Les Républiques ne sont pas éternelles

C'est Platon qui l'affirme, comme le relate Jean Bodin, dans son IVe livre de la République : les Républiques se meurent, comme toute chose.

 

Républiques souffrent changement par nature. En sorte que Platon, n'ayant pas encore connaissance des mouvements célestes, et beaucoup moins de leurs effets, a dit que la République qu'il avait ordonnée, et qui semblait si parfaite à plusieurs qu'elle dût être éternelle, prendrait son changement, et puis serait ruinée, [quoiqu'elle] ne changeât ses lois : comme toutes autres choses, disait-il, qui sont en ce monde. De sorte qu'il semble que ni toutes les belles lois et ordonnances, ni toute la sagesse et vertu des hommes ne sauraient empêcher la ruine d'une République.

 

Jean BODIN, IVe livre de la République, chapitre 2 

 

Ainsi on aura beau constituer la République la plus solide possible, et c'est ce qu'avait entrepris Platon, elle risque de dépérir même sans changer ses lois.