Intégrer Sciences Po

Comment réussir Sciences Po

Intégrer Sciences Po

Comment réussir Sciences Po

Dernières actus : RÉSULTATS 2019 - Sur liste d'attente ? Vos chances - Admis ? Groupes 2019-2024

devoir

La justice se réduit-elle aux lois ?

Rédigé par  Intégrer Sciences Po   Aucun commentaire   Mis à jour le  06/06/2019

Vaut-il mieux appliquer la loi rigoureusement ou prendre en compte les circonstances atténuantes, la légitimité pour quelqu'un de son comportement ? Faut-il préférer l'injustice au désordre ? La justice se réduit-elle au droit ? Un tel dilemme prend une tournure dramatique dans l'oeuvre Antigone de Sophocle.
 

>> Dans la tragérie Antigone de Sophocle :


Créon interdit à Antigone d'enterrer son frère, car ce dernier a trahi la cité et s'est rangé avec les ennemis.

Or pour Antigone, il s'agit d'un devoir moral, d'une légitimité divine : elle doit enterrer son frère. Ce qu'elle fait.

Quel comportement doit alors adopter Créon ? Antigone a désobéi à la loi, qui prévoit alors une peine de mort. Antigone est condamnée par Créon à la mort.

 

>> La justice transcendante au droit (La justice ne se réduit pas aux lois)


D'un côté, la justice pour Antigone allait au-delà des lois, il s'agissant d'honneur, de devoir moral.

En cela Antigone a une vision de la justice transcendante au loi, qui touche la légitimité.

 

 

 

>> La justice est l'application du droit : positivisme juridique (La justice se réduit aux lois)


De l'autre côté, la justice pour Créon est de respecter la loi, afin de préserver la paix dans la cité. Si l'on se permet de désobéir à la loi, il risque le désordre, or mieux vaut l'ordre pour la paix et le bien commun.

En celà, Créon a une vision de la justice qui se confond avec le droit : positivisme juridique de Kelsen (le droit est la justice).

De même, Goethe qui préfère l'ordre à la justice, mieux vaut obéir à des lois même injustes.

 

-> Culture générale : la Justice <-

 

 


20 Préceptes pour une Meilleure Présentation de vos copies

Rédigé par  Intégrer Sciences Po   4 commentaires   Mis à jour le  29/09/2016

 

Présentation d'un devoir au concours Sciences Po :

 

  • 1. Le plan ne doit pas apparaître
  • 2. Il doit être quand même facile d'identifier le plan (insérer des retours à la ligne, des sauts de lignes, des alinéas, des retraits)
  • 3. Il faut bien écrire une transition entre toutes les parties

 

L'écriture, la graphie, participent à la bonne présentation d'une copie Sciences Po :

Soignez la présentation de Sciences Po augmente vos chances de réussite
Soignez la présentation de Sciences Po
Augmente vos chances de réussite

 

  • 4. Soignez votre écriture, c'est particulièrement important : écriture standard, sans fioritures, sans effets de manches, une écriture visible ni trop large ni trop serrée, aligner aux marges de gauche et de droites, toujours des points et non des ronds (comme sur le i)
  • 5. Aucune rature : même l'effaceur, lorsque l'on réécrit dessus avec le stylo, fait des traces.

 

Soigner l'orthographe, la grammaire, l'expression, pour les devoirs au concours Sciences Po :

 

  • 6. Écrivez toujours les accents, ne les oubliez pas. L'Académie française recommande l'accent sur les majuscules, même s'il y a débat entre les professeurs, mettez toujours les accents.
  • 7. Banissez le langage familier, le jargon, les dialectes
  • 8. Banissez toutes les formules vides de sens (exemple : "De tout temps les hommes")
  • 9. Concernant la conjugaison, n'utilisez pas le futur.
  • 10. Utilisez un vocabulaire varié et adapté
  • 11. Bien sûr respecter les accords, notamment lorsque le COD est placé avant le verbe

 

Indications sur la mise en forme de votre devoir pour le concours Sciences Po :

 

  • 12. Soulignez les titres d'ouvrage, les titres de tableaux, les titres de film, de pièce de théâtre, de poèmes, les titres de sculpture. (Souligner permet de rendre compte de l'italique qu'il faudrait si le texte était imprimé, mais comme l'italique n'est pas facile à reproduire, pour être sûr il est demandé de souligner dans les copies manuscrites. Vous pouvez vous permettre d'écrire en italique mais soulignez toujours, même si vous avez écrit en italique.)
  • 13. Placez entre guillemets les titres d'articles seulement, et bien sûr les citations.
  • 14. Les abréviations suivent des règles précises en français. Par exemple l'abréviation de Monsieur s'écrit toujours M. (et non Mr.).
  • 15. Les nombres s'écrivent en toutes lettres, sauf pour les années ou les pourcentages.
  • 16. La césure des mots en fin de lignes obéit à quelques règles qu'il faut respecter (par exemple couper entre deux syllabes, ou deux consonnes identiques)
  • 17. Définissez les sigles la première fois que vous les utilisez pour pouvoir les employer en suite. (Exemple : Union des républiques socialistes soviétiques (URSS))

 

Relire la présentation de son devoir pour Sciences Po :

 

  • 18. Si tout se passe bien et qu'il vous reste du temps, vous pourrez vous relire. Corrigez ainsi toutes les fautes d'orthographes ou de grammaire que vous verrez.
  • 19. Soignez la présentation, en vérifiant que les titres ont été soulignés par exemple, en ayant bien indiqué le sujet, bien indiqué le numéro de la question.
  • 20. Trouvez les passages qui sont illisibles, pour pouvoir mieux les réécrire, ou pour les éclaircir avec l'effaceur lorsqu'il s'agit de pâtés d'encre.

 

-> Retrouvez 10 commandements pour Réussir la Culture Générale à Sciences Po

-> Conseils méthodologiques

 


Corrigés : Que devons-nous à l'Etat ?

Rédigé par  Intégrer Sciences Po   10 commentaires   Mis à jour le  17/06/2013


Un des trois sujets de bac philo 2013 en ES portait sur la question : Que devons-nous à l'Etat ?

Correction du sujet.

>> Analyse du sujet (Que devons-nous à l'Etat ?)


- Devoir : Impératif de conscience, considéré dans sa généralité, qui impose à l'homme − sans l'y contraindre nécessairement − d'accomplir ce qui est prescrit en vertu d'une obligation de caractère religieux, moral ou légal.
- Etat : Autorité politique souveraine, civile, militaire ou éventuellement religieuse, considérée comme une personne juridique et morale, à laquelle est soumise un groupement humain, vivant sur un territoire donné

Rousseau a lui aussi théorisé le contrat social

Ces deux notions sont bien sûr à définir tout au long du sujet, et doivent être interrogées et remises en cause.
La question "que" interroge donc sur la nature de cette relation.

>> Problématique corrigée (Que devons-nous à l'Etat ?)


Le sujet suppose que nous avons une obligation envers l'état, et nous demande quelle est la nature de cette obligation. Est-ce que l'homme doit quelque chose à l'Etat ?  Est-ce qu'il est lié à l'Etat, et en conséquence il a un devoir envers lui, une dette, ou est-ce que l'individu peut être indépendant ? Est-ce que l'Etat a une dette envers l'individu ?

>> Plan corrigé (Que devons-nous à l'Etat ?)


I. Nous avons une dette envers l'Etat

1. Hobbes montre que la "guerre permanente de tous contre tous" cesse quand chacun remet son pouvoir de violence. Il pose donc une exigence pour que cet état ne soit pas rompu : il faut le consentement à remettre son pouvoir, malgré l' "inclination générale" de tout homme d'acquérir "pouvoir après pouvoir".
2. « Comme tous les groupements politiques qui l’ont précédé, l’État consiste en un rapport de domination de l’homme par l’homme fondé sur le moyen de la violence légitime » dit Max Weber. Nous avons un devoir moral envers l'Etat, mais cette obligation vient non seulement de nous mais est aussi une contrainte exercée par l'Etat sur nous, que l'Etat nous impose.

II. Mais l'Etat a aussi une dette envers nous

1. Les théories du contrat social (Locke, Rousseau) le montrent. Dans Le citoyen et Le Léviathan, Hobbes stipule lui aussi que l'Etat a pour fonction d'assurer l'ordre et la sécurité. Sinon, le contrat serait rompu. L'Etat a donc un devoir envers nous.
2. Les droits inaliénables, le droit naturel. Inscrits dans les Droits de l'Homme et du citoyen, proclamés : Spinoza notamment, mais bien d'autres après lui, édictent ces droits inhérents à la nature humaine, et que l'Etat a le devoir envers nous de respecter.

III. Que l'Etat puisse garantir aux citoyens d'assurer leur devoir envers lui

1. L'Etat est nécessaire et la force doit être transformée en droit. L'Etat a un devoir en retour.  "Le plus fort n'est jamais assez fort pour être toujours le maître, s'il ne transforme sa force en droit et l'obéissance en devoir." Rousseau, Contrat social, livre I, chapitre III.
2. La théorie de la séparation des pouvoirs est une garantie pour que nous puissons faire notre devoir envers l'Etat, et que l'Etat en retour ne puisse abuser de son pouvoir, et tienne ainsi toujours ses objectifs, ses devoirs envers nous : "il faut que par la disposition des choses le pouvoir arrête le pouvoir" stipule Montesquieu dans De l'esprit des lois.


Tag devoir - Intégrer Sciences Po - Comment réussir Sciences Po