Réussir Sciences Po

 

 

 

Le nouveau ROMAN FANTASY de Hayato Chirun

Le nouveau DÉVELOPPEMENT PERSONNEL de Arthur Legrand

(liens Amazon sponsorisés - ou lire gratuitement ces livres (14 jours offerts))

 

Résumé de Multiculturalisme, Charles Taylor

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 08 février 2019

Le multiculturalisme est une notion de plus en plus importance dans les sociétés actuelles. L'auteur Charles Taylor lui consacre un ouvrage intitulé "Multiculturalisme. Différence et démocratie" dont voici un résumé.




Résumé du livre Multiculturalisme par Charles Taylor



Charles Taylor, né en 1931, coprésident de la Commission de consultation sur les pratiques d'accommodement reliées aux différences culturelles en 2007, a consacré tout un essai sur le thème du multiculturalisme.


Charles Taylor part tout d'abord du constat que les mouvements politiques se servent du besoin de reconnaissance des hommes.

Or d'après Charles Taylor, reconnaissance et identité sont liés.

Le discours de reconnaissance a été rendu familier aux hommes de deux façons :


1) Dans la sphère privée. Dans la sphère privée, l'identité et le moi se constituent grâce au dialogue, grâce aux interactions avec les autres qui nous importent.
2) Dans la sphère publique. La reconnaissance égalitaire au fur et à mesure de l'histoire de la société a pris un rôle de plus en plus important.

 

I. Deux politiques face au multiculturalisme

 

A. Deux politiques fondées sur un même principe : le respect égal.

 


Dans ce deuxième cas de la sphère publique, étudié par Charles Taylor, deux mouvements semblent se dégager :


1. La société actuelle a prôné la valeur d'égalité entre les citoyens, une égale dignité entre eux.
2. Au contraire, le développement de la perception de l'identité a renforcé les singularités, a encouragé la différence : "Tout le monde devrait être reconnu en fonction de son identité unique."

S'est ainsi mise en place une politique de la différence. Cette politique de la différence "dénonce toutes les discriminations et refuse toute citoyenneté de seconde classe."

 

Charles Taylor
Charles Taylor a consacré un de ses essais
au thème du multiculturalisme,
de la différence dans la démocratie.


- La politique de la dignité égalitaire a pour fondement l'idée que l'intégralité des êtres humains sont dignes de respect. Pour Kant, parmi les premiers à avoir défini cette dignité, les hommes étaient dignes en vertu de leur rationnalité et de leur capacité à diriger leur vie selon des principes.
C'est cette idée qui a été retenue, et qui fonde la vision actuelle de la dignité égalitaire : tout homme ayant un "potentiel humain universel", chacun mérite du respect.


- La politique de la différence a en partie les mêmes fondements. Le potentiel universel sert alors à former et "définir sa propre identité en tant qu'individu et en tant que culture". 


 

B. Contradiction entre les deux politiques

 

 


Or ces deux politiques, fondées toutes deux sur un même principe de respect égal, entrent en contradiction.


La première politique implique que tout le monde soit traité "en étant aveugles aux différences".
La seconde politique implique de "reconnaître et même favoriser la particularité".


La première politique reproche à la seconde de "violer le principe de non-discrimination".
La seconde politique reproche à la première de "nier toute identité en imposant aux gens un moule homogène qui ne leur est pas adapté".

La politique d'égale dignité a été portée principalement par les idées de deux auteurs : Rousseau d'une part, et Kant d'autre part.

 

II. Toutes les cultures ont-elles la même valeur ?

 

A. Des sociétés de plus en plus multiculturelles

 



Charles Taylor constate que les sociétés actuelles deviennent de plus en plus multiculturelles. Elles "se tournent vers le multiculturalisme".

La thèse de Charles Taylor est que le libéralisme n'est pas totalement neutre en ce qui concerne la culture. En effet selon lui, "le libéralisme ne peut ni ne doit revendiquer une neutralité culturelle complète".


Emerge pourtant un paradoxe : bien que les sociétés soient de plus en plus multiculturelles, elles sont dans le même temps de plus en plus perméables, c'est-à-dire qu'elles sont davantage ouvertes à des migrations multinationales.


Il ne s'agit en fait pas d'une contradiction, mais ces deux tendances vont ensembles. La seule difficulté réside dans le fait que certains sont à la fois citoyens du pays, et appartiennent également à la même culture qui remet en question "le territoire philosophique" de ce même pays.

Ainsi, le débât actuel concerne la supériorité d'une culture sur une autre culture.

Historiquement, les sociétés occidentales sont critiquées pour avoir tenté d'imposer une culture au temps des colonies. Mais aussi pour leur politique actuelle de mise à l'écart des minorités culturelles, qui apparaît comme du mépris.


La question posée n'est plus seulement : est-ce qu'il est bon, est-ce qu'il est légitime, de laisser  les autres cultures survivre ? L'enjeu retenu dan la société actuelle est désormais plus grand : reconnaître "la valeur égale des différentes cultures". Il s'agit en effet de contribuer à la survivance des cultures : non seulement laisser survivre les autres cultures, mais aussi de reconnaître leur mérite.


Cette exigence de reconnaître les cultures, alors qu'elle était implicite avant, est dans les sociétés actuelles devenue explicite. Répandre l'idée que nous sommes formés par la reconnaissance a en effet permis à cette exigence de reconnaître le mérite des autres cultures de devenir explicite.


Ce raisonnement sous-entend que nous devons un égal respect à toutes les cultures. Charles Taylor soutient alors la thèse que cette présomption a une partie vraie, mais "qu'elle est nullement dépourvue de difficultés et qu'elle implique une sorte d'acte de foi".

En effet selon lui, toute culture peut apprendre à l'humanité, même si les cultures peuvent passer par des phases de décadence. Cela ne revient pas non plus à dire que toutes les formes d'art d'une culture sont d'égale valeur. Mais au moins, "toutes les cultures humaines qui ont animé des sociétés entières durant des périodes parfois considérables ont quelque chose d'important à dire à tous les êtres humains."

C'est cette pensée qui doit animer l'homme quand il étudie toute autre culture. 

 


Charles Taylor, Le multiculturalisme
Charles Taylor, Le multiculturalisme,
Flammarion, 21 octobre 2009

 

B. Toutes les cultures n'ont pas nécessairement une valeur égale

 



En revanche ce que refuse Charles Taylor, ce serait une obligation à conclure quoi qu'il arrive que telle culture a une valeur égale ou plus grande qu'une autre culture. Pour lui, cette démarche ne serait pas éthique, car ce jugement aurait été indépendant de la volonté, il aurait été posé a priori, sans que l'on puisse le modifier après étude. On ne peut exiger de considérer que toutes les cultures se valent.

Trois conséquences :


La première conséquence est de s'écarter dans une certaine mesure de ce que Charles Taylor appelle les théories "subjectivistes", dérivées de Nietzsche, Foucault, ou Derrida, qui énoncent que tout jugement de valeur n'est pas un libre choix de l'homme, mais qu'il est imposé par des structures de pouvoir.


La seconde conséquence est la nécessité de ne pas juger seulement avec nos vieux critères, propres et familiers, mais avec de nouveaux critères qui n'apparaissent qu'après avoir étudié les différentes cultures. En effet l'analyse de nouvelles cultures transforme nos propres critères de considération, qui nous permet d'échapper à l'ethnocentrisme (le fait d'être centré sur des considérations propres uniquement à notre éthnie).


La troisième conséquence est le refus d'un jugement favorable a priori, avant toute chose. C'est-à-dire qu'on ne doit pas penser qu'une autre forme de culture est forcément, nécessairement, bonne ou meilleure. Dans le cas contraire, ce serait un double faute : d'abord parce qu'une telle exigence serait "homogénéisante". Ensuite, parce que l'on ne peut juger seulement avec ses propres critères originaires, ce serait tomber dans l'ethnocentrisme déjà mentionné.

Ainsi, "sous cette forme, l'exigence de reconnaissance égale est inacceptable."


 

>> En conclusion de ce résumé sur le multiculturalisme

 



L'homme se sert donc de la présomption pour étudier les autres cultures. Cette présomption nécessite une ouverture aux différentes cultures, pour pouvoir modifier ses critères de jugement : "ce que la présomption requiert de nous n'est pas de trancher péremptoirement et de manière inauthentique sur l'égalité de valeur ; mais d'être ouverts à l'étude culturelle comparative, pour déplacer nos horizons vers des mélanges nouveaux".


Enfin, Charles Taylor se permet de conclure son essai par une exigence. Il s'agit d'un rappel à l'humilité de l'homme ; l'homme n'a pas encore atteint le point où il pourra juger parfaitement et de manière évidente de la valeur des cultures : "nous sommes très loin de cet ultime horizon du haut duquel la valeur relative des différentes cultures pourrait être évidente."



Vous pourrez lire avec intérêt les différents commentaires qu'ont écrit en réaction à cet essai Susan Wolf, Steven Rockefeller, ou encore Michael Walzer.


-> En 2014, le concours des IEP s'intéressait à la CULTURE. Les meilleurs articles sur la culture à consulter ici ! <-







 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : culture, IEP, multiculturalisme, résumé, Charles Taylor, multiculturalism, différence, démocratie, cultures, concours, explication, cours, fiche - 3 commentaires


Fiche - La Chine en Asie depuis 1945

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 10 avril 2018

La Chine en Asie depuis 45
La Chine a été dominée par les puissances extérieures à partir des Guerres de l’opium en 1842 jusqu’au milieu du XXe, et que cette domination s’est accompagnée d’une déstabilisation quasi-permanente avec des guerres et un manque de stabilité dans le cadre d’une humiliation qui explique la volonté chinoise de s’affirmer dans cette période dit du « siècle des humiliations ». Or on constate qu’à partir du milieu du XXe la Chine s’est affirmée à ce point affirmée comme P qu’elle prétend aujourd’hui au statut de 1ère P asiatique (avec légitimité).  Comment expliquer alors cette évolution spectaculaire et au-delà cette émergence est-elle si stabilisatrice ? Est-ce qu’avec Chine puissance dominatrice = paix ?
I – Avec l’époque maoïste, la Chine redevient une P régionale qui compte, après avoir été longtemps humiliée
A – Le choix de l’alliance soviétique s’avère vite décevant même si la Chine en profite pour restaurer une partie de sa P régionale
1-La victoire des communistes chinois en 49 traduit aussi l’affirmation du nationalisme forgé dans la lutte contre le Japon et se conclut rapidement par une alliance w/ URSS 

            Victoire communiste est aussi dû au nationalisme, sont notamment les 1ers résistants aux japonais. L’alliance peut paraitre paradoxale pcq URSS a peu aidé communistes chinois et Mao refusait entrée au Kominform.                                                                                                             Néanmoins, pas si paradoxale pcq car les chinois peuvent s’appuyer sur la superpuissance soviétique  alliance positive dans un 1er temps : aide financière, militaire, économique avec les conseillers soviétiques, règlement des questions frontalières (évacuation Mandchourie/ URSS) et adoption du modèle sov w/ qqes variantes (mvmts de masse lancés régulièrement)

2-La Chine profite de cette alliance pour retrouver un statut régional indépendamment de l’URSS            

 

-> LIRE la suite et +150 autres fiches GRATUITEMENT ici.

 

 

III- depuis la fin des 2000s, la volonté d’afficher de façon bcp plus spectaculaire la P chinoise n’est pas sans susciter des inquiétudes en remettant en question la stabilité de la région
A-Changement d’attitude à la fin des 2000s et surtout 2012 avec arrivée XJ, la Chine semble vouloir s’affirmer comme une P décomplexée en Asie
1-Lié à l’affirmation économie de la Chine                                                                                       L’affirmation éco de la Chine prouve que son modèle est efficace.                                                       Certain retrait des EU après les années Bush.                                                                              L’affirmation nationaliste du pouvoir voulant réaliser le fameux rêve chinois porté/ XJ de grande renaissance de la nation chinoise que l’on retrouve dans les discours chinois par référence au principe Tian Xia qui renvoie à l’époque impériale qd on affirmait en Chine que l’empereur régnait par vertu et intimidation. Ce qui se traduit dans la bouche des communistes par le fait que la Chine a vocation à dominer espace asiatique, comme le dit Yang Jieshi au sommet de l’APEC (ministre des AE de Hu Jintao) « les petits pays doivent tenir compte des intérêts des grands pays »
2-Montée en P de l’armée chinoise                                                                                                        Budget mil qui ne cesse d’augmenter, modernisation de l’Armée populaire de Libération, dvlpt marine de guerre, mise en pl d’un réseau de base : collier de perle pour contrôler des espaces maritimes jugés essentiels avec des « ports amis » au Myanmar, Bangladesh, Sri Lanka, Pakistan. Notamment pour contrôler l’Inde.
3-Multiplie les projets de nature économique ou autre

 

-> LIRE la suite et +150 autres fiches GRATUITEMENT ici.

 

                                                                                                                      

Classé dans : Histoire - Mots clés : Chine, Asie, 1945, cours, résumé, fiche, IEP, sciences po, URSS - Aucun commentaire


Fiche - Chronologie de la Guerre Froide

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 10 avril 2018

Chronologie de la GF


I- Grandes césures


• 1943/1947 → 1953 : Naissance et confrontation dure.


• 1953→1962 : Apaisement relatif & coexistence pacifique mais précaire (Berlin et Cuba).


• 1962→1969 : Préparation de la détente et amélioration.


• 1969→1975 : Apogée de la détente.


• 1975→1980 : Prise de conscience progressive par les USA que la détente profite à l’URSS.


• 1980→1985 : Retour à la tension.


• 1985→1991 : Retour à une détente finissant par déboucher sur l’effondrement de l’URSS.


• 1991→2001 : Définition d’un nouvel ordre mondial avec l’avènement d’une puissance américaine qui exerce un leadership.

Depuis 2001 peut être naissance de nouvelles puissances : Inde, Chine…



II- Dates clés


• 28 Novembre→1er Décembre 1943 : Conférence de Téhéran.


• 4→11 Février 1945 : Conférence de Yalta.


• 17 Juillet→2 Août 1945 : Conférence de Potsdam.


• 5 Mars 1946 : Discours de Churchill à Fulton.


• Mars 1946 :

-> LIRE la suite et +150 autres fiches GRATUITEMENT ici.

Classé dans : Histoire - Mots clés : chronologie, guerre froide, IEP, sciences po, fiche, dates, dates importantes, césures, dates clés - Aucun commentaire


Fiche - Affrontement est ouest

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 10 avril 2018

 

I – 1 conflit à première vue idéologique
A – deux modèles intrinsèquement antagonistes sont en présence
1-Chaque modèle a des fondements idéologiques opposés                                                                                                                               
EU :  individualisme libéral (introduit par John Locke), méfiance envers l’Etat tout puissant, influence religion dans politique (conviction que démocratie, liberté, avancement éco-soc viennent de Dieu).                                                                                                                                          URSS : marxisme léninisme, projet d’égalité sociale, dictature d’un parti incarnant le prolétariat/classe moyenne pour bâtir société socialiste puis communiste voulant lutter contre le matérialisme athée et la religion (considérée comme l’opium du peuple).
2-En conséquence : modèle d’organisation politique, économique, sociale, culturelle sont différentes :                                                                                                                            Démocratie pluraliste, éco de marché (avec propriété privée), respect des libertés VS parti unique à vocation totalitaire, étatisme planificateur, embrigadement pop et censure. Quelques variantes : modèle européen + social & - brutal que celui des EU & maoïsme ou yougoslave différents du modèle de l’URSS
3-Volonté d’exporter le modèle : deux mécanismes à vocation planétaire se font concurrence = explique le conflit                        

 

-> LIRE la suite et +150 autres fiches GRATUITEMENT ici.

 

- enjeux stratégiques sont d’ailleurs avec facteurs intérieurs à la base des périodes de détente définies par les 2G
1-La détente a parfois été justifiée par des raisons qui n’ont rien à voir avec l’idéologie               

Pour des raisons politiques : Khroutchev & Gorbatchev : consolider le pouvoir menacé par les conservateurs, Nixon afin de sortir de la crise liée au Vietnam (extérieure & intérieure avec bcp de contestation), Reagan qui accepte main tendue de Gorbatchev en 85 pour sortir de l’initiative de Défense Stratégique (IDS).                                                                                         Pour des raisons économiques : URSS pour rééquilibrer croissance vers industrie de consommation & l’agriculture en délaissant complexe industrialo-militaire, EU : course aux armements coûte trop cher et profite aux concurrents capitalistes.                                                                  des facteurs autres qu’idéologiques justifient la détente
2-Période de réalisme diplomatique pouvant s’expliquer par d’autres facteurs non idéologiques                                                            

 

 

-> LIRE la suite et +150 autres fiches GRATUITEMENT ici.

Classé dans : Histoire - Mots clés : affrontement, est, ouest, est-ouest, IEP, Sciences Po, fiche, cours, résumé - Aucun commentaire


Fiche - Le pouvoir en France depuis 1945

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 10 avril 2018

L’exercice du pouvoir est laborieux


Le difficile retour à la norme, après Vichy, l’enjeu est de retrouver le pouvoir démocratique. Un débat constitutionnel s’installe, on se demande quel pouvoir mettre en place.
A. Le retour à la normalité est long
1.Situation économique
La Reconstruction par la remise en route de la production se heurte donc à de nombreux obstacles : manque d’énergie et de matières premières, manque de ports en bon état pour les importations indispensables, manque de devises pour les acheter.
La France est pauvre : après la guerre, c’est « l’homme malade de l’Europe ».
2. Situation politique et sociale
En attendant, le gouvernement tente de rétablir l’autorité de l’Etat et de reprendre le contrôle du pays.
Après la guerre, les partis de droite collaborateurs étant discrédités, seules trois grandes forces politiques comptent vraiment :
• Le PCF qui bénéficie du prestige de la Résistance et de celui de l’URSS.
• Les Français libres de diverses origines regroupés autour de Charles de Gaulle.
• La gauche non communiste, avec les socialistes de la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) mais aussi les catholiques de gauche.
Sur le plan international, la France est fortement diminuée. Elle n’est pas invitée aux grandes conférences et ce n’est que sur l’insistance du britannique Winston Churchill que la France devient la quatrième puissance occupante des territoires allemands. Enfin, son influence baisse considérablement dans l’empire colonial où naissent presque partout des mouvements de libération nationale
3.Le débat constitutionnel`

 

-> LIRE la suite et +150 autres fiches GRATUITEMENT ici.

 

Depuis 1981 le pouvoir est mal mené : rupture et difficulté
Nouvelle période, le pouvoir en France est malmené, il y a d’abord rupture et les problèmes s’aggravent.
A. L’arrivée de la gauche au pouvoir
1. La continuité dans l’exercice du pouvoir.
Élu à son tour président, Mitterrand n’a appliqué aucune des dispositions du programme commun de 1972 visant à réduire la prééminence présidentielle.
L’arrivée de la gauche au pouvoir correspond au début de l’alternance. C’est l’arrivée d’un président socialiste, Mitterrand après son élection obtient la majorité à l’Assemblé.
Il y a une vraie continuité dans l’exercice du pouvoir, il n’est pas question de changer la constitution. La seule différence c’est le personnel, on a plus un personnel de droite mais un personnel de gauche découvrant l’Assemblé.
2. Une politique socialiste de 1981 à 1983
Pierre Mauroy premier ministre
Des réformes économiques : limitation de la semaine de travail à 39h, 5 semaines de congés payé, retraite à 60 ans, nationalisation des entreprises
Des réformes sociétaires : Abolition de la peine de mort 1981, impôt sur les grandes fortunes.
La politique socialiste est rattrapée par la crise. Puis la politique change de bord, mise en place de la politique de rigueur. Ce changement est lié au durcissement de la crise économique.
3. Le pouvoir est fragilisé par la donne extérieur.
B. Le pouvoir doit faire face au mécontentement depuis 1986
1. Cohabitation et alternances se succèdent

-> LIRE la suite et +150 autres fiches GRATUITEMENT ici.
 

Classé dans : Histoire - Mots clés : pouvoir, France, 1945, depuis 1945, le pouvoir en france, fiche, cours, résumé, IEP, sciences po - Aucun commentaire


page 1 sur 12 suivante »