La réforme des retraites - Résumé

Un résumé de la réforme prévue par le gouvernement concernant le système de retraite, ainsi que de la réaction et des grèves depuis le 5 décembre 2019. Quelques éclaircissements supplémentaires sur le niveau de vie des retraités en France par rapport aux pays étrangers.

 

>> Les annonces d'Edouard Philippe le mercredi 11 décembre 2019

 

> Quelle année êtes-vous nés ?

La réforme ne touchera pas ceux qui sont nés avant 1975. 

La réforme touchera de manière progressive ceux qui sont nés entre 1975 et 2003 : ce sont les années travaillées à partir de 2025 qui seront calculées pour le régime universel, les années précédentes étant calculées selon l'ancien modèle.

Pour ceux qui sont nés en 2004, le régime universel commencera dès 2022.

 

> L'âge de départ à la retraite... 62 ans ou 64 ans ?

Vous pourrez toujours partir à la retraite dès 62 ans. 

Néanmoins l'âge d'équilibre est fixé à 64 ans : c'est-à-dire que si vous partez avant à la retraite, vous aurez un malus. Si vous partez plus tard que 64 ans, vous aurez un bonus. C'est ce qui est appelé l'âge "pivot" dans les médias.

(C'est d'ailleurs ce qui cause la colère de la CFDT, un syndicat favorable au système de répartition par points... mais contre l'âge pivot repoussé à 64 ans. Le dépassement de cette ligne rouge a eu pour conséquence d'appeler à manifester le 17 décembre.)

 

> Quoi qu'il arrive, vous aurez au moins 1 000 € de retraite

 

Ce minimum de 1000€/mois sera assuré dès 2022. L'objectif est d'atteindre 85% du smic net. Aujourd'hui, ce sont en moyenne 980€ qui sont versés.

 

> Les familles nombreuses favorisées

 

Si l'on réfléchit de manière froide, pour faire tourner le système, il faut que les nouvelles générations demeurent nombreuses. C'est peut-être ce qui a encouragé le gouvernement à faire un geste pour favoriser les familles nombreuses.

Concrètement, ce sont 5% supplémentaires en points qui seront accordés pour un enfant né après la mise en place du régime universel. Et même, 2% encore supplémentaires à partir du troisième enfant.

Il est intéressant de voir que ce calcul favorise les mères, puisque ce sont elles qui seront par défaut bénéficiaires de ces suppléments, sauf si les les parents décident de partager la somme, ou de les accorder au père. 

 

> Combien vaut un point ?

 

Toujours pas de réponse exacte à cette question.

Mais ce qui est assuré par le gouvernement, c'est que sa valeur ne baissera jamais. Au contraire les points pourront être revalorisés en fonction des salaires moyens et leur valeur sera décidée par les partenaires sociaux.

Cela n'ouvre pas à des augmentations irraisonnables, puisque la règle sera que le système universel doit être à l'équilibre tous les 5 ans.

 

> Des cas spéciaux dans ce régime "universel"

 

En tant que policier, personnel de l'administration pénitentiaire, ingénieur de contrôle de la navigation aérienne, le départ anticipé à la retraite est de 52 ans.

En tant que sapeur-pompier professionnel, surveillant des douanes, et policier municipal, le départ anticipé à la retraite est de 57 ans.

 

Les fonctionnaires, et donc les enseignants parmi eux, verront leurs primes prises en compte dans le calcul de leur retraite. C'est aussi en réaugmentant leur rémunération que le gouvernement souhaite assurer aux enseignants et chercheurs une retraite qui ne baisse pas.

 

Enfin, le compte pénibilité donnera lieu à des points de retraite en plus pour les professions concernées.

 

>> La réaction face à la réforme des retraites : résumé des manifestations

 

Des manifestations massives sont prévues à partir du 5 décembre 2019.

La grève du 5 décembre aurait rassemblé 806 000 manifestants selon l'Intérieur. 71 personnes ont été placées en garde à vue et 11 490 contrôles préventifs ont été effectués à Paris. 700 "ultras" auraient participé à la manifestation dans Paris.

La grève fait néanmoins des heureux chez les transports alternatifs : les trotinnettes, vélos ou scooters en libre-service ont été en forte progression.

Au deuxième jour de grève, on comptait 300 km de bouchons avant l'heure de pointe ce qui correspond au double du premier jour de grève. 500 km de bouchons cumulés le vendredi soir. Toutefois, presque toutes les écoles étaient ouvertes vendredi à Paris.

Jusqu'au 12 décembre, les grèves se maintiennent au même niveau, même si elles accusent une légère baisse. En ce sens, seulement 10% des TGV circulaient une semaine plus tôt, contre 25% au 12 décembre. Le traffic demeure partout (bus, métro, RER, TGV, Transilien, Ouigo, et TER) fortement perturbé.

 

 

Mais pourquoi toutes ces manifestations ? Est principalement mise en cause la réforme des retraites.

Dans le monde, on peut identifier deux grands systèmes de retraite :

 

>> Les deux systèmes de retraite principaux

 

La retraite par capitalisation : chaque travailleur accumule du capital (de l'argent, du patrimoine) pour les jours où il ne travaillera plus, quand il sera à la retraite.

La retraite par répartition : chaque travailleur cotise à un système de retraite. Ce qui est récolté par les travailleurs est reversé aux personnes plus âgées qui sont déjà à la retraite. Plus tard, lorsque les travailleurs partiront à la retraite, ce seront les nouvelles générations qui cotiseront au système de retraite pour eux.

 

Alors que la retraite par capitalisation était la voie classique, la retraite par répartition l'a remplacée notamment après la 1ère GM, et pendant la 2nd GM.

 

Ce qui est en jeu aujourd'hui, ce sont les règles du système par répartition. La question n'est plus de savoir s'il est préférable d'avoir une retraite par capitalisation ou par répartition, (chacun pouvant néanmoins mettre de côté pour sa propre retraite), mais de savoir comment doit s'organiser le système par répartition.

 

 

>> A quel âge les Français partent-ils à la retraite ?

 

En moyenne en 2018, et hors les départs anticipés, l’âge de départ à la retraite était 63,4 ans.

 

 

>> Le niveau de vie des plus de 65 ans

 

La France est extrêmement bien placée par rapport à la moyenne de l'OCDE (un groupe de pays riches), le revenu disponible des +65 ans étant supérieur en pourcentage (103,4%) à l'ensemble de la population en 2017. (La moyenne étant de 88% pour les pays de l'OCDE)

Cela veut dire que les +65 ans ont un niveau de vie supérieur par rapport à la population dans son ensemble.

 

>> Les changements annoncés du système de retraite en France en 2019 AVANT les annonces d'Edouard Philippe du 11 décembre 2019

 

Le système de retraite par répartition d'aujourd'hui en France est décomposé en 42 régimes.

L'effort principal de la réforme des retraites tend à les confondre en un seul régime, un seul système universel.

Un compte unique sera mis en place qui enregistre chaque jour de travail par un Français. Chaque euro cotisé sera récompensé par le même droit pour chaque Français, du moins comme le souhaite le gouvernement.

Si toutefois le système sera le même pour tous, le calcul se distingue pour les fonctionnaires, les militaires, les salariés des régimes spéciaux dont les primes seront prises en compte.

La grande idée est celle de calculer par points tout le système de retraite. Par exemple, selon le nombre d'enfants des points seront accordés, ou encore pour les interruptions de travail.

Autre aspect important, un minimum de pension est prévu (pour ceux qui ont travaillé à temps partiel toute leur vie, ou encore pour les revenus plus faibles).

Beaucoup de spécificités seront prises en compte, comme les carrières longues, les handicaps, les métiers à risque.

 

Enfin, le système de retraite ne s'appliquera pas immédiatement. Les Français qui sont à moins de 5 ans de l'âge de départ à la retraite ne seront pas concernés.

 

Gaz de Schiste : avantages et dangers, le résumé

Pourquoi parle-t-on tant du gaz de schiste ? Loué par certains, rejeté par d'autres, le gaz de schiste pose le problème des énergies, de la technologie, du développement, du progrès, et donc de la science.

Voici dans l'ordre :

- une définition du gaz de schiste,

- l'intérêt du gaz de schiste,

- le problème posé par le gaz de schiste

- les avantages du gaz de schiste

- le résumé de la situation en France pour le gaz de schiste

- une réflexion sur le gaz de schiste : citations et idées

 

Résumé de l'actualité autour du gaz de schiste, explication des dangers et des bienfaits du gaz de schiste, la science peut-elle tout se permettre ?

 

>> Définition du gaz de schiste

 

Les roches, au fil du temps, emprisonnent des gaz.

Les roches qui nous intéressent sont des schistes (aspect feuilleté)

Le gaz qui nous intéresse est un gaz naturel, composé de méthane.

Lorsque ce gaz naturel est emprisonné par les roches schistes, il est appelé gaz de schiste.

 

>> Intérêt du gaz de schiste

 

Le gaz de schiste, exploité, est une importante source d'énergie.

D'où son intérêt, au moment où les hydrocarbures (pétrole), sont de plus en plus chers, de plus en plus rares.

Particulièrement les Etats-Unis, ou encore le Canada, l'ont bien compris, et ont considérablement augmenté leur production à partir de gaz de schiste.

L'Europe reste divisée et hésitante, car le gaz de schiste pose aussi problème.

 

>> Le problème que pose le gaz de schiste : l'extraction

L'extraction du gaz de schiste est tout le problème.

Parmi les techniques d'extraction, la plus employée est l'hydrofracturation.

L'hydrofracturation consiste à combiner l'eau, le sable et de nombreux produits chimiques pour fracturer la roche.

 

Or ces produits chimiques seraient désastreux pour l'environnement :

- risques pour les produits chimiques de contaminer l'eau (si détérioration des tuyaux)

- nécessité de grandes quantités d'eau (~15.000m3 par puits)

- émission de gaz à effet de serre (le méthane notamment)

- risque de séisme

- perturbation de l'éco-système et des nappes phréatiques

 

 

 

>> Les avantages du gaz de schiste :

 

  • Energétique : Le gaz de schiste est présent en énormes quantités sur toute la planète : notamment en Chine, en Amérique du Nord et en Europe.
  • Financier : L'exploitation du gaz de schiste crée de nombreux emplois
  • Autonomie : Le pays produit lui-même sa propre énergie, ce qui peut être considéré plus moral, plutôt que d'exploiter les ressources des pays en développement.
  • Environnemental : Tout le débat est là. Certains pensent que l'exploitation du gaz de schiste est au final moins nocif pour l'environnement que le charbon ou le pétrole.

 

>> Le gaz de schiste : Résumé de la situation en France

 

En mars 2010, le ministre de l'écologie Jean-Louis Borloo autorise des permis d'exploration, en particulier dans le sud-est de la France. Il s'agit seulement d'explorer, pour évaluer le potentiel du sous-terrain, non d'exploiter. Seulement, l'exploration pose un « pourquoi pas » ?

En 2011, Nathalie Kosciusko-Morizet fait finalement suspendre ces permis d'exploration. Le Parlement adopte le 30 juin de la même année une loi interdisant l'usage de la fracturation hydraulique, ce qui n'interdit pas l'exploration ni l'exploitation en général.

En 2012, François Hollande réaffirme que la technique par hydrofracturation resterait interdite pendant toute la durée de son quiquennat.

Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, s'intéresse néanmoins au gaz de schiste : « Nous n'acceptons pas la fracturation hydraulique mais nous travaillons à imaginer une nouvelle génération de technologies propres qui permettraient d'extraire sans abîmer »

L'Agence Internationale de l'Energie (AIE) estime que la France possède 5.100 milliards m3 de gaz de schiste exploitables, ce qui représente 90 années de la consommation actuelle de gaz.

Dans la décision du Conseil constitutionnel du 11 octobre 2013, après une Question prioritaire de constitutionnalité émise par la société texane Schuepbach, se trouve confirmée l'interdiction de l'exploitation des gaz de schiste par fracturation hydraulique.

En novembre 2013, l'Académie des sciences parle de « risques maîtrisables » concernant le gaz de schiste : il faut étudier davantage les conséquences.

 

>> Penser le gaz de schiste : quelques citations et réflexions

 

« et ainsi nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature » Descartes, Discours de la méthode, 1637

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » Rabelais, Pantagruel, VIII. 1532

« On ne commande à la nature qu'en lui obéissant » Bacon, Novum Organum, 1620

« Tout progrès technique devrait être équilibré par une sorte de conquête intérieure, orientée vers une maîtrise toujours plus grande de soi. » Gabriel Marcel

« Un monde où triomphent les techniques est un monde livré au désir et à la crainte ; car il n’y a pas de technique qui ne soit au service d’un certain désir ou d’une certaine crainte. » Gabriel Marcel, Être et avoir (1918-1933)

« Aussi longtemps que nous nous représentons la technique comme un instrument, nous restons pris dans la volonté de la maîtriser. » Martin Heidegger

Nous tenons à publier la suite de la citation de Descartes, particulièrement enrichissante pour le sujet et Sciences Po, bien qu'un peu longue :

« [...] et ainsi nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature. Ce qui n'est pas seulement à désirer pour l'invention d'une infinité d'artifices, qui feraient qu'on jouirait, sans aucune peine, des fruits de la terre et de toutes les commodités qui s'y trouvent, mais principalement aussi pour la conservation de la santé, laquelle est sans doute le premier bien et le fondement de tous les autres biens de cette vie. » Descartes, Discours de la méthode, 1637

 

Vous aimerez aussi :
-> Culture générale : la Science <-

 

Sujet corrigé - Elections municipales, fonction de maire et évolution

Après la parution des sujets 2014 de Sciences Po Bordeaux, voici les corrigés de Composition sur un thème d'actualité !

-> Les corrigés en histoire Sciences Po Bordeaux 2014

Les élections municipales, fonction de maire, évolutions 2014

La consigne était la suivante :

Au vu des documents constituant ce dossier et à partir de vos connaissances, vous présenterez et analyserez, sous forme d'un devoir organisé et rédigé, une réflexion sur les élections municipales, la fonction de maire et les dernières évolutions survenues les 23 et 30 mars 2014.

Vous trouverez l'ensemble des documents du dossier à cette page grâce à une internaute, L.P.

 

Analyse des documents :

 

 

Il s'agit de saisir l'essentiel des documents. Quelles sont les idées forces des différentes documents qui vous sont présentés, au nombre de 5 cette année 2014 ? Quelles sont les principales idées défendues ?

 

-> Document 1 : Christian LE BART, "Elections municipales"

 

  • Loi du 5 avril 1884 : point de départ de l'élection des conseillers municipaux
  • Alexis de Tocqueville est cité, nom que tout étudiant Sciences Po doit connaître pour son travail de sociologie/philosophie au XIXe siècle.
  • Symbolique identitaire

 

Dans cet extrait, la symbolique identitaire est clairement l'idée principale du texte.

 

-> Document 2 : "Candidats aux Municipales : pourquoi ils s'engagent ?" - La Vie

 

Deux motivations principales sont mises en valeur dans ces extraits :

  • "confronter mes discours à la pratique" Clotilde Grolleau
  • "proximité avec les gens" Nadine Kerdaudy

La note 2 est importante : en 2008, 13,9% de femmes parmi les maires, contre 10,9% en 2001

 

-> Document 3 : Schéma des différents types de scrutin pour les élections municipales de 2014

 

La partie la plus intéressante de ce document était sans doute le schéma concernant : Comment voter : ce qui change cette année 2014.

La consigne énonçant clairement ces changements en 2014, il s'agissait de bien les comprendre.

 

Sujet 2014 Sciences Po Bordeaux sur les municipales

 

-> Document 4 : Municipales 2014 : la droite désormais majoritaire dans les villes.

 

Dans ce document, l'essentiel de l'information est dans le titre. Le document ne contient pas en soi de remarque ou d'analyse particulièrement poussée. Sciences Po Bordeaux attire votre attention sur les résultats aux élections municipales 2014, sur les conséquences du vote, et sur la nouvelle répartition droite/gauche des villes.

 

-> Document 5 : Patrick VENRIES - Éditorial du journal Sud Ouest - Lundi 3l mars 2O14

 

Ici Sciences Po Bordeaux se fait en quelque sorte plaisir avec cet article. Le journal Sud Ouest est distribué gratuitement à tous les étudiants de Sciences Po Bordeaux (et des facultés) tous les jours. La date du 31 mars est très proche de l'épreuve du concours.

Le caractère de l'article : éditorial, doit tout de suite vous indiquer qu'il s'agit d'une opinion exprimée par un journaliste, et donc une prise de position.

 

"une page de l'histoire politique du Parti Socialiste s'est tournée hier" est la position clé défendue par l'erreur. Patrick Venries ne fait ensuite que décliner les arguments qui confirment ce qu'il considère être une "déroute" : président impopulaire, gouvernement maladroit, période de crise, sanctions locales.

Et de rappeler que les électeurs "font les rois" en démocratie. Cette réflexion est intéressante car elle est hautement sujet à controverse, et constitue un débat classique : en démocratie, est-ce vraiment le peuple qui gouverne ?

 

Analyse du sujet :

 

 

Au vu des documents constituant ce dossier et à partir de vos connaissances, vous présenterez et analyserez, sous forme d'un devoir organisé et rédigé, une réflexion sur les élections municipales, la fonction de maire et les dernières évolutions survenues les 23 et 30 mars 2014.

 

Au vu des documents : Sciences Po Bordeaux, une fois de plus imprévisible, a fait assez fort cette année en présentant des documents particulièrement récents, c'est-à-dire à quelques jours voire semaines du concours. Le sujet étant particulièrement précis et ciblé actualité 2014, il y a manifestement une volonté cette année de réorienter le concours vers les documents. En effet, les documents consistuaient votre meilleure aide cette année pour orienter votre réflexion.

A partir de vos connaissances : la formulation ne change toujours pas des autres années, c'est avant tout un sujet de composition, où vous devez mettre en valeur vos propres connaissances.

Les élections municipales : il s'agit d'étudier le concept d'élections municipales sous un angle abstrait. Quel est le rôle des élections municipales, pourquoi organiser des élections municipales ? Ce sont les fondements de la démocratie dont vous devez discuter ici.

La fonction de maire : même réflexion, mais cette fois-ci en changeant de côté. Vous n'étudiez plus les citoyens, leur choix, leur vote, mais le côté du maire, celui qui a été élu, celui qui gouverne sur la ville.

Les dernières évolutions survenues les 23 et 30 mars 2014 : encore une fois, il faut prendre du recul par rapport à ces données. En donnant un énoncé aussi précis, aussi récent, Sciences Po Bordeaux vous force à rester concret, à être dans le réel, et au plus vif de l'actualité. Toutefois, il s'agit toujours d'une réflexion, c'est pourquoi il est bon de considérer les faits actuels et récents dans leurs conséquences sur la vie citoyenne. C'est une "réflexion", une prise de recul plus grande, il faut savoir analyser quasi sociologiquementces avancées et modifications des dernières élections municipales, pour examiner dans quels sens elles vont.

 

 

Problématique :

 

Il faut identifier le problème. Quel est le problème des élections municipales, de la fonction de maire, des dernières évolutions ?

Les documents sont principalement là pour vous aider à dégager ce problème, en offrant plusieurs angles de vue. En fait, le débat qui tourne autour des élections, en particulier municipales, est souvent cette contradiction entre le choix des individus, de chaque homme qui veut décider pour lui, et cette nécessité d'établir des représentants, qui ne véhiculent par forcément les intérêts privés de chaque citoyen.

De nombreuses problématiques, surtout pour un sujet comme cette année, étaient possible. Une problématique pouvait être :

Comment les élections municipales, notamment après les évolutions aux derniers scrutins des élections municipales les 23 et 30 mars 2014, marquent-elles la volonté d'un engagement direct des citoyens à contre-sens des nécessités d'une représentation indirecte du pouvoir ?

Les deux derniers documents rappellent ainsi que les élections municipales ont un réel impact, et donc les citoyens un réel pouvoir décisionnel. Le second document relate cette envie des citoyens non seulement de voter, mais surtout de s'engager en politique. La premier document examine sociologiquement, et à ce titre a l'avantage de présenter une vraie réflexion, les motivations ou les intérêts qui se cachent derrière l'attachement à une participation politique citoyenne à l'échelon local. Enfin, le troisième document doit vous permettre de comprendre dans quel sens vont les institutions et les procédures d'élections, notamment par la nouveauté du panachage (vote en faveur d'autres candidats non présents dans la liste) désormais interdit dans les villes moyennes, et l'élection des élus communautaires au suffrage universel.

 

 

Plan :

 

Grosso modo, la réflexion pouvait s'organiser classiquement autour de trois grands moments.

Il vous était possible soit de choisir un plan en 2 parties (plan plus Sciences Po, notes de synthèse, sociologie, droit : l'accent est mis sur le côté actualité, documents) ou un plan en 3 parties (plan classique histoire, philosophie, analyse : l'accent est mis sur le côté réflexion).

Notre préférence va pour le plan en 3 parties, qui permet d'aborder tous les aspects et de mener une réflexion approfondie, qui résoud les difficultés, mais la règle est toujours de choisir le plan qui répondra le mieux à votre problématique et qui répondra le mieux aux attentes, à ce que vous voulez exprimer.

 

I. Les élections municipales et les nouveautés des scrutins 2014 tournées vers le lien identitaire et la démocratie directe

II. Le rôle nécessaire des représentants municipaux, de la fonction de maire, permet de garantir le gouvernement démocratique

III. L'engagement citoyen favorisé par les avancées des scrutins 2014 comme solution démocratique

 

Les plans encore une fois sont largement variables, et vous disposez pour cette épreuve de Composition sur thème d'actualité d'une bonne flexibilité. Les seuls points importants sont d'aborder la réflexion sur les élections municipales sous tous les angles, notamment de chaque document - l'idéal est de citer chaque document et une fois chacun dans le développement de votre devoir.

 

 

Développement :

 

Pour vous donner quelques idées, vous pouviez parler du contrat social. Le Contrat social de Jean-Jacques Rousseau en 1762 était une référence clé pour ce devoir.

La définition de la démocratie selon Robespierre aurait fait une excellent accroche pour le devoir : "La démocratie est un état où le peuple souverain, guidé par des lois qui sont son ouvrage, fait par lui-même tout ce qu'il peut faire, et par des délégués tout ce qu'il ne peut pas faire lui-même." dans Sur les principes de morale politique

En effet, cette définition parle à la fois du peuple souverain, mais surtout des délégués, qui sont ceux qui permettent "tout ce qu'il ne peut pas faire lui-même". Cette définition contient ainsi en elle-même le rôle des maires, l'importance des citoyens, et les relations qu'ils entretiennent.

Vous pouviez aussi utiliser le débat historique entre la nation/peuple, nation défendue par l'abbé Siéyès dans Qu'est-ce que le Tiers-Etat ? et peuple par Rousseau.

La Ve République offre une solution spéciale à cette opposition dans sa Constitution de 1958 : article 3 : "La souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum."

Les trois notions de nation, peuple, et représentants sont présentes, pour définir la souveraineté.

Vous pouviez également à propos de la Constitution dans la 3e partie notamment inclure, parmi les nouveautés récentes quant aux municipales, l'intégration des citoyens européens : (article 88-3 de la Constitution) "Sous réserve de réciprocité et selon les modalités prévues par le Traité sur l'Union européenne signé le 7 février 1992, le droit de vote et d'éligibilité aux élections municipales peut être accordé aux seuls citoyens de l'Union résidant en France. "

Cette évolution est en effet décisive en ce qu'elle modifie ou renforce les intérêts de l'élection municipale. Il s'agit de consolider cette référence à la citoyenne de l'Union européenne, au service de cette symbolique identitaire dont parle le document 1.

 

 

-> Culture générale : la Démocratie <-

 

Jean-Jacques Rousseau

 

Voir aussi pour Sciences Po Bordeaux :

-> Sciences Po Bordeaux : tous les corrigés 2014

-> Annales Sciences Po Bordeaux BAC+0

-> Sciences Po Bordeaux : corrigés 2013

 

Voir pour Sciences Po Paris :

-> Sujets Sciences Po PARIS 2014