Réussir Sciences Po

 

 

Comment être charismatique
Comment avoir un sourire en or
Maîtrisez la posture charismatique

 

 

Résumé de l'Attaque terroriste en France contre Charlie Hebdo du 7 au 11 janvier 2015

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 16 septembre 2016

Pour comprendre tous les enjeux de ces journées de janvier 2015, vous pouvez directement vous rendre à la partie qui vous intéresse le plus :

 

 

>> Court résumé des attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015

 

7 janvier 2015 : Attentat contre Charlie Hebdo

Deux hommes pénètrent dans les locaux de Charlie Hebdo, magazine satirique, où ils font 12 morts et des blessés graves. Ce sont deux frères, les frères Kouachi, qui ont décidé de venger le prophète Mahomet. Les dessinateurs les plus connus de Charlie Hebdo, morts dans l'attentat, publiaient en effet régulièrement des caricatures de l'islam et de Mahomet.

 

8 janvier 2015 : Traque et fusillade à Montrouge

Les deux frères Kouachi sont recherchés par toutes les forces de police. Dans le sud de Paris, un homme tue une policière. On apprendra par la suite que cet homme, Amedy Coulibaly, s'était concerté avec les frères Kouachi avant de commettre son crime.

 

9 janvier 2015 : Prise d'otage et dénouement

Les deux frères Kouachi se réfugient dans une imprimerie à Dammartin-en-Goële. Lorsqu'ils en sortent l'après-midi pour attaquer les policiers et mourir en martyrs, ils sont abattus.

Amedy Coulibaly, peut-être avec un complice, a pris en otage les clients d'un supermarché cacher. L'assaut est donné par la police immédiatement après la mort des frères Kouachi. Le bilan est de plusieurs morts : les victimes de la prise d'otage, et Amedy Coulibaly.

Les trois hommes étaient issus de la même filière djihadiste et se connaissaient.

Le total des morts pendant ces trois jours comprend 17 victimes et les 3 agresseurs.

 

>> Résumé des principaux faits et de l'attentat, dans la matinée du 7 janvier 2015

 

Charlie Hebdo, magazine satirique, a été attaqué ce 7 janvier 2015, vers 11h30. Au moins 12 morts, dont 2 policiers et 4 blessés en urgence absolue et étaient comptabilisés dans les premiers moments.

L'alerte vigipirate a été élevée en France au niveau "alerte attentat" en Île de France, le plus haut niveau. C'est bien sûr la liberté de la presse qui est également attaquée lors de cette attaque.

Les deux hommes étaient lourdement armés : fusil à pompe et kalachnikov.

Les locaux de Charlie Hebdo étaient pourtant déjà protégés.

Plusieurs attentats terroristes auraient été déjoués les dernières semaines.

Hollande s'exprime après l'attentat contre Charlie Hebdo de janvier 2015

François Hollande a parlé d'un "attentat terroriste" en France d'une "exceptionnelle barbarie" : "dans ces moments-là, il faut faire également bloc. Montrer que nous sommes un pays uni. (...) Nous sommes d'un moment extrêmement difficile. (...) Nous sommes menacés parce que nous sommes un pays de liberté."

David Cameron a condamné une attaque révoltante.

Nicolas Sarkozy s'exprimera au siège de son parti l'UMP à 14h30 et devrait appeler à l'union nationale.

La Maison Blanche condamne l'attaque "dans les termes les plus forts".

Vladimir Poutine a dénoncé le terrorisme.

 

Les lieux de culte, les grands magasins, les organes de presse et les transports ont été placés sous surveillance.

 

Charlie Hebdo :

Charlie Hebdo a été fondé en 1970. Sa diffusion moyenne de 45 000 exemplaires (chiffres 2012) est largement amplifiée par les scandales réguliers provoqués par les caricatures de Charlie Hebdo, notamment en une du magazine, sur des sujets religieux et politiques.

 

Une du Daily Mail 7 janvier 2015 Charlie Hebdo

Une du Daily Mail 7 janvier 2015 Charlie Hebdo

 

>> Le déroulé des informations sur l'attentat au cours de la journée du 7 janvier 2015

 

13h29 : Dans une vidéo témoin, les deux terroristes après avoir tué un policier auraient dit "Nous avons vengé le prophète Mahomet". Les deux hommes ont tiré à au moins 8 reprises sur le policier à terre.

Dans une seconde vidéo, un terroriste a crié : "Allahu akbar". La vidéo, qui montre les deux hommes s'enfuir en montant dans une voiture noire, a été diffusée.

Quand on les voit retourner dans la voiture, ils viennent d'abattre un policier. Ils ont dû retourné près de la voiture, ils descendent avec un fusil d'assaut kalachnikov. Le policier s'effondre sur le trottoir.

 


Les deux terroristes s'apprêtant à tuer le policier devant Charlie Hebdo.

 

 

13h38 : La Maison Blanche a condamné officiellement l'attaque.

13h40 : On apprend que Stéphane Charbonnier (Charb), Jean Cabut (Cabu), Wolinski, et Tignous sont morts.

 Voir une vidéo mise en ligne par France TV Info

 

 

Vidéo du discours de Hollande après l'attentat à Charlie Hebdo :


François Hollande : « c'est un attentat... par lemondefr

 

14h : Une réunion de crise a lieu à l'Elysée

14h38 : Un rassemblement de soutien aux victimes de Charlie Hebdo est prévu à Paris à 18h place de la République, voir l'évènement facebook. A cette heure, déjà 3000 personnes se sont inscrites.

14h39 : Des rassemblement sont prévus également en Province, 18h place de la République à Lille, 18h devant le Club de la Presse à Montpellier, à 18h place des Terreaux à Lyon, à 18h Place Royale à Nantes, Place du Parvis des droits de l'homme à 17h à Bordeaux.

14h45 : Nicolas Sarkozy s'est exprimé : "les journalistes et la rédactions de Charlie Hebdo ont été pris pour cible. C'est une attaque directe, sauvage, à un de nos principes républicains les plus chers, la liberté d'expression. Mes premières pensées se tournent vers les victimes de cet attentat (...) les coupables doivent être poursuivis et châtiés (...) la fermeté absolue est la seule réponse possible. (...) La France est frappée au coeur, la République doit se rassembler, j'appelle tous les Français à refuser la tentation d'amalgame" (...) Le gouvernement doit prendre des mesures fortes contre le terrorisme (...) et notre formation politique soutiendra sans réserve les initiatives du gouvernement"

 

La une du journal allemand Zeit après l'attentat contre Charlie Hebdo
La une du journal allemand Zeit après l'attentat contre Charlie Hebdo

 

15h30 : d'après Bernard Cazeneuve, les criminels étaient trois. "Tous les moyens du ministère de l'Intérieur et de la Justice sont mobilisés, de manière à ce que l'enquête se déploie rapidement"

15h46 : L'économiste Bernard Maris était parmi les victimes.

16h58 : Drapeaux en berne sur l'Elysée, l'Assemblée nationale et le Sénat. Des centaines de rassemblents sont prévus. Claude Bartolone et les présidents de tous les groupes politiques ont appelé à "l'union nationale"

 

>> Entre colère et hommages le soir de l'attentat contre Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015

 

18h : La reine Elisabeth II a fait part de ses condoléances à François Hollande après l'attaque contre Charlie Hebdo

18h17 : Anne Hidalgo va faire de Charlie Hebdo un "citoyen d'honneur" de la ville de Paris

Je suis CHARLIE

Cette image "Je suis Charlie", réalisée par un internaute, s'est propagée par les réseaux sociaux et dans tous les médias. Enormément d'internautes français ont publié cette image, notamment sur facebook ou sur twitter, en photo de profil ou en simple partage. Toutes les chaînes de télévision, d'informations en continu comme iTélé ou BFMTV, ou encore les chaînes généralistes, TF1, France Télévisions, Canal+, ont repris ce slogan "Je suis Charlie", symbole de l'unité et du soutien après l'attentat terroriste.

 

19h12 : la foule s'amasse place de la République à Paris : 15 000 manifestants comptabilisés. 35 000 manifestants à Paris à 20h30. Dans toute la France, 100 000 manifestants.

Place de la République après attentat contre Charlie Hebdo

 

19h22 : "On est tous Français", déclare Matteo Renzi à l'ambassade à Rome

19h42 : le Pape a dénoncé "un horrible attentat"

20h02 : Allocution de François Hollande en direct à la télévision  (4min 30) :

"Je veux ici en votre nom dire toute notre reconnaissance aux familles, aux éprouvés, aux blessés, aux proches, à tous ceux qui sont aujourd'hui meurtris dans leur chair par ce lâche assassinat. Ce sont aujourd'hui des héros et c'est pourquoi demain sera un jour de deuil national. Les drapeaux seront en berne trois jours. (...) Aujourd'hui c'est la République tout entière qui a été agressée. (...) La France a reçu des messages de solidarités et de fraternité du monde entier. (...) Tout sera fait pour les appréhender. Aujourd'hui l'enquête avant sous l'autorité de la justice. (...) Des forces de sécurité vont être déployées partout là où il peut y avoir le début d'une menace. (...) Rien ne peut nous diviser, rien ne doit nous opposer, rien ne peut nous séparer. (...) Le rassemble de tous sous toutes ses formes voilà ce qui doit être notre réponse. (...) Rien ne pourra nous faire fléchir de la détermination qui est la nôtre. Vive la République, et vive la France !"

20h10 : Google ajoute un ruban noir sur sa page d'accueil en homme après l'attentat terroriste  Ruban noir de Google après attentat terroriste

20h58 : Plantu, célèbre dessinateur français, s'est exprimé en ces termes : "Ceux qui sont partis sont d'immenses dessinateurs, assassinés par des barbares"


 

>> La traque des terroristes responsables de l'attentat contre Charlie Hebdo

 

21h05 : Trois hommes, dont deux frères. Ils sont français. L'un des trois est connu par les services de renseignement.

21h06 : Le Point révèle des informations sur ceux qui seraient les suspects : deux franco-algériens, de 32 et 34 ans, issus de Pantin en France, revenus de Syrie cet été. L'un des deux suspects a été jugé en 2008 dans le cadre du démantèlement de la filière irakienne dite du "19ème arrondissement" de Paris. Le 3e homme serait un SDF.

21h10 : Lors d'un entretien téléphonique, Obama a fait par "du plein soutien des Etats-Unis à la France, de sa solidarité et de sa pleine coopération contre le terrorisme"

21h11 : l'Eglise Notre-Dame-de-Paris sonnera le glas jeudi midi, pour marquer un temps de recueillement face à la violence de cette attaque terroriste du 7 janvier 2015.

 

22h : RTL a changé son logo en couleur noire, en hommage aux victimes de la fusillade de Charlie Hebdo : Logo RTL noir après fusillade de Charlie Hebdo

 

22h45 :

La Une du journal Libération du 8 janvier 2015
qui titre "Nous sommes tous Charlie"

Une du journal Libération Nous sommes tous Charlie

La Une du Figaro du 8 janvier 2015,
qui arbore exceptionnellement un logo noir en hommage
après l'attentat contre Charlie Hebdo.

La une du Figaro couleur noire Charlie Hebdo

 

23h00 : carte d'identité de Saïd Kaouchi : la carte révèle que Saïd Kaouchi est né dans le 10e arrondissement de Paris, il mesurait en outre 1m68 au moment de la création de la carte.

Said Kaouchi, suspect dans l'attaque contre Charlie Hebdo
Carte d'identité de Said Kaouchi, suspect d'avoir commis l'acte terroriste contre Charlie Hebdo

 

Cherif Kaouchi était lui livreur de pizza quand il s'est fait interpellé par les forces de l'ordre, qui suspectaient que Cherif Kaouchi parte faire le djihad.

23h01 : d'après Le Point, les trois supects ont été identifiés et localisés. Le Raid s'apprête à intervenir. Les suspects ont été localisés à Reims, dans le quartier de la Croix-Rouge. C'est la carte d'identité abandonné dans la voiture C3 des criminels qui a permis de conduire à cette piste.

Les deux frères suspects s'appellent Saïd et Cherif Kouachi. Le 3e homme serait un SDF de 18 ans, et s'appelle Hamyd Mourad.

23h20 : "Ou, prévenus par la police et les réseaux sociaux, ils sont partis, ou ça va rafaler" met en garde un officier du Raid à propos des suspects.

23h30 : Les 2 frères auraient fait partie d'une des premières filières djihadistes en France au début des années 2000.

23h34 : D'après Le Point : "Le plus jeune des deux, Cherif, avait écopé en 2008 de trois ans d'emprisonnement, dont 18 mois avec sursis, pour avoir participé à une filière d'acheminement de djihadistes français vers l'Irak. La " filière des buttes Chaumont " avait été démantelée trois ans auparavant. Elle était composée d'une dizaine de jeunes parisiens qui, pour certains, avaient reconnu en garde à vue avoir fomenté des projets d'attentats".

23h50 : Opération de police en cours

Opération de police en cours Charlie Hebdo Reims 2015-01-07 à 23h49
Opération de police en cours à Reims - 23h50, 7 janvier 2015

 

Jeudi 8 janvier 2015

 

00h11 : Les forces de l'ordre sont en place à Reims et se tiennent prêtes.


Dispositif des forces de l'ordre munis de fusil à Reims dans le quartier sensible de la Croix-Rouge.
Des petits groupes de 10 membres attendent devant les immeubles.

 

2h : Les interventions n'ont donné lieu à aucune interpellation.

2h20 : Le plus jeune des trois suspects, Mourad Hamyd, 18 ans, s'est rendu "vers 23 heures après avoir vu que son nom circulait sur les réseaux sociaux". Certains camarades témoignent l'avoir vu en cours, Mourad Hamyd reste en garde vue.

2h30 : la police a publié un appel à témoins sur lesl deux frères Kouachi suspects

Les deux suspects Kouachi après l'attaque contre Charlie Hebdo
Photos des deux suspects issues de l'appel à témoin
mise en place par la police

 

3h30 : au commissariat de Charleville-Mézières, "aucune charge" n'a été retenue contre le 3e suspect qui s'est rendu lui-même. Il s'agissait de vérifications.

5h15 : Selon Le Monde, le quartier de la Croix-Rouge à Reims est redevenu calme après l'allègement du dispositif policier. Des rumeurs évoquent le premier étage au 10 de l'avenue Bonaparte comme l'endroit où auraient dormi les deux frères suspects.

5h20 : Aujourd'hui jeudi 8 janvier 2015, la journée a été déclarée jour de deuil national par François Hollande ; ces indications ont été publiées au Journal Officiel. Une marche républicaine est prévue dimanche.

9h : La police a procédé à plusieurs mises en détention dans la nuit indique le Premier Ministre Manuel Valls.

10h : Une personne arrêtée dans le sud de Paris après des tirs Porte de Châtillon.

11h : La policière visée par les tirs au sud de Paris est morte.

11h20 : Selon Le Parisien, deux suspects qui pourraient être Chérif et Said Kouachi auraient été localisés ce matin dans l'Aisne, à proximité de Villers-Cotteret, sur la RN2. Les individus correspondraient au signalement des deux suspects en fuite et seraient à bord d'une Clio blanche. ils portaient des cagoules. Des armes longues étaient visibles à l'arrière du véhicule. Sur Twitter, on évoque une concentration de forces de gendarmerie à proximité de Vauciennes, où la route était fermée à la circulation.

11h30 : Une station service a été braquée par les deux suspects. C'est le gérant qui les a formellement reconnus. Les suspects sont en route vers la Seine-et-Marne. La plaque d'immatriculation ne correspond pas au véhicule utilisé. Les policiers ont dû s'équiper de fusils d'assaut et de protections.

11h40 : Les radios musicales diffuseront Imagine des Beatles à midi.

12h : Une minute de silence a été observée dans beaucoup d'endroits de France

12h08 : Charlie Hebdo sortira jeudi avec des contributions de nombreux dessinateurs du monde entier.

22h : 9 personnes sont en garde à vue indique Bernard Cazeneuve.

 

 

>> Vendredi 9 janvier 2015 : 2 prises d'otages et 1 dénouement - le résumé

 

Vendredi 9 janvier 2015

 

9h : Des échanges de coups de feu éclatent à Dammartin-en-Goële sur la Nationale 2

9h 40 Le ministre de l'Intérieur confirme l'opération en cours à Dammartin

9h50 : Un employé est retenu en otage dans la zone artisanale de Dammartin-en-Goële, plus précisément dans l'imprimerie nommée Création Tendance Découverte

10h40 : Ce sont bien les frères Kouachi qui seraient responsables de la prise d'otage.

10h44 : Manuel Valls, Premier Ministre, a fait la déclaration suivante : "Nous sommes dans une guerre contre le terrorisme. Nous ne sommes pas dans une guerre contre une religion, contre une civilisation"

11h : Des négociations sont en cours avec les frères, mais ces derniers déclarent n'avoir rien à perdre, comme le confirme le député local, Yves Albarello (UMP) : "les deux fugitifs ont déclaré vouloir mourir en martyrs".

11h11 : Marine Le Pen, qui était reçue par François Hollande, a évoqué les sujets qui ont été abordés. Concernant la polémique sur la présence du FN au rassemblement dimanche, où manifestement le FN n'avait pas été convié, Marine Le Pen a ajouté : "Je ne vais pas forcer les cordons de police... pour être tout à fait honnête, le président de la République a indiqué que ma sécurité serait assurée. Je l'en remercie, mais je ne vais pas forcer les cordons des organisateurs pour essayer de m'introduire dans une manifestation où, manifestement, les organisateurs principaux ne veulent pas nous voir."

11h15 : D'après Le Point, le tireur de Montrouge était bien lié aux frères Kouachi. Ils se connaissent et sont issus de la même filière djihadiste des Buttes-Chaumont, du 19e arrondissement de Paris.

11h19 : François Hollande a précisé que "tous les citoyens peuvent venir" à la marche qui aura lieu dimanche, en référence à la polémique déclenchée parce que le Front National n'avait pas été invité à cette marche, comme s'en est offusqué Marine Le Pen.

11h40 : Le témoignage de l'homme qui s'est fait braqué rue de Meaux à Paris en parlant de ceux qui ont pris sa voiture : "très très calmes, très déterminées, très posées, très professionnelles, des commandos ! Il n'a jamais élevé la voix, ils n'ont jamais couru, ils n'ont jamais paru excités. Ils n'étaient pas transpirants. Rien de tout ça. Des gens en opération, qui ont donné l'impression d'être en opération. En partant, ils m'ont dit : "Si jamais, tu t'adresses... enfin, si les médias t'interrogent, tu diras : "C'est al-Qaïda au Yémen"."

12h : Opération de police en cours à Dammartin-en-Goële

Opération de la police à Dammartin-en-Goële où a lieu la prise d'otage des frères Kouachi
Opération de la police à Dammartin-en-Goële où a lieu la prise d'otage des frères Kouachi

12h04 : Un homme, se présentant comme l'un des deux preneurs d'otage, aurait pris contact en milieu de matinée avec BFMTV.

13h00 : Depuis hier, un groupe de hackers se revendiquant d'Anonymous a prévenu qu'il y aurait des représailles pour venger les victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo. Ils ont publié une vidéo youtube disponible ci-dessous :

13 h01 : Un homme armé d'une kalachnikov fait irruption dans une épicerie casher situé porte de Vincennes. Plusieurs coups de feu ont été entendus faisant un blessé selon l'Agence France-Presse

14h05 : l'homme qui a pris en otages le supermarché casher de la porte de Vincennes est Amedy Coulibaly, le suspect de la fusillade de Montrouge. Il appartient, comme Chérif Kouachi, à la "filière des Buttes-Chaumont".

14h18 : L'AFP annonce au moins 2 morts dans la prise d'otages du supermarché porte de Vincennes.

14h20 : Un appel à témoins est lancé, sur 2 nouvelles personnes susceptibles d'être armées et dangereuses.


Hayat Boumeddiene (sa compagne), Amedy Coulibaly, recherchés par les forces de l'ordre.

14h21. 2 femmes, 2 hommes et un bébé seraient à l'intérieur du supermarché casher où a lieu la prise d'otages.

14h22 : Les assaillants seraient 2. L'un se serait rendu selon un riverain contacté par Le Monde.

15h10 : La place du Trocadéro, à Paris, est évacuée, la station de métro fermée.

15h20 : Le Raid arrive porte de Vincennes.

15h30 : la place du Trocadéro a rouvert, le métro a rouvert. Informations contradictoires sur les victimes annoncées : lla préfecture dément qu'il y ait eu des morts, une autre source indique au Monde au moins deux victimes.

16h09 : La police française escorte les enfants de l'école proche de la prise d'otage de Dammartin-en-Geole, pour les évacuer.


Une de CNN sur les policiers français escortant les enfants.

17h00 : Les deux frères suspects sont sortis en tirant sur les forces de l'ordre. Echange de feux pendant une minute. Les deux frères Kouachi sont morts.

Photo AFP - Assaut Dammartin 9 janvier 2015
Photo de l'AFP, Joël Saget - L'assaut donné à Dammartin-en-Goële contre les deux frères Kouachi.

17h13. L'assaut est donné porte de Vincennes : échanges de tirs nourris. Les hommes du Raid crient : "Au sol ! Au sol !"

17h15. Des policiers du Raid sont blessés. 10 otages ont été libérés. "Ils l'ont eu !" crient des policiers. Amedi Coulibaly est mort dans l'assaut.


La vidéo de la prise d'assaut qui a mis fin à la prise d'otage dans un magasin cacher le 9 janvier 2015.

17h36 : Une équipe d'intervention a été hélitreuillée sur le toit de l'imprimerie.

17h38 : Coup de théâtre : l'"otage" de Dammartin n'en était pas un. L'homme de 26 ans s'était en fait caché depuis le début dans une des pièces de l'entreprise, sous un évier de l'imprimerie : un meuble de « 70 centimètres sur 90, avec 50 centimètres de profondeur », sans pouvoir bouger : « si on fait un mouvement, d'un côté la porte s'ouvre, de l'autre côté, ça tape dans le mur ». Il est indemne. Les frères Kouachi n'auraient pas repéré sa présence durant le siège de l'imprimerie. Il informait en fait avec des détails très précis les forces de l'ordre sur la situation des lieux.

18h : Porte de Vincennes : la prise d'otages dans une supérette casher porte de Vincennes a fait 5 morts, Amedy Coulibaly et 4 otages.

18h05 : Le président de la République doit parler en direct depuis l'Élysée avant 20 heures.

18h07. Porte de Vincennes : 4 blessés graves "en urgence absolue" à la suite de la prise d'otages, en plus des morts.

Hyper Cacher, lieu de la prise d'otage du vendredi 9 janvier 2015
Les policiers devant le magasin cacher où a eu lieu la prise d'otage d'Amedy Coulibaly, Porte de Vincennes,
ce vendredi 9 janvier 2015.

18h30 : Manuel Valls, Premier Ministre, sera au journal télévisé de 20 heures de TF1 ce soir.

18h43 : David Cameron, chef du gouvernement au Royaume-Uni, sera présent à la marche de dimanche à Paris.

18h53 : Le chef du Conseil italien, Matteo Renzi, sera aussi présent à la marche à Paris.

18h59 : "Paris est Charlie" est affiché en haut de l'Arc de Triomphe

19h : Porte de Vincennes : les policiers ont pu entendre Amedi Coulibaly pendant 2 minutes grâce à un téléphone qu'il aurait mal raccroché, d'après les informations de BFM-TV. Il commençait notamment à faire sa prière au cours de cette écoute du téléphone mal raccroché. BFM TV ne l'a pas révélé plus tôt. De plus à 15h, Amedi a appelé BFM TV : Amedi Coulibaly se revendique de l'Etat islamiste, il a des instructions du califat selon lui. Il établit un lien avec les frères Kouachi. Ils sont en lien avec les frères. Ils se sont synchronisés pour attaquer. Selon Amedi Coulibaly, ils ne sont alors plus en contact, ils s'étaient seulement entendus avant leurs attaques. Il a fait ça "pour défendre les musulmans opprimés". Pourquoi ce magasin cacher ? Parce qu'il visait des juif.

19h20 : Ils ont pris contact avec les médias pour essayer de médiatiser. Ils ont appelé BFM TV pour faire passer leur message. Une concertation a eu lieu au sein de BFMTV, déclaration aux enquêteurs. BFMTV a décidé de ne rentrer dans ce jeu, et de ne divulguer ces informations qu'après la fin des assauts.


Les révélations de BFMTV sur les contacts qu'ils ont eus avec les tueurs.

19h25 : Les hommes avaient donc bien préparé leurs attentants, et s'étaient concertés avant.

19h26 : La petite amie de Coulibaly, Hayat Boumeddiene, est toujours recherchée. Elle se serait sauver pendant l'assaut et pendant l'évacuation des otages.

19h30 : Saïd Kouachi et Chérif Kouachi ont affirmé avoir été envoyé par Al-Qaïda au Yémen, financé par l'imam Anwar al-Awlaqi, mort depuis 2011 par un drone américain.

19h33 : Angela Merkel sera présente également à la marche dimanche à Paris. Le premier ministre belge, Charles Michel, sera aussi présent.

19h50 à 19h57 : Discours de François Hollande : "La France a été attaquée trois jours de suite (...) La France elle a fait face. D'abord, j'exprime toute ma solidarité aux familles, aux victimes, aux blessés, mais la France elle a fait face parce que quand elle surmonte une épreuve c'est une tragédie pour la nation (...) Les assassins ont été mis hors d'état de nuire (...) Je veux saluer le courage, la bravoure, l'efficacité des gendarmes, des policiers, de tous ceux qui ont participé à ces opérations. Je veux leur dire que nous sommes fiers, fiers d'eux (...) Ils l'ont fait pour sauver des vies humaines, celles des otages. (...) Mais la France même si elle est consciente d'avoir fait face (...), elle ne l'a pas terminé avec les menaces dont elle est la cible. Alors je veux vous appeler à la vigilance, à l'unité, et à la mobilisation. La vigilance c'est d'abord à l'Etat d'en faire la démonstration (...) Je vous appelle aussi à l'unité (...) c'est notre meilleure arme (...) aujourd'hui dans ce magasin cacher c'est bien un acte antisémite effroyable qui a été commis. Ne pas nous diviser cela veut dire que l'on ne doit faire aucun amalgame (...) Ces fanatiques n'ont rien à voir avec la religion musulmane (...) Cette solidarité nous devons en montrer toute l'efficacité. Nous sommes un peuple libre qui ne cède à aucune pression (...) De nombreux chefs d'Etat ont voulu nous exprimer leur solidarité (...) J'appelle tous les Français à se lever ce dimanche (...) Alors dans cette épreuve je vous l'assure, nous sortirons encore plus fort, vive la République, et vive la France." François Hollande sera bien à la marche dimanche.

20h30 : "Il y aura un avant et un après", explique Manuel Valls sur TF1. "Cette attaque est une blessure mais la France ne peut pas avoir peur."

 

Voir aussi :

-> Résumé des actualités année 2015

 

 

 

Classé dans : Actualités, Histoire - Mots clés : charlie hebdo, attentat, janvier, 2015, Paris, charb, mort, stéphane, photos, vidéos, déroulé, journée, témoignage, images, Hollande - aucun commentaire


Court résumé des Attaques terroristes à Paris du 13 au 20 novembre 2015

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 23 mars 2016

 

Alors que la France avait déjà connu la tragédie au début de l'année 2015, lors des Attaques terroristes de janvier 2015 à Paris contre Charlie Hebdo le pays a de nouveau été confronté au djihadisme et à ses conséquences mortelles. Retour d'abord de façon résumée, puis de manière beaucoup plus complète et détaillée, sur les terribles attentats qui ont achevé l'année 2015.

 

Voici dans l'ordre :

 

  1. Court résumé des attentats de Paris (13-20 novembre 2015)
  2. Déroulé détaillé des attentats (13-14 novembre 2015)
  3. Solidarité et réactions (14 novembre 2015)
  4. L'après-coup des attentats terroristes (14-17 novembre 2015)
  5. Opération armée à Saint-Denis et Etat d'urgence prolongé (18-20 novembre 2015)

 

 

>> Court résumé des Attentats à Paris et de l'enquête du 13 au 20 novembre 2015

 

  • Des attentats ont eu lieu à Paris tard le soir du vendredi 13 novembre 2015.
  • Coordonnées, et déclenchée en six points différents de la capitale, elles ont plongé la France dans l'horreur, onze mois seulement après les attentats de janvier à Paris à l'encontre notamment du magazine satirique Charlie Hebdo.
  • L'état d'urgence a permis d'effectuer plus de 400 perquisitions et plus de 70 saisies d'armes en une semaine.
  • L'enquête s'est rapidement tournée vers la Belgique, et vers Saint-Denis, près de Paris. Au cours de l'opération menée à Saint-Denis, le terroriste organisateur des attentats, une femme, et un homme sont morts.

 

>> Déroulé détaillé des Attentats du 13 novembre 2015 à Paris

 

3 équipes de terroristes sont entrées en action le vendredi 13 novembre 2015 au soir. Voici le résumé de ces attentats heure par heure.

 

vendredi 13 novembre 2015

21h20 - Le match amical France-Allemagne est en train de se jouer. Une première explosion à hauteur de la porte D du Stade de France. 2 corps sont découverts : un kamikaze, avec une ceinture d'explosifs et un détonateur. Le second corps est un passant. Le kamikaze avait essayé de s'introduire dans le Stade de France 15 minutes après le début du match mais ses explosifs ont été détectés par la sécurité.

21h25 - Dans le 10e arrondissement de Paris, le bar le Carillon et le restaurant le Petit Cambodge sont visés par des tirs de kalachnikov. Les criminels étaient arrivés dans une voiture noire. Une centaine de douilles sont retrouvées. 15 personnes sont décédées et des blessés en urgence absolue.

21h30 - 2e explosion porte H du Stade de France. Un autre kamikaze s'est fait sauter, avec un gilet armé d'explosifs tout comme la 1ère explosion au Stade de France.

21h32 - Dans le 11e arrondissement, fusillade dans le bar La Bonne Bière : 5 personnes sont mortes, et 8 blessés en urgence absolue. Les criminels avaient également une voiture noire, et une centaines de douilles ont été retrouvées.

21h36 - Restaurant la Belle Equipe : 19 personnes sont mortes, alors qu'ils étaient en terrasse. Encore une centaine de douilles retrouvées.

21h40 environ - Le restaurant Comptoir Voltaire dans le 11e arrondissement est victime d'une attaque perpétrée par un kamikaze. Il portait un gilet explosif comme les kamikazes du Stade de France. Une personne est grièvement blessée, et plusieurs autres légèrement.

21h40 - Devant la salle de spectacle le Bataclan, une voiture arrive. 3 personnes en sortent, font irruption dans la salle où se jouait un concert de rock, et tirent abondamment dans la masse des gens. C'est un carnage : alors que les spectateurs sont pris d'effroi, et tentent de se protéger, certains en rampant vers les sorties de secours ou en se barricadant, les criminels tirent dans la masse. Les assaillants prennent ensuite en otages les personnes du public survivantes qui se sont recroquevillées devant la fosse, et où on retrouvera le plus grand nombre de victimes. Lors de brefs pourparlers, les criminels avancent comme motif de leur attaque l'Irak et la Syrie, où la France a une présence militaire marquée depuis plusieurs mois.

23h05 - Le président François Hollande, dans un discours diffusé à la télévision, proclame l'état d'urgence, la fermeture des frontières, tout en appelant au calme et à l'unité malgré "l'horreur".

samedi 14 novembre 2015

00h20 - L'assaut est donné par la police dans la salle de spectacle du Bataclan. Un terroriste est tué par les policiers, les 2 autres terroristes se font sauter en actionnant leur ceinture bardée d'explosifs. 89 personnes du public sont retrouvées mortes, et de nombreux blessés sont pris en charge.

7h00 - Paris se réveille dans l'horreur. Même si certains Parisiens dormaient encore pendant cette nuit sanglante, le monde entier se tournait et affichait sa solidarité envers la capitale française. Tandis que le World Trade Center s'illuminait des couleurs du drapeau français, les messages de solidarité des gouvernements de tous les continents ont afflué durant la nuit : Etats-Unis, Chine, Allemagne, Japon, etc.

8h45 - Toutes les compétitions sportives qui devaient avoir lieu en Île-de-France sont annulées. Tous les étalissements scolaires et universitaires d'Île-de-France sont également fermés ce samedi.

10h50 - Alors que le bilan officiel est de 128 personnes décédées, 250 bléssés dont 100 gravement, François Hollande décrète 3 jours de deuil national et accuse Daesh d'avoir commis "un acte de guerre". A cette heure, les 7 terroristes sont morts et des tests ADN sont en cours pour identifier les criminels. Les manifestations sur la voie publique sont interdites jusqu'au jeudi suivant.

 

 

 

>> Solidarité et réseaux sociaux face à la tragédie des attentats du 13 novembre 2015

 

Un immense élan de solidarité s'est formé en réaction aux attentats.

Les réseaux sociaux ont joué un rôle majeur. Ainsi, le hashtag #PortesOuvertes s'est immédiatement installé dans les sujets populaires de Twitter, chacun proposant d'accueillir les personnes qui se trouveraient bloquées à cause des attentats, notamment après les perturbations et l'arrêt du traffic.

Sur Facebook, une fonctionnalité permettant à tous les Parisiens d'indiquer s'ils sont bien en sécurité, et si leurs proches sont en sécurité,  a été déployée pour la première fois en réaction à une attaque terroriste.

Sur tous les réseaux sociaux, et dans tous les messages, des images de solidarité et de soutien étaient affichées et postées dans le monde entier : certaines portaient l'inscription "Pray for Paris" dans la même police de caractère que les attendants de janvier 2015 contre Charlie Hebdo, d'autres montraient Marianne, symbole de la République, en larme, et d'autres encore détournaient la Tour Eiffel en signe de solidarité.

 

>> L'après-coup des attentats terroristes de novembre 2015 - le Résumé des 14, 15 et 16 novembre

 

samedi 14 novembre 2015

12h - L'Etat Islamique revendique officiellement être l'auteur des attentats en France ce 13 novembre 2015.

12h45 - Un passeport syrien a été retrouvé sur l'un des kamikazes.

17h - Le passeport syrien retrouvé près du kamikaze est celui d'un migrant réfugié syrien enregistré par les autorités grecques sur l'île de Leros au mois d'octobre.

18h - L'un des terroristes identifiés avait été fiché depuis 2010 par la police française.

18h30 - Plusieurs arrestations ont été effectuées en Belgique. Une voiture immatriculée en provenance de la Belgique avait été retrouvée près du Bataclan.

 

dimanche 15 novembre 2015

7h00 - La France se réveille en apprenant que 168 perquisitions « administratives » ont eu lieu grâce au stat d'état d'urgence dans tout le pays.

 

lundi 16 novembre 2015 et mardi 17 novembre

Les perquisitions continuent. L'enquête progresse, notamment en Belgique et plus précisément le quartier sulfureux de Molenbeek-Saint-Jean.

 

>> Opération armée à Saint-Denis et Etat d'urgence prolongé - le Résumé des 18, 19 et 20 novembre

 

mercredi 18 novembre 2015

4h16 - Une importante opération policière est menée avec pour objectif de neutraliser l'organisateur des attentats : Abdelhamid Abaaoud.

7h00 - Des personnes sont retranchées dans appartement de Saint-Denis au 3e étage, que les forces armées essaient de forcer. Des échanges violents de tirs ont lieu.

11h30 - L'assaut est enfin terminé. Une femme s'est fait explosé : c'est la première femme kamikaze en France. Un autre terroriste est confirmé mort. Il y avait au moins une 3e personne présente, non identifiée. Plusieurs personnes sont placées en garde à vue, et notamment l'homme qui leur avait prêté l'appartement, et qui avait été interrogé un peu plus tôt par BFMTV.

18h00 - Le bilan depuis les attentats est de 414 perquisitions ainsi que 64 interpellations. 60 personnes ont ainsi été mises en gardes à vue et 75 saisies d'armes ont eu lieu. Plus d'une centaine d'assinagnations à résidence ont été ordonnées.

 

jeudi 19 novembre 2015

L'Assemblée nationale vote la reconduction de l'état d'urgence pendant 3 mois. Seulement 6 députés votent contre.

La fête des Lumières de Lyon qui devait avoir lieu début décembre est annulée, et remplacée par un hommage aux victimes.

 

vendredi 20 novembre 2015

13h00 - Contrairement à ce qui avait été anoncé, la femme qui était présente dans l'assaut de Saint Denis n'est pas morte en kamikaze. Un 3e corps a été identifié : il s'agirait de celui d'un homme. Au final, 3 djihadistes ont donc trouvé la mort lors de cet assaut : le terroriste organisateur des attentats, une femme, et un homme.

 

samedi 21 novembre 2015

15h00 - La Belgique, par peur d'un attentat similaire à celui de Paris, a recommandé à toute la population de ne pas sortir. Les transports en commun sont suspendus, et de nombreux établissements fermés.

 

-> Résumé des actualités 2015

-> Résumé des actualités 2016

 

22 mars 2016

Attentats en Belgique des frères El Bakraoui.

-> Actualités <-

 

Classé dans : Actualités - Mots clés : attentats, attaques terroristes, novembre 2015, 14 novembre 2015, tueries, France, Paris, attentats de Paris, terrorisme, attaques terroristes 2015 - aucun commentaire


Chapitre 6 - Le cas des trois villes Paris, Lyon et Marseille

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 08 février 2016

Titre 3 - Les collectivités territoriales

Chapitre 5 - La collaboration entre collectivités locales

Chapitre 6 - Le cas des trois villes Paris, Lyon et Marseille

 

>> Section 1 - Le système électoral particulier

 

Le système électoral de ces trois villes, Paris, Lyon, Marseille, intègre l'échelon des secteurs électoraux. A Paris et à Lyon, le secteur électoral correspondant à un arrondissement. A Marseille, un secteur électoral peut regrouper deux arrondissements (loi du 9 juillet 1987).

Les conseillers municipaux et d'arrondissement sont élus dans chaque secteur électoral d'après la loi du 19 novembre 1982.

 

>> Sections 2 - Les arrondissements

 

Les arrondissements dans ces trois grandes villes pour rapprocher le citoyen des élus. Paris, Lyon et Marseille étant les trois plus grandes villes de France, il a fallu trouver un échelon qui prenne en compte cette particularité.

Les conseils d'arrondissement jouent un rôle particulier depuis la loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, notamment par la possibilité de donner des avis au maire de la commune.

Il existe pour chaque un arrondissement un maire d'arrondissement.

 

>> Les villes Paris, Lyon, Marseille, au cas par cas

 

Chacune de ces  trois villes, Paris, Lyon, Marseille a suivi une évolution particulière.

 

Paris

 

Jusqu'en 1968, Paris n'avait pas de maire dans le cadre de la ville de Paris. Il existait deux entités : la ville de Paris, et le département de la Seine.

La loi du 31 décembre 1975 a complètement changé l'organisation administrative de la région parisienne. Pour simplifier le cas de Paris, et le rendre plus proche de l'organisation administrative classique, la ville de Paris a été remplacée par la commune et le département, qui avaient la même étendue.

 

Lyon

 

Michel Mercier, président du conseil général du Rhône, et Gérard Collomb, président du Grand Lyon, ont mis en place les éléments pour la transformation du Grand Lyon en métropole de Lyon est inscrite au sein de la loi MAPTAM du 27 janvier 2014.

La métropole de Lyon a un statut particulier : ce n'est plus un établissement public, mais une collectivité territoriale. Elle exerce les compétences normalement dévolues au département.

 

Aix-Marseille-Provence

 

Une métropole Aix-Marseille-Provence doit voir le jour le 1er janvier 2016.

 

-> Titre 4 - L'établissement public > Chapitre 1 - L'établissement public classique

 

-> Fiches de cours - L'organisation administrative <-

 

 

 

 

Classé dans : Politique - Mots clés : cours, Paris, Lyon, Marseille, droit administratif, organisation, élections, statut, villes, droit administratif - aucun commentaire


page 1 sur 9 suivante »