, la révolte est le premier mouvement de l'être quand il est pris dans l'absurdité. Vivre l'absurde c'est avant tout être révolté.

La première et la seule évidence qui me soit donnée, à l’intérieur de l’expérience absurde, est la révolte

 

Cette conception de la révolte, comme première réaction au monde, est à distinguer clairement de la révolution, en particulier dans le contexte historique.

Ce passage du livre de l'Homme révolté est éclairant sur la différence entre révolution et révolte :

 

Dans III. La révolte historique :

En théorie,  le  mot révolution garde  le  sens qu'il a  en astronomie. C'est un mouvement qui  boucle  la  boucle,  qui  passe  d'un  gouvernement à  l'autre  après  une  translation complète.  Un changement  du régime  de  propriété  sans  changement  de  gouvernement  correspondant n'est  pas  une  révolution,  mais  une  réforme.  Il  n'y  a  pas  de  révolution économique,  que  ses  moyens  soient sanglants ou pacifiques,  qui  n'apparaisse  en  même  temps politique.  La  révolution,  par  là,  se  distingue déjà  du  mouvement de  révolte.  Le  mot fameux  : «  Non,  sire,  ce  n'est pas une  révolte,  c'est  une  révolution  »  met  l'accent  sur  cette  différence essentielle.  Il signifie  exactement «  c'est  la  certitude  d'un  nouveau gouvernement  ».  Le  mouvement de  révolte,  à  l'origine,  tourne  court.  Il n'est qu'un témoignage  sans cohérence.  La  révolution commence  au contraire  à  partir  de  l'idée.  Précisément,  elle  est  l'insertion  de  l'idée dans l'expérience  historique  quand  la  révolte  est seulement le  mouvement qui mène  de  l'expérience  individuelle  à  l'idée.  Alors que  l'histoire,  même  collective,  d'un mouvement de  révolte,  est toujours  celle d'un engagement sans issue  dans les faits,  d'une  protestation obscure qui  n'engage  ni  systèmes  ni  raisons,  une  révolution  est  une  tentative pour  modeler  l'acte  sur  une  idée,  pour  façonner  le  monde  dans  un  cadre  théorique.  C'est  pourquoi la  révolte  tue des  hommes alors  que  la révolution  détruit à  la  fois des hommes et des principes

 

Sur le plan politique, il est intéressant également de constater qu'Albert Camus voit dans les révolutions les plus récentes un renforcement systématique de l'Etat. Sous le titre le terrorisme d'Etat et la terreur irrationnelle, il explique ainsi : "Toutes les révolutions modernes ont abouti à un renforcement de l'Etat. 1789 amène Napoléon, 1848 Napoléon III, 1917 Staline, les troubles italiens des années 20 Mussolini, la république de Weimar Hitler." (même s'il reconnaît plus tard que les révolutions fascistes du XXe "ne méritent pas le titre de révolution".

Alors que les idéaux sur lesquels s'appuyaient les révolutions étaient louables, c'est la présence de l'Etat de plus en plus grande qui a mis à mal ces idéaux.