Réussir Sciences Po

 

 

Comment booster votre charisme :
 

 

III. La géographie des échanges de la mondialisation

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 25 novembre 2016

 

 

A. Le dynamisme du commerce international comme facteur explicatif de la répartition mondiale


 

Le commerce international dépasse aujourd’hui la production mondiale. C’est-à-dire que les flux, les échanges sont au-delà de la production réelle mesurée par le PIB. En 2011, le commerce est 2 fois supérieur à la production mondiale.


Un total de 21 986 milliards d’US$ d’exportations mondiales en 2011 dont : 17 816 milliards d’US$ d’échanges de marchandises et 4 170 milliards d’US$ pour les services.


Parmi les marchandises échangées : la part des produits manufacturés reste très importante, et ne cesse d’augmenter. A l’inverse les produits agricoles sont de moins en moins au cœur des échanges mondiaux.


Seuls les IDE des pays développés diminuent, c’est donc les pays en développement qui permettent l’augmentation au niveau mondial des flux d’IDE. Il s’agit bien ici des IDE des pays en développement qui permettent d’assurer la continuité de la croissance du commerce mondial.  Ainsi ils bouleversent la hiérarchie mondiale où les pays du Nord étaient dominants.

Toutefois, même les IDE sont très sectorialisés et révélateurs du fait qu’ils impulsent le commerce mondiale selon leur répartition.  L’augmentation de la part des services dans le commence mondiale est concomitante avec l’augmentation des IDE dans les services.
 

B. La régionialisation

 

La régionalisation est une réponse à l’internationalisation.

Le Nord s’organise autour d'un accord multilatéral au niveau mondial : GATT en 1947 (General Agreement on Tarifs and Trade).


La régionalisation apparaît dès les années 50 : CECA en 1951, et CEE en 1957. Multiplication des échanges régionaux spécifiques.


La libéralisation régionale des échanges de marchandises prend 2 formes :

  • extension géographique
  • libéralisation plus poussée des échanges à l’intérieur de la zone considérée.


La concurrence mondiale est organisée autour de 3 pôles :

  1. L’Europe occidentale est le 1er pôle d’échanges
  2. L’Amérique du Nord est le 2e pôle d’échanges
  3. L’Asie est le 3e pôle d’échanges


Ils sont connus sous le nom de Triade et réalisent 86,9 % des exportations mondiales.

Il y a également un développement continu du commerce intra régional entre pays riches. Le commerce intra régional reste vigoureux en Amérique du Nord, en Europe et en Asie.  C’est en Europe qu’il est le plus important, représentant 71 % des exportations de la région en 2011. En Asie, 53 % des exportations se font vers les pays de la région. En Amérique du Nord près de 48 % des exportations sont destinées aux membres de l’ALENA.

Les pays du Sud s’organisent pour pallier leur manque d’intégration. Le commerce Sud-Sud représente à peine plus du dixième du total des échanges mondiaux, mais il est en pleine expansion. Les échanges entre pays du Sud peuvent avoir une influence décisive sur la forme que prendra la nouvelle géographie commerciale. La coopération économique et commerciale régionale, notamment par le biais des accords commerciaux bilatéraux et régionaux, est un mécanisme central qu’utilise un nombre croissant de pays en développement pour promouvoir le commerce et l’investissement réciproques. Certains de ces arrangements, comme le MERCOSUR, ont eu un impact notable sur l’expansion du commerce dans certains secteurs entre les pays participants, ainsi qu’entre ces pays et le reste du monde. .

 

C. L'affirmation de l'Asie



Le miracle asiatique a contribué à faire de cette région le 3e pôle d’échanges du monde, et depuis 2008, la zone la plus importante du commerce interrégional. Selon la Banque mondiale, cette zone contribue à 40% à l’augmentation de la production mondiale en 2012.

 

  • Les dragons asiatiques: Corée du Sud, Singapour, Hong Kong et Taiwan (années 70)
  • Tigres asiatiques : Thaïlande, Malaisie, Vietnam, Philippines, Indonésie (années 80)
  • Chine: taux de croissance annuel des 10 dernières années à 20% et taux de croissance à 10%. Elle devenue en en 2008 le premier exportateur mondial.


Ce succès s’explique par des innovations industrielles, une main d’œuvre abondante, spécialisée et à coût faible, des excédents commerciaux de plus en plus importants, un modèle de développement extraverti, des taux élevés d’épargne et d’investissement, une évolution favorable des taux de change.

 

 

Sommaire du Cours d'économie sur la Mondialisation :

 

-> Culture générale : la Mondialisation <-

 

Classé dans : Politique - Mots clés : géographie, échanges, mondialisation - aucun commentaire


II. Les vagues de la mondialisation

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 15 novembre 2016

 

A. 2 périodes de mondialisation

 

  • 1ère période : des révolutions industrielles à la 1ère Guerre mondiale
  • 2e période : à partir du début des années 1950. Elle se décompose en deux phases :
    - phase pré-chocs pétroliers : internationalisation
    - phase post chocs-pétroliers : globalisation

 

B. 2 principales causes de la mondialisation

 

  1. Progrès technique permettant une baisse des coûts du transport
  2. Le succès des idées libre-échangistes, depuis les années 1840 avec l'abolition des taxues sur le blé, avec la GATT et l'OMC

 

C. Les éléments de la mondialisation

 

  • Intermédiation : la banque est l’intermédiaire entre l’individu et ses activités ;
  • Internationalisation de la finance : placements dans des banques ou assurances ;
  • Gestion des risques ;
  • Investissements directs à l'étranger (IDE) : circulation des capitaux pour les firmes internationales sous la forme d’IDE


Trilemme de Rodrick :
 

Trilemme de Rodrick

 

D’après Rodrick, il est difficile d’avoir à la fois l’hyper mondialisation, l’Etat-nation et la démocratie. Selon les périodes, on choisit deux éléments sur les trois. Aujourd’hui, on retrouve des tensions qui viennent du fait que les individus rejettent l’hyper mondialisation ; pour conjuguer l’état-nation et la démocratie, il faut alors un repli de la mondialisation.
 

 

Sommaire du Cours d'économie sur la Mondialisation :

 

-> Culture générale : la Mondialisation <-

 

Classé dans : Politique - Mots clés : vagues, mondialisation, cours, sciences po, iep - aucun commentaire


IV. Les firmes multinationales

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 30 septembre 2016

 

A. Critères des firmes multinationales

 

Une firme multinationale est une entreprise qui possède au moins une filiale à l’étranger et qui produit hors de son territoire d’origine à l’aide de  ces filiales.


L’Investissement Direct à l'Etranger est un des vecteurs d’action des firmes multinationales dans leurs stratégies internationales.

Il y a IDE lorsqu’une entreprise achète au moins 10 % du capital social d’une entreprise implantée à l’étranger déjà existante ou lorsqu’elle crée à l’étranger une unité de production qui n’existait pas jusqu’alors.


La multinationalisation des firmes a pour conséquence le développement du commerce intra-firme qui est un commerce entre des entreprises qui appartiennent au même groupe mais qui sont localisées dans des pays différents.

Ce commerce est la conséquence de la décomposition internationale des processus productifs (DIPP).

 

B. Mesurer une firme multinationale

 

Le degré de multinationalisation

Le degré de multinationalisation (CNUCED) est la moyenne de 3 ratios :

  1. Actifs à l’étranger/actifs totaux
  2. Ventes à l’étranger/ventes totales
  3. Emploi à l’étranger/emploi total


Pour les 100 premières firmes multinationales le ratio est supérieur à 54 %.

 

Le degré d’internationalisation

Le degré d’internationalisation des filiales est la part des filiales à l’étranger sur les filiales totales de chaque entreprise (degré moyen 69% en 2006).

 

Le degré de dispersion géographique

Degré de dispersion géographique des filiales :
- Nombre de pays dans lequel une entreprise a des filiales par rapport au nombre total de pays d’accueil potentiels
- Degré moyen : 39 pays d’accueil (RD Shell a des filiales dans 96 pays)

En 2006 il y avait 78000 entreprises multinationales  et 780000 filiales étrangères. Un nombre multiplié par 2 en 15 ans et par 10 en 30 ans.


Cela représente les 2/3 du commerce mondial (FMN) dont 1/3 représente le commerce intrabranches.


Les firmes multinationales sont fortement présentes dans 7 secteurs :

  1. automobile
  2. pétrole
  3. équipement électrique et électronique
  4. pharmacie
  5. télécom
  6. électricité-gaz
  7. eau

 

C. Répartition géographique des firmes multinationales


Elles sont aussi particulièrement présentes dans les pays développés : 84 % parmi les 100 premières. Ainsi 72 % des 100 premières firmes multinationales viennent d'un des 5 pays suivants : USA, Royaume-Uni, France, Allemagne ou Japon.

L'émergence des firmes multinationales des pays en voie de développement se traduit par une progression de certaines de ces firmes multinationales : Gazprom, Russie ; Hutchison Whampoa Ltd. Chine, China Mobil.



Les différents déterminants de la localisation internationale des firmes relèvent de la concurrence internationale et logique de compétitivité.


La compétitivité est la capacité pour une entreprise de maintenir ou d’accroître ses parts de marché sur le marché domestique (compétitivité interne) ou sur les marchés extérieurs (compétitivité externe)

Elle peut prendre 2 grandes formes :

  1. La compétitivité prix (produits homogènes variable de différenciation: le prix)
  2. La compétitivité hors prix ou produit (structurelle) qui dépend des caractéristiques du produit,

 

Dans les économies développés, la demande de biens de consommations est de plus en plus individualisée : la qualité, l’image de marque, l’originalité du produit entrent en ligne de compte plus que le prix. La différenciation des produits est devenue une source importante de compétitivité.


La concurrence internationale passe aussi par la recherche de :

  • faibles coûts de production : faibles salaires, faibles charges sociales, faible fiscalité.
  • technologie adaptée.
  • main d’œuvre qualifiée.
  • l’accès au marché : se rapprocher des consommateurs. Contourner les barrières protectionnistes. Profiter des effets d’agglomération.

 

 

Sommaire du Cours d'économie sur la Mondialisation :

 

-> Culture générale : la Mondialisation <-

 

Classé dans : Politique - Mots clés : mondialisation, firmes multinationales, sciences po, cours, firmes, IDE, investissements, degrés, internationalisation, dispersion, géographie, domaines, nombres - aucun commentaire


page 1 sur 6 suivante »