Réussir Sciences Po

 

 

 

Le nouveau ROMAN FANTASY de Hayato Chirun

Le nouveau DÉVELOPPEMENT PERSONNEL de Arthur Legrand

(liens Amazon sponsorisés - ou lire gratuitement ces livres (14 jours offerts))

 

Fiche - Liste des présidents U.S importants

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 10 avril 2018


 

Théodore Roosevelt (1903-1911): Oncle de Franklin, Républicain. Ancien de la navy, porte donc un grand intêret à la mer qu'il utilise comme espace de projection de puissance, notamment en armant les USA de la deuxième meilleure flotte du monde avant la première guerre mondiale. Fait des USA la grande puissance régionale en appliquant la doctrine Monroe (Amérique Latine = arrière cour des U.S) avec deux stratégies pour défendre les intérêts U.S: le Big Stick et la diplomatie du dollar. Le Big stick se base sur la flotte dont il était question plus haut, la diplomatie du dollar c'est le financement de régime + ou – autoritaire (qui sont donc de véritables Etats Satellite). Par ailleurs, les intérêts U.S sont avant tout les intérêts des entreprises U.S, à l'image de l'United Fruit. A l'origine du réalisme.

Wilson (1913-1921): Mandats évidemment marqués par la WWI. Au départ, les USA sont plutôt isolationniste, mais ils lient rapidement leurs intérêts financiers avec les puissance de l'Europe occidentale, la France et l'Angletterre car ils deviennent rapidement leurs créanciers. Mais attention, créance pas forcèment pécunière: les USA envoient des convois d'arme qui seront payés plus tard, il ne s'agit donc pas de lingot d'or mais bien de munitions. Bref en 1917 l'issu du conflit est ultra compromise pour la France et l'Angleterre car les allemands n'ont plus qu'un front à gérer. Or, si leur cheval perd, les U.S perdent: c'est hors de question pour Wilson, qui engage les GI's qui changent totalement le cours de la guerre. IMPORTANT: c'est une guerre idéologique, pour la liberté, selon la propagande. Après la guerre, c'est donc tout naturellement que Wilson va vouloir organiser un ordre mondial fondé sur l'idéologie U.S, avec les 14 points de Wilson. Les 14 points rapidement c'est le multilatéralisme, la respect des Etats à des lois supranationales et la fin de la diplomatie secrète. Seulement la popularité de Wilson est maigre aux U.S, et il perd l'élection contre Harding. A l'origine de l'idéalisme.

Harding, puis Coolidge, puis Hoover (1921-1933): Ne marquent pas vraiment l'histoire... Tous sont plutôt non interventionniste à défaut d'être isolationniste. Mais ils sont le thermomètre d'ne Amérique qui reste réticente à exercer véritablement sa puissance mondiale. Ainsi, Harding fut élu (par chance puisque la campagne de Wilson est compromise par les soucis de santé de ce dernier) sur le slogan "America First". On parle des roaring twenties

Franklin Delano Roosevelt (1933-1945): Considéré par beaucoup comme le meilleur président U.S. A noter que c'est après Roosevelt que l'on met en place la limite des deux mandats... Les U.S se seraient ils fait peur? Après le New Deal éclate la WWII. C'est pour Roosevelt l'occasion de défendre ses intérêts économique car l'Amérique devient "L'arsenal des démocraties". Cette formule laisse également deviner l'aspect idéologique important. Dès le début de la guerre, il est favorable à l'engagement des U.S.A, à l'inverse de l'opinion publique. Cependant, à la suite de Pearl Harbor, l'engagement des U.S.A est inévitable. La WWII est vraiment le moment auquel on se rend compte de la supériorité des Etats Unis et de leurs 100 000 avions produits en 1944.

(...)

-> LIRE la suite et +150 autres fiches GRATUITEMENT ici.

Classé dans : Histoire - Mots clés : liste, présidents, US, Etats-Unis, important, liste des présidents, biographie, courte, courte biographie, IEP, sciences po, fiche, révisions - Aucun commentaire


Fiche - Décolonisation Sciences Po

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 09 avril 2018

Elles sont multiples, complexes et différentes selon les empires coloniaux. Tout de même trois points convergent en 1945. Première cause de la décolonisation : le colonialisme lui-même qui, par ses déséquilibres et ses injustices, a généré des oppositions grandissantes.

I. Les origines de la colonisation

1. Les deux Grands, EU et URSS, soutiennent la décolonisation

- Les E-U sont viscéralement attachés aux idées d'indépendance et de liberté, le président Roosevelt tout spécialement, qui juge très sévèrement le colonialisme (rappelons-nous déjà de Wilson en 1919 et de ses "14 points"). Les E-U se rappellent qu'ils sont eux aussi une ex-colonies qui a dû batailler pour son indépendance.
De plus, le colonialisme avec son système de l'exclusif, est une entrave au libre-échange que les E-U entendent bien promouvoir en 1945 (le commerce colonial est réservé quasi exclusivement à la métropole). Toutefois, avec la guerre froide et l'arrivée au pouvoir du très pragmatique Harry Truman, les E-U modéreront leurs attaques afin de ne pas trop affaiblir leurs alliés français et anglais.

 

(...)

-> LIRE la suite et +150 autres fiches GRATUITEMENT ici.

 

b. En Afrique noire

La décolonisation de l'Afrique noire se déroule dans d'assez bonnes conditions pour les empires français et anglais.
L'Afrique noire anglaise
La décolonisation de l'Afrique débute dans les territoires britanniques de l'ouest où existent depuis les années 1945, le Vietminh dirigé par le communiste Hô Chi Minh proclame l'indépendance du Vietnam.
La France n'entend pas renoncer à sa colonie. On tente tout d'abord de négocier, mais les points de vue sont irréconciliables et les deux camps également déterminés :
la France veut conserver l'Indochine. On est prêt éventuellement à une autonomie du Vietnam, mais dans le cadre de l'Union française, donc sans réelle souveraineté,
le Vietminh veut une indépendance totale et une unification des 3 Ky.
Les incidents se multiplient et débouchent sur une guerre à partir de décembre 1946. C'est une guerre de guérilla où s'enlise la France et qui va coûter de plus en plus chère.

Cette guerre de décolonisation est aussi un conflit de guerre froide : dès 1947, le PCF s'y oppose, et, à partir de 1949, la Chine apporte un soutien décisif au Vietminh, tandis que la France reçoit une aide matérielle croissante des E-U qui finiront par équiper presque totalement les Français sur place.

Pourtant, après une résistance héroïque, la France est battue à Dien Bien Phu en mai 1954. La France négocie et les accords de Genève reconnaissent l'indépendance du Laos, du Cambodge et du Vietnam qui est toutefois divisé en deux (17ème parallèle) : au nord la république démocratique du Vietnam, au sud le régime corrompu de Ngo Dinh Diem, bientôt soutenu massivement par les E-U. Le réglement de Genève n'est qu'une trêve...


b. Les Indes néerlandaises, une décolonisation violente

Sukarno proclame l'indépendance en 1945. Refus néerlandais et début d'une guerre en Indonésie. Les Pays-Bas doivent pourtant céder face aux pressions internationales et se retirer en 1949.

c. La guerre d'Algérie : la plus violente des décolonisations (1954-1962)

L'Algérie : 1830, des départements, 1 million d'Européens (pieds-noirs)
Sétif 1945. Répression sauvage.
Toussaint 1954 : FLN. Mitterand : "l'Algérie, c'est la France".
Envoi du contingent. Succès militaires français.
Mais malaise grandissant en métropole (question de la torture, les "porteurs de valises et intellectuels, difficulté de la 4ème République).
Crise du 13 mai 1958. Retour de Gaulle.
16 septembre 1959 : début d'un long processus vers l'indépendance.
Réactions violentes en Algérie des colons et d'une partie de l'armée : OAS, putsch des généraux.
18 mars 1962 : accords d'Evian.


d. Chaos en Afrique portugaise
 

(...)

-> LIRE la suite et +150 autres fiches GRATUITEMENT ici.

Classé dans : Histoire - Mots clés : fiche, décolonisation, sciences po, IEP, origines, grands, Etats-Unis, URSS, Truman, Afrique, Algérie, FLN, Anfrique noire, cours, résumé, fiche de cours - Aucun commentaire


La révolte noire - Histoire populaire de la société des Etats-Unis après 1945

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 08 mai 2016

 

Pour comprendre qu'est-ce qu'une histoire populaire des Etats-Unis, le travail d'historien de Howard Zinn, et pour retrouver le sommaire de cette histoire : rendez-vous ici Histoire populaire de la société des Etats-Unis après 1945.

 

>> La révolte noire

 

>> Le réveil de la conscience Noire américaine

 

Les décennies 1950-1960, et 1960-1970, se caractérisent par l'émergence d'un fort mouvement de révolte de la part de la population Noire.

L'art participe à l'éveil de ces consciences. C'est d'abord la musique, par le blues, et le jazz. C'est ensuite la littérature, avec par exemple les œuvres de Margaret Walker et Richard Wright, notamment la poésie, dans la ligne de Paul Laurence Dunbar, Langston Hughes, Claude McKay.

Le militantisme pour les Noirs, qui avait émergé dans les années 1930, devint plus silencieux lors de la Seconde Guerre mondiale. Les premières révoltes en Asie et en Afrique remit en cause ce silence.

A la fin 1946, un comité des droits civiques fut initié par Truman. Ce dernier, concurrencé par Henry Wallace dans la campagne présidentielle, signa un décret en 1948 pour favoriser l'égalité raciale dans l'armée, où la ségrégation était toujours de vigueur.

La Cour suprême évolua aussi, par des décisions successives : en 1954 fut abandonnée la doctrine de "l'égalité dans la séparation". L'affaire Brown vs Board of Education fut l'occasion de critiquer le sentiment d'infériorité que pouvait provoquer la ségrégation, et de déclarer que l'égalité dans la séparation n'était pas valable au sein de l'école.  Malgré cette décision importante, il est à noter qu'en 1965 +75% des écoles du Sud étaient toujours sous le régime de la ségrégation.

 

>> Rosa Parks

 

Alors qu'au début des années 1960, des révoltes éclosent dans le Sud, elles se transforment en véritable conflits dans le Nord également à la fin de la décennie.

Le cas Rosa Parks est en ce sens illustre. Âgée de 43 ans, Rosa Sparks explique pourquoi elle a refusé de s'astreindre aux lois de Montgomery, capitale de l'Alabama, en s'asseyant en 1955 dans la section réservée pour les Blancs dans un bus. "quand et comment pourrait-on affirmer nos droits en tant qu'être humains ?" témoigne-t-elle trois mois après son arrestation. Toute la communauté Noire se révolte dans la ville de Montgomery, boycottant les transports ; les réactions furent vives de la part des ségrégationnistes, en utilisant notamment des bombes, dont une au domicile de Martin Luther King qui fut parmi les iniateurs du boycott. Ce boycott fut récompensé de succès, lorsqu'en novembre 1956, la Cour suprême interdit la ségrégation dans les transports municipaux.

Ces évènements servirent d'exemple dans tout le Sud durant les 10 années qui suivirent. La voix de Martin Luther King commença à trouver des auditeurs, tandis que quelques uns critiquaient sa naïveté.

 

>> Sit-in et Freedom Rides

 

Robert Williams, président de la NAACP, National Association for the Advancement of Colored People née officiellement en 1909, encourage les Noirs à se défendre, et par les armes si besoin. Les Noirs n'utlisièrent cependant pas la violence dans les années qui suivirent, menant par exemple des opérations de sit-in dans 5 Etats du Sud.

Le CORE, Congress of Racial Equality, dans le Nord, organisa des Freedom Rides, opérations qui consistaient à venir Blancs et Noirs ensembles dans les bus vers le Sud, ce qui entraîna d'importantes violences. Un autre Freedom Ride fut organisé entre Nashville et Birmingham par le SNCC, Student Nonviolent Coordinating Committee, à l'origine des sit-in, et se solda par une nuit en prison et de violents affrontements également.

Mais ces Freedom Rides commencèrent vraiment à inquiéter l'Etat américian lorsqu'ils attirèrent la presse internationale.

Les affrontements continuèrent dans de nombreuses villes, souvent vioents. En juin 1964 le mouvement des droits civiques organise un évènement près de la Maison Blanche. Il n'y eut aucune suite, et les incidents se répétèrent.

 

>> La réaction du Congrès et de la présidence

 

Ces violences, la colère des Noirs, et les échos qu'ils laissaient dans les autres pays du monde, forcèrent le Congrès à accélérer les réformes. Des lois sur les droits civiques furent votées successivement en 1957, en 1960 et 1964, mais n'étaient souvent pas suivies d'effet.

Le président Johnson fut à l'initiative en 1965 d'une loi sur le droit de vote, qui fut cette fois particulièrement efficace.

Si en 1952, seul 1 million de Noirs étaient inscrits sur les listes électorales des Etats du Sud, ils étaient en 1964 2 millions, et en 1968 3 millions.

 

>> La marche sur Washington de 1963

 

La marche sur Washington de 1963 fut transformée par Kennedy en rassemblement oecuménique, dans le but d'apaiser les tensions. Martin Luther King y prononça son plus célèbre discours : "I have a dream". Mais ce discours restait bien trop modéré aux yeux de nombreux Noirs.

Ceux-ci se reconnaissaient davantage dans le message de Malcolm X. Celui-ci rend compte de la désillusion des Noirs quant à cette marche, qui devait être "La révolution noire", selon les mots de Malcolm X : "ce n'était même plus une marche, c'était un pique-nique, un véritable cirque."

Les conditions de vie des Noirs restaient difficiles : les lieux de culte étaient la cible de bombes, et le taux de chômage était encore de 12,1% chez les non-blancs, contre seulement 4,8% chez les Blancs (chiffres du printemps 1963). D'après les statistiques gouvernement, 1 Noir sur 2 vivait en-dessous du seul de pauvreté de l'époque.

 

Malcolm X
Malcolm X

>> L'assassinat de Malcolm X puis de Martin Luther King

 

De 1964 à 1966, et surtout en 1967, les émeutes se multiplient, avec leurs lots de sang et de morts. L'expression "Black Power" devint populaire, pour désigner la méfiance envers les droits soi-disant accordés aux Noirs. C'est cette idée qu'incarne Malcolm X. En 1964, il déclare "si vous êtes suffisamment nombreux à être radicaux et que vous le reste suffisamment longtemps, vous obtiendrez votre liberté." Son meurtre en 1965 conduit à faire de Malcolm X un martyre de la cause Noire.

Le discours modéré de Martin Luther King, s'il reste écouté, est remplacé par des positions plus radicales, telles que celles exprimées par Huey Newton, du mouvement des Black Panthers, qui encourageaient à se défendre légitimement, par les armes.

La loi votée par le Congrès en 1968 est répressive contre toute personne qui encouragerait des émeutes, notamment par l'utilisation d'un service fédéral, pouvant être sanctionnée de 5 ans de prison.

Martin Luther King, en critiquant la guerre qui pour lui contribuait à la pauvreté des Américains, et surtout des Noirs, devient la cible du FBI qui enregistre ses conversations et va même jusqu'à lui envoyer des lettres de menace.

A Memphis, le 4 avril 1968, Martin Luther King est assassiné sur le balcon de son hôtel, sans que l'auteur du crime ne soit arrêté.

Si les lois étaient favorables aux Noirs, dans les faits les tribunaux n'auraient pas bien protégé les Noirs "contre la violence et l'injustice", d'après Howard Zinn. Il luttait même contre les activistes Noirs, en utilisant les armes et la violence, par l'intermédiaire du FBI.

 

>> L'amélioration relative des conditions de vie de la population Noire

 

Au début des années 1970, le système américain essaie de se protéger contre la force et les dangers des émeutes Noires. De plus en plus nombreux à voter, les Noirs intègrent les institutions politiques. En 1977, ils sont 2000 au sein des administrations de 11 Etats du Sud, contre 72 seulement en 1965.

Ils restent néanmoins en infériorité : alors qu'ils représentent 20% de la population dans le Sud, ils n'occupent qu'à peine 3% des fonctions électives.

Au Nord, les Noirs se mirent à concurrencer les Blancs les plus défavorisés, notamment en s'installant dans les logements qu'ils occupaient. Concentrés dans des ghettos, les Noirs conservaient la conviction qu'il fallait améliorer leur condition, mais il n'y eut plus de véritable mouvement protestataire à partir des années 1970, ou de moindre ampleur.

 

 

-> Histoire populaire de la société des Etats-Unis après 1945 <-

 

Classé dans : Histoire, Langue Vivante - Mots clés : histoire, société, Etats-Unis, 1945, anglais, VO, langue étrangère, cours, apprendre, fiches, histoire populaire, sciences po, réhabilisation, Howard Zinn, Une histoire populaire des Etats-Unis, historien, révolte, noire, population Noire, King, Malcolm - Aucun commentaire


Analyse du lien entre démocratie et étude des sciences - Alexis de Tocqueville

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 07 mars 2016

Alexis de Tocqueville dans le second tome de la Démocratie en Amérique analyse ce qui distingue l'apprentissage des sciences aux Etats-Unis, régime démocratique, de l'apprentissage de ces mêmes sciences dans d'autres pays, d'autres régimes.

Nous vous conseillons de ne pas vous arrêter à cet article, et de prolonger la lecture de Tocqueville sur le thème de l'éducation, des études, de la science, en lien avec la démocratie.

En particulier ces chapitres sont intéressants pour vous :

>> 3 catégories de science

Pour mieux comprendre ce qui caractérise l'étude des sciences en démocratie, Alexis de Tocqueville prend soin d'abord de définir ce que sont ces sciences. Selon lui, il est possible de distinguer facilement 3 parties, que l'on pourrait résumer ainsi :

  1. La théorie très abstraite et peu applicable
  2. La théorie peu abstraite et très applicable
  3. Les moyens d'application

 

L'esprit peut, ce me semble, diviser la science en trois parts.

La première contient les principes les plus théoriques, les notions les plus abstrai­tes, celles dont l'application n'est point connue ou est fort éloignée.

La seconde se compose des vérités générales qui, tenant encore à la théorie pure, mènent cependant, par un chemin direct et court, à la pratique.

Les procédés d'application et les moyens d'exécution remplissent la troi­siè­me.

Chacune de ces différentes portions de la science peut être cultivée à part, bien que la raison et l'expérience fassent connaître qu'aucune d'elles ne saurait, prospérer longtemps, quand on la sépare absolument des deux autres.

 

Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, CHAPITRE X - Pourquoi les Américains s'attachent plutôt a la pratique des sciences qu'à la théorie

 

Or pour Tocqueville, les Américains ont une tendance naturelle à l'application, au côté pratique.

Aux Etats-Unis, pays qu'il est venu étudier, il remarque que "Chacun s'agite". Cette agitation permanente ne laisse aucun répit pour s'attarder sur des conception trop abstraites, pour rester dans l'imaginaire, dans le non concret. Au contraire, les Américains sont avides de mettre en pratique les connaissances :

"Au milieu de ce tumulte universel, de ce choc répété des intérêts contraires, de cette mar­che continuelle des hommes vers la fortune, où trouver le calme nécessaire aux pro­fondes combinaisons de l'intelligence ?" explique-t-il dans le Chapitre X du second tome De la Démocratie en Amérique.

 

>> Les manières d'étudier la science

Après avoir distingué les différentes sortes de sciences, il est plus aisé pour Alexis de Tocqueville d'expliquer en quoi les sociétés démocratiques ont une approche différence des sciences et du savoir.

Il oppose notamment les milieux aristocratiques et les milieux démocratiques.

  • Les sociétés aristocratiques sont davantages portées vers l'abstrait, et rejettent le matériel.
  • Les sociétés démocratiques en revanche désirent avant tout mettre en application leurs connaissances pour obtenir des richesses matérielles. Elles sont moins préoccupées par la joie pure et désintéressée du savoir, mais davantage par l'utilité et les effets des sciences.

 

Il y a plusieurs manières d'étudier les sciences. On rencontre chez une foule d'hom­mes un goût égoïste, mercantile et industriel pour les découvertes de l'esprit qu'il ne faut pas confondre avec la passion désintéressée qui s'allume dans le cœur d'un petit nombre ; il y a un désir d'utiliser les connaissances et un pur désir de connaî­tre. Je ne doute point qu'il ne naisse, de loin en loin, chez quelques-uns, un amour ardent et inépuisable de la vérité, qui se nourrit de lui-même et jouit incessamment sans pouvoir jamais se satisfaire. C'est Cet amour ardent, orgueilleux et désinté­ressé du vrai, qui conduit les hommes jusqu'aux sources abstraites de la vérité pour y puiser les idées mères. [...]

Dans les temps aristocratiques, on se fait généralement des idées très vastes de la dignité, de la puissance, de la grandeur de l'homme. Ces opi­nions influent sur ceux qui cultivent les sciences comme sur tous les autres ; elles facilitent l'élan naturel de l'esprit vers les plus hautes régions de la pensée et la disposent naturellement à concevoir l'amour sublime et presque divin de la vérité.

Les savants de ces temps sont donc entraînés vers la théorie, et il leur arrive même souvent de concevoir un mépris inconsidéré pour la pratique. [...]

La plupart des hommes qui composent [les nations démocratiques] sont fort avides de jouis­sances matérielles et présentes, comme ils sont toujours mécontents de la position qu'ils occupent, et toujours libres de la quitter, ils ne songent qu'aux moyens de changer leur fortune ou de l'accroître. Pour des esprits ainsi disposés, toute méthode nouvelle qui mène par un chemin plus court à la richesse, toute machine qui abrège le travail, tout instrument qui diminue les frais de la production, toute découverte qui facilite les plaisirs et les augmente, semble le plus magnifique effort de l'intelligence humaine. C'est principalement par ce côté que les peuples démo­cratiques s'attachent aux scien­ces, les comprennent et les honorent. Dans les siècles aristocratiques, on demande particulièrement aux sciences les jouissances de l'esprit ; dans les démocraties, celles du corps.

Comptez que plus une nation est démocratique, éclairée et libre, plus le nombre de ces appréciateurs intéressés du génie scientifique ira s'accroissant, et plus les découvertes immédiatement applicables à l'industrie donneront de profit, de gloire et même de puissance à leurs auteurs ; car, dans les démocraties, la classe qui travaille prend part aux affaires publiques, et ceux qui la servent ont à attendre d'elle des honneurs aussi bien que de l'argent.

 

Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, CHAPITRE X - Pourquoi les Américains s'attachent plutôt a la pratique des sciences qu'à la théorie

 

Cependant, Tocqueville maintient des réserves. L'auteur prend bien soin en effet de ne pas affirmer de manière irrévocable, et laisse toujours des portes de sortie.

Tantôt il rappelle qu'il y a certainement des exceptions...

"Il n'est pas à croire que, parmi une si grande multitude, il ne naisse point de temps en temps quelque génie spéculatif que le seul amour de la vérité enflamme"

Tantôt il exprime sa perplexité, et laisse le temps faire le tri dans ses prédictions :

"L'avenir prouvera si ces passions, si rares et si fécondes, naissent et se dévelop­pent aussi aisément au milieu des sociétés démocratiques qu'au sein des aristocraties. Quant à moi, j'avoue que j'ai peine à le croire."

 

C'est donc davantage de tendances dont il s'agit ici, plutôt que de déterminismes et de vérités implacables.

 

-> Sujet corrigé - "Les croyances dogmatiques" - Tocqueville, De la démocratie en Amérique

-> Le travail pour les Indiens d'Amérique selon Tocqueville

-> Alexis de Tocqueville : Richesse et pauvreté


-> Culture générale : la Science <-
-> Culture générale : l'École <-
 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : lien, démocratie, science, apprendre, Alexis de Tocqueville, Tocqueville, apprendre, école, Etats-Unis, analyse, comprendre, pratique, théorie - Aucun commentaire


Le début de la Guerre Froide et la doctrine Truman - Histoire populaire de la société des Etats-Unis après 1945

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 17 novembre 2014

 

Pour comprendre qu'est-ce qu'une histoire populaire des Etats-Unis, le travail d'historien de Howard Zinn, et pour retrouver le sommaire de cette histoire : rendez-vous ici Histoire populaire de la société des Etats-Unis après 1945.

 

>> Le début de la Guerre Froide et la doctrine Truman

 

>> L'aide à la Grèce

 

Truman travailla à créer une atmosphère de guerre froide après la Seconde Guerre mondiale, et présenta l'Union soviétique comme une réelle menace immédiate.

En Grèce, la coalition de gauche avait été renversée par une intervention militaire anglaise. Une dictature de droite sévit dans le pays, donnant lieu à une guérilla de la part de la gauche. La Grande-Bretagne réclama de l'aide, ce qui poussa Truman à élaborer la doctrine qui porte désormais son nom, la doctrine Truman :

Truman fit un discours au Congrès en 1947, et demanda de voter 400 millions de dollars pour aider la Grèce et la Turquie.

L'aide matérielle des Etats-Unis permit la victoire contre la rébellion, définitive en 1949. Pour autant, de l'aide continua à y être envoyée.

 

>> La guerre de Corée

 

En 1950, Truman s'engagea dans la guerre de Corée. La Corée était occupée depuis 35 ans par le Japon, jusqu'à la fin de la 2nde Guerre mondiale. Elle fut alors divisée entre Corée du Sud et Corée du Nord. Lorsque la Corée du Nord tenta d'envahir la Corée du Sud, le 25 juin 1950, les Nations unies ripostèrent, et surtout les Etats-Unis en leur nom. Environ 2 millions de Coréens trouvèrent la mort dans ce conflit, au Nord comme au Sud.

Les Etats-Unis intensifiant leur rispote, en passant au-delà du 38e parallèle, la Chine intervint dans le conflit. L'ancienne frontière ne fut alors rétablie qu'en 1953.

 

>> Lutte contre le communisme

 

Truman signa le décret exécutif 9835 le 22 mars 1947. Celui-ci mettait en place une investigation contre les infiltrations possibles d'individus déloyaux. Bien que ces mesures ne permirent de découvrir aucun cas d'espionnage, 500 personnes perdirent leur poste au nom d'une "loyauté incertaine".

Mais cette politique anti-communiste était confortée par les évènements internationaux, tels que la prise de pouvoir des communistes en Tchécoslovaquie, le blocus de Berlin, les victoires en Chine, la maîtrise de la bombe atomique par l'Union soviétique.

Les Etats-Unis craignaient aussi les poussées indépendantistes dans les Empires coloniaux. En particulier en Indochine, en Indonésie, aux Philippines, et en Afrique sous la forme de manifestations.

 

>> Joseph McCarthy

 

Joseph McCarthy était alors sénateur du Wisconsin, et poussa la lutte contre le communisme encore plus loin. Dénonçant des personnes travaillant pour l'Etat et supposées communistes, traquant les livres écrits par les communistes, McCarthy s'attaqua à la question de l'armée en 1954. Il reprocha à des généraux de ne pas être suffisamment stricts contre les communistes. Le Sénat condamna McCarthy pour sa conduite "indigne".  Toutefois, dans le même temps, le Congrès votait d'autres mesures contre les communistes.

Les républicains proposèrent en 1950 une loi pour lister les organisations proches du communisme.

 


Ethel et Julius Rosenberg

>> L'affaire d'espionnage Rosenberg

 

La sympathie ou la connivence avec les organisations interdites par le décret de Truman en 1947 entraînait une accusation pour comportement déloyal. Un paroxysme fut atteint au sein de l'opinion lors du procès de Julius et Ethel Rosenberg.

Des témoignages d'individus déjà en prison ou accusés, comme celui de David Greenglass, de la famille de Julius Rosenberg, reprochaient aux Rosenberg d'être des espions pour le compte de l'Union soviétique. Le témoignage de Harry Gold, alors prisonnier, corroborait cette thèse. Mais il fut découvert plus tard que Gold avait menti. Les Rosenberg reçurent la peine de mort, par la chaise électrique, malgré des protestations issues du monde entier, par exemple d'Einstein, Sartre, Picasso.

 

>> La culture au service de l'anticommunisme

 

Toute la société américaine était imprégnée d'anticommunisme. La presse, comme le New York Times, la télévision, les films issus de Hollywood, et même l'ACLU, American Civil Liberties Union, créée pour défendre les droits des communistes et groupes politiques, céda à l'atmosphère anticommuniste.

Des livres à grand tirage, des BD comme celle de Captain America, contribuaient à faire des communistes une menace à combattre. Les exercices de sécurité dans les écoles proposaient de simuler des attaques soviétiques pendant lesquelles les enfants devaient se protéger.

 

>> Le budget militaire

 

Au début de 1950, le budget des Etats-Unis était de 40 milliards de dollars : 12 milliards d'entre eux étaient consacrés aux activités militaires.

En 1955, pour un budget de 62 milliards de dollars, 40 milliards de dollars étaient consacrés également aux activités militaires.

Kennedy à partir de 1960 ne fit que renforcer cette part dévolue au budget militaire. L'assurance de cette grande puissance économique n'empêchait pas les Etats-Unis de s'effrayer publiquement des progrès militaires de l'Union soviétique, pour renforcer encore leurs armements : l'équivalent de 1500 bombes telles qu'Hiroshima étaient alors dans les mains des Etats-Unis.

En 1970, la part consacrée au budget militaire atteignit ainsi 80 milliards de dollars.

 

>> Plan Marshall et aides économiques

 

Le plan Marshall, signé par Truman en 1948, offre 16 milliards de dollars aux pays de l'Europe de l'Ouest diffusés sur 4 années.

Il s'agissait à la fois de rétablir un marché et une bonne économie entre les Etats-Unis et l'Europe de l'Ouest, mais aussi d'un moyen d'influence politique, notamment dans les pays où le parti communiste était fort, comme en France ou en Italie.

L'alliance pour le progrès, programme d'aide en Amérique latine, servit également davantage le maintien de forces politiques capables de résister aux révolutions, que le niveau de vie des habitants.

 

>> L'intervention des Etats-Unis

 

Le gouvernement du Guatemala, démocratiquement élu, est renversé en 1954 par des forces entraînées par la CIA, et avec l'aide des Américains, à la suite de l'expropriation de 95000 hectares qui appartenaient à United Fruit, entreprise américiane. En 1958, Eisenhower envoya des troupes au Liban pour préserver les intérêts américains dans le pays.

Mais ces ingérences furent les plus fortes dans le cas de Cuba. Fidel Castro et son mouvement révolutionnaire avaient pris le pouvoir en 1959. Or le dictateur renversé, Fulgencio Batista, était soutenu par les Américains, d'autant plus qu'il favorisant les intérêts économiques des Etats-Unis dans cette région. Sous le gouvernement de Fidel Castro, les entreprises sous l'égide des Etats-Unis contrôlaient encore 80% des ressources, mines, élevage et raffineries de pétrole, et 50% des chemins de fer. Mais les relations se compliquèrent, à la suite des réformes entreprises par Castro, et les accords que ce dernier passa avec l'Union soviétique.

En 1960, Eisenhower autorisa la CIA à entraîner des forces contre le régime de Castro. Kennedy continua cet effort, et le 17 avril 1961, ces militaires entraînés par la CIA débarquaient à la baie des Cochons, en espérant que la population se joigne à eux. Or ce fut un échec, et les Etats-Unis furent critiqués pour leur hypocrisie, et les infractions faites à la Charte des Nations Unies.

 

>> Les inégalités de la population américaine

 

La répartition des richesses entre 1944 et 1961 est contrastée. Les 20% de familles les plus riches recevaient 45% du revenu national global.

Et le budget présenté par Kennedy lorsqu'il fut élu ne devait pas changer cette situation.

 

 

-> Histoire populaire de la société des Etats-Unis après 1945 <-

 

Classé dans : Histoire, Langue Vivante - Mots clés : début, guerre froide, Truman, doctrine, aide, Grèce, cours, apprendre, fiche, anglais, histoire, historien, histoire populaire de la société des Etats-Unis, Etats-Unis, Amérique, historien, Truman, McCarthy, Sénat, budget militaire, inégalités, population - Aucun commentaire


précédente page 2 sur 3 suivante