Réussir Sciences Po

 

 

 

-> GRATUIT : Recevez un sujet et faites vous corriger

 

Résumé du début de l'interview de Macron à BFMTV et Mediapart

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 15 avril 2018

L'interview de Macron devant Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel commence à 20h40.

 

 

Où regarder l'interview de Macron ?

 

Vous pouvez suivre l'interview sur BFMTV ou sur internet : http://www.bfmtv.com/mediaplayer/live-video/

 

Résumé du début de l'interview de Macron face aux deux journalistes Bourdin et Plenel

 

21h33 : Merci d'avoir suivi ce résumé du début de l'interview de Macron face à Bourdin et Plenel. Vous pouvez continuez à suivre le live sur France Info.

21h31 : "Sur l'impôt sur la fortune : on l'a gardé quand il est investi dans l'immobilier." Macron

21h28 : "La théorie du ruissellement je n'y crois pas"

Théorie du ruissellement :  théorie politique sur l'économie considérée à tort comme libérale selon laquelle, sauf destruction ou thésaurisation (accumulation de monnaie), les revenus des individus les plus riches sont in fine réinjectés dans l'économie, soit par le biais de leur consommation, soit par celui de l'investissement

21h23 : "La solution à laquelle je crois c'est qu'il y ait un dialogue social dans les entreprises et les branches." Macron

21h21 : Tout comprendre sur le verrou de Bercy.

21h18 : "Le Président de la République ne donne pas des instructions en matière de contrôle fiscal" Macron

21h16 : "Nous devons réussir à avoir une convergence fiscale entre les pays de l'Union européenne". Macron

21h12 : "Il y a la fraude et l'optimisation fiscale". Macron

Définition de l'optimisation fiscale :

L'optimisation fiscale est l'utilisation de failles du système fiscal ou d'options fiscales (régimes dérogatoires, utilisation de niches fiscales…) afin de réduire le montant de l'imposition tout en respectant les obligations fiscales de son pays.

 

21h11 : "Vous n'êtes pas le professeur et nous ne sommes pas les élèves" Edwy Plenel à Macron.

21h09 : "Moi j'ai trouvé de l'argent magique(...) la fraude fiscale" Bourdin.

21h06 : Macron conteste la question. Les racines sont trop diverses : le mécontentement des cheminots n'a pas à voir avec le malêtre des hôpitaux.

21h05 : "j'aurai la volonté constance de réconcilier les Français" aurait dit Macron et Edwy Plenel de lister tous les mécontentements du pays.

21h04 : Article 35 alinéas 2 et 3 : Le Gouvernement informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l'étranger, au plus tard trois jours après le début de l'intervention. Il précise les objectifs poursuivis. Cette information peut donner lieu à un débat qui n'est suivi d'aucun vote.Lorsque la durée de l'intervention excède quatre mois, le Gouvernement soumet sa prolongation à l'autorisation du Parlement. Il peut demander à l'Assemblée nationale de décider en dernier ressort.

21h02 : "C'est un acte de représailles" pas un acte de guerre pour Macron.

20h58 : Bref résumé sur la Syrie que vous trouverez sur notre site internet.

 

  • Capitale de la Syrie : Damas
  • Population de la Syrie  : 20 millions habitants
  • Président de la Syrie : Bachar el-Assad


Résumé de l'histoire de Syrie :


En 1970, coup d'état de Hafez el-Assad avec le parti Baas (à l'origine, le parti Baas voulait l'unification de tous les États arabes)
En 2000, son fils Bassar el-Assad lui succède.
En mars 2011, le Printemps Arabe a déjà gagné la Syrie, et les manifestations sont réprimées par l'armée
De 2012 à 2016, la division du peuple syrien et la percée de l'État islamique dégénère en guerre civile, massacres, et flux de réfugiés

 

20h56 : Donald Trump se moque du peupe syrien, il s'intéresse seulement à l'Iran, c'est l'Iran qu'il vise en fait. D'après Edwy Plenel.

20h54 : "Si l'arme chimique était utilisée, il faudrait que la communauté y réponde avec force" a dit Vladimir Poutine dans le Figaro.

20h52 : On attend vos commentaires ci-dessous.

20h48 : Les Russes "sont complices". Ils n'ont pas utilisé le chlore mais sont complices.

20h46 : Edwy Plenel pointe du doigt le fait que l'intervention a eu lieu sans l'accord de l'ONU.

20h45 : "L'utilisation du chlore pouvait être attribuée aux Syriens." d'après Macron

20h43 : Macron rend hommage aux soldats et à l'armée, après une question sur les frappes en Syrie de la part de la France (et des Etats-Unis et du Royaume-Uni). "Trois sites identifiés depuis plusieurs mois ont été ciblés".

20h40 : Début de l'interview pour le moins dramatisée et romancée :

Classé dans : Actualités - Mots clés : actualités, interview, Macron, Bourdin, Plenel, Mediapart, BFMTV - aucun commentaire


Affaire Bettencourt pour les nuls : le résumé

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 26 novembre 2012

L'affaire Bettencourt - Sarkozy pour les nuls. Le résumé et les explications d'une affaire au coeur de l'actualité judiciaire, donc intéressante pour les IEP en 2012 et 2013, puisque le thème du concours est la JUSTICE.

L'Affaire Bettencourt pour les nuls



Liliane Bettencourt

>> Résumé de l'affaire Bettencourt - Sarkozy


Nicolas Sarkozy : ex-président (2007-2012), il a été convoqué par le juge, car soupçonné d'abus de faiblesse envers Liliane Bettencourt. En effet, l'hypothèse est que Nicolas Sarkozy aurait perçu illégalement de l'argent de la famille Bettencourt pour sa campagne présidentielle en 2007.

Liliane Bettencourt : fille du fondateur du Groupe l'Oréal. Son mari décède en 2007, Liliane Bettencourt a 85 ans. Se succèdent trois affaires autour de la personnalité de Liliane Bettencourt, de sa richesse et de sa santé. L'affaire Banier, puis l'affaire Woerth, puis l'affaire Sarkozy-Bettencourt.


>> Résumé de l'affaire Bettencourt - Banier



François-Marie Banier : photographe, il connaît Liliane Bettencourt à l'occasion d'un portrait photographique réalisé pour le magazine Égoïste. Il devient un ami proche de Liliane Bettencourt. Il est soupçonné par la fille de Liliane Bettencourt d'avoir reçu de grosses sommes d'argent en profitant de son amitié et de la faiblesse de Liliane Bettencourt qui a 87 ans. (abus de faiblesse)

Françoise Bettencourt-Meyers : fille de Liliane Bettencourt dont elle demande la protection. Elle estime en effet que sa mère a été victime par le photographe François-Marie Banier d'abus de faiblesse.

En 2010, un accord entre Françoise Bettencourt-Meyers et François-Marie Banier engage celui-ci à restituer une partie des dons perçus à Liliane Bettencourt et à ne plus en percevoir.


Eric Woerth>> Résumé de l'affaire Bettencourt - Woerth



Le majordome de Liliane Bettencourt : il cache un dictaphone dans un salon de l'hôtel de Liliane Bettencourt, enregistrant une conversation avec Patrice de Maistre. Cet enregistrement, qui laisse entendre que Liliane Bettencourt serait coupable de fraude fiscale (comptes bancaires à l'étranger, et propriété d'île non déclarée) est diffusé par le site Mediapart.

Patrice de Maistre : gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, il parle d'opérations d'évasion fiscale dans l'enregistrement. Il y dit aussi avoir fait accepter à Liliane Bettencourt un versement d'argent pour Éric Woerth mais aussi pour Valérie Pécresse et pour Nicolas Sarkozy. (Il a en outre reçu la légion d'honneur sur demande d'Éric Woerth en 2007.)

L'épouse d'Éric Woerth : l'affaire juridique prend un tour politique lorsque le même enregistrement révèle l'implication du couple Woerth. L'épouse d'Éric Woerth est employée dans une filiale de la société qui gère la fortune de Liliane Bettencourt.

Éric Woerth : il cumule alors les postes de ministre du Budget et trésorier de l'UMP. Cette double fonction est déjà critiquée pour les risques de "conflit d'intérêt". Il est soupçonné d'avoir demandé à Patrice de Maistre d'embaucher son épouse, ainsi que d'avoir empêché un contrôle fiscal chez Liliane Bettencourt. Lui-même et sa femme nient avoir eu connaissance des fraudes fiscales de Liliane Bettencourt. Sur proposition de Nicolas Sarkozy, il démissionne de son poste de ministre au gouvernement.

L'ancienne comptable de Liliane Bettencourt : au service de Liliane Bettencourt, dont elle gère les comptes, elle déclare que Patrice de Maistre lui a demandé 150.000 € en liquide pour les remettre à Éric Woerth pour la campagne présidentiel de 2007, ce qui serait illégal (il est interdit de donner au-delà d'un certain montant pour une élection).

La juge Isabelle Prévost-Desprez : chargée de juger le photographe François-Marie Banier, elle aurait tenté de chercher davantage d'informations, et notamment fait perquisitionné le domicile de Liliane Bettencourt, qui a porté plainte contre elle. En outre, Isabelle Prévost-Desprez dit qu'un témoin - qui démentira cependant ses propos - a vu Nicolas Sarkozy se faire remettre de l'argent chez Liliane Bettencourt.


>> Résumé de l'affaire Bettencourt - Sarkozy


Le juge Jean-Michel Gentil
: juge d'instruction au tribunal de grande instance de Bordeaux, il convoque Nicolas Sarkozy soupçonné de profiter de la faiblesse de Liliane Bettencourt pour financer sa campagne présidentielle en 2007

Nicolas Sarkozy : il déclare lors de son audition le 22 novembre 2012 : "[Les Bettencourt] ne m'ont jamais donné un sou et je ne leur en ai jamais demandé". Il en sort sous le statut de témoin assisté.


Rebondissement fin mai 2013 : selon Le Parisien, le juge Jean-Michel Gentil a nommé un médecin qui lui était proche - son témoin de mariage en 2007 - lors de l'analyse de Mme Bettencourt. Analyse qui avait conclu à un "abus de faiblesse". Renforçant les doutes sur un conflit d'intérêt, la presse nous apprend que le juge Gentil avait refusé une demande de confrontation entre les médecins qui ont examiné Liliane Bettencourt et un expert neurologue, car il n'y voyait pas d'intérêt. Ces interrogations, à relativiser - il y avait plusieurs juges, plusieurs médecins -, sont donc favorables à la défense de Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy


>> Explications des actualités de l'affaire Bettencourt - Sarkozy


Les quelques 200 journalistes postés au palais de justice de Bordeaux quittaient progressivement la ville vendredi après l'audition exceptionnelle de Nicolas Sarkozy, qui s'est achevée tard jeudi soir sans mise en examen de l'ancien chef de l'État.

Explication : Le palais de justice est un édifice public où siègent les cours et les tribunaux. La mise en examen consiste en la décision d'un juge d'instruction, de faire porter ses investigations sur une personne contre laquelle il existe des indices graves ou concordants, pour participation de crime ou délit.


En début de soirée, les plus pessimistes redoutaient que l'audition ne soit interrompue jusqu'au lendemain - ce qui fut le cas pour Patrice de Maistre, l'ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt.

Explication : Selon l'ex-comptable de Mme Bettencourt, Patrice de Maistre aurait incité Liliane Bettencourt à participer au financement illégal de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Il est le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt : il gère son patrimoine privé.


Même si le statut de témoin assisté ne constitue pas un certificat d'innocence, il signifie que la justice considère ne pas disposer de charges concordantes suffisantes contre lui pour une mise en examen. Ce terme peu connu du public a le mérite de ne pas accréditer, médiatiquement, l'idée d'un soupçon, comme l'aurait fait une mise en examen.

Explication : Ce statut de "témoin assisté" oscille entre témoin simple et mis en examen : il y a bien des indices de sa culpabilité ni graves ni concordants. Les trois magistrats (personne qui rend la justice ou requiert au nom de l'État et de la loi) bordelais soupçonnent un financement illégal par Liliane Bettencourt de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.


Nicolas Sarkozy et son conseil avaient préparé plusieurs axes de défense, relevant notamment ce qu'ils attribuaient à une « confusion » du magistrat : figurait dans l'agenda présidentiel le nom de « Betancourt », ex-otage franco-colombienne des Farc, et non l'héritière de L'Oréal.

Explication : Liliane Bettencourt est la fille et donc héritière du fondateur de l'entreprise l'Oréal. Selon Forbes, elle détient la 2e plus grande fortune de France, et la 15e plus grande fortune mondiale. (2012). Íngrid Betancourt est une ancienne candidate présidentielle kidnappée par une guérilla marxiste, les FARC, libérée depuis.


Le parquet de Bordeaux est sorti de sa réserve habituelle vendredi soir pour contester cette anecdote, affirmant que Nicolas Sarkozy « n'a pas été interrogé sur ce point ».

Explication : le parquet est l'organisation, au niveau du tribunal de grande instance, de l’ensemble des magistrats du ministère public chargés de requérir l’application de la loi et de conduire l’action pénale au nom des intérêts de la société, de la France.


Selon le journal Sud-Ouest , qui a consulté l'intégralité des procès-verbaux de l'audience, l'ancien président de la République aurait déclaré: les Bettencourt « ne m'ont jamais donné un sou et je ne leur en ai jamais demandé ».

Explication : Les procès-verbaux sont des actes juridiques écrits qui retranscrivent une situation. En l'occurence, le compte-rendu de l'audition de Nicolas Sarkozy.


Nicolas Sarkozy décrit la milliardaire en plutôt bonne santé, ce qui atténue l'accusation d'abus de faiblesse : « Elle est bien habillée, elle ne bégaie pas. Elle ne dit aucune invraisemblance. ». 

Explication : le délit d'abus de faiblesse concerne les personnes qui ne sont pas en mesure d'apprécier la portée des engagements qu'elles prennent, en l'occurence à cause de l'âge avancé ou d'un état de santé faible.


Nicolas Sarkozy constate en outre : en « 36 ans de vie politique, c'est la première fois que je suis convoqué dans un cabinet d'instruction, c'est une épreuve ».

Explication : Le juge d'instruction est un juge du tribunal de grande instance, saisi par le procureur de la République (celui qui représente le ministère public) ou quiconque s'estimant victime. Il met certaines affaires pénales en état d'être jugées.

Classé dans : Actualités - Mots clés : affaire, Bettencourt, résumé, explication, pour les nuls, sarkozy, le monde, mediapart, liberation, patrice de maistre - aucun commentaire