Réussir Sciences Po

 

 

 

-> Echangez vos fiches avec les étudiants Sciences Po
(Gratuit, +150 fiches disponibles)

-> Faites vous corriger des copies pour préparer le concours Sciences Po
(Gratuit, +50 copies déjà corrigées)

 

Comment Schopenhauer renvoie les philosophes sur l'amour

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 09 mai 2018

 

Schopenhauer est un penseur indépendant.

Il le prouve une fois de plus en écartant tour à tour les conceptions philosophiques de l'amour de ses prédécesseurs.

Sont ainsi évacuées les analyses de (les noms ont été mis en gras dans le texte) :

  • Platon
  • Rousseau
  • Kant
  • Platner
  • Spinoza

Ce sont autant d'auteurs vers qui nous vous renvoyons pour creuser davantage ce thème de l'amour.

On ne peut donc douter, d'après les faits que je viens de rappeler, ni de la réalité ni de l'importance de l'amour ; aussi, au lieu de s'étonner qu'un philosophe n'ait pas craint, pour une fois, de faire sien ce thème éternel des poètes, devrait-on s'étonner plutôt qu'une passion qui joue dans toute la vie humaine un rôle de premier ordre n'ait pas encore été prise en considération par les philosophes et soit restée jusqu'ici comme une terre inexplorée. Celui qui s'est le plus occupé de la question, c'est Platon, surtout dans le Banquet et le Phèdre : mais tout ce qu'il avance à ce sujet reste dans le domaine des mythes, des fables et de la fantaisie, et ne se rapporte guère qu'à la pédérastie grecque. Le peu que dit Rousseau sur ce point dans le Discours sur l'inégalité est faux et insuffisant. Kant traite la question, dans la troisième section de son écrit Sur le sentiment du beau et du sublime ; mais son analyse est superficielle, faute de connaissance du sujet, et se trouve ainsi en partie inexacte. Quant à l'examen qu'en fait Platner dans son Anthropologie (§§ 1347 et suiv.), chacun le trouvera faible et sans profondeur. La définition de Spinoza mérite d'être rapportée pour son extrême naïveté, ne serait-ce que par plaisir : « Amor est titillatio, concomitante idea causæ externæ. » [L'amour est un chatouillement, accompagné de la représentation d'une cause extérieure] (Éthique, IV, proposit. XLIV, dem.) On voit que je n'ai ni à me servir de mes prédécesseurs, ni à les combattre. Le sujet s'est de lui-même imposé à moi et est venu prendre place dans l'ensemble de ma conception du monde. Je ne peux guère compter d'ailleurs sur l'approbation de ceux mêmes que cette passion domine et qui cherchent à exprimer la violence de leurs sentiments par les images les plus sublimes et les plus éthérées : ma conception de l'amour leur paraîtra trop physique, trop matérielle, si métaphysique et si transcendante qu'elle soit au fond. Qu'ils veuillent bien considérer au préalable que l'objet chéri qui leur inspire aujourd'hui des madrigaux et des sonnets, s'il était né dix-huit ans plus tôt, aurait à peine obtenu d'eux un regard.

Arthur Schopenhauer, Le monde comme volonté et comme représentation, Chapitre « XLIV : MÉTAPHYSIQUE DE L'AMOUR »

 

 

-> Culture générale : l'Amour <-

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : amour, spinoza, schopenhauer, kant, rousseau, platner, platon, phèdre, le banquet, thème de l'amour, philo, philosophie, extrait, citation - aucun commentaire


Sujet corrigé - Cicéron, De la divination

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 17 juin 2015

Ce texte est notamment tombé à l'épreuve de philosophie du bac 2015. Voir tous les sujets du bac 2015.

 

Texte de Cicéron :

Comment peut-on prévoir un événement dépourvu de toute cause ou de tout indice qui explique qu'il se produira ? Les éclipses du soleil et de la lune sont annoncées avec beaucoup d'années d'anticipation par ceux qui étudient à l'aide de calculs les mouvements des astres. De fait, ils annoncent ce que la loi naturelle réalisera. Du mouvement invariable de la lune, ils déduisent à quel moment la lune, à l'opposé du soleil, entre dans l'ombre de la terre, qui est un cône de ténèbres, de telle sorte qu'elle s'obscurcit nécessairement. Ils savent aussi quand la même lune en passant sous le soleil et en s'intercalant entre lui et la terre, cache la lumière du soleil à nos yeux, et dans quel signe chaque planète se trouvera à tout moment, quels seront le lever ou le coucher journaliers des différentes constellations. Tu vois quels sont les raisonnements effectués par ceux qui prédisent ces événements.

Ceux qui prédisent la découverte d'un trésor ou l'arrivée d'un héritage, sur quel indice se fondent-ils ? Ou bien, dans quelle loi naturelle se trouve-t-il que cela arrivera ? Et si ces faits et ceux du même genre sont soumis à pareille nécessité, quel est l'événement dont il faudra admettre qu'il arrive par accident ou par pur hasard ? En effet, rien n'est à ce point contraire à la régularité rationnelle que le hasard, au point que même un dieu ne possède pas à mes yeux le privilège de savoir ce qui se produira par hasard ou par accident. Car s'il le sait, l'événement arrivera certainement ; mais s'il se produit certainement, il n'y a plus de hasard ; or le hasard existe : par conséquent, il n'y a pas de prévision d'événements fortuits.

Cicéron, De la divination, Ier siècle avant J.-C.

 

 

Contexte

La connaissance de l'auteur n'était pas nécessaire. En particulier pour Cicéron et ce texte, cela ne vous aura pas handicapé. Ce traité latin a été écrit en 44 avant Jésus-Christ. Cicéron avait alors une cinquantaine d'années, ce qui correspond à la période de la fin de sa vie, ce qui est intéressant car sa philosophie a quelque peu évolué entre sa jeunesse et cette période. Il écrit ce traité alors que son influence d'homme politique s'affaiblit, notamment après la bataille de Pharsale en -48, qui se conclut par la défaite de Pompée, pour qui Cicéron avait pris parti, contre César.

 

Problématique

La problématique n'est pas clairement énoncée dans ce texte. Il faut la faire émerger. Elle est cependant éclairée par les questions que se posent Cicéron dans cet extrait. Il s'agit de comprendre qu'est-ce qui est prévisible, et de saisir ainsi l'articulation entre le hasard et le prévu, ce qui était destiné.

 

Plan

Vous pouviez suivre le texte phrases par phrases, ou comme le texte était relativement court, faire un commentaire de texte par coupe transversale, c'est-à-dire en le prenant en bloc dans chaque partie de votre commentaire.

 

Comprendre le texte

Reprenons le texte pour faire émerger les idées principales dans ce texte :

 

Comment peut-on prévoir un événement dépourvu de toute cause ou de tout indice qui explique qu'il se produira ?

Pour Cicéron, il n'est pas possible de prévoir un évènement qui n'a pas de cause ni d'indice.

 

Les éclipses du soleil et de la lune sont annoncées avec beaucoup d'années d'anticipation par ceux qui étudient à l'aide de calculs les mouvements des astres. De fait, ils annoncent ce que la loi naturelle réalisera. Du mouvement invariable de la lune, ils déduisent à quel moment la lune, à l'opposé du soleil, entre dans l'ombre de la terre, qui est un cône de ténèbres, de telle sorte qu'elle s'obscurcit nécessairement. Ils savent aussi quand la même lune en passant sous le soleil et en s'intercalant entre lui et la terre, cache la lumière du soleil à nos yeux, et dans quel signe chaque planète se trouvera à tout moment, quels seront le lever ou le coucher journaliers des différentes constellations. Tu vois quels sont les raisonnements effectués par ceux qui prédisent ces événements.

Cicéron prend l'exemple de l'astronomie pour montrer comment un raisonnement a pu conduire à trouver de nouvelles vérités. Mais surtout, ce sur quoi Cicéron insiste, c'est que ce raisonnement est visible, clair, et peut être reproduit. Il y a de vraies raisons, un vrai raisonnement qui ont permis d'établir des conclusions sur l'avenir, de prévoir.



Ceux qui prédisent la découverte d'un trésor ou l'arrivée d'un héritage, sur quel indice se fondent-ils ?

Ici, Cicéron pose la question du sérieux des prédictions qui ne se basent pas sur une réflexion claire, qui ne se basent pas sur des indices, sur des faits visibles. On comprend que sont ici visés les diseurs de bonnes fortune, par le titre de l'extrait "De la divination" et par les exemples pris : découverte d'un trésor et arrivée d'un héritage. Rien ne permet de déterminer à l'avance ces deux évènements, il n'y a pas d'indice. C'est bien l'inverse de l'exemple qu'il avait pris sur l'astronomie.

 

Ou bien, dans quelle loi naturelle se trouve-t-il que cela arrivera ? Et si ces faits et ceux du même genre sont soumis à pareille nécessité, quel est l'événement dont il faudra admettre qu'il arrive par accident ou par pur hasard ?

Cicéron fait l'hypothèse que ce qui permet une prédiction ne réside dans les indices, mais qu'il y aurait une loi naturelle, c'est-à-dire un enchaînement inhérent aux forces de la nature, qui dépasse l'homme et qui fait se mouvoir le monde, qui préside à tel ou tel évènement. Même dans ce cas-là, il faudrait arriver à déterminer ce qui relève de cette loi naturelle, ce qui était destiné, et ce qui arrive par hasard. "Par accident", le terme est employé en un sens proche de hasard, c'est un évènement qui était imprévisible, qui arrive de manière fortuite.

 

En effet, rien n'est à ce point contraire à la régularité rationnelle que le hasard, au point que même un dieu ne possède pas à mes yeux le privilège de savoir ce qui se produira par hasard ou par accident. Car s'il le sait, l'événement arrivera certainement ; mais s'il se produit certainement, il n'y a plus de hasard ; or le hasard existe : par conséquent, il n'y a pas de prévision d'événements fortuits.

Un mot qui aura pu déranger certains d'entre vous : fortuit signifie qui se produit par hasard, de manière imprévue. Si bien que la phrase "il n'y a pas de prévision d'événements fortuits" ressemble à un pléonasme, dans le bon sens du terme.

"régularité rationnelle" -> ce qui est prévisible (exemple des éclipses)
"hasard" -> ce qui est imprévisible, ce qui arrive par accident

Le raisonnement suivi ici est un raisonnement par l'absurde : "si A, alors C n'existe pas ; or il y au moins un cas pour lequel C existe, il faut donc conclure que A n'existe pas."

On remarque pourtant que Cicéron ne justifie pas ici son affirmation "or le hasard existe", et considère cette prémice comme une évidence. Il faut aussi noter la mention que Cicéron fait d' "un dieu", qui interdit de conclure dans cet extrait à un discours qui serait scientiste, ou positiviste, c'est-à-dire où seule la science expliquerait tout.

 

 

-> Sujets en philosophie du bac 2015

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : sujet, corrigé, Cicéron, De la divination, bac, 2015, corrigés, philosophie, philo, commentaire de texte, correction - 6 commentaires


Sujet corrigé - L'artiste donne-t-il quelque chose à comprendre ?

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 17 juin 2015

Ce sujet est notamment tombé à l'épreuve de philosophie du bac 2015. Voir tous les sujets du bac 2015.

 

La formulation du sujet "L'artiste donne-t-il quelque chose à comprendre ?" se rapproche fortement de celle du sujet suivant : "Une œuvre d'art a-t-elle toujours un sens ?" dont nous vous recommandons par conséquent la correction.

Vous pouvez reprendre la même logique de plan, les mêmes accroches.

 

Voici quelques éléments supplémentaires pour alimenter votre développement :


Vous pouviez ajouter à cette correction l'idée que l'artiste donne quelque chose à comprendre, mais que cette chose est trompeuse. C'est la critique de Platon : "L'imitation est donc loin du vrai" tranche-t-il dans La République, englobant sous le concept d'imitation la production artistique en général.

Pour Schopenhauer, l'artiste donne bien plus que la nature ne peut exprimer, en ce sens l'artiste donne quelque chose à comprendre de plus : "Nous savons tous reconnaître la beauté humaine, lorsque nous la voyons ; mais le véritable artiste la sait reconnaître avec une telle clarté, qu'il la montre telle qu'il ne l'a jamais vue ; sa création dépasse la nature" écrit Schopenhauer dans Le Monde comme volonté et comme représentation.

Hegel, dans le même sens, fait voir l'immensité du possible qui se dégage de l'esprit de l'artiste : "l'homme, en ce qu'il crée artistiquement, est tout un monde de contenu"

Pour Rodin, l'artiste voit "les vérités intérieures sous les apparences".

 

 

-> Sujets en philosophie du bac 2015

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : artiste, donner, comprendre, bac, philosophie, 2015, philo, correction, sujets corrigés - aucun commentaire


page 1 sur 4 suivante »