Réussir Sciences Po

 

 

 

Le nouveau ROMAN FANTASY de Hayato Chirun

Le nouveau DÉVELOPPEMENT PERSONNEL de Arthur Legrand

(liens Amazon sponsorisés - ou lire gratuitement ces livres (14 jours offerts))

 

Résumé de La crise de l'État-providence - Pierre Rosanvallon

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 17 décembre 2018

En 1981, Pierre Rosanvallon publie La crise de l'Etat-providence.

Car pour cet auteur historien et sociologue, "L'Etat-providence est malade de la crise. Combien de temps les choses pourront t-elles continuer d'aller ainsi ?".

 

Procurez-vous son ouvrage en suivant ce lien.

 

Pour Pierre Rosanvallon, le mot État-providence a pris un nouveau que celui donné par Emile Ollivier et est devenu moins péjoratif.

Il commence par établir que L'Etat-providence (dont vous trouverez une présentation en cliquant ici), en plus de la production de la sécurité et la réduction de l'incertitude, s'est attribué trois rôles :

  1. la redistribution des revenus
  2. la réglementation des relations sociales
  3. la prise en charge de services collectifs

 

Or, questionne Rosanvallon, "L'accroissement des impôts et des charges sociales ne risque t-il pas de mettre en péril la compétitivité des entreprises et de saper le dynamisme de l'économie ?"

 

>> 3 facteurs expliquent la crise de l'Etat-providence

 

Ce n'est pas seulement une crise économique.  Il n'y a pas « de véritable crise du financement de l'État-Providence ». C'est plutôt sur le plan social et culturel qu'il y a une crise : nous avons besoin « d'un nouveau contrat social entre les individus, les groupes et les classes. Le principal blocage de l'État-Providence est en effet d'ordre culturel et sociologique »

 

1. Perte de légitimité : si l'Etat doit satisfaire tous les besoins sociaux de chacun, alors cela n'en finit jamais : il y aura toujours plus à satisfaire.

De plus, "l'égalité" qu'il veut mettre en place est affaiblie par une multitude de raisons : la priorité de la sécurité sur l'égalité, le fait qu'il ne s'agisse pas d'un bouleversement social, mais d'une procédure progressive, le fait que ce ne sont plus une minorité mais la majorité des contribuables qui cotisent pour les autres, les clivages de plus en plus importants entre catégories sociales.

 

2. Le manque de visibilité et de transparence des actions de solidarité : la solidarité "ne peut s'exercer que si la morale sociale qu'elle traduit repose sur un minimum de visibilité des rapports sociaux".

 

3. L'échec de Keynes : depuis les années 70, les politiques keynésiennes ne parviennent pas à sortir de la crise.

 

>> Libéralisme : retour du libéralisme et critique du libéralisme

 

Dans les années 80, le libéralisme est de retour. Pour ces nouveaux libéraux, le marché est certes imparfait, mais il demeure meilleur que l'Etat.

A l'origine, le libéralisme ne légitimait qu'un seul type d'égalité : l'égalité de droits. Les inégalités économiques peuvent être justes, chacun doit être libre de travailler plus ou moins en fonction de ses désirs et ses besoins.

Mais pour Rosanvallon, ce libéralisme primaire est confus : il ne cerne pas bien les contours de l'Etat et ne sait répondre à la question : de quoi doit s'occuper l'Etat ?

De plus, il y a une "négation du social" dans le renouveau libéral qui est alors en cours. Celui-ci est "radicalement a-sociologique", puisque personne ne communique avec personne, l'individu étant seul et maître.

Enfin, il s'agit de  « déborder le cadre de l’État-Providence ».

 

 

>> Rejeter les deux scénari extrêmes...

 

Les deux voies présentées sont souvent celle de gauche et celle de droite : d'un côté le scénario social-étatiste, de l'autre le scénario libéral.

Les deux sont à rejeter.

Le scénario social-étatiste parce qu'il "se heurterait à de graves difficultés financières dans la situation actuelle, mais surtout il serait confronté à une résistance sociologique diffuse difficilement surmontable.". Voir les défauts de l'Etat-providence ici.

Le scnéario libéral parce qu'il serait "un retour en arrière, une réduction de la distribution. C'est un scénario de régression sociale" et risquerait de provoquer des mouvements sociaux trop forts.

 

>> ... Pour trouver une troisième voie

 

La troisième voie se trouve dans la "société solidaire". Il est nécessaire de "transférer à des collectivités non publiques (associations, fondations, groupements divers) des tâches de service public : c'est la voie de l'autonomisation".

A ces fins, les droits doivent être reconnus des "groupes de voisinage, réseaux d'entraide, structures de prise en charge d'un service collectif, etc.", ils doivent être considérés comme de véritables sujets de droit.

La réduction du temps de travail participe à donner suffisamment de temps libre pour que l'entraide puisse éclore dans tous ces réseaux.

"Débureaucratiser et rationaliser la gestion des grands équipements et fonctions collectives" est une priorité.

Rosanvallon souhaite décentraliser au maximum ces services.

Plus généralement, il y a une dynamique trinaire à mettre en place d'urgence :  « de la socialisation, de la décentralisation et de l'autonomisation ». Cette dynamique a lieu également dans un « triple mouvement de réduction de la demande d'État, de réencastrement de la solidarité dans la société et de production d'une plus grande visibilité sociale ».

 

Enfin, Rosanvallon plaide en faveur d’une « post social-démocratie » qui se base sur le « compromis social », pour sortir de la crise de l’État-providence.

 

Voir aussi :

-> Résumé Paul Krugman - Sortez-nous de cette crise maintenant !

-> Résumé de La Richesse des nations - Adam Smith

 

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : crise de l'état-providence, IEP, Rosanvallon, Sciences Po, libéral, solidarité, réduction du temps de travail, crise, légitimité, transparence, politique publique, redistribution, inégalités - Aucun commentaire


Définitions et étymologie de l'Économie

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 17 décembre 2018

 

>> Étymologie de l'économie

 

D'après le Dictionnaire de l'Académie française (9e édition), économie vient :

  • du latin œconomia, « disposition, arrangement (d'une œuvre littéraire) »,
  • qui vient lui-même du grec oikonomia, « administration d'une maison »

 

Mais à partir du IVe siècle av. J-C, on emploi le mot économie pour désigner l'administration de la Cité.

C'est en ce sens que Platon dans Le Politique compare l'administration d'une maison à l'administration d'une petite Cité.

 

En 1615, Antoine de Montchrestien publie Traité de l'économie politique, expression qui va rester pour appeler la science des échanges.

Il faudra attendre le XIXe siècle pour arriver au terme de science politique.

 

>> Définition de l'économie

 

Aujourd'hui, d'après une nouvelle fois le Dictionnaire de l'Académie française (9e édition) le mot économie désigne :

L'ensemble des activités humaines et des ressources concourant à la production et à la répartition des richesses.

 

Et l'économie politique, l'étude des faits relatifs à la production et à la répartition des richesses d'une nation.

 

-> Résumé de La Richesse des nations - Adam Smith

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : définition, étymologie, économie, science politique, production, activité, répartition, richesse, pauvreté, inégalités, nation - Aucun commentaire


La politique sociale

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 16 décembre 2018

La politique sociale est étroitement liée à la notion d'Etat-providence.

 

>> Qu'est-ce que l'Etat providence ?

 

Deux éléments fondent l'Etat providence :

  1. Les idées économiques de John Maynard Keynes.
  2. Le principe social de solidarité

 

Dans Du travail pour tous dans une société libre, W. H. Beveridge, un des penseurs et fondateurs de l'Etat-providence, rappelle que le capitalisme peut se conjuguer avec la solidarité.

 

Richard Musgrave, théoricien de l'Etat providence, dans The Theory of Public Finance attribue trois missions à l'Etat :

  1. La fonction d’allocation des ressources : dépenses pour la collectivité
  2. La fonction de redistribution des revenus : diminuer les inégalités + efficacité économique (Keynes)
  3. La fonction de stabilisation de la conjoncture : lutter contre les déséquilibres économiques

 

 

>> Couvrir les risques

 

-> Pauvreté et richesse : définitions et chronologie

 

Deux institutions se chargent de couvrir les risques :

  1. Dans le domaine de la santé, de la famille et de la vieillesse, il s'agit de la Sécurité sociale (1946)
  2. Dans le domaine du travail, il s'agit de Pôle emploi (2009)

 

Ces institutions sont complétées par des dispositifs tels que :

  1. Le RSA (2009), qui remplace le RMI (1988)
  2. La Protection universelle maladie (PUMA, 2016), anciennement couverture maladie universelle (CMU)

 

>> Qualités de la politique sociale

 

Ces arguments sont plutôt à gauche dans le spectre politique : intervention étatique et redistribution.

La politique sociale permet d'éviter les risques et certaines dépenses, et ainsi enlève l'idée d'épargner par précaution de façon trop conséquente. Ce qui est bon pour l'économie.

Si la croissance est faible voire négative, les prestations permettent de soutenir la consommation. Ce qui est bon pour l'économie.

 

>> Défauts de la politique sociale

 

Ces arguments sont plutôt à droite dans le spectre politique : libéralisme.

Il est très difficile de financer cette politique sociale, notamment selon ces trois critères : en période de récession, dans un pays où le chômage est élevé, dans un pays où la population vieillit.

Cette politique sociale inciterait à "l'oisiveté". Dit simplement, quel intérêt de chercher un travail si l'on est payé sans travailler ?

 

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : politique sociale, état providence, sciences po, iep, science politique, économie, politique publique, rsa, puma, sécurité sociale, pôle emploi, pauvreté, richesse, inégalités, libéralisme, interventionnisme, Beveridge, Keynes, Musgrave - Aucun commentaire


L'exclusion sociale

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 10 décembre 2018

Bref historique des réformes et prises de conscience pour lutter contre l'exclusion sociale en France, puis où en est-on aujourd'hui en termes d'exclusion sociale ?, et enfin 4 citations pour alimenter la réflexion sur l'exclusion sociale.

 

>> Histoire de l'exclusion sociale en France

 

1893 : Loi sur l'assistance médicale gratuite

1904 : Loi sur l'assistance aux enfants abandonnées

1905 : Loi sur l'assistance aux vieillards infirmes et incurables

1945 : Création de la Sécu

1950 : Création du SMIG

1954 : Appel de l'abbé Pierre

1956 : Création du minimum vieillesse

1967 : Création de l'ANPE

1970 : Le SMIG est remplacé par le SMIC, indexé sur l'inflation et la croissance

1975 : Loi sur l'aide aux personnes handicapées

 

>> L'exclusion sociale aujourd'hui en France

 

Une statistique parlante de l'exclusion sociale est celle du nombre de SDF. ’enquête l'Insee de 2012 dénombrait 133 000 sans-domicile, dont 10 % de sans-abri, en France.

La recherche sociologique, à cause de la pluralité des causes qui conduisent à l'exclusion, ont identifié des facteurs de risque de l'exclusion sociale en général.

Les principaux facteurs de risque sont les suivants :

  • Abandon affectif
  • Divorce
  • Maltraitances durant l'enfance
  • Rupture avec sa famille
  • Handicap
  • Echec professionnel (pas d'emploi, chômage) ou scolaire

 

>> Réflexions et citations sur l'exclusion sociale

 

D'après Alain Touraine, il ne faut plus penser la fracture sociale de façon verticale : "ceux d'en haut et ceux d'en bas" (les très riches et les très pauvres), mais de façon horizontale : "ceux du dedans et ceux du dehors".

"Et au coeur de notre chez-nous si civilisé, derrière la place des Arts, il y a un être humain qui couche dehors à 25° sous zéro." Monique Proulx, Les Aurores montréales, 1998.

"Il faut que notre pays se lance dans la lutte contre l'exclusion sociale, en multipliant le nombre d'emplois." - François Bayrou lors du Meeting de Caen le 1er mars 2007

"Aucune civilisation n’a duré quand elle acceptait la fracture sociale des exclus." Jacques Chirac au Journal de France 2 le 5 Septembre 1995

 

 

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : exclusion sociale, IEP, sciences po, pauvreté, richesse, inégalités - Aucun commentaire


Cours de Culture Générale

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 05 septembre 2018

Les thèmes de Culture Générale sont répertoriés ci-dessous par ordre alphabétique :

 

 

Chaque année, de nouveaux thèmes de Culture générale sont disponibles.

 

La bibliothèque de Strahov située à Prague
Bibliothèque de Strahov à Prague

Classé dans : Culture Générale, IEP Régions, Questions contemporaines - Mots clés : culture générale, thèmes, questions contemporaines, cours, articles, résumés, engagement, culture, famille, inégalités, justice, mondialisation, santé, science, travail, ville, leçons, apprendre, en ligne - 2 commentaires


page 1 sur 4 suivante »