Réussir Sciences Po

 

 

 

-> Echangez vos fiches avec les étudiants Sciences Po
(Gratuit, +300 fiches disponibles)

-> Faites vous corriger des copies pour préparer le concours Sciences Po
(Gratuit, +100 copies déjà corrigées)

Sujets & Correction Sciences Po Grenoble 2019

 

Jacques Derrida - Courte biographie

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 16 mai 2019

 

>> Jacques Derrida - une courte biographie

 

Son vrai nom n'est autre que Jackie Derrida. Derrida est né en 1930 en Algérie française. Il doit faire face dès son enfance à la dure réalité politique du monde en cette époque de la Seconde Guerre mondiale, et notamment des lois de Vichy, jusqu'en 1943.

Cinq ans plus tard, il entre en hypokhâgne au lycée Bugeaud à Alger, puis quitte l'Algérie pour s'installer à Paris. Refusé par deux fois à l'ENS, il y entre finalement en 1952.

Il obtient l'agrégation en 1956, il devient lecteur à l'université de Harvard, où il travaille sur Husserl.

Marié à la psychanalyste Marguerite Aucouturier, avec qui il aura deux enfants.

C'est à l'ENS de nouveau en tant que maître-assistant qu'il passera 20 années de carrière.

1967 est une année charnière, puisque sont publiés à la fois La Voix et le phénomène, L'Ecriture et la différence, ainsi que De la grammatologie. 5 ans plus tard, il publie Marges de la philosophie et La Dissémination.

En 1981, Derrida paye son engagement politique et intellectuel : il est fait prisonnier en Tchécoslovaquie après avoir organisé un séminaire clandestin.

Sa volonté de présenter une autre facette de la philosophie se concrétise avec la création du Collège international de la philosophie en 1983. 10 ans plus tard, il présente Spectres de Marx, et effectue déjà régulièrement des conférences dans plusieurs pays du monde.

Il meurt en 2004, après un cancer du pancréas.

 

 

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : derrida, biographie, courte biographie, jacques derrida, jackie derrida - Aucun commentaire


Gilles Deleuze - biographie et philosophie

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 07 mai 2019

 

>> Gilles Deleuze - Courte biographie

 

Né à Paris en 1925, Gilles Deleuze est amené à se rendre à Deauville pendant la guerre, puis il retourne à Paris pour poursuivre ses études au lycée Carnot.

Il tente l'ENS, mais n'arrive pas à y rentrer. C'est à cette occasion toutefois qu'il rencontre Georges Canguilhem, un autre grand nom de la philosophie du XXe siècle.

Il obtient son agrégation de philosophie en 1948. Il faut une autre connaissance, celle du non moins célèbre Michel Foucault.

Père de deux enfants, il soutient une thèse en 1968, sur Différence et répétition, puis une thèse complémentaire Spinoza et le problème de l'expression.

Opéré des poumons et alors qu'il se repose suite à ses problèmes médicaux, il rencontre Félix Guattari avec qui il collabore.

Il se suicide en 1995 ne supportant plus sa maladie.

Michel Serres aura ces mots à propos de Deleuze lors d'une interview de Hari Kunzru : "Deleuze était — J’ai perdu mon meilleur ami le mois dernier, parce que Deleuze est mon meilleur ami. Je l’admire. Je l’aime. Quand nous étions jeunes nous étions très séparés. Alors nous avons inventé ensemble le terme « amis de vieillesse »…"

 

>> Idées majeures de Gilles Deleuze

 

Pour Deleuze dans les Pourparlers de 1990, la philosophie est "créatrice ou même révolutionnaire, par nature, en tant qu'elle ne cesse de créer de nouveaux concepts. La seule condition est qu'ils aient une nécessité mais aussi une étrangeté"

 

Nous cherchons la vérité parce qu'une certaine forme de violence de la situation nous y pousse. Ce n'est pas par bon plaisir que nous cherchons la vérité, nous la cherchons "plutôt sous le coup d'un choc que dan l'élan d'un goût". (Différence et répétition)

 

"La répétition est la différence sans concept". La répétition est en effet autre que la généralité, et elle s'oppose à l'habitude.

 

L'objectif de la philosophie contemporaine est de renverser la philosophie de Platon. La différence étant dans la répétition, cela va à l'encontre de la théorie de l'Idée et des simulacres sensibles associés.

Cette philosophie qui a découlé de Platon a forgé des présupposés qu'il faut également démasquer, au nombre desquels le bon sens (notion très cartésienne), ou encore l'erreur, qui serait un éloignement de la vérité.

 

Deleuze s'en prend à Kant sur deux points.

1. Kant a voulu développer une philosophie du "conditionnement" ; mais l'expérience "possible" doit être remplacée par l'expérience "réelle".

2. De plus, la transcendance chez Kant est mal théorisée, puisque la transcendance ne "ressemble" pas à ce qui est empirique.

Ainsi Deleuze entreprend de  trouver un "empirisme transcendantal". (Différence et répétition, 1968) Les conditions, ce sans quoi un phénomène ne se produirait pas, y sont spécifiques aux cas.

"Nous cherchons à déterminer un champ transcendantal impersonnel et pré-individuel, qui ne ressemble pas aux champs empiriques correspondants et qui ne se confond pas pourtant à une profondeur indifférenciée.

(...)

Les singularités sont les vrais événements transcendantaux

(...)

Quand s'ouvre le monde fourmillant des singularités anonymes et nomades, impersonnelles, pré-individuelles, nous foulons enfin le champ du transcendantal" (Logique du sens, Gilles Deleuze)

 

La collaboration Deleuze - Guattari (notamment dans l'Anti-Œdipe) mène les deux auteurs à penser que le désir est puissance d'affirmation de la vie. Deleuze prolonge ainsi la notion de conatus de Spinoza, en expliquant : "Le conatus ne doit pas être interprété comme tendance à passer à l'existence... mais comme tendance à persévérer dans l'existence."

Le désir n'est en ce sens pas une conséquence du manque, comme voudrait le faire croire la psychanalyse classique.

Dans l'Anti-Œdipe, les deux auteurs définissent trois types de forces au cours de l'histoire humaine qui ont réprimé le désir par des codages, décodages, surcodages : sauvage (marquage des corps), barbare (despotisme), civilisé (déterritorialisation).

 

Dans Logique du sens, l'univocité provient du multiple.

Ontologie et philosophie sont synonymes : "La philosophie se confond avec l'ontologie, mais l'ontologie se confond avec l'univocité de l'être".

 

Toujours dans un sens spinoziste, "l'immanence pure" est au centre de la philosophie de Deleuze. La nature est alors "multiplicité".

 

 

 

 

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : deleuze, gilles, courte biographie, biographie, IEP, sciences po, philo, philosophie, auteur, contemporain, idées, idées majeures, thèses, agrég - Aucun commentaire


Courte biographie d'Alain Juppé

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 13 février 2019

Ci-dessous, retrouvez une courte biographie d'Alain Juppé.

 

>> Courte biographie d'Alain Juppé

 

Alain Marie Juppé naît en août 1945 à Mont-de-Marsan. Il étudie au lycée Victor-Duruy, puis en classe préparatoire littéraire au lycée Louis-le-Grand à Paris, et en 1964, l’École normale supérieure. Il épouse Christine Leblond, avec qui il aura deux enfants. Son agrégation de lettres classiques en poche, il rejoint Sciences Po Paris en 1968, puis l'ENA de 1970 à 1972. Les quatre années suivantes sont passées à l'Inspection générale des finances.

Après un premier échec électoral, lors des législatives de 1978, il perd de nouveau les élections cantonales un an après. En 1979, il est élu au conseil national du RPR, et est nommé adjoint à la direction des finances et des affaires économiques de la ville de Paris. Il est directeur adjoint de la campagne de Jacques Chirac à l'élection présidentielle de 1981. Alain Juppé gagne dans le 18e arrondissement de Paris les élections municipales de 1983 et 1989. Il devient secrétaire national du RPR chargé du redressement économique et social de 1984 à 1986.

Du 20 mars 1986 au 11 mai 1988, Alain Juppé prend le poste de ministre délégué au Budget auprès du ministre d'État, ministre de l'Économie, des Finances et de la Privatisation, Édouard Balladur, et devient porte-parole du gouvernement, durant la première cohabitation.
De 1988 à 1994, Alain Juppé prend les fonctions de secrétaire général du RPR.

De la fin du mois de 1993 à mai 1995, il est ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Édouard Balladur, lors de la seconde cohabitation.

Ce n'est qu'en 1995 qu'il est nommé officiellement Premier ministre par le nouveau président Jacques Chirac.

A la tête du RPR, Alain Juppé est également élu maire de Bordeaux le 19 juin 1995 et député de la 2e circonscription de la Gironde en 1997.

Son premier gouvernement de mai à novembre 1995 est marqué par le nombre de femmes, surnommées les "juppettes" par la presse. Un second gouvernement est mis en place de novembre 1995 au 2 juin 1997, avec un nombre de femmes réduit.

Cette réduction du nombre de femmes lui vaut un certain nombre de critiques, qui s'ajoutent à celles contre son projet de réforme de la Sécurité sociale en 1995. Son impopularité est plombée à cause d'un appartement parisien dont il fait réduire le loyer pour son fils.

Sur le plan personnel, Alain Juppé épouse en avril 1993 Isabelle Legrand-Bodin avec qui il a une fille en 1995.

De nombreuses privatisations sont menées jusqu'aux élections législatives de 1997, qui sont perdues par la droite et marquent la fin du gouvernement Juppé.

Une deuxième affaire éclabousse Alain Juppé, l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Il est condamné en janvier 2004, mais cette sentence est réduite en appel en décembre 2004. Alain Juppé démissionne de son poste de maire de Bordeaux. Il part alors au Canada.

Ce n'est qu'à la fin d'août 2006 qu'Alain Juppé annonce son retour dans la vie politique. Une élection municipale anticipée a lieu à Bordeaux en octobre la même année, qu'Alain Juppé remporte.

En 2007, Alain Juppé est brièvement ministre dans le gouvernement de François Fillon.

Les élections municipales de 2014 à Bordeaux sont une nouvelle victoire pour Alain Juppé.

En août de la même année, Alain Juppé annonce grâce à son blog qu'il sera candidat à la primaire de l'UMP (devenue primaire Les Républicains), organisée en 2016, pour la présidentielle de 2017.

 

Classé dans : Actualités, Politique - Mots clés : alain juppé, biographie, courte biographie, politique, ump, républicains, biographie d'alain juppé, parcours, simple, expérience, personnalité politique - Aucun commentaire


Courte biographie de Arthur Rimbaud et citations

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 01 février 2019

>> Courte biographie de Arthur Rimbaud (1854-1891), le poète maudit

 

Rimbaud est né à Charleville en 1854. Ses parents divorcent alors qu'il n'a que six ans. Son père militaire reste absent, tandis que sa mère éduque ses enfants avec rigueur.

Le collège où il fait ses études lui ouvre la voie à la poésie, pour laquelle il se révèle fort doué. Son professeur de rhétorique Georges Izambard encourage ses dons.

Rimbaud se passionne alors pour un mouvement littéraire français, le Parnasse, qui promeut l'art pour l'art, le poème pour sa seule beauté, bien incarné par Baudelaire. Rimbaud envoie trois poèmes à Banville, représentant du mouvement parnassien, qui ne donne pas de suite à la lettre.

Ses créations poétiques s'inspirent alors de sentiments amoureux, de satyres de la bourgeoisie et de l'église, et des guerres : il critique le Bonapartisme et écrit Le Dormeur du Val alors que sévit la guerre franco-prussienne de 1870.

Rimbaud

Bon élève, Rimbaud commence à fuir le collège, et fugue même à Paris en 1871. De retour à Charleville, la proclamation de la Commune pousse Rimbaud à donner toute son importance au caractère visionnaire du poète. Rimbaud préconise ainsi d'y parvenir par « le long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens »

Rimbaud compose encore, jusqu'à rencontrer Paul Verlaine, qu'il admire. A Paris où il le rejoint, après avoir produit son nouveau chef-d'oeuvre Le Bateau ivre, les deux auteurs nouent des relations malgré le mariage de Paul Verlaine.

Rimbaud retourne à Charleville, puis repart avec Paul Verlaine en Belgique, puis dans la capitale anglaise Londres. Après des conflits et un retour à Bruxelles, Verlaine tire un coup de revolver contre Rimbaud, acte pour lequel il est incarcéré. Rimbaud publie Une saison en enfer dans la clandestinité peu après.

Rimbaud erre ensuite dans toute l'Europe, semblant avoir délaissé l'art et la littérature : Stuttgart (où il revoit Verlaine), Milan, Vienne, Stockholm, Chypre puis dans les ports de la mer Rouge, le Japon, l'Afrique orientale, le Caire. Il y vit de simples travaux, agent de comptoir, livraison de fusils, hanté par ce qu'il considère être un destin sombre, qu'il doit vivre jusqu'au repos lointain.

Un mal de genou l'oblige à retourner en France, où il est amputé de la jambe à Marseille. Il meurt à l'hôpital Saint-Jean d'un cancer généralisé le 10 novembre 1891, sa sœur à son chevet.

 


-> Découvrez les meilleures Biographies du blog

 

 

>> Citations des poésies de Arthur Rimbaud

 

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu, voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes.

« Voyelles », dans Poésies complètes - Citation de Arthur Rimbaud

- On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans
Et qu'on a des tilleuls verts sur la promenade.

« Roman », dans Poésies complètes - Citation de Arthur Rimbaud

Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées ;
Mon paletot aussi devenait idéal ;
J'allais sous le ciel, Muse ! et j'étais ton féal.

« Ma bohème », dans Poésies complètes - Citation de Arthur Rimbaud

Je suis esclave de mon baptême. Parents, vous avez fait mon malheur et vous avez fait le vôtre.

Une saison en Enfer, Citation de Arthur Rimbaud, juillet 1873

Je n'aime pas les femmes. L'amour est à réinventer.

Une saison en Enfer, Citation de Arthur Rimbaud, juillet 1873

La morale est la faiblesse de la cervelle. Acquise sans aucune réflexion, elle s'imprime en nous à nos dépens. Elle est un danger si elle n'est atténuée par la pensée raisonnable.

Une saison en Enfer, Citation de Arthur Rimbaud, juillet 1873

Il faut être absolument moderne.

Une saison en Enfer, Citation de Arthur Rimbaud, juillet 1873

Je est un autre.

Issue d'une des lettres à Georges Izambard (13 mai 1871) - Citation de Arthur Rimbaud

 

>> Courte chronologie de la biographie de Arthur Rimbaud

 

20 octobre 1854 : Naissance de Jean-Nicolas-Arthur Rimbaud à Charleville.

1869 : Rimbaud entre en classe de rhétorique.

1870 : Publication dans la Revue pour tous des « Étrennes des orphelins ». Le professeur Georges Izambard arrive dans le collège de Rimbaud.

24 mai 1870 : Rimbaud envoie à Théodore de Banville de trois poèmes, qu'il espère voir publiés dans le Parnasse contemporain.

Août 1870 : Fugue à Paris.

4 septembre 1870 : Fin du second Empire.

Février-mars 1871 : Rimbaud de nouveau à Paris.

13 et 15 mai 1871 : Expose sa conception du poète voyant à Georges Izambard et Paul Demeny.

1873 : Verlaine arrive à Bruxelles où Rimbaud le rejoint. Le 13 juillet, Verlaine tire sur lui, le blessant. Rimbaud part à Roche.

Octobre 1873 : Une saison en enfer est imprimé. Dans l'incapacité de payer son imprimeur, Rimbaud abandonne l'édition du livre.

1875 : Mort de la sœur de Rimbaud : Vitalie.

1876 : Après Vienne, Rimbaud part en Hollande où il s'engage dans l'armée coloniale hollandaise.

1880 : Séjours à Chypre, Alexandrie, puis Aden. Dans une maison de commerce, il est affecté à la succursale de Harar (Éthiopie)

1886 : Conduit une caravane d'armes pour Ménélik, roi du Choa. À Paris, La Vogue publie l'oeuvre de Rimbaud les Illuminations.

1888 à 1891 : Rimbaud dirige une factorerie.

22 mai 1891 : Rimbaud est amputé d'une jambe à l'hôpital de Marseille.

10 novembre 1891 : Mort de Rimbaud à Marseille après un voyage à Roche.

 

-> Les citations <-

-> Les biographies <-

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : courte biographie, Arthur Rimbaud, Paul Verlaine, Citations, synthèse, résumé de la biographie, poème, poésies - 18 commentaires


Courte biographie de la reine Elizabeth II

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 22 janvier 2019

La reine Elisabeth II, ou selon l'orthographe anglaise Elizabeth II, détient le record de longévité pour son règne. Elle surpasse ainsi le règne  Victoria. Elle est aussi un des souverains qui a le plus voyagé de toute l'histoire, notamment grâce à ses visites dans les pays du Commonwealth.

Découvrez ici une courte biographie de la reine Elizabeth II.

 

>> Enfance et jeunesse d'Elizabeth

 

Le futur roi George VI et son épouse donnent naissance à une petite fille le 21 avril 1926, qui reçoit le nom d'Elizabeth comme sa mère. Avec sa sœur, Elisabeth est éduquée à la maison, où elle reçoit en particulier des cours d'histoire.

Lorsque le roi George V décéde, puis que le roi Édouard VIII abdique, elle devient la première en ligne de succession à son père George VI.

En 1939, ses parents partent au Canada et aux États-Unis, tandis qu'Elizabeth reste au Royaume-Uni. En 1939 également, Elizabeth rencontre son futur époux, le prince Philippe de Grèce et de Danemark, et déclare déjà qu'elle est amoureuse alors qu'elle n'a encore que 13 ans.

Commence alors la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle les enfants se réfugient à la campagne en Écosse, puis au Royal Lodge, et enfin dans le château de Windsor. Elizabeth devient successivement colonel en chef des Grenadier Guards, puis conseillère d'État en cas d'incapacité de son père ou lors d'un déplacement à l'étranger, et en 1945 lieutenant-colonel honoraire auprès de l'Auxiliary Territorial Service.

Elle participe aux joies de la victoire le 8 mai 1945 en s'infiltrant dans la foule, avec sa sœur.

 

>> Mariage et couronnement de la Reine Elizabeth II

 


Elizabeth en 1952

Deux ans plus tard, en 1947, Elizabeth et Philip se marient à l'abbaye de Westminster. Ils eurent un enfant l'année suivante, nommé Charles, et un second enfant en 1950 : Anne.

En 1952, le roi meurt. Le couronnement fut l'objet d'une première historique, puisqu'il fut diffusé à la télévision le 2 juin 1953.

Seulement composé de 10 membres en 1956, le Commonwealth prend rapidement de l'importance et marque la fin de l'Empire britannique.

A ce titre, les voyages de la Reine en Australie et de Nouvelle-Zélande, et dans les autres pays du Commonwealth, ont attiré les foules.

Suite à la crise de Suez, le Premier ministre Eden démissionne. A cette occasion, la Reine fut critiquée pour avoir décidé du successeur seulement sur les paroles d'un nombre restreint d'hommes. En 1957, elle représente le Commonwealth devant l'Assemblée générale des Nations unies aux Etats-Unis. Elle visite de nombreux autres pays, et notamment le Canada.

Deux naissances marquèrent les années 1960 et 1964, deux fils : Andrew et Edward.

En février 1974, le premier ministre britannique Edward Heath démissionne car il ne parvient pas à former un gouvernement de coalition. La reine permet donc au rival travailliste Harold Wilson, de former un gouvernement.

 

>> Les jubilés, marques du règne d'Elizabeth II

 

Le jubilé d'argent en 1977 marque les 25 années de règne de la Reine.

Un an plus tard, il est découvert que l'ancien conservateur des collections royales, était un espion communiste.

En 1981 la Reine fut visée par des tirs à blanc. Le tireur fut emprisonné durant trois ans.

En 1982, quelqu'un réussit à s'infiltrer dans le palais de Buckingham.

A partir des années 1980, la presse à sensation et le public se prirent d'intérêt pour la vie privée de la famille royale, allant jusqu'à inventer des histoires ou des prises de position. Les supputations quant à la fortune de la famille royale et des histoires d'adultères contribuèrent à modifier l'opinion du public.

En 1991, pour la première fois la Reine fit un discours à une session conjointe du Congrès des États-Unis.

L'année 1992 fut qualifiée par la Reine elle-même d'année horrible. à cause de deux divorces, de l'incendie du château de Windsor et des critiques de la monarchie. La monarchie fut critiquée et cela accrut le désamour du public134. En décembre intervient une autre sépération, celle du prince Charles de Galles et Diana Spencer. En 1997, Diana mourut dans un accident de voiture à Paris le 31 août.

Le jubilé d'or en 2002 marque les 50 ans de règne de la reine Elizabeth II. De nombreux voyages attirent encore les foules. Des soucis de santé touchent la reine, même s'ils ne sont parfois que des rumeurs alimentées par les journalistes.


La reine Elizabeth II

En 2007, le Daily Telegraph assure que la reine est en désaccord avec Tony Blair, premier ministre, excepté sur les relations avec l'Irlande du Nord.

En mai 2011 eut lieu la première visite officielle d'un monarque britannique en Irlande depuis son indépendance il y a près de 90 ans.

Un jardin mémorial est inauguré par la Reine après le 11 septembre pour les victimes britanniques des attentats de New-York.

Le jubilé de diamant en 2012 marque les 60 années de règne. Cette fois-ci, la tournée qu'elle effectua se concentra sur le Royaume-Uni, tandis que ses enfants et petits-enfants partirent dans le reste du Commonwealth.

En 2012, la reine participa à l'ouverture des Jeux olympiques organisés à Londres.

En 2013, la Reine Elizabeth II réhabilite la mémoire du mathématicien Alan Turing, qui avait été condamné pour homosexualité.

L'année suivante, ont lieu les commémorations du débarquement de Normandie.

Élisabeth II est depuis le 9 septembre 2015 le monarque britannique qui aura eu le plus long règne.

 

-> Biographies célèbres

-> Résumé des actualités

Classé dans : Actualités, Culture Générale - Mots clés : reine Elizabeth, Elizabeth II, reine d'angleterre, courte biographie, biographie reine Elizabeth, courte biographie Elisabeth II, Royaume-Uni, commonwealth - 1 commentaire


page 1 sur 3 suivante »