Réussir Sciences Po

 

 

Réussir mieux et plus fort :

 

 

Courte biographie de Max Weber, citations et publications

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 07 mai 2016

Une courte biographie de Max Weber, personnage fondamental pour la sociologie. Son nom est à ressortir dans chacune de vos copies Sciences Po pour le thème de Questions contemporaines, ou culture générale, car il a joué et joue encore une grande influence dans ce domaine.

 

>> Courte biographie de Max Weber


Max Weber est né en 1864. De nationalité allemande, il est issu de la haute bourgeoise allemande. Son père était magistrat et a fait une carrière politique.
Weber devient professeur de droit à l'université de Berlin. Il enseigne l'économie à l'université de Fribourg. Il arrête sa carrière à cause de la maladie : il était neurasthénique. En 1903 Max Weber renonce à sa fonction d'enseignement. En 1909 il crée l'association allemande de sociologie.
Il obtient une chaire à Vienne, où il donne le cours d'Économie et société. En 1919 il obtient une chaire de sociologie à Munich. Weber décède en 1920 de la grippe espagnole.
 

Max Weber - intégrer Sciences Po
Portrait de Max Weber

 

 

>> Publications de Max Weber


Après cette courte biographie de Max Weber, la liste de ses écrits principaux.

L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme (1904) - Max Weber
Hindouisme et bouddhisme (1913) - Max Weber
Confucianisme et taoïsme (1916) - Max Weber
Le judaïsme antique (1917) - Max Weber
La science, profession et vocation (1919) - Max Weber
Le métier et la vocation de l'homme politique (1919) - Max Weber
Économie et société (1922, posthume) - Max Weber

 

>> Citations de Max Weber


Pour compléter cette courte biographie de Max Weber et la liste de ses publications, voici quelques citations parmi les plus utiles pour le concours Sciences Po et les plus connues.

Acte capitaliste : « acte fondé sur l'attente d'un gain par l'exploitation d'opportunités d'échange : sur des chances de profit (formellement) pacifique »
L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme (1904) - Max Weber

« le caractère très majoritairement protestant des détenteurs de capitaux et des chefs d'entreprise, ainsi que des couches supérieures qualifiées de la main d'oeuvre »
L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme (1904) - Max Weber

« le travail d'un métier exercé sans répit était présenté comme le moyen le plus probant d'accéder à cette certitude de soi. Le travail et lui seul était censé dissiper le doute religieux et donner la certitude de l'état de grâce » (chez les protestants)
L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme (1904) - Max Weber

Le « désenchantement du monde » comme « élimination de la magie en tant que technique de salut ».
L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme (1904) - Max Weber

« Bureaucratie. Le moyen le plus rationnel que l'on connaisse pour exercer un contrôle impératif sur des êtres humains. »
Économie et société (1922, posthume) - Max Weber

L'Etat est « une entreprise politique de caractère institutionnel lorsque et en tant que sa direction administrative revendique avec succès, dans l’application des règlements, le monopole de la contrainte physique légitime », ceci « à l’intérieur d’un territoire géographique déterminable »
Économie et société (1922, posthume) - Max Weber

« Nous appelons sociologie une science qui se propose de comprendre par interprétation l'activité sociale et par là expliquer causalement son déroulement et ses effets. »
Économie et société (1922, posthume) - Max Weber

 


-> Les meilleures Biographies <-

-> Les citations de Culture générale <-

 

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : Max, Weber, citations, biographie, courte, résumé, oeuvres, ouvrages, culture générale, sociologie - aucun commentaire


II.B. La vocation au travail

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 04 février 2014

Cours sur le travail : Le travail entre mythes et croyances

 

I. Le travail, une terrible nécessité

I. A. Le travail s'oppose au loisir

I. B. L'esclavage pour s'affranchir du travail

 

 

II. Le travail permet à l'homme de s'accomplir

 

 

II. A. Le travail permet aux hommes de survivre et de progresser

 

II. B. La vocation au travail

 

Max Weber, dans L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, montre comment le travail est devenu une valeur fondamentale de la religion protestante.

 

Weber

« L'unique moyen de vivre d'une manière agréable à Dieu n'est pas de dépasser la morale de la vie séculière par l'ascèse monastique, mais exclusivement d'accomplir dans le monde les devoirs correspondant à la place que l'existence assigne à l'individu dans la société [Lebensstellung], devoirs qui deviennent ainsi sa « vocation » [Beruf].

Cette idée se développe chez Luther au cours de la première décennie de son activité de réformateur. »

 

Max Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1904-1905)

 

Martin Luther (1483 - 1546) en traduisant la Bible donne au mot Beruf (« travail ») une nouvelle signification : « vocation ». « L'accomplissement dans le monde de la besogne professionnelle est pour lui l'expression extérieure de l'amour du prochain » et par conséquent, le seul moyen de plaire à Dieu est de travailler. Le travail est alors défini comme une vocation de l'homme.

 

 

Les croyances et les mythes ont donc forcé les valeurs du travail et la considération des hommes à son égard.

D'après les croyances grecques et latines, le travail est bien un processus nécessaire et douloureux, auquel il est mieux de se dérober en cherchant le loisir.

Les mythes et la religion ont donné au travail une nouvelle dimension, montrant combien le travail peut se révéler bénéfique, par l'aménagement de la nature et comme signe de l'élection divine.

Le travail se définit donc principalement comme une activité susceptible de souffrance, mais ouverte sur des bénéfices, en tant qu'elle modifie la nature, dans son sens le plus large. Comment le travail se confronte-t-il à la nature ? Cette question est l'objet du second chapitre consacré au travail.

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : Sciences Po, IEP, travail, cours, culture général, Weber, protestantisme, comprendre, explication - aucun commentaire