Réussir Sciences Po

 

 

 

-> Echangez vos fiches avec les étudiants Sciences Po
(Gratuit, +150 fiches disponibles)

-> Faites vous corriger des copies pour préparer le concours Sciences Po
(Gratuit, +50 copies déjà corrigées)

 

Les 4 amours pour Stendhal

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 11 mai 2018

Stendhal distingue 4 amours :

  1. L'amour-passion
  2. L'amour-goût
  3. L'amour physique
  4. L'amour de vanité

 

Cet extrait, qui se situe au tout début de l'ouvrage, est une tentative pour analyser le sentiment amoureux.

 

Je cherche à me rendre compte de cette passion dont tous les développements sincères ont un caractère de beauté.

Il y a quatre amours différents :

1° L’amour-passion, celui de la Religieuse portugaise, celui d’Héloïse pour Abélard, celui du capitaine de Vésel, du gendarme de Cento.

2° L’amour-goût, celui qui régnait à Paris vers 1760, et que l’on trouve dans les mémoires et romans de cette époque, dans Crébillon, Lauzun, Duclos, Marmontel, Chamfort, madame d’Épinay, etc., etc.

C’est un tableau où, jusqu’aux ombres, tout doit être couleur de rose, où il ne doit entrer rien de désagréable sous aucun prétexte, et sous peine de manquer d’usage, de bon ton, de délicatesse, etc. Un homme bien sait d’avance tous les procédés qu’il doit avoir et rencontrer dans les diverses phases de cet amour ; rien n’y étant passion et imprévu, il a souvent plus de délicatesse que l’amour véritable, car il a toujours beaucoup d’esprit ; c’est une froide et jolie miniature comparée à un tableau des Carraches ; et, tandis que l’amour-passion nous emporte au travers de tous nos intérêts, l’amour-goût sait toujours s’y conformer. Il est vrai que, si l’on ôte la vanité à ce pauvre amour, il en reste bien peu de chose ; une fois privé de vanité, c’est un convalescent affaibli qui peut à peine se traîner.

3° L’amour physique.

A la chasse, trouver une belle et fraîche paysanne qui fuit dans le bois. Tout le monde connaît l’amour fondé sur ce genre de plaisir ; quelque sec et malheureux que soit le caractère, ou commence par à seize ans.

4° L’amour de vanité.

L’immense majorité des hommes, surtout en France, désire et a une femme à la mode, comme on a un joli cheval, comme chose nécessaire au luxe d’un jeune homme. La vanité plus ou moins flattée, plus ou moins piquée, fait naître des transports. Quelquefois il y a l’amour physique, et encore pas toujours ; souvent il n’y a pas même le plaisir physique. Une duchesse n’a jamais que trente ans pour un bourgeois, disait la duchesse de Chaulnes ; et les habitués de la cour de cet homme juste, le roi Louis de Hollande, se rappellent encore avec gaieté une jolie femme de la Haye qui ne pouvait se résoudre à ne pas trouver charmant un homme qui était duc ou prince. Mais, fidèle au principe monarchique, dès qu’un prince arrivait à la cour, on renvoyait le duc : elle était comme la décoration du corps diplomatique.

Stendhal, De l’amour

 

Toutefois, Stendhal relativise son classement :

Au reste, au lieu de distinguer quatre amours différents, on peut fort bien admettre huit ou dix nuances. Il y a peut-être autant de façons de sentir parmi les hommes que de façons de voir

Stendhal, De l’amour

 

 

-> Culture générale : l'Amour <-

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : amours, les 4 amours, Stendhal, de l'amour, analyse, amour, sentiment amoureux, catégories, texte - aucun commentaire


Quels sont le thème et les oeuvres des prépas scientifiques 2019

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 07 mai 2018

Les oeuvres au programme des prépas scientifiques 2019 sont les suivantes :

 

 

Le thème quant à lui est : "L'amour".

 

Le Banquet est quelquefois désigné sous le nom de Discourssur l’amour. C’est en effet une suite de discours qui furent censés tenus au banquet donné par le poète Agathon, quand il remporta le prix au concours de tragédie, avec son premier ouvrage (416 av.J.-C.).

 

Le Songe d’une nuit d’été peut être regardé comme le pen-dant  de  laTempête.  C’est  encore  ici  une  pièce  de  féerie,  oùl’ imagination semble avoir été le seul guide de Shakspeare. Aus-si  ,  pour  la  juger,   faut-il  ne  pas  oublier  son  titre  et  se  livrer  aucaprice  du  poëte,   qui  a  dû  sentir  lui-même  tout  ce  qu’aurait  dechoquant pour un esprit méthodique et froid le mélange bizarrede  la  mythologie  ancienne  et  de  la  mythologie  moderne,  letransport rapide du spectateur d’un monde réel dans un mondefantastique,  et  de  celui-ci  dans  l’autre.  LaVie  de  Thésée,  dansPlutarque,  et  deux  contes  de  Chaucer,  ont  peut-être  fourni  àShakspeare  quelques  traits  de  son  ouvrage,  mais  l’imitation  yest très-difficile à reconnaître.

 

C’est  dans  l’hiver  de  1830  et  àtrois  cents  lieues  de  Paris  quecette  nouvelle  fut  écrite  ;  ainsi  aucune  allusion  aux  choses  de1839.Bien  des  années  avant  1830,  dans  le  temps  où  nos  arméesparcouraient  l’Europe,  le  hasard  me  donna  un  billet  de  logementpour  la  maison  d’un  chanoine  :  c’était  à  Padoue,  charmante  villed’Italie ; le séjour s’étant prolongé, nous devînmes amis.Repassant à Padoue vers la fin de 1830, je courus à la maisondu  bon  chanoine  :  il  n’y  était  plus  ;  je  le  savais,  mais  je  voulaisrevoir  le  salon  où  nous  avions  passé  tant  de  soirées  aimables,  et,depuis,  si  souvent  regrettées.  Jetrouvai  le  neveu  du  chanoine  etla  femme  de  ce  neveu  qui  mereçurent  comme  un  vieil  ami.Quelques personnes survinrent, et l’on ne se sépara que fort tard ;le  neveu  fit  venir  du  Café  Pedroti  un  excellent  zambajon.  Ce  quinous fit veiller surtout, ce fut l’histoire de la duchesse Sanseverinaà  laquelle  quelqu’un  fit  allusion,  et  que  le  neveu  voulut  bienraconter tout entière, en mon honneur.

 

-> Culture générale : l'Amour <-

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : thème, prépas scientifiques, 2019, concours, littérature, français, philosophie, français-philosophie, l'amour, stendhal, platon, shakespeare - aucun commentaire