Eviter les Révolutions - Machiavel

Machiavel a une méthode à la fois simple et complexe pour éviter les Révolutions.

Simple, parce qu'elle peut s'obtenir de deux façons. Complexe, parce qu'encore faut-il être capable de mettre en oeuvre ces directives.

Quoi qu'il en soit, voici le secret de Machiavel pour éviter aux dirigeants d'un pays une révolution :

Gouverner, c'est mettre les sujets hors d'état de nuire et même d'y penser ; ce qui s'obtient soit en leur ôtant les moyens de le faire, soit en leur donnnant un tel bien être qu'ils ne désirent pas un autre sort.

Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live, II, 23

 

C'est une critique régulière de notre société, l'argument selon lequel les gouvernants tentent d'endormir le peuple pour se maintenir. Cette réflexion remonte donc au plus tard à Machiavel. On peut penser à la société de consommation dans tous ses aspects, et par exemple la télévision, comme un système permettant de satisfaire les appétits des citoyens, pour les détourner des vraies questions politiques.

Quant à ôter les moyens de faire une révolution, de gouverner à la place des gouvernants, on peut songer aux mesures de plus en plus répressives contre les manifestants, et par exemple l'interdiction de manifester à visage caché.

La stabilité de l'Etat - Machiavel

En 1531, Machiavel dans ses Discours sur la première décade de Tite-Live I, et II, compare Rome et Sparte.

Pour Machiavel, Rome a gagné entre les deux parce qu'elle s'est montrée capable d'agrandissement.

D'une part, la stabilité est uniquement possible grâce à ces possibilités d'agrandissement. Comme le dit Machiavel : "si elle n'attaque pas ses voisins, elle sera attaquée par eux, et cette attaque fera naître en elle l'envie et la nécessité de conquérir" (Discours, II, 19)

D'autre part, le gain de puissance vaut mieux que de rester stable, et surtout arrive par la force des choses. "la nécessité la conduit à s'agrandir" (Discours, I, 6).