Réussir Sciences Po

 

 

 

Le nouveau ROMAN FANTASY de Hayato Chirun

Le nouveau DÉVELOPPEMENT PERSONNEL de Arthur Legrand

(liens Amazon sponsorisés - ou lire gratuitement ces livres (14 jours offerts))

 

La conscience de l'individu n'est-elle que le reflet de la société à laquelle il appartient ?

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 08 octobre 2016

Ce sujet est notamment tombé à l'épreuve de philosophie du bac 2015. Voir tous les sujets du bac 2015.

 

>> Introduction

 

Accroche

Difficile avec un tel sujet d'engager sur un évènement historique. Il était plus facile de commencer votre réflexion, d'accrocher votre lecteur - en l'occurrence le correcteur - soit par une citation, soit par une œuvre littéraire qui exposerait l'opposition entre individu et société comme nous allons le voir dans les définitions.

 

Définitions

conscience : très difficile à définir, il faudra revenir sur cette notion pendant tout votre développement. Malebranche définit la conscience comme le sentiment intérieur qu'on a d'une chose dont on ne peut former d'idée claire et distincte, et Rousseau comme le sentiment que l'être humain a de ses états et de ses actes

individu : Tout être concret, donné dans l'expérience, possédant une unité de caractères et formant un tout reconnaissable.

reflet : le reflet est une image renvoyée, une représentation. Elle peut aussi s'entendre comme une représentation affaiblie, un degré sur lequel vous pouviez jouer dans le plan.

société : État de vie collective; mode d'existence caractérisé par la vie en groupe

Il ne faut pas arrêter les définitions que nous venons de donner, elles peuvent évoluer. Cependant il est intéressant de ntoer l'opposition qu'il y a entre individu et société, deux termes présents dans le sujet, et qui déjà annoncés dans l'accroche conduisent également vers la problématique.

 

Problématique

Le problème soulevé par le sujet est le suivant : l'individu a-t-il une conscience qui lui est propre, irréductible, ou sa conscience est-elle façonnée par la société, le milieu dans lequel il vit ? En d'autres termes, la conscience de l'individu est-elle poreuse, laissant un passage entre l'environnement et l'individu ? Comment l'individu intègre-t-il son environnement en conscience, façonnant à son tour cet environnement ?

 

Plan

La petite formule "n'est-elle" est caractérisque des sujets qui appellent une réponse dialectique, plan en trois parties. Il y a bien sûr différentes approches, et nous vous proposons un plan classique mais efficace dans le développement ci-dessous.

 

>> Développement

 

I. La société influe sur la conscience des individus

"Ce n'est pas la conscience qui détermine la vie, mais la vie qui détermine la conscience." expliquait Marx

La conscience se détermine par rapport à l'individu, comme le rappelle Freud de manière radicale : "Notre conscience, loin d’être le juge implacable dont parlent les moralistes, est, par ses origines, de «l’angoisse sociale» et rien de plus"

 

II. Mais le noyau de conscience de l'individu demeure irréductible

Descartes pour formuler sa célèbre formule Cogito ergo sum met d'abord le montre entre parenthèses. En faisait cela, il efface la société, il l'exclut. La conscience de l'individu se passe fondamentalement de la société. Voir plus d'explications sur le Discours de la méthode.

La conscience aspire à une paix, loin du tumulte de la société. Elle permet de comprendre ce qu'est le bien et le mal, elle est une "voix céleste". En cela, elle s'éloigne des influences de la société : "La conscience est timide, elle aime la retraite et la paix ; le monde et le bruit l'épouvantent", comme l'écrivait Rousseau dans La Profession de foi du vicaire savoyard, un extrait du livre IV de Émile.

 

III. La conscience de l'individu se construit par rapport à elle-même et par rapport aux rapports à la société qu'elle perçoit

Nietzsche s'oppose à la conception d'une permanence de la conscience. La conscience n'est pas un refuge dans lequel personne ni même la société ne pourrait rentrer : "On croit que c'est là le noyau de l'homme : ce qu'il a de permanent, d'éternel, d'ultime, de plus originel ! On tient la conscience pour une quantité stable donnée ! On nie sa croissance, ses intermittences ! On la conçoit comme « unité de l'organisme » ! Cette surestimation et cette méconnaissance ridicules de la Conscience ont eu pour heureuse conséquence d'éviter son élaboration trop rapide."

Sartre distingue "en soi" et "pour soi", ce qui permet de comprendre que le sujet conscience peut être différent de ce qu'il est, et que l'homme est un projet grâce à sa conscience.

 

Proposez vos plans et vos idées, il n'y a pas qu'une correction possible, surtout en philosophie. N'hésitez pas à commenter ci-dessous !

 

-> Sujets en philosophie du bac 2015

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : philosophie, bac, sujet, conscience, individu, reflet, société, appartient, sujet, dissertation, corrigés, correction, 2015, - 2 commentaires


Sujet corrigé - La politique échappe-t-elle à l'exigence de vérité ?

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 12 septembre 2016

Ce sujet est notamment tombé à l'épreuve de philosophie du bac 2015. Voir tous les sujets du bac 2015.

 

>> Introduction

 

Accroche

Un discrédit pèse sur les politiques. Si les exemples sont nombreux l'année passée, il aurait été judicieux de choisir plutôt une citation un ou évènement historique, déjà vieux. En ce cas, l'histoire de France ne manque pas d'exemples, comme la propagande de guerre. Etait-il juste pour l'Etat, lors de la Première Guerre mondiale, de diffuser des affiches et de propager dans les journaux l'idée que la victoire arrivait, afin de ne pas relâcher l'effort de guerre, au risque de mentir ? Aurait-il fallu diffuser des photos de la guerre, au risque de démobiliser l'opinion publique ?

 

Définitions

La politique : Notez bien le féminin, qui est un élément essentiel pour comprendre le mot "politique". En général, la politique peut se définir comme l'art de conduire les affaires de l'État, science et pratique du gouvernement de l'État.

Exigence : l'exigence a rapport au devoir, qui est aussi un aspect du programme de philosophie.

Vérité : sans doute le mot le plus difficile à déterminer, et qu'il faudra explorer le long du développement. De manière générale, en philosophie la vérité désigne une connaissance reconnue comme juste, comme conforme à son objet et possédant à ce titre une valeur absolue, ultime.

 

Problématique

La problèmatique n'est pas la question du sujet, mais plutôt ce qui est impliqué par cette question, ce qui se cache derrière cette question. En effet derrière cette question c'est l'articulation entre vérité et politique qui est interrogée, dans le sens où la politique nécessiterait forcément de cacher une part de la vérité.

La vérité est-elle un devoir auquel il serait possible de déroger pour des raisons d'Etat ? La politique est-elle nécessairement incompatible avec un discours rigoureux et exhaustif de vérité ? Comment la politique peut-elle se conjuguer avec un devoir et une recherche de la vérité auprès du citoyen ?

 

Plan

Le sujet de type "échappe-t-il" / "échappe-t-elle" se prête à un plan dialectique. Voir le plan que nous avons choisi dans le développement. Pourtant, il faut garder à l'esprit qu'une multitude d'approches étaient possibles, il n'y a pas de réponse nécessaire en philosophie, il n'y a pas de barème prédéfini sur les idées développées. N'hésitez pas à partager vos propres plans en commentaires ci-dessous.

 

 

>> Développement

 

I. Le mensonge est parfois nécessaire pour pouvoir gouverner

Platon dans La République montre la nécessité qui pousse les politiques à mentir à leur peuple, pour le bien de la cité. Mais c'est un "mensonge noble" car c'est un mensonge de paroles, réservé aux gouvernants, et qui a des vertus thérapeutiques. Il permet le bien d'autrui, contrairement au mensonge proféré de façon délibérée qui installe dans l’âme de celui que l’on trompe l’ignorance.

« ce qui est absolument nécessaire, c’est de savoir bien déguiser cette nature de renard, et de posséder parfaitement l’art et de simuler et de dissimuler » - Machiavel, Le Prince. Pour Machiavel, le prince doit forcément mentir pour diriger aux mieux les affaires du pays.

D'Alembert a ces mots lapidaires et sans illusion concernant la politique : « L’art de la guerre (…) est l’art de détruire les hommes, comme la politique est celui de les tromper. »

 

II. Mais une politique saine se fonde nécessairement sur la vérité et vise la vérité

Saint Augustin condamne radicalement toute forme de mensonge, y compris en politique. Pour Saint Augustin, le mensonge « consiste à parler contre sa pensée avec l’intention de tromper ». Or, même le mensonge qui serait profitable à quelqu'un d'autre ne trouve pas grâce aux yeux de Saint Augustin : "mendacium iniquitas est", il y aurait inéquité.

Kant réfute de manière tout aussi radicale le droit qu'aurait la politique de mentir, d'échapper à l'exigence de vérité. Dans l'article « D’un prétendu droit de mentir par humanité » (1797), en réponse à Benjamin Constant, Kant explique que même en politique, même par un texte juridique, il serait contradictoire d'autoriser dans certains cas le mensonge. "Celui qui ment, si généreuse puisse être son intention en mentant, doit répondre des conséquences de son mensonge"

 

III. L'articulation politique/vérité n'a de sens qu'au regard des citoyens qui l'appréhendent

Blaise Pascal permet de mieux saisir cette question de la vérité et de la politique à travers la perception qu'en a le peuple. Dans les Pensées, il distingue 5 catégories, qui sont de la plus basse à la plus élevée : le peuple, les demi-habiles, les habiles, les dévots, et enfin les Chrétiens parfaits.

Or chaque catégorie est établie selon le dégré de crédulité des sujets vis-à-vis de la politique : ainsi le peuple croit fermement que les lois de son pays sont à peu près justes, les demi-habiles sont "déniaisés", c'est-à-dire qu'ils sont moins crédules, les habiles ont compris ce qu'ont compris les demi-habiles, mais parle comme le peuple.

C'est par l'éducation et la réflexion que les citoyens comprennent ce rapport ambigü entre politique et souci de vérité. C'est ainsi seulement par ce rapport critique qu'il peut identifier ce qui est de l'ordre de la vérité, du mensonge, et du bienfondé de cette vérité ou de ce mensonge. C'est aussi seulement par cette distance que le citoyen peut éviter les dangers et les dérives d'une politique trop éloignée de la vérité, comme le théorise Hannah Arendt : « Dans le domaine politique, où le secret et la tromperie délibérée ont toujours joué un rôle significatif, l’autosuggestion représente le plus grand danger : le dupeur qui se dupe lui-même perd tout contact, non seulement avec son public, mais avec le monde réel, qui ne saurait manquer de le rattraper, car son esprit peut s’en abstraire mais non pas son corps. »

La politique, en volant loin de l'exigence de vérité, risque de se prendre au piège elle-même. Il s'agit donc de conserver une distance critique et de maintenir éveillé sans cesse ce besoin de vérité, et ce recul entre les citoyens et la politique.

 

 

 

-> Sujets en philosophie du bac 2015

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : politique, vérité, corrigés, bac 2015, baccalauréat, échapper, vérité, sujet corrigé, correction, 2015, bac, philosophie - 4 commentaires


Sujets et Corrigés Concours commun Sciences Po 2015

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 13 avril 2016

Les corrigés du concours commun Sciences Po 2015 sont disponibles ici.

-> Voir les résultats de ce Concours commun Sciences Po 2015

 

 

>> Sujets et Corrigés Questions contemporaines 2015 - Concours commun 1A Sciences Po

 

Sujets Questions contemporaines IEP 2015

 

  • Thème IEP 2015 Mondialisation :  "Mondialisation et contestations"
  • Thème IEP 2015 Famille : "La famille a-t-elle un avenir ?"
     

 

Correction Questions contemporaines IEP 2015 :

 

-> Sujets d'entraînement sur le thème de la Mondialisation

-> Sujets d'entraînement sur le thème de la Famille

 

 

guerre des 6 jours

>> Sujets et Corrigés Histoire 2015 - Concours commun 1A Sciences Po

 

Sujet Histoire IEP 2015

 

Le sujet d'histoire pour le concours 2015 commun des IEP était "Tensions et conflits au Moyent-Orient et Proche-Orient entre 1948 et 1989"

 

Sujets probables en Histoire Concours IEP commun 2015

 

Correction Histoire IEP 2015

 

 

-> Annales du Concours commun des IEP entrée en première année

-> Résultats Concours commun 1A 2015

 

 

 

-> Sujets et corrigés Concours Commun 2A 2015 <-
-> Sujets et corrigés Sciences Po Bordeaux 2015 <-
-> Sujets et corrigés Sciences Po Paris 2015 <-
 

-> Annales du Concours commun Sciences Po <-

Classé dans : IEP Régions - Mots clés : sujets, corrigés, IEP, 2015, correction, sujets corrigés, sciences po, concours commun, épreuves, les sujets, questions contemporaines, histoire, mondialisation, famille, langues vivantes - 8 commentaires


Sujets d'entraînement sur le thème de l'Entreprise

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 10 mars 2016

Pour vous entraîner sur les dissertations qui pourront tomber le jour de l'examen, il est important de se faire une idée du type de sujet qui vous sera donné.

Une bonne façon de comprendre la logique de ces sujets est de regarder les anciens sujets, les annales des sujets du concours commun.

Voici pour vous une liste de sujets susceptibles de tomber. Bien sûr nous ne vous dévoilons pas les sujets en avance, il s'agit simplement d'un avant-goût de ce qui vous attend, pour que vous sachiez à quoi vous en tenir le jour du concours.

 

-> Sujets d'entraînement sur les MIGRATIONS

 

>> Sujets d'entraînements sur le thème de l'Entreprise

 

Notre sujet préféré est le n°5. Entraînez-vous spécialement sur ce sujet, trouvez le plan le plus efficace possible, trouvez la meilleure problématique pour embrasser l'ensemble du sujet, et vous aurez déjà une longueur d'avance dans ce concours ! Bien sûr, ça marche aussi avec les autres sujets, l'important c'est, comme on dit familièrement, de faire marcher ses méninges.

  1. L'entreprise est-elle le moteur de la société ?
  2. L'État est-il une entreprise ?
  3. L'entreprise structure-t-elle l'économie ?
  4. L'entreprise fait-elle la concurrence ?
  5. L'entreprise : intérêt privé ou intérêt public ?
  6. L'État a-t-il sa place dans l'entreprise ?

 

>> Sujets d'entraînements mixtes : Entreprise / Migrations

 

Un sujet qui mélangerait les 2 thèmes IEP 2016 Migrations et Entreprise serait très compliqué à mettre en œuvre, et nous imaginons difficilement que les IEP choisissent une telle option. Toutefois, voici plusieurs propositions de sujets dans le cas où les deux sujets soient mis en relation.

 

  1. Les entreprises participent-elles aux migrations ?
  2. La délocalisation, une migration des entreprises ?
  3. Entreprendre une migration : un choix stratégique ?

 

N'hésitez pas à proposer des plans pour chacun de ces sujets dans les commentaires au-dessous de cet article, c'est un excellent exercice pour vous et pour ceux qui aimeraient avoir une idée des plans possibles. De plus, peut-être que l'équipe Intégrer Sciences Po pourra vous apporter des conseils par rapport aux plans que vous aurez proposés.

 

-> Sujets d'entraînement de Culture générale <-

-> Culture générale : l'Entreprise <-

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : entraînement, test blanc, sujets, sujet possible, entreprise, sujets sur l'entreprise, corrigés, se préparer, thème, sujet blanc entreprise - Aucun commentaire


Correction du sujet Mondialisation et contestations

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 11 février 2016

 

Dans un précédent article, nous vous proposions des sujets d'entraînements sur le thème de la mondialisation. Nous en avons identifié 3 particulièrement proches et qui vous auraient été largement utiles : Faut-il freiner la mondialisation ?Peut-on échapper à la mondialisation ? et encore Existe-t-il une alternative à la mondialisation ?.

Il s'agissait en effet d'un sujet tout ce qu'il y a de plus classique, de type "les pour et les contre". Qu'est-ce que ce processus de mondialisation, et est-ce qu'il peut être ou doit être remis en cause.

Dans la mesure où le questionnement était assez attendu, on peut considérer qu'il s'agissait d'un sujet relativement faisable, en tout cas un sujet sans piège.

 

>> Introduction - Mondialisation et contestations

 

Accroche - Mondialisation et contestations

 

L'actualité fourmille d'exemples, et de citations, pour faire une bonne accroche au devoir. Dans le cas des IEP 2015, on pouvait par exemple penser à la récente victoire des Indignés en Espagne : En Espagne, les «indignés» aux portes de Madrid et Barcelone (article Libération, 25 mai 2015).

 

Définition des termes - Mondialisation et contestations

 

Mondialisation : voir les définitions de la Mondialisation, dont on pouvait retenir le sens assez large de l'Académie française dans la 9e édition de son dictionnaire : "généralisation des relations internationales dans les domaines politique, économique et culturel"

Cette étape est assez importante car il s'agit de délimiter les contours des domaines abordés. Vous auriez pu par exemple cantonner la Mondialisation à son aspect purement économique. En ce cas, le sujet aurait été assez technique compte tenu du degré de connaissances qu'il aurait fallu mobiliser, c'est pourquoi c'était une bonne idée d'ouvrir tant que possible le concept de mondialisation, qu'il s'agirait de délimiter plus tard dans le développement.

Contestations : une définition générale de contestation est "Action de ne pas admettre quelque chose, de mettre en cause". On pouvait voir deux portées au mot contestations : des contestations au sein de la mondialisation, et des contestations de la mondialisation même, c'est-à-dire des alternatives à la mondialisation.

 

Problématique - Mondialisation et contestations

Comme le sujet était classique, il y avait de très nombreuses façons de faire une problématique fonctionnelle pour ce sujet. Vous pouviez jouer par exemple sur la double portée identifiée dans la définition de contestations, ou encore vous demander si la mondialisation est "déjouable", c'est-à-dire si c'est un processus qui est implacable et dont on ne peut que constater l'existence ou si elle est un produit de notre société, et en ce sens si elle est remplaçable.

Comment les contestations de la mondialisation peuvent-elles s'épanouir tout en échappant à l'intériorisation au sein de cette mondialisation des remises en causes qu'elles portent ?

 

Plan - Mondialisation et contestations

Attention le piège avec ce genre de sujets, qui lient deux termes, serait de faire un plan du type I. Mondialisation II. Contestations. C'est ce qu'il ne faut surtout pas faire.

Pour le reste, plusieurs approches étaient possibles. Nous vous en proposons une à découvrir ci-dessous dans le développement, qui aurait pu très bien structurer votre dissertation.

 

>> Développement - Mondialisation et contestations

 

Nous avons choisi un plan en 2 parties, mais il était aussi possible de faire un plan en 3 parties.

 

I. La mondialisation, un phénomène irrépressible ?

 

A. La mondialisation est avant tout un processus historique incontrôlé

Idée majeure : Processus naturel annoncé par Aristote, la mondialisation ne date pas d'hier :  « Avant, les évènements qui se déroulaient dans le monde n’étaient pas liés entre eux. Depuis, ils sont tous dépendants les uns des autres. » Polybe, IIe siècle avant Jésus-Christ. Voir les phases de la mondialisation.

Pour nuancer : Voir les endroits où il n'y a pas eu de mondialisation, ceux qui y ont résisté. La mondialisation est un phénomène inachevé.

 

B. Les Etats et l'humanité sont pris aujourd'hui dans le cycle de la mondialisation

Idée majeure : Faire le bilan de la géographie aujourd'hui de la mondialisation, notamment issue des logiques commerciales. Mais pas seulement économique, également mondialisation de l'humanité. « car nous vivons en plein dans ce que je nommerai la Mondialisation de l'Humanité » Arnold van Gennep, 1933

Pour nuancer : le développement du protectionnisme

 

II. Réguler et trouver des alternatives à la mondialisation

 

A. Régionalisation et retour des nations

Idée majeure : phénomène contraire à celui de la mondialisation, la régionalisation.  « Ce n'est pas la mondialisation qui dissout les nations, mais l’auto-dissolution des nations qui produit la mondialisation. » explique Emmanuel Todd dans L'illusion économique, 1997

Pour nuancer : la régionalisation n'est-elle pas elle-même un produit de la mondialisation ? Les nations ne se construisent-elles pas en réaction contre la mondialisation ?

 

B. Perte de pouvoir et démondialisation

Idée majeure : Il faut poser la question de l'aspect politique de la mondialisation, qui dépasse la simple dimension économique.  « La mondialisation prétendument heureuse mène à tout le contraire d'une société mondiale ; elle transforme le monde en une arène où des sociétés atomisées s'affronteront dans une guerre qui ne restera sans doute pas simplement commerciale. » avertit Dominique Méda dans Qu'est-ce que la richesse ? C'est que le pouvoir politique semble s'effacer, comme l'analyse Luc Ferry :  « Pire qu'un pouvoir occulte, nous découvrons avec la mondialisation une pure absence de pouvoir. ».

Pour nuancer : Le politique semble vouloir garder un certain contrôle et être en mesure de tenir cet objectif. Cette quête du contrôle politique contre la mondialisation transparaît dans le mouvement de démondialisation souhaité par certains. A propos de cette démondialisation économique d'abord, Walden Bello explique qu'« Il s’agit de réorienter les économies, de la priorité à la production pour l’exportation, à celle pour la production destinée aux marchés locaux ».

 

Donnez vous aussi vos idées, vos plans, et vos commentaires sur ce sujet en commentaires !

 

-> Correction du sujet La famille a-t-elle un avenir ?

 

-> Culture générale : la Mondialisation <-

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : correction, corrigés, mondialisation, contestations, IEP, 2015, monde, alternatives - 6 commentaires


précédente page 2 sur 10 suivante »