Intégrer Sciences Po

Comment réussir Sciences Po

Intégrer Sciences Po

Comment réussir Sciences Po

Dernière actu : TOUS LES SUJETS 2019 CONCOURS SCIENCES PO (Paris, Bordeaux, Grenoble, Réseau IEP)

Kant

Le droit de punir - peut-on concevoir une punition juste ?

Rédigé par  Intégrer Sciences Po   Aucun commentaire   Mis à jour le  05/06/2019

Sur quoi se fonde le droit de punir ? Pourquoi punir ? La punition est-elle juste ?

Ces trois questions seront abordées ici sous l'angle de la philosophie et de l'histoire des idées, depuis Platon jusqu'à notre époque avec Michel Foucault.

Elles trouveront une réponse en trois mouvements : il faut d'abord établir que le droit de punir est nécessaire ; même si celui-ci se révèle malsain ; enfin trouver qu'il se base néanmoins sur la nature humaine.
 

>> Le droit de punir est nécessaire


Platon (v. 427-348) dans le Gorgias associe punition et justice. Il cherche à montrer comment une punition peut être juste.

Emmanuel Kant (1724-1804) estime que le crime doit être sanctionné. Il faut appliquer la loi, comme la loi du talion.

La punition est objet de dissuasion : les hommes ne viennent pas au méfait par peur de la punition.

La punition est aussi un moyen d'éduquer : un enfant, ou un criminel.

Pas d'état sans punition, car la punition garantit le respect des lois : en effet, l'Etat est souverain du "monopole de la violence légitime" selon l'expression de Max Weber

 

 

>> Le droit de punir se révèle malsain


Marx (1818-1883) montre que la punition n'est que la face visible d'un rapport de force en réalité.

Friedrich Nietzsche (1844-1900) pense que la punition est surtout la concrétisation d'un goût de l'homme pour la cruauté et le sang.

Michel Foucault (1926-1984) voit en la punition un simple moyen pour l'homme de contrôler les esprits et les corps, pour imposer son joug.

 

>> Le droit de punir se fonde sur la nature humaine


Pour Blaise Pascal (1623-1662), il faut à la fois la force et le droit. La punition représente cette force.

Emmanuel Kant (1724-1804) conclut que l'homme ne devient libre que par la contrainte.

Friedrich Hegel (1770-1831) estime que le droit de punir est avant tout un droit pour la dignité du criminel. De plus, la punition est inhérent à la notion même de droit.


-> Culture générale : la Justice <-


Citations sur la Science

Rédigé par  Intégrer Sciences Po   Aucun commentaire   Mis à jour le  01/06/2019

Voici un recueil de citations sur la Science.

Tout d'abord nous vous présenterons les citations datant de l'époque ancienne sur la Science, puis de l'époque moderne, de l'époque contemporaine, et enfin 3 bonus.

 

Ces citations seront les bienvenues dans vos copies Questions contemporaines, Culture générale, Philosophie, Epistémologie, ou encore Histoire des idées.



>> Citations de l'époque ancienne sur la Science :
 

« Toute science vient de Dieu. » - Origène, Homélies sur les nombres

« C'est à coup sûr une belle marque que ceux qui savent quelque chose le savent bien, quand ils sont capables de rendre un autre aussi savant qu'eux. » - Platon, Premier Alcibiade

« L’expérience est une connaissance de l’individuel, et l’art de l’universel. » - Aristote, Métaphysique

« L’induction s’élève des cas singuliers à l’universel. » - Aristote

« Enseigner, c’est dire les causes pour chaque chose » - Aristote, Métaphysique

« La nature ne fait rien en vain. » - Aristote



>> Citations de l'époque moderne sur la Science :


« Science sans conscience n'est que ruine de l'âme. » - François Rabelais, Pantagruel, VIII (1532)

« Moins on sait, plus on croit savoir ; plus on sait, plus sent-on son ignorance. » - Bayle

« Le premier (genre de choses) est de celles que nous pouvons trouver par la seule force de notre esprit, et par la conduite de notre raison. » - Descartes, Lettre, 17 octobre 1630.

« La certitude n’est pas dans les sens, mais dans l’entendement seul lorsqu’il a des perceptions évidentes. » - Descartes, Lettre-préface aux Principes

« Car ce n’est pas assez d’avoir l’esprit bon, mais le principal est de l’appliquer bien. » - Descartes, Discours de la méthode

« Je voulais établir quelque chose de ferme et constant dans les sciences. » - Descartes, Méditations métaphysiques

« La puissance de bien juger, et distinguer le vrai d’avec le faux, qui est proprement ce qu’on nomme le bon sens ou la raison, est naturellement égale en tous les hommes. » - Descartes.

« Commençons par me faire un magasin d’idées vraies ou fausses, mais nettes, en attendant que ma tête en soit assez fournie pour pouvoir les comparer et choisir. » - Rousseau, Les confessions (1765-1767)

« Nul n’est excepté du premier devoir de l’homme ; nul n’a droit de se fier au jugement d’autrui. » - Rousseau, Emile ou De l'éducation, IV. (1762)

« L’ignorance est moins loin de la vérité que le préjugé. » - Denis Diderot, Lett. sur les sourds et muets

« Le plus grand dérèglement de l’esprit, c’est de croire les choses parce qu’on veut qu’elles soient, et non parce qu’on a vu qu’elles sont en effet. » - Bossuet.

« Humiliez-vous, raison impuissante ; taisez-vous, nature imbécile... Écoutez Dieu. » - Pascal, Pensées, n°261

« Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point. » - Pascal, Pensées

« Comme la cause qui les rend incapables de démonstration n’est pas leur obscurité, mais au contraire leur extrême évidence, ce manque de preuve n’est pas un défaut, mais plutôt une perfection. » - Pascal, De l’esprit géométrique (vers 1658)

« La preuve exacte et décisive de ces principes (universels) consiste à faire voir que leur certitude ne vient que de ce qui est en nous. » - Leibniz, Nouveaux Essais sur l'entendement humain (1765)

« Rien n’est dans l’âme qui ne vienne des sens exceptés l’âme elle-même et ses affections. » - Leibniz, Nouveaux Essais sur l'entendement humain (1765)

« Tous les exemples qui confirment une vérité générale, de quelque nombre qu’ils soient, ne suffisent pas pour établir la nécessité universelle de cette même vérité : car il ne suit pas que ce qui est arrivé arrivera toujours de même. » - Leibniz, Nouveaux Essais sur l'entendement humain (1765)

« Jamais rien n’arrive sans qu’il y ait une cause ou du moins une raison déterminante, c’est-à-dire quelque chose qui puisse rendre raison a priori pourquoi cela est existant plutôt que de tout autre façon. » - Leibniz, Essais de Théodicée (1710)

« Nous ne connaissons a priori des choses que ce que nous y mettons nous-mêmes. » - Kant

« J’ai donc dû supprimer le savoir pour lui substituer la croyance. » OU « Je dus donc abolir le savoir afin d'obtenir une place pour la croyance » - Kant, Critique de la raison pure (1781 et 1787)

« Dès qu’on est hors du cercle de l’expérience, on est bien sûr de n’être pas contredit par elle. » - Kant, Critique de la raison pure (1781 et 1787)



>> Citations de l'époque contemporaine sur la Science :

 


« L’art c’est moi, la science c’est nous. » - Claude Bernard

« Savoir pour prévoir, afin de pouvoir. » - Auguste Comte

« La raison ne peut trouver de l’intérêt dans aucun but fini particulier, mais seulement dans le but absolu. » - Hegel, La raison dans l’histoire (1822)

« La subjectivité est la vérité. » - Søren Kierkegaard
, Post scriptum (1846)

« Promesse de la science : la science moderne a pour but aussi peu de douleur que possible. » - Friedrich Nietzsche, Humain, trop humain (1878)

« La science a-t-elle promis le bonheur ? Je ne le crois pas. Elle a promis la vérité, et la question est de savoir si l’on fera jamais du bonheur avec de la vérité. » - Émile Zola, « Discours à l'Assemblée générale des étudiants de Paris » (18 mai 1893)

« Un peu de science éloigne de Dieu, mais beaucoup y ramène. » - Louis Pasteur

« La science ne se soucie ni de plaire, ni de déplaire, elle est inhumaine. » - Anatole France

« Il y a une contradiction essentielle entre le mieux être individuel et le bien génétique. Nous payons cher génétiquement le progrès médical et social. » - Jean Rostand.
 


>> Les Bonus : (à ne pas placer dans la copie ;))
 

 

« S'il fallait tenir compte des services rendus à la science, la grenouille occuperait la première place. » - Claude Bernard, Étude de la médecine expérimentale

« S'il n'y avait pas la Science, combien d'entre nous pourraient profiter de leur cancer pendant plus de cinq ans ? » - Pierre Desproges, Vivons heureux en attendant la mort

« La science est un jeu dont la règle du jeu consiste à trouver quelle est la règle du jeu. » François Cavanna

 

Vous aimerez aussi :
 
 

 


Comment Schopenhauer renvoie les philosophes sur l'amour

Rédigé par  Intégrer Sciences Po   Aucun commentaire   Mis à jour le  09/05/2018

 

Schopenhauer est un penseur indépendant.

Il le prouve une fois de plus en écartant tour à tour les conceptions philosophiques de l'amour de ses prédécesseurs.

Sont ainsi évacuées les analyses de (les noms ont été mis en gras dans le texte) :

  • Platon
  • Rousseau
  • Kant
  • Platner
  • Spinoza

Ce sont autant d'auteurs vers qui nous vous renvoyons pour creuser davantage ce thème de l'amour.

On ne peut donc douter, d'après les faits que je viens de rappeler, ni de la réalité ni de l'importance de l'amour ; aussi, au lieu de s'étonner qu'un philosophe n'ait pas craint, pour une fois, de faire sien ce thème éternel des poètes, devrait-on s'étonner plutôt qu'une passion qui joue dans toute la vie humaine un rôle de premier ordre n'ait pas encore été prise en considération par les philosophes et soit restée jusqu'ici comme une terre inexplorée. Celui qui s'est le plus occupé de la question, c'est Platon, surtout dans le Banquet et le Phèdre : mais tout ce qu'il avance à ce sujet reste dans le domaine des mythes, des fables et de la fantaisie, et ne se rapporte guère qu'à la pédérastie grecque. Le peu que dit Rousseau sur ce point dans le Discours sur l'inégalité est faux et insuffisant. Kant traite la question, dans la troisième section de son écrit Sur le sentiment du beau et du sublime ; mais son analyse est superficielle, faute de connaissance du sujet, et se trouve ainsi en partie inexacte. Quant à l'examen qu'en fait Platner dans son Anthropologie (§§ 1347 et suiv.), chacun le trouvera faible et sans profondeur. La définition de Spinoza mérite d'être rapportée pour son extrême naïveté, ne serait-ce que par plaisir : « Amor est titillatio, concomitante idea causæ externæ. » [L'amour est un chatouillement, accompagné de la représentation d'une cause extérieure] (Éthique, IV, proposit. XLIV, dem.) On voit que je n'ai ni à me servir de mes prédécesseurs, ni à les combattre. Le sujet s'est de lui-même imposé à moi et est venu prendre place dans l'ensemble de ma conception du monde. Je ne peux guère compter d'ailleurs sur l'approbation de ceux mêmes que cette passion domine et qui cherchent à exprimer la violence de leurs sentiments par les images les plus sublimes et les plus éthérées : ma conception de l'amour leur paraîtra trop physique, trop matérielle, si métaphysique et si transcendante qu'elle soit au fond. Qu'ils veuillent bien considérer au préalable que l'objet chéri qui leur inspire aujourd'hui des madrigaux et des sonnets, s'il était né dix-huit ans plus tôt, aurait à peine obtenu d'eux un regard.

Arthur Schopenhauer, Le monde comme volonté et comme représentation, Chapitre « XLIV : MÉTAPHYSIQUE DE L'AMOUR »

 

 

-> Culture générale : l'Amour <-

 


Tag Kant - Intégrer Sciences Po - Comment réussir Sciences Po