Les auteurs économistes

 

-> Comprendre la politique

 

Michel Aglietta (1938 - )

Ecole de la régulation. Pour Aglietta, la crise de 1929 est une crise de sous-consommation.

 

Kenneth Arrow (1921 - )

Influence des règles morales sur les choix économiques de l'individu.

S'intéresse au paradoxe de Condorcet.

Une démocratie doit se caractériser par :

  • le choix libre des votants
  • l'ordre de proposition des choix ne devrait pas avoir d'influence
  • un équilibre et une division politique, et jamais de dictateur même pas de dictateur soi-disant bienfaiteur
  • des choix collectifs qui reflètent exactent les choix individuels

 

Frédéric Bastiat (1801 - 1850)

"L'Etat c'est la grande fiction par laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde"

 

Gary Becker (1930 - )

Notion de capital humain.

Notion d'initiative privée.

L'économie envahit toutes les sciences sociales, il n'y a pas de cloison.

 

Luc Boltanski (1940 - ) et Laurent Thévenot (1949 - )

Economie de la grandeur

Organisation ou entreprise : ce sont des espaces de règles et de circulation des biens. Des controverses et des arbitrages ont alors lieu.

En termes sociologiques et économiques, il existe plusieurs mondes, où les choix se font en fonction de valeurs de référence.

Monde Valeur de référence
Marché Concurrence
Science et industrie Efficience
Famille Tradition
Civil intérêt général et responsabilité

 

Fernand Braudel (1902 - 1985)

L'économie est la science de l'échange.

Il faut distinguer l'économie de marché du capitalisme. Ce dernier se caractérise par une prospérité dans des domaines délimités et avec la complicité de l'Etat.

  • Economie du quotidien : valeur d'usage
  • Economie de marché : échange, profit
  • Capitalisme : échange + capital, règne de l'argent

 

Ronald Coase (1910 - 2013)

Théorie des coûts de transaction

Théorie des organisations : les entreprises hiérarchisées sont plus efficaces que le marché.

 

Daniel Cohen (1953 - )

Richesse du monde, pauvreté des nations : il y a une convergence du niveau de vie entre tous les pays du monde. Mais il y a aussi un accroissement des inégalités à l'intérieur des pays.

 

John Rogers Commons (1862 - 1945)

Approche holiste de l'action collective validée ou non par le droit.

 

Gérard Debreu (1921 - 2004)

Même si l'économie est à l'équilibre, il faut des marchés, c'est-à-dire dans le futur, à cause des anticipations des agents.

 

Olivier Favereau (1945 - )

4 clivages fondamentaux en économie

  • sciences apologétique / critique : conforter ou critiquer le sytème
  • individualisme / holisme méthodologique : approche par l'individu ou par le groupe
  • neutralité axiologique / approche normative : neutre, ou moraliste
  • instrumentalisme / réalisme : le système économique est un instrumentalisé, ou il est voulu comme tel.

 

Milton Friedman (1912 - 2006)

Fondateur du courant monétariste.

L'augmentation de la masse monétaire doit être environ égale à la variation du PIB nominal.

Ses thèses monétaristes ont été appliquées dans les années 1980, notamment aux Etats-Unis.

Anticipation adaptive : les agents anticipent et modifient leur comportement en fonction de ce qui va se passer ou de ce qu'ils prévoient.

 

Friedrich Hayek (1899 - 1992)

Libéralisme.

2 types de sociétés comme le distinguaient les Grecs : sociétés cosmos (ouvertes) ou sociétés taxis (régulées).

L'intervention de l'Etat est un frein à l'économie.

 

Harold Hotelling (1895 - 1973)

Modèle des marchés politiques. L'électeur planifie son choix de sorte à minimiser ses coûts.

 

Michael Jensen (1939 - ) et William Meckling

Nouvelle économie keynésienne

En 1976, modèle du principal-agent :

  • contrat
  • anti-sélection : risque de comportements opportunistes
  • aléa moral : il n'est pas possible de mesurer l'effort d'un agent pour parvenir à son objectif

 

Peter Kenen (1932 - 2012)

La monnaie unique est avantageuse quand les pays sont structurellement diversifiés. (correcteur automatique des prix)

La monnaie unique est désavantageuse quand les pays sont peu ou pas diversifiés. (outil de change permet de corriger les prix)

 

John Maynard Keynes (1883 - 1946)

Il peut être considéré comme un libéral dans le sens où il essaie de concilier capitalisme et Etat.

Les précurseurs de sa politique étaient le New Deal ou la reflation allemande.

Dans le déficit réside la potentialité d'accroître l'activité et par conséquent d'accroître le taux d'emploi.

Keynes a renouvelé l'économie sur plusieurs plans :

  • objet de l'économie : déséquilibre du sous-emploi - le chômage est involontaire
  • méthode en économie : macroéconomie. Il y a un paradoxe de l'épargne, la crise engendre un cercle vicieux.
  • solution à mettre en œuvre en économie : il faut baisser les taux d'intérêt (relance monétaire) et l'Etat doit dépenser davantage (relance budgétaire). Dans l'idéal, l'Etat doit passer de grandes commandes.

 

Courbe de Laffer

Sur un schéma avec les revenus du gouvernement en abscisse, et le taux d'imposition en ordonnée, la courbe forme un arc de cercle.

Il est utile pour l'Etat de taxer jusqu'à un certain point, puis il est nuisible de taxer davantage.

 

Robert Lucas (1937 - )

Nouvelle économie classique

Pourquoi existe-t-il des rigidités ? Lorsqu'il y a une augmentation de richesse, soit le climat est favorable et l'individu dépense en loisir, soit l'individu analyse cette soudaine richesse comme passagère et transitoire, et en ce cas il épargne.

 

Edmond Malinvaud (1923 - )

Néo-keynésien

Confirme l'idée que les prix sont rigides à court terme :

  • chômage keynésien : insuffisance des débouchés
  • inflation contenue : excès général de la demande
  • chômage classique : insuffisance de rentabilité

 

Bernard Mandeville (1670 - 1733)

Fable des abeilles : la reine des abeilles dépense, et l'économie est prospère. La nouvelle reine des abeilles contracte les dépenses, il y a du chômage.

"Le vice prête main-forte à la vertu"

 

Karl Marx (1818-1883)

Le Capital (1844)

Le Manifeste du parti communiste (1848)

Le taux d'exploitation est identique au taux de plus-value, qui est égal au rapport Plus Value / Salaire.

Le capitalisme est à la recherche du profit. Or la baisse des salaires, et la mécanisation progressive, engendrées par la recherche du profit, aboutissent à une sous-consommation et donc à une crise du capitalisme.

Il y a une baisse tendancielle du taux de profit.

 

Wesley Clair Mitchell (1874 - 1948)

Institutionnalisme.

Cycle des affaires : hausse des investissements engendre une accélération, tandis que la baisse des investissements met fin au cycle. La croissance vient de causes antérieures.

La distribution monétaire provoque des investissements, ce qui s'oppose aux théories monétaristes de Friedman.

 

Antoine Monchrestien de Watteville (1575 - 1621)

Traité d’économie politique, thèses mercantilistes.

L'économie est la "science de la production et de la redistribution des richesses à l'échelle d'un pays"

 

Montesquieu (1689 - 1755)

Thèse du "commerce doux". Par le commerce, les relations entre pays s'apaisent.

 

Robert Alexander Mundell (1932 - )

Deux pays ont intérêt à une zone monétaire unique si la mobilité des facteurs entre ces ceux pays est supérieure à la mobilité des facteurs entre eux et le reste des pays étrangers.

 

Vilfredo Pareto (1848 - 1923)

L'optimum Pareto est atteint quand on ne peut pas améliorer le bien-être d'un individu sans déteriorer celui d'un autre.

 

Courbe de Phillips

Etude menée en Grande Bretagne sur la relation entre taux d'inflation et le chômage.

Globalement, plus il y a du chômage, moins il y a d'inflation, et inversement. Ainsi quand le chômage est élevé, les salariés acceptent une baisse de leur salaire. Quand le chômage est bas, il faut davantage négocier pour baisser le salaire.

 

Karl Polanyi (1886 - 1964)

La Grande Transformation s'effectue en deux temps :

  1. Désencastrement du marché : autonomie du marché, ultralibéralisme
  2. Réencastrement du marché : intervention étatique, capitalisme équitable

 

Finn Kydland (1943 - ) et Edward Prescott (1940 - )

Monétarisme

rules VS discretion : il faut mettre en place des règles auxquelles l'Etat s'astreint plutôt que de mener une politique discrétionnaire. En effet une politique discrétionnaire, c'est-à-dire décidée au fur et à mesure et variable, menace de briser la confiance des acteurs économiques.

 

David Ricardo (1772 - 1823)

Fondateur de l'économie classique.

Les avantages comparatifs : deux pays ont intérêt à se spécialiser dans une certaine activité puis d'effectuer des échanges, car ces échanges sont un jeu à somme positive.

Les gains de productivité décroissent au fur et à mesure.

Théorie quantitative de la monnaie : M (masse monétaire) x V (vitesse de circulation) = p (prix) x q (quantités)

 

Walt Whitman Rostow (1916 - 2003)

Chaque pays traverse les mêmes étapes du sous-développement au développement.

Notion de rattrapage économique.

 

Jean-Baptiste Say (1767 - 1832)

Loi de Say : l'offre crée sa propre demain.

Par conséquent, aucune crise n'est durable.

 

Joseph Aloïs Schumpeter (1883- 1950)

Courant économique hétérodoxe.

Cycles économiques

Progrès technique.

Grappes d'innovations.

 

Amartya Kumar Sen (1933 - )

"Idiot rationnel"

Le chômage est involontaire. L'Etat doit garantir un revenu aux travailleurs.

 

Herbert Simon (1916 - 2001)

Rationalité limitée. L'individu dans sa réflexion pour un choix suit des procédures. Il n'a pas conscience de l'intégralité des possibilités qui s'offrent à lui, mais choisit en temps limité.

 

Adam Smith (1723 - 1790)

Fondateur de la science économique moderne.

Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations

La main invisible

Division internationale du travail (exemple de la manufacture d'épingles).

 

John Stuart Mill (1806 - 1873)

Economie classique.

Notion de pouvoir, importance de l'Etat.

 

Emmanuel Todd (1951 - )

L'illusion économique

Distinction entre famille souche et famille atomique, et catégorisation des pays en fonction.

Famille souche : Allemagne, Suède, Japon, Corée - productivistes, exportateurs

Famille atomique : surtout des pays anglo-saxons - consuméristes, importateurs

 

Thorstein Bunde Veblen (1857 - 1929)

L'effet Veblen, ou effet de snobisme : si le prix d'un bien de luxe baisse, alors il peut y avoir une baisse d'intérêt de la part du client. Le client cherche à se distinguer des autres en achetant des produits au prix élevé, indépendamment de leur valeur réelle.

 

Léon Walras (1834 - 1910)

Courant économique néo-classique.

L'équilibre général de concurrence pure et parfaite

 

Oliver Eaton Williamson (1932 - )

Théorie des coûts de transaction

Insiste sur la notion de contrat. Homo Contractor

 

 

Histoire du XIXe siècle : 1848 : le printemps des peuples

Comment s'est déroulé le Printemps des Peuples ? Avant tout, qu'est-ce que le Printemps des Peuples ?

On connaît tous le Printemps arabe de l'année 2011... mais connaît-on notre Printemps européen à nous ?

 

>> Le déclenchement du Printemps des Peuples de 1848


I. Paris déclenche le Printemps des Peuples en février 1848


22 février : une manifestation interdite tourne au drame
24 février : Paris est couverte de barricades
Les insurgés envahissent le Palais des Tuileries et contraignent Louis-Philippe à abdiquer
Gouvernement provisoire
Gouvernement provisoire et IIe République proclamée
Suffrage universel rétabli
La France, patrie des DDH affiche sa solidarité avec les autres pays d'Europe

II. Les échos de l'insurrection parisienne en Europe en 1848

Aussitôt, manifestations en Autriche, en Allemagne et en Italie qui formulent des aspirations libérales et nationales

- En Autriche
à Vienne le 13 mars : les étudiants descendent dans la rue provoquant la fuite du chancelier Metternich
Les minorités nationales profitent du désarroi du pouvoir
Les hongrois obtiennnet leur autonomie, le pouvoir impérial recule partout


- En Allemagne
Début mars, la foule se rassemble à Berlin, Munich, Cologne
Les Princes doivent accepter des réformes.
Les nationalistes qui veulent l'unité obtiennent l'élection d'un parlement représentatif 18 mai à Francfort

- En Italie
En Italie agitation latente s'étend rapidement à tout le pays
le prince et la pape sont obligé d'accepter les réformes
1 seule voie ouverte à la nation : la guerre
Le roi de Piémont Sardaigne Charles-Albert inflige des défaites aux troupes autrichiennes
La liberté se dresse devant les souverains de l'ancien régime
Le printemps des peuples a eu raison en qq mois des souvenirs les plus solides
Les revendications libérales et nationales en miné l'équilibre
Les frontières des principaux états ont peu chagné

La liberté se dresse devant les souverains de l'Ancien Régime, forcés d'accepter des réformes
Revendications et libérations nationales ont miné l'ordre politique du Congrès de Vienne

III. 1848 : la remise en cause du Congrès de Vienne de 1815

Situation en 1815 :

Dans l'Empire Autrichien :
L'Europe centrale dominée par l'Empire Autrichien
Toute puissance de l'empire des Habsbourg
Police et censure
Bcp de paysans sous régime féodal
les frontières ne tiennent pas compte des nationalités
Allemands Hongrois Polonais et Tchèques
Sud : slaves, roumains, italiens


Italie morcelée :
l'Autriche occupe le Nord


Allemagne :
Confédérations germanique
Etat le plus important : Prusse
38 états dans la confédération germanique
Nationalistes souhaitent une unité fondée sur la langue, l'histoire et la culture
Les gouvernements se resaisissent, le reflux commence

 

>> Conséquences du Printemps des Peuples de 1848


I. Conséquences du Printemps des Peuples de 1848 en France

En France
 la bourgeoisie est effrayée par l'agitation populaire
En avril élections par une large majorité des modérés
Affrontements contre les extrêmistes
Conflit le 23 juin.
En décembre, Louis Napoléon Bonaparte triomphe.

II. Conséquences du Printemps des Peuples de 1848 en Europe centrale

En Autriche,
L'armée restée fidèle à l'Empereur fait la répression
l'Empereur Ferdinand Ier regagne Vienne
L'armée intervient dans la capitale
Lutte contre les Hongrois qui proclament leur indépendance en 1849
Disposent d'une véritable armée
Croates avec les Autrichiens
L'Autriche appelle le Tsar Nicolas Ier pour venir à bout des Hongrois

Etats allemands
En Prusse, Frédéric Guillaume IV met Berlin en état de siège.
Octroie une constitution peu libérale qui préserve le pouvoir royal
Mais Au Parlement de Francfort, Grande Allemagne (incluant une partie de l'Autriche) s'oppose à la Petite Allemagne (Prusse)
Couronne impériale proposée au Roi de Prusse. Ce dernier la refuse : il n'a pas l'appui des Autrichiens
Rêve d'unité de l'Allemagne s'effondre

II. Conséquences du Printemps des Peuples de 1848 en Italie

En Italie

les succès des libéraux et des nationalistes de courte durée.
Les Autrichiens regagnent du terrain dans le Nord
Les Princes sont accusés de faiblesse et de trahison.
Le mouvement modéré se radicalise.
Le Pape, d'abord favorable à la révolution, prend peur. Les émeutiers assissinent son 1er ministre, assiègent son palais. La république est proclamée à Rome et Florence.
Les Italiens subissent de nouveaux revers dans le Nord
Le roi Charles-Albert abdique en faveur de son fils Victor-Emmauel
Victor-Emmanuel doit signer avec l'Autriche un armistice
Le Pape réfugié près de Naples
Troupes de Garibaldi battues
Seul le Royaume de Piémont Sardaigne garde un régime constitutionnel

 

 

 


Klemens Wenzel von Metternich

>> Biographies du Printemps des Peuples de 1848

Metternich (Klemens Wenzel von Metternich) : Né le 15 mai 1773 à Coblence en Allemagne, il étudie à l’université de Strasbourg. Ambassadeur à Berlin en 1803, puis à Paris de 1806 à 1809 à la demande de Napoléon. Il joue un rôle majeur dans le Traité de Vienne, lors du Congrès de Vienne en 1815, en apaisant le désir de revanche contre la France, et en désirant le maintien de l'influence Autrichienne sur l'Italie. Il garde de même une influence tout aussi importante au sein de la Sainte-Alliance, avec Alexandre Ier. Lorsqu'éclatent les révoltes de 1848, Metternich ardent défenseur de l'absolutisme doit démissioner et prend la fuite. Il  meurt à Vienne, à l'âge de 86 ans, le 11 juin 1859

 

 

>> Définitions du XIXe siècle

Le congrès de Vienne : convoqué en septembre 1814, cette conférence réunit les représentants diplomatiques des grandes puissances européennes qui ont gagné les guerres contre Napoléon. Le congrès se tient à Vienne du 1er novembre 1814 au 9 juin 1815 (signature de l'acte final).

La Sainte-Alliance : union pacifique conclue à Vienne le 26 septembre 1815, à l'initiative du tsar l'Empereur Alexandre Ier, par les monarchies victorieuses des guerres napoléoniennes (Empire russe, Empire d'Autriche, Royaume de Prusse). La France intègre à son tour la Sainte-Alliance grâce à Talleyrand. Sous l'influence de Metternich, la Sainte-Alliance concentre ses actions pour contrecarrer les insurrections révolutionnaires. Elle disparait en 1825.

Le libéralisme : idéologie revendiquée en 1848 notamment, fondée sur la garantie des droits individuels, limitant l'autorité arbitraire d'un gouvernement.

Le nationalisme : idéologie à la source de tous les évènements du XIXe siècle, se basant sur la prise de conscience par une communauté de former une nation en raison des liens ethniques, sociaux, culturels qui unissent les membres de cette communauté et qui revendiquent le droit de former une nation autonome. (Conduit à l'unité italienne en 1861, unité allemande en 1871)

Trois Glorieuses : révolution en France qui aboutit à la monarchie de Juillet, succédant ainsi à la Restauration. Les émeutes ont lieu les 27, 28 et 29 juillet 1830.


-> Toute l'histoire du XIXe siècle en fiches

 

Culture générale : l'École / Éducation

 « Les maîtres d'école sont des jardiniers en intelligences humaines. » - écrivait Victor Hugo dans Faits et croyances - Océan en 1840

Pour autant, si le rôle de l'école est souvent loué, il n'en demeure pas une question controversée.

Les débats que le thème de l'école suscitent ne sont pas éteints, et c'est cette histoire et cette vitalité des discussions que nous aimerions révéler par cette compilation d'articles.

 

Cours généraux sur l'École / Éducation :

 

Cours de philosophie/littérature sur l'École / Éducation :

 

Cours d'économie/sociologie sur l'École / Éducation :

 

Cours d'actualité/politique sur l'École / Éducation :

 

Cours d'histoire sur l'École / Éducation :

 

Sujets et corrections sur l'École / Éducation :

 

-> Tous les Cours de Culture générale <-