Les 5 plus grandes causes de décès dans le monde

En prenant les chiffres des années 2000 à 2014, se dégage le classement suivant des 5 plus grandes causes de mortalité.

 

1ère cause de mortalité dans le monde :

Les maladies infectieuses (voies respiratoires, pratiques sexuelles, SIDA,diarrhée, tuberculose, paludisme, etc.) - 29,7 %


2e cause de mortalité dans le monde :

Cancer (poumons, estomac, foie, etc.) - 13 %


Le tabagisme, 5e cause de mortalité dans le monde,
représente 10% des morts


3e cause de mortalité dans le monde :

Maladie coronarienne (maladie des artères) - 12,8 %


4e cause de mortalité dans le monde :

L'AVC, Accident vasculaire cérébral - 10,8 %


5e cause de mortalité dans le monde :

Tabagisme - 10%

 

-> Qui consomme le plus d'alcool dans le monde ?

-> Culture générale : la Santé <-

Courte biographie de Michel Serres

Michel Serres est né à Agen le 1er septembre 1930.

Il aura marqué l'histoire, notamment dans les domaines de la philosophie, de l'épistémologie, et des lettres.

 

>> Courte biographie de Michel Serres

 

Michel Serres a grandi avec la guerre : "La guerre, toujours la guerre... Six ans donc à mes premiers cadavres, et aux derniers, vingt-six."

Reçu à l'Ecole navale, dont il démissionne en 1949 ("je ne voulais pas servir les canons et les torpilles"), Michel Serres l'est également à l'Ecole normale en 1952. C'est en 1955 qu'il passe l'agrégation de philosophie.

Michel Serres dénonce lors de ces années la terreur qui pèse sur l'intelligentsia française. "De l'Ecole je garde un souvenir presque aussi terrifié que de la guerre de 36".

C'est dans l'épistémologie et l'histoire des sciences qu'il se réfugie contre ce vent de terreur intellectuelle, qui consiste surtout en le marxisme et la phénoménologie.

Très intéressé par les sciences tout au long de ses études et de sa carrière, Michel Serres rédige notamment son mémoire d'études supérieures chez Bachelard, sur la différence entre la méthode algébrique de Bourbaki et celle des mathématiques classiques qui l'avaient précédée.

Michel Serres raconte que Simone Weil (avec un W, la philosophe et non l'ancienne ministre) a eu un impact décisif sur sa philosophie, par ses études sur la violence et par écho avec son éducation religieuse.

Michel Serres soutient néanmoins, quant à l'histoire de la philosophie, que celle-ci doit avoir pour fin de pouvoir penser par soi-même. Il est donc important d'étudier les grands auteurs, mais seulement pour obtenir la "liberté de penser par [soi]-même".

Michel Serres enfin éprouve une affinité certaine pour les lettres, et rentre d'ailleurs à l'Académie française le 29 mars 1990. (18e fauteuil).

Il meurt le 1er juin 2019.

 

Cette courte biographie, rapportant les paroles de Michel Serres lui-même, a été réalisée à partir de l'ouvrage Eclaircissement, entretiens avec Bruno Latour.

 

-> Les meilleures biographies <-

-> Culture générale : la Science <-

(Réflexion) Le secret : essentiel pour bien vivre ?

Sans secret, il n'est point de relation possible.

Vous pouvez vous représenter le secret comme un lieu caché, ténébreux. Mais en sens inverse, s'il n'y avait pas de secret, tout serait pur. Cette pureté évoque le paradis, où plus rien n'a de secret pour personne, mais aussi le néant, qui est "pur", il n'est rien. Il n'y a rien à y trouver.

L'ennui extrême apparaît alors, si plus rien n'est secret, si tout est on ne peut plus clair.

Le secret, c'est ce qui rend curieux, qui rend intéressant. Si tout est su, si tout est clair, il n'y a plus de relation humaine possible, il n'y a plus d'état humain possible.

Si le paradis existe, alors nous serons heureux de ne plus vivre dans le secret, car l'ennui n'existera pas non plus. Si finalement ce paradis n'est que le néant, nous n'aurons pas plus d'ennui, mais vu de notre point de vue d'humain, tout sera extrêmement ennuyeux.

Ces deux hypothèses, par mise en abîme, sont exactement ce qui rend la vie intéressante ; car il y a un secret, ou un mystère, pour savoir ce qui se passe après la mort. Certes les autres secrets rendraient la vie humaine excitante, mais s'il n'y avait absolument plus aucun secret, plus aucune zone d'ombre, il n'y aurait plus aucune nécessité d'apprendre, plus de relation humaine, plus de découverte, etc.

Le secret semble donc essentiel pour vivre bien, d'un point de vue humain.

 

-> Citations sur le Secret

 

-> Culture générale : le Secret <-