Réussir Sciences Po

 

 

 

-> Faites vous corriger et échangez des fiches GRATUIT

-> Correction Sciences Po BORDEAUX 2019

 

Quelle est la différence entre un "IEP" et "Sciences Po" ?

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 13 janvier 2019

La différence entre un IEP et Sciences Po ?

Aucune !

Cette question revient souvent, sûrement parce que l'on entend beaucoup parler de "Sciences Po" et rarement du sigle obscur, plus administratif, de "IEP".

 

>> "L'Institut d'études politiques"

 

IEP est le sigle pour désigner les Institus d'études politiques.

Il existe 10 IEP en France actuellement :


Le portail de l'IEP Parisien indique " Sciences Po"
  1. IEP de Paris
  2. IEP de Strasbourg
  3. IEP de Bordeaux
  4. IEP de Toulouse
  5. IEP de Grenoble
  6. IEP de Lyon
  7. IEP de Aix-en-Provence
  8. IEP de Lille
  9. IEP de Rennes
  10. IEP de Saint-Germain-en-Laye

Alors pourquoi Sciences Po ?

 

>> "Sciences Po"

 

Sciences Po est l'appellation commune et populaire pour désigner un IEP. Il existe donc autant de Sciences Po que d'IEP.

Un "Sciences Po" a cependant une place à part : Sciences Po Paris.

Il est en effet le plus ancien institut, et jusqu'à aujourd'hui, il est le seul indépendant, qui n'est pas rattaché à une université.

C'est pourquoi selon la coutume l'expression "Sciences Po", lorsqu'elle n'est pas suivie d'un nom de ville, désigne l'IEP parisien : "Sciences Po Paris".

 

Désormais, vous pourrez donc fièrement écrire l'équation :
IEP = Sciences Po.

Classé dans : IEP Régions, IEP Paris, IEP Bordeaux - Mots clés : IEP, Sciences Po, différence, intitulé, Sciences Po Paris, Institut d'études politiques, nom, différences, comparaison, pourquoi, comment - 1 commentaire


Apprendre 2x mieux avec la Mémoire visuelle et auditive

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 28 septembre 2018

Qui n'a jamais rêvé de pouvoir apprendre 2 fois plus vite ?

Cela fait pourtant 2400 ans que l'on vous a donné la solution ! Ha ce bon vieux Socrate, qui aurait cru qu'il doublerait vos facultés de mémorisation ?

"Connais-toi toi-même", rappelle Socrate, en faisant allusion au précepte gravé sur le temple de Delphes.

 

Apprendre devient beaucoup plus simple si vous vous connaissez bien. Chaque individu a par définition ses particularités, ses préférences. Il en est de même en terme d'apprentissage, et de mémorisation. Comment apprendre lorsque l'on a une mémoire visuelle ? Comment apprendre avec une mémoire auditive ? Nous vous donnons tous les conseils !

 

>> Êtes-vous visuel ou auditif ?

 

Pour apprendre, plusieurs sens sont mis à contribution. Les deux types qui nous intéressent le plus pour apprendre un cours sont :

  • la mémoire visuelle
  • la mémoire auditive

 

Les autres sens sont bien sûr importants, surtout la mémoire tactile, la mémoire des gestes (c'est elle qui vous permet de vous souvenir comme on roule sur un vélo, comment on tape avec un marteau, etc.). Mais elles ne vous seront pas tellement utiles pour retenir un cours.

Or il s'avère que certains individus sont beaucoup plus sensibles à la mémoire visuelle qu'auditive, ou inversement à la mémoire auditive plutôt que visuelle. Naturellement, nous avons tous en nous des capacités pour ces deux biais, mais il existe une séparation parfois claire entre ceux qui apprennent mieux par la représentation imagée, et les autres par les sons.

Pour savoir si vous êtes plutôt visuel ou auditif, vous pouvez vous tester de multiples façons.

 

Le test du dictionnaire :

 

Par exemple, lorsque vous apprenez un nouveau mot dans le dictionnaire. Trouvez un nouveau mot dans le dictionnaire, prononcez-le. Fermez le dictionnaire. Attendez une demi-minute, fermez les yeux. Et essayez de vous souvenir de ce mot. Là, il s'agit d'analyser très subtilement comment vous vous remémorez ce mot. Vous entendez-vous prononcer intérieurement ce mot, entendez-vous votre voix murmurer dans votre esprit ? Ou avez-vous plutôt l'image du mot écrit en toutes lettres, des couleurs, de la mise en forme - rouge par exemple ou en gras -, et de la définition qui suit, du bloc que vous avez vu ? Dans le premier cas, vous êtes plus sensible à l'auditif, dans l'autre, au visuel.

 

Le test d'actualité :

 

Ce matin, avant d'aller en cours, vous avez pris le métro, le tramway, ou la voiture. Vous avez peut-être écouté la radio, ou lu un quotidien, que ce soit la presse locale ou nationale. De quelles nouvelles vous souvenez-vous le mieux ? Les petits encadrés du journal 20 minutes, avec ses titres bleus, sa police Times New Roman bien nette ? Vous êtes visuel. Ou la voix de la journaliste pressée, qui vous énumère les actualités, et qui juste après le jingle "météo" vous indique la température ? Vous êtes auditif.

Posez-vous ces questions quelques minutes après, et si vous avez du mal à vous faire une idée claire, laissez s'écouler encore un petit laps de temps, cela peut vous aider. Par exemple, se poser la question le soir, voire le lendemain : de quoi vous souvenez-vous de ce matin, ou d'hier ?

 

Le test des cours :

 

Quoi de mieux que de vous mettre dans les conditions de l'épreuve, comme d'habitude ? C'est très simple, le prof vous a annoncé de ranger toutes vos affaires, de ne sortir qu'une feuille, un crayon, et de commencer l'interrogation écrite. Or vous n'avez lu que brièvement le cours juste avant, vous ne vous attendiez-même pas au contrôle, il n'était pas prévenu. Alors vous essayez de trouver les quelques connaissances qui vous resteraient en mémoire. Quelle stratégie adoptez-vous instinctivement ? C'est à votre manière de procéder qu'il faut faire très attention.

Sans y réfléchir, lorsque vous cherchez vos connaissances, vous remémorez-vous le professeur qui parlait hier ? Entendez-vous la voix de votre professeur, qui expliquait tel concept ? Entendez-vous la voix aigüe de votre prof de maths, qui crie presque pour parler, ou entendez-vous le timbre grave de votre prof, qui s'adresse à la classe ? Si oui, alors vous êtes plus sensible à la mémoire auditive !

Ou alors, dans votre quête pour trouver les quelques connaissances que vous pourriez utiliser dans votre copie, vous représentez-vous en esprit la feuille à lignes bleues-grises, avec la couleur de l'encre dessus ? Voyez-vous la page de votre cahier, avec les titres soulignés en rouge, les sous-titres en vert par exemple ? Et dans les paragraphes, ces mots en gras qui sortent du lot ? Parfois même, vous n'arrivez pas à vous souvenir de ce qui est écrit, mais vous vous souvenez de où c'est écrit sur cette page ! En haut à gauche, en bas à droite ? Si c'est plutôt de cette façon que vous cherchez vos connaissances, alors vous êtes plus sensible à la mémoire visuelle !

 

Vous ne savez toujours pas si vous êtes visuel ou auditif ?

 

Pas de souci, le temps aidera à éclaircir vos idées, à vous poser tranquillement. Une fois que vous serez plus au clair, vous vous habituerez lentement à comprendre comment vous essayer de retrouver vos connaissances, comment vous vous souvenez. Il suffira, au fur et à mesure des jours, de vous apprivoisez vous-même. Un moment, vous devrez vous souvenir de quelque chose. Tout naturellement, vous puiserez dans vos souvenirs. Et là, vous repenserez à cet article, vous vous surprendez-même peut-être à avoir utilisé votre mémoire, et vous verrez clairement quel chemin vous a mené à retrouver vos connaissances.

Pour certaines personnes, vous ne pourrez peut-être même pas trouver une méthode plus avantageuse qu'une autre, pour la simple et bonne raison que vous utilisez déjà les deux méthodes ! Que vous êtes aussi bien visuel et auditif, ou en tout cas à des niveaux suffisamment proches pour qu'il soit difficile de distinguer une façon particulière de se souvenir.

Généralement, les hommes comme les femmes sont en moyenne plus souvent sensibles à la méthode visuelle. Peut-être parce que nous sommes plus habitués à nous servir de nos yeux, ou pour d'autres raisons.

Pour autant, il est toujours bénéfique de développer les 2 sens ! Même si vous aurez davantage de facilité en privilégiant une méthode, et vous obtiendrez de meilleurs résultats, plus vite, d'où l'objet de cet article, il ne peut être qu'avantageux pour vous de développer l'autre sens en parallèle. Tout est une question d'entraînement.

 

>> Comment apprendre avec la mémoire auditive

 

Pour vous, la règle d'or est la suivante : écouter en classe ! Ne gâchez pas ce moment où le professeur parle à vous concentrer sur une autre activité, pour la simple et bonne raison qu'il vous sera plus difficile d'apprendre tout seul chez vous par la suite qu'en écoutant simplement. Ecouter votre professeur 5 minutes, c'est se sauver l'équivalent de peut-être 15 minutes chez vous ! Le rendement en vaut la peine.

Vous pouvez également lorsque vous apprenez chez vous ne pas vous contentez de voir les pages de votre cahier, mais vous les réciter mentalement. Prononcer les phrases intérieurement, voire à haute voix même, quand vous travaillez chez vous.

Le dictaphone est par ailleurs une excellente idée. Rien de plus simple, tous les téléphones portables en offrent aujourd'hui la fonctionnalité. Si jamais vous n'en avez pas, vous trouverez sûrement chez vous un vieux lecteur mp3 laissé de côté à tort, une cassette audio enregistrable. Vous pouvez bien sûr vous enregistrer sur l'ordinateur également, les ordinateurs portables ont quasi tous un microphone intégré. L'exercice est très simple : donnez un cours ! Cette fois-ci, c'est vous le prof ! Vous pouvez prendre votre cours, tous les documents dont vous avez besoin, gardez-tout. Et donnez un cours, comme si vous expliquiez à quelqu'un d'autre ce que vous devez apprendre. Ensuite, vous pouvez même vous réécouter, et vous apprendrez naturellement votre cours.

 

>> Comment apprendre avec la mémoire visuelle

 

Sortez les surligneurs ! Tout ce qui peut marquer votre mémoire visuellement est à prendre. Vous pouvez aussi faire des schémas. Les schémas ont l'avantage de rendre l'information plus claire, mais surtout vous vous souviendrez mieux de votre cours car ils auront une forme particulière, ils auront une disposition géométrique spécifique. Lorsque vous apprenez, vous pouvez essayer de "prendre en photo" votre cours avec les yeux. C'est un exercice un peu particulier qui peut sembler étrange, mais si vous tâchez par la force de vos seuls yeux, de ce que vous voyez, de figer ce que vous avez sous les yeux, comme si vous preniez en photo, cela restera mieux dans votre esprit. Vous pouvez même pour jouer davantage le jeu regarder profondément ce qui est écrit, puis cligner des yeux en vous imaginant à cet instant le bruit de l'appareil photo qui prend le cliché. Les mind-map, auquel on consacrera peut-être un article un jour, vous intéresseront et vous permettront de mieux apprendre. Il s'agit de schémas très visuels, qui vous permettent d'associer des informations, pour mieux coller à la logique naturelle du cerveau, qui marche également par associations.

 

Likez cet article si vous avez aimé, et retrouvez d'autres astuces pour mieux apprendre dans la rubrique Méthodologie.

Classé dans : Méthodologie - Mots clés : apprendre, différents, types, mémoire, comment, apprendre plus vite, connaissance, doubler, sciences po, mémotechnique, technique, apprentissage, mémorisation - 9 commentaires


4 Techniques Fantastiques pour Trouver le Plan de TOUTES vos Dissertations TOUTE Votre Vie et en UN Instant

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 17 janvier 2018

Aujourd'hui, un article important s'il en est puisqu'il s'occupe du cœur de votre dissertation : le contenu !

Car plutôt que de vous aider sur la forme, sur la "beauté" de votre dissertation - 20 Préceptes pour une Meilleure Présentation de vos copies - nous parlerons davantage de ce qui soutient votre dissertation, ce qui le structure : le squelette !

D'où le titre très sobre de cet article : "4 Techniques Fantastiques pour Trouver le Plan de TOUTES vos Dissertations TOUTE Votre Vie et en UN Instant". Fantastiques, parce que vous allez voir qu'en faisant marcher votre imagination, vous pouvez aller beaucoup plus loin et réfléchir de manière beaucoup plus efficace que vous le croyez.

Nous vous offrons en effet une stratégie de guerre imparable, puisque après avoir lu notre article, vous n'aurez plus aucun problème pour structurer TOUS les devoirs / dissertations de TOUTES vos matières de TOUTE votre vie ! Rien de moins ! ;)

Comment trouver un plan ? Un plan en deux parties ou en trois parties ? Comment réussir sa dissertation ?

Ouvrez donc bien vos yeux, et apprenez par cœur ces 4 techniques qui vous donneront la clé pour structurer vos devoirs, donner de la cohérence à vos idées, et bien articuler les différents mouvements de votre devoir.

  • Technique n°1 : La Technique du Théâtre
  • Technique n°2 : La Technique du Serpent Barbu
  • Technique n°3 : La Technique du Vieux Philosophe
  • Technique n°4 : La Technique du Flemmard dans son Hammac

 

>> 1er plan : La Technique du Théâtre - Comment trouver un plan pour sa dissertation

 

Nous avons donné des noms imagés aux techniques pour trouver un plan, d'abord pour qu'ils soient faciles à identifier, mais en plus pour qu'ils soient faciles à mémoriser ! Imprégnez-vous bien de cette image que nous vous donnons dans le nom de la technique, et vous n'aurez absolument aucun mal pour vous souvenir de ce que signifie la technique.


Une technique efficace pour arriver à produire un plan rapidement : le Théâtre

 

Matières pour ce plan : Ce plan vous sera utile dans toutes les matières, et notamment pour l'explication de texte (français, philosophie, anglais, espagnol, allemand, langues étrangères, histoire...)

Nombre de parties du plan : Ce plan se construit toujours en 3 parties.

Démarche du plan : Il part du plus évident, du plus superficiel, vers le plus subtil, le plus profond.

Faites fonctionner le plan : Voici comment mettre en place ce plan, et en quoi il consiste réellement. Votre sujet (que ce soit un intitulé de dissertation, juste une phrase, ou tout un texte) est en fait une pièce de théâtre.

Imagininez le tout début de la pièce : vous vous asseyez dans les fauteuils et vous contemplez la scène. Le rideau s'ouvre. Vous remarquez les décors, où les personnages sont placés, qui sont ces personnages sur la scène, comment ils s'appellent, quels vêtements ils portent, à quelle époque se situe la pièce. Ceci est votre 1ère partie. Ce sont tous les éléments qui présentent votre sujet, qui présentent la situation.

La pièce de théâtre se poursuit, et l'intrigue prend véritablement place. Vous suivez avec attention l'histoire, les péripéties, les retournements de situation, les enjeux. Tel personnage est tombé amoureux de tel personnage, qui lui-même déteste tel autre personnage, etc. Pensez à votre série préférée, pensez Game of Thrones, le Seigneur des Anneaux, Harry Potter et toutes les intrigues qui s'imbriquent, toutes les relations complexes entre les personnages. Vous devez rendre compte de toutes les évolutions. Ceci est votre 2e partie. Ce sont toutes les interactions qui sont soulevées par votre sujet.

La pièce de théâtre touche à sa fin. Et c'est maintenant l'heure du bien nommé : coup de théâtre. C'est le retournement de situation finale, "la chute", et tout prend une dimension nouvelle. Vous comprenez tout de façon nouvelle. Pensez encore une fois à votre film, votre série préférée, lorsqu'à la fin le personnage fait une révélation qui remet en cause tout ce qui se passait depuis le début : c'était resté un secret jusqu'à maintenant, mais maintenant que vous le savez, ça explique beaucoup de choses ! C'est ce secret que vous devez révéler maintenant. Ceci est votre 3e partie. Il s'agit de tout ce que le sujet a de plus subtil et auquel on ne pense pas tout de suite, ce qui était caché depuis le tout début de votre devoir, depuis votre introduction, et qui maintenant éclate au grand jour.

 

Exemple pour ce plan : Le rayonnement culturel de la France depuis 1945

 

I. L'Etat providence français : nouveaux modèles économiques. - Vous décrivez ici la situation telle quelle est. Que est la situation sur rayonnement culture de la France entre 1945 et aujourd'hui, qu'est-ce que vous voyez au premier coup d'œil ?

II. Scolarisation, urbanisation, et politique culturelle en France. - C'est l'intrigue. Quelles sont les évolutions ? Comment se déroule ce rayonnement culturel, quelles sont les relations et les interactions à l'œuvre ?

III. La société de consommation et l'évolution des mœurs. - C'est la dynamique secrète. Qu'est-ce qui se tramait depuis le début et qu'on peut enfin révéler ? Avec le recul et à la fin, on découvre que c'est toute une mentalité, tout un système de pensée, qui a changé depuis le début et qui était la dynamique cachée du rayonnement culturel de la France. C'est cela dont on se rend compte à la fin, et qui donne sens à tout ce qu'on a décrit jusqu'ici.

 

-> A la fin de cet article, nous vous aidons à Trouver les sous-parties de votre plan rapidement.

 

>> 2e plan : La Technique du Serpent Barbu  - Comment trouver un plan pour sa dissertation

 

Le nom "Serpent Barbu" cache ce qu'est le véritable nom de ce plan, et qui n'est autre que "Chronos", le Dieu du temps. Et ce n'est pas un hasard si nous avons caché le nom du Dieu Chronos ! C'est parce qu'il faudra faire pareil dans votre copie. Chronos fut un temps représenté comme un serpent à trois têtes, et de nos jours il est parfois représenté comme un vieil homme barbu. En combinant les deux images, vous vous retrouvez en tête à tête avec un serpent barbu !


Certes, notre serpent a plus de fleurs sur lui que de barbe.
L'important, c'est de se souvenir du Dieu
qui sauvera votre dissertation : Chronos !

 

Matières pour ce plan : le serpent barbu, il vous sera surtout, surtout, surtout utile en... HISTOIRE ! Quasiment à chaque fois que vous vous retrouverez en face d'un sujet de dissertation d'histoire, le Serpent Barbu sera le plan le plus efficace ! Et par conséquent, c'est probablement aussi le plan le plus répandu.

Nombre de parties du plan :  3 parties, c'est l'idéal, par défaut. Mais si ça marche mieux en 2 parties comme nous allons l'expliquer, alors foncez pour le faire 2 parties.

Démarche du plan : le plan du Serpent Barbu n'est autre que... le plan chrono-thématique ! Il s'agit donc d'un plan qui va de l'ancien au plus récent, tout en thématisant chaque période.

Faites fonctionner le plan : Pour faire fonctionner ce plan, il vous faut avant tout délimiter les bornes chronologiques de votre sujet ! Prenons un exemple classique, votre sujet est : "La Première Guerre Mondiale". C'est à vous d'identifier les bornes, et comme vous avez quelques notions d'histoire, vous arrivez très vite à déterminer la borne de début 1914 et la borne de fin 1918. Il faut alors déterminer 2 ou 3 périodes dans ces bornes ! On a de la chance, parce que la Première Guerre mondiale est très souvent décrite en 3 phases successives. Il vous suffit donc de reprendre ces 3 périodes :

  1. automne-hiver 1914
  2. 1915-1917
  3. 1918

Tout comme nous avons maquillé le nom du Dieu Chronos, en le remplaçant par "Serpent Barbu", vous devrez maquiller le nom de vos 2 ou 3 parties en remplaçant la période par une image forte représentative de cette période. Qu'est-ce qui caractèrise cette période ? Qu'est-ce qui fait l'essence de cette période ? Lorsque vous avez fait votre division en 3 périodes, c'est bien qu'il y a eu un changement, un tournant, dans l'histoire. Comment c'était avant, et comment c'était après ? Ce sont les réponses à ces questions qui seront vos parties !

Pour la Première Guerre Mondiale, voici ce que seraient vos parties :

  1. la première Guerre de Mouvement. (automne-hiver 1914)
  2. la Guerre des Tranchées (1915-1917)
  3. la seconde Guerre de Mouvement. (1918)

C'est ainsi que vous ne vous contentez pas de réciter sans réflexion l'histoire, de raconter les évènements les uns après les uns sans les comprendre. En identifiant quels sont les tournants, quelles sont les caractéristiques de chaque période, ce qui a changé, qu'est-ce qui fait l'essence de chaque période de l'histoire par rapport à une autre, vous produisez une véritable analyse, une réflexion. Cette réflexion, c'est la valeur ajoutée que cherche le correcteur. Le correcteur a deux objectifs : 1) être sûr que vous connaissez bien votre cours, que vous connaissez les dates, vous savez par cœur les faits historiques. 2) vous pouvez trouver la cohérence du cours de l'histoire, l'analyser, et vous ne restez pas passifs : vous trouvez du sens à l'histoire.

 

Exemple pour ce plan : La puissance diplomatique de la France dans le monde de 1958 à 2007

Comme vous allez le voir, il est important pour un sujet aussi vaste de comprendre les tournants. Nous avons donc identifié 4 années charnières, c'est-à-dire les 4 années qui ont fait basculer le cours de l'histoire : 1958 - 1974 - 1991 - 2007. Parmi elles, 2 nous avaient déjà été données dans le sujet, et ce n'est bien sûr pas un hasard. Vous devez expliquer pourquoi le correcteur vous a donné ces bornes, pourquoi c'est important de commencer en 1958 et de finir en 2007. De ces années charnières, nous pouvons déduire qu'il y a eu 3 grandes périodes. Et c'est à nous / et désormais à vous de leur donner une couleur, de dire comment sont ces périodes, qu'est-ce qu'elles ont de spécial. Voici les couleurs que nous avons trouvées pour chaque période :

I. La politique de grandeur (1958-1974)

II. La France dépendante de l'affrontement bipolaire mondial (1974-1991)

III. La France face à la mondialisation (1992-2007)

 

-> A la fin de cet article, nous vous aidons à Trouver les sous-parties de votre plan rapidement.

Attention : Ce plan du Serpent Barbu, ou chrono-thématique, ne s'impose pas / ne convient pas à toutes les dissertations d'histoire.

Par exemple si le sujet est très resserré chronologiquement, ce n'est pas utile, et dans ce cas il vaut mieux utiliser la première technique que nous vous avons présentée, celle du Théâtre. En particulier, si comme cela s'est déjà vu, le sujet tient en une seule date. Exemple : "Sujet : L'année 1945".

Inversement, si le sujet porte sur une période très large, alors il y a énormément de chances que le Serpent Barbu soit le seul plan qui convienne ! Exemple : "Sujet : Le pouvoir royal de 1328 à 1792".

 

>> 3e plan : La Technique du Vieux Philosophe - Comment trouver un plan pour sa dissertation

 

 


Un philosophe classique pour un plan tout aussi classique,
et sûrement le plus redoutable et efficace encore aujourd'hui

Matières pour ce plan : le Vieux Philosophe, c'est probablement celui qui vous aidera le plus dans le plus de matières différentes ! Culture générale, Questions contemporaines, Histoire, Langues étrangères, et bien sûr Philosophie (car c'est quand même eux qui l'ont inventée). Vous pourrez l'utiliser dans de très nombreux cas, et il y a en particulier UN cas où vous devez absolument y penser : dès qu'une question peut être répondue par "Oui" ou par "Non", par exemple si le sujet peut être formulé avec "Est-ce que ... ?" -> le vieux philosophe !

Nombre de parties du plan : TOUJOURS 3 PARTIES. Cette fois-ci, c'est obligatoire, et c'est pour votre bien, même si la 3e partie sera bien souvent la plus délicate ! ;)

Démarche du plan : il s'agit tout simplement du plan dialectique. C'est donc une discussion : arguments en faveur, arguments en opposition, et solution. De manière encore plus concise, on pourrait résumer par la formule : Oui / Non / Dépassement. Mais attention, ce n'est pas aussi simple que ça en a l'air, lisez bien la suite.

Faites fonctionner le plan : En effet, il faut bien comprendre le Vieux Philosophe, sinon les conséquences pourraient être désastreuses. Historiquemenent, on peut faire remonter la dialectique au moins jusqu'à Platon (c'est en fait lui que l'on désigne par le Vieux Philosophe) : il s'agit alors d'une discussion. C'est comme s'il y avait 3 personnages en présence : le premier est pour telle mesure, le second est contre, et le troisième doit prendre en compte les arguments de tous et trouver la solution pour que tout le monde soit content ! Cela veut donc dire que tous les arguments sont valables, et que la discussion progresse. La troisième partie est donc très difficile puisque il faut reconnaître la pertinence de tout ce que vous avez dit jusqu'à maintenant, et résoudre des avis opposés. En somme, c'est à vous de régler les problèmes, c'est VOUS le Vieux Philosophe. Imaginez un dialogue sur le sujet improbable "Faut-il donner le biberon ?" :

I. Grand-Mère : Donner le biberon, c'est bien pour A. cette raison évidente B. encore plus pour cette deuxième raison C. finalement et surtout pour cette troisième raison.

II. Grand-Père : Donner le biberon, c'est mal pour A. cette raison évidente B. encore plus pour cette deuxième raison C. finalement et surtout pour cette troisième raison.

III. Vous-même : C'est vrai, Grand-Mère a raison, et à la fois Grand-Père a aussi raison. Dès lors, la solution c'est de bien comprendre que Donner le biberon ce n'est pas seulement une question de bien ou de mal : au-delà de tout ça il y a l'intérêt de l'humanité blablabla.

Oui, vous avez le droit d'imaginer deux grands-parents qui papotent pendant votre examen, si ça peut vous rapporter des points !

 

Exemple pour ce plan : Corrigé du sujet : Le Travail, facteur d'intégration ?

I. Le travail peut être encore aujourd'hui un facteur d'intégration sociale

II. Le travail n'est pas pour autant en permanence un facteur d'intégration sociale

III. L'intégration sociale doit être favorisée par une discipline souple mais régulée du travail

Attention : l'avantage, c'est que très souvent pour les dissertations de français ou de philosophie ou d'histoire ou d'autres matières, il n'y a pas besoin de faire apparaître le plan. Mais il faut tout de même annoncer le plan dans l'introduction, et en souligner l'articulation dans les transitions. Vos annonces de plan ne doivent pas être aussi brutes que nous l'avons exposé ici. Il ne faut pas que vous ayez l'air de dire quelque chose (I) et que juste après vous détruisiez ce que vous venez de dire (II) ! Nous vous rappelons que tous les arguments sont justes et le demeurent jusqu'au bout ! C'est là que réside toute la subtilité et la difficulté du plan dialectique, qui est pourtant le meilleur plan, le plus performant et le plus génial quand il est réussi ! C'est lui qui vous amènera le plus loin, c'est lui le plus classe.

Il faut donc que vous preniez un soin tout particulier à la formulation de vos annonces de plans, en montrant bien qu'il n'y a pas de contradiction brutale qui anéantirait votre travail, mais qu'il y a une progression. Ce que dit Grand-Mère est intéressant, et ce que dit Grand-Père est également intéressant, même si les deux ont un avis qui ne va pas dans le même sens. C'est bien sûr encore plus important pour votre troisième partie, puisqu'il doit y avoir conciliation, solution, dépassement de tous les arguments invoqués jusqu'à alors.

 

-> A la fin de cet article, nous vous aidons à Trouver les sous-parties de votre plan rapidement.

 

>> 4e plan : La Technique du Flemmard dans son Hammac - Comment trouver un plan pour sa dissertation


Si vous êtes aussi décontracté que le jeune homme
à l'idée d'utiliser ce plan en deux parties,
alors allez-y et récupérez la bonne note dont vous rêvez !

 

Matières pour ce plan : en Droit quasiment toujours, en Langues étrangères assez souvent, en Culture générale et Questions contemporaines.

Nombre de parties du plan : 2 parties ! Seulement 2 parties, d'où notre appellation tout à fait amicale en vérité du "Flemmard", parce qu'il s'agit du seul plan qui est uniquement en 2 parties. De manière un peu plus gratifiante, on aurait pu l'appeler : "le Gars Efficace qui n'a Besoin que de 2 parties", mais on trouvait plus amusant de charrier un peu.

Démarche du plan : Dit très simplement, toute la logique de ce plan du Flemmard dans son Hammac se résume en 2 mots : "OUI, MAIS". D'où notre appellation "du Hammac" : pensez au balancement du Hamac, très binaire : je vais d'un côté, et tout à coup je repars de l'autre côté.

Faites fonctionner le plan : Votre première partie correspond donc à la thèse la plus évidente. C'est le "OUI". Votre seconde partie, sera le lieu idéal pour nuancer. C'est le "MAIS". Dans la première partie, vous dites au correcteur :

Partie I. il faut bien que voir que telle mesure est bonne pour cette raison (A) et surtout pour cette raison (B).

Partie II. Toutefois, il faut faire attention. Car la raison A est vraie, mais il ne faut pas oublier que ça peut être dangereux (A'). Et la raison B est  aussi vraie, mais elle peut aussi être dangereuse (B')

En bref, vous affirmez votre thèse (I) grâce à deux arguments (A) et (B). Puis - pensez au Hammac - vous contrebalancez (II) cette thèse grâce à deux nouveaux arguments (A') et (B').

 

Exemple pour ce plan : Correction du sujet La Famille a-t-elle un avenir ?

I. Les racines familiales

A. L'enracinement de la famille

B. Le déracinement familial

II. Le déracinement familial comme avenir ?

A. Dissolution ou transformation de la famille ?

B. Quand la société se joue des influences idéologiques sur la famille

 

-> Juste ci-dessous, nous vous aidons à Trouver les sous-parties de votre plan rapidement.

 

>> Faites des sous-parties

 

Pour tous les plans que nous avons vus, les sous-parties sont beaucoup plus faciles.

Il suffit d'aller du moins important au plus important.

Sélectionnez 3 points importants que vous allez avancer. Parmi ces 3 arguments, lequel a le plus de poids ? Lequel permet de convaincre le plus votre correcteur que vous avez raison ? Ce point le plus important vous le gardez pour la fin, votre troisième sous-partie. Le second argument, qui est important mais pas tant que ça, ce sera votre deuxième sous-partie. L'argument le plus facile, celui auquel tout le monde pense et qui en fait n'est pas si fort que ça, vous l'expliquez tout de suite : c'est votre première partie.

Si vous n'avez que 2 arguments en tête, ce n'est pas grave : vous pouvez utiliser seulement 2 sous-parties. C'est beaucoup moins important quand il s'agit des sous-parties, mais faites toujours 2 ou 3 sous-parties, pas plus, pas moins.

Gardez enfin à l'esprit que toutes vos parties doivent être équilibrées ! L'idéal c'est ça :

  • Introduction 15% du devoir
    Transition
     
  • Partie I. 25% du devoir (A. 33% de la partie - B. 33% de la partie - C. 33% de la partie)
    Transition
  • Partie II. 25% du devoir (A. 33% de la partie - B. 33% de la partie - C. 33% de la partie)
    Transition
  • Partie III. 25% du devoir (A. 33% de la partie - B. 33% de la partie - C. 33% de la partie)
    Transition
     
  • Conclusion 10% du devoir

 

 

>> Appliquez ces techniques pour trouver un plan rapidement et efficacement

 

Connaître les techniques pour obtenir le meilleur plan possible pour son devoir, c'est très bien. Pouvoir les appliquer avec productivité, et gagner un maximum de temps dans votre devoir, c'est encore mieux ! Lisez ces 16 Moyens pour Être Extrêmement Productif (30 Secondes Chacun) pour être encore plus performant lors de votre examen.

N'oubliez pas qu'il existe d'autres plans, mais dans ces cas ils sont beaucoup plus simples et vous n'avez pas besoin de technique. C'est par exemple le cas du Commentaire de texte en Philosophie : certains professeurs préconisent le commentaire de texte linéaire, c'est-à-dire phrase par phrase, mot par mot. Dans ce cas, il vous faut juste découper le texte en 3 grandes parties équitables, et donner un titre qui résumé chaque partie.

 

Un dernier moyen mnémotechnique pour vous souvenir de toutes ces techniques : si vous hésitez le jour du devoir à quelle façon employer, souvenez-vous de cette petite histoire : vous êtes dans un grand théâtre à Paris (1ère technique pour trouver un plan), la salle est comble, il y a beaucoup de gens autour de vous qui éclatent de rire, qui s'ennuient, qui papotent en attendant le début du spectacle. Soudain, le rideau se lève : horreur ! Un immense serpent doté d'une longue barbe (2e technique pour trouver un plan) se déplace sur la scène. Toute la salle est prise de panique. Tous les spectateurs se lèvent d'un coup affolés, en se précipitant vers les sorties. Alors un vieil homme grec à sandales, s'avance péniblement vers l'estrade, le dos courbé (3e technique pour trouver un plan). Il monte les marche, s'approche du serpent et lui crie : "Dégage !". Le serpent est pris de peur et s'enfuit. Quand les spectateurs se rendent compte de ce qui vient de se passer, ils sont tous extraordinairement soulagés. Un fou rire les traverse alors très vite lorsqu'ils aperçoivent que le vieil homme s'est allongé dans le hamac qui se trouvait sur l'estrade (4e technique pour trouver un plan).

Allez, vous aurez peut-être une histoire un peu plus sérieuse et crédible pour vous souvenir de ces moyens, mais nous espérons en tout cas qu'à partir de maintenant vous saurez identifier rapidement votre plan, de manière efficace et ordonnée. N'hésitez pas à consulter nos articles de Méthodologie.

-> 7 Clés pour Lire 10 Fois Plus Rapidement et Plus Efficacement

-> Conseils méthodologiques

Classé dans : Méthodologie - Mots clés : comment trouver un plan de dissertation, plan, construire, dissertation, plannifier, structurer, grand un, grand deux, grand trois, titres, histoire, géographie, sciences politiques, droit, philosophie, littérature, technique, trouver un plan, comment - 1 commentaire


Fac d'histoire ou de droit avant Sciences Po ?

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 27 juin 2016

Quelle est la meilleure université avant d'intégrer Sciences Po ? Fac de droit ou fac d'histoire ?

La fac de droit prépare-t-elle mieux que la fac d'histoire au concours ? Aux études de Sciences Po ?

Quelle prépa suivre pour réussir le concours commun ? Quelle est la prépa qui prépare le mieux au concours ?

 

Ce sont à toutes ces questions, posées par un visiteur du site Intégrer Sciences Po, que nous nous proposons de répondre aujourd'hui.

 

Question : Droit ou histoire avant Sciences Po ? Prépa en ligne ?

 

Bonjour,

Je suis actuellement en PACES mais souhaite me orienter dès la prochaine rentrée pour tenter les concours IEP en 2015.

Étant déjà en mai APB est fermé et donc intégrer une prépa n'est plus possible (malheureusement), je pense donc faire une licence à la fac "en attendant" les concours.

Je me demande donc entre licence de droit et licence histoire, laquelle me préparerait le mieux?

Sachant que quoi que je fasse, je prendrai en parallèle une prépa en ligne type Tremplin... (D'ailleurs as tu un avis dessus?)

Merci d'avance pour ta réponse!

 

Réponse d'Intégrer Sciences Po :

 

 

Bonjour,

 

C'est une très bonne question !

 

Quelle est la meilleure fac pour réviser Sciences Po ? Le choix n'est pas si facile, et dépend de toi. Cependant, nous pouvons facilement t'aider à te décider en te présentant les avantages et inconvénients pour chacun.

 

Faculté de droit :

 

  • Avantages : C'est la fac qui se rapproche le plus des cours Sciences Po que tu auras, car la fac de droit intègre souvent avec les cours de droit des cours d'histoire, surtout d'histoire contemporaine. Par exemple, l'histoire de la Ve République, que tu étudieras forcément à Sciences Po et qui pourras être utile au concours. De plus, une fac de droit est peut-être plus valorisée (même si pour le concours cela importe moins, puisque justement c'est un concours), parce qu'elle est plus difficile, demande un meilleur niveau, et plus de travail.
  • Inconvénients : La fac de droit demande plus de travail, donc peut-être moins de temps pour réviser le concours, même si cela reste raisonnable. Et surtout, la fac de droit ne t'aidera pas directement pour le concours, puisque aucune épreuve (en tout cas pour l'entrée en 1ère année, pour l'entrée 2e année il y a des épreuves spécifiques) ne porte sur le droit.

 

Faculté d'histoire :

 

  • Avantages : Elle t'aidera directement pour le concours, puisque une épreuve porte sur l'histoire. Cela dit, certaines facs d'histoire n'étudient pas l'histoire depuis 1945 en 1ère année, qui est justement le programme du concours : le programme de la fac dépend des villes. En tout cas, tu auras beaucoup d'acquis méthodologiques qui te seront précieux quoi qu'il arrive pour le concours, et qui ne seront que bénéfiques à ta copie. (Ce sont des professeurs d'histoire qui corrigent la copie d'histoire du concours, souvent des professeurs qui donnent des cours à la fac également). L'autre avantage est que la fac d'histoire est un peu moins prenante, tu as plus de temps à consacrer à tes révisions, même si une fois encore ce n'est pas vraiment le temps de cours te manquera en 1ère année de fac, plutôt le temps que tu décides de consacrer à travailler les cours.
  • Inconvénients : La fac d'histoire est un peu moins valorisée généralement, parce qu'elle offre moins de débouchés, et qu'elle est un poil moins difficile. Strictement pour le concours Sciences Po, cela n'a pas d'importance encore une fois, c'est dans une vision plus générale et à plus long terme que cela peut avoir une influence pour toi.

 

C'est donc selon tes envies : as-tu envie d'une fac un peu moins prenante qui te prépare le mieux à une épreuve du concours ? Ou une fac un peu plus prenante, qui certes t'aidera dans ton cursus à Sciences Po, mais qui ne t'aidera pas directement pour l'épreuve d'entrée ? C'est aussi une question de feeling : la meilleur fac est aussi celle où tu te plairas le plus ! Celle où tu t'investiras le plus, parce que tu aimeras tes études, c'est important.

 

Quant aux prépas, la meilleure pour le concours IEP est clairement Tremplin IEP. Parce qu'elle est faite par les IEP, elle contient exactement ce qu'ils recherchent dans leurs copies. Après il existe aussi des prépas pendant les vacances, en "vrai", organisées par les lycées par exemple. Ce sont aussi de bonnes aides même si elles sont un peu plus cher, c'est bien d'avoir un interlocuteur "en vrai" encore une fois.

 

 

 

Voir aussi sur le même sujet :

 

-> Quelles études pour intégrer Sciences Po ?

-> Quelles prépas après Sciences Po ?

 

 

Bonne journée à toi,

L'équipe Intégrer Sciences Po

 

Classé dans : IEP Régions - Mots clés : prépa, Sciences Po, IEP, fac de droit, fac d'histoire, comment, meilleur, tremplin, avant Sciences Po, université, études, cursus, orientation, IEP communs - 2 commentaires


Résumé du Chapitre I - Qu'est-ce que la propriété ? - Proudhon, 1840

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 21 juin 2016

 

>> Objectif de l'ouvrage Qu'est-ce que la propriété ?

 

Proudhon dès le début de Qu'est-ce que la propriété, publié en 1840, part de la thèse qu'il entend démontrer : la propriété c'est le vol.

« j'entreprends de discuter le principe même de notre gouvernement et de nos institutions, la propriété ; je suis dans mon droit »

Annonçant déjà deux grandes parties de son ouvrage, Proudhon écrit : « je prétends que ni le travail, ni l'occupation, ni la loi, ne peuvent créer la propriété »

Proudhon a conscience des "murmures" qu'il soulève, des réactions qu'il suscite, lorsqu'il annonce : « la propriété, c'est le vol ! »

 

>> L'étude des croyances et des représentations

 


Proudhon a écrit Qu'est-ce que la propriété ? en 1840

 

 

Pierre-Joseph Proudhon dans ce premier chapitre analyse comment les représentations qu'avaient les hommes pouvaient affecter leurs connaissances. Il prend l'exemple d'Augustin d'Hippone, dont l'ignorance des lois de la gravitation, lui faisait penser que la terre était plate ou que les étoiles étaient comme accrochées.

Il critique avant cela également les théories qu'ont élaborées des penseurs comme Aristote, et plus encore Kant, notamment concernant les catégories.

Pour Pierre-Joseph Proudhon, « les jugements les plus faux, quand ils ont pour base des faits isolés ou seulement des apparences, embrassent toujours une nombre d'inductions, au-delà desquelles nous tombons dans l'absurde ».

C'est en fait le même processus qui est à l'œuvre dans le passage au monde moral. Pourtant, en ce qui concerne la morale, nous y ajoutons une forme d'obstination. Lorsque nous en arrivons à une connaissance plus générale, un conflit secret entre ses anciennes connaissances et les nouvelles connaissances. Comme on ne veut pas remettre en cause le temps où ces connaissances ne permettaient d'être heureux, on s'en prend aux divinités, aux forces de la nature.

« Au lieu de chercher la cause du mal dans sa raison et dans son cœur, l'homme s'en prend à ses maîtres, à ses rivaux, à ses voisins, humaines »

 

Tous les hommes croient en Dieu, c'est une idée primitive pour l'humanité. Mais qu'est-ce que Dieu ? D'abord, Dieu fut représenté comme un homme, c'est l'anthropomorphisme. Mais Dieu fut aussi traité par l'homme comme un patrimoine. « Avec la liberté des cultes et la séparation du spirituel et du temporel, l'influence des idées religieuses sur la marche de la société est purement négative, aucune loi, aucune institution politique et civile ne relevant de la religion. » Par conséquent, la cause de l'inégalité des conditions, la cause de la souffrance universelle, ne peut pas être la religion, mais la cause vient avant.

 

>> L'étude de la volonté de conscience et de la justice

 

Il faut donc se demander ce qu'il y avait avant la religion. Or, avant la religion, il y avait l'homme lui-même : « c'est-à-dire la volonté la conscience, le libre arbitre et la loi, opposés dans un antagonisme perpétuel. »

Pierre-Joseph Proudhon  tente de trouver pourquoi l'homme se trompe originellement, selon la Bible : pour lui, il faut dire : « l'homme se trompe parce qu'il apprend. »

Qu'est-ce que la justice ? La sagesse humaine enseigne : « fais aux autres ce que tu veux qu'on te fasse ; ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qui te sois fait. » Mais pour Proudhon, il faut préciser. Selon lui, la justice bien avant la loi : « la justice n'est point l'œuvre de la loi ; au contraire, la loi n'est jamais qu'une déclaration est une application du juste »

Proudhon insiste sur le fait que la législation a évolué selon les siècles.  Il raconte comment il y a 1800 ans, à Rome, « l'humanité se mourait dans le sang et la luxure ».  puis il parle de Jésus sans jamais citer son nom, écrivant : un homme parut, se disant parole de Dieu : on ne sait pas encore aujourd'hui ce qui n'était ni d'où il venait, ni qui avait pu lui suggérer ses idées. » Jésus aurait produit la thèse suivante : « le maître et l'esclave sont égaux, que l'usure et tout ce qui lui ressemble est un vol »

Mais pour Proudhon, cette nouvelle religion ne fait que produire une certaine mythologie, et engendré des discordes. Proudhon regrette que l'on se soit concentré sur des détails de doctrine, et que l'interprétation qu'on en est faite est éloigné l'Évangile de sa vraie signification.

 

>> L'émancipation du peuple contre la monarchie en France

 

En 1789, en France, trois formes d'oppression sont combattues :

– l'absolutisme royal

– la tyrannie des seigneurs et des parlements

– l'intolérance sacerdotale

Proudhon raconte après comment le tiers État est passé de rien, selon les mots de Sieyès, à tout. Mais le nouvel ordre de choses, né de la haine et de la colère, ne pouvait être qu'irréfléchi.

 Proudhon fait une distinction entre la révolution et le progrès : la révolution a lieu quand les idées changent totalement, complètement, alors qu'il y a progrès quand il y a seulement une extension des idées, une modification des idées qui existaient déjà.

« Le peuple, si longtemps victime de l'égoïsme monarchique, crissant délivrer à jamais en déclarant que lui seul était souverain. Mais qu'était-ce que la monarchie ? La souveraineté d'un homme. Qu'est-ce que la démocratie ? La souveraineté du peuple, ou, pour mieux dire, de la majorité nationale. Mais c'est toujours la souveraineté de l'homme mis à la place de la soudaineté de la loi, la souveraineté de la volonté mise à la place de la souveraineté de la raison, en un mot, les passions à la place du droit. »

 

>> L'élaboration de trois concepts par les hommes

 

Proudhon revient sur l'époque de la Convention, puis du Directoire, puis du consul, et de l'empire. Trois notions sont étudiées :

1. La souveraineté dans la volonté de l'homme

La souveraineté était considérée comme le pouvoir de faire des lois. La loi, elle, était considéré comme l'expression de la volonté du souverain. Donc on arrive à la conclusion qu'il n'y a pas de différence entre la monarchie et la république, puisque dans une monarchie « la loi l'expression de la volonté du roi » et que dans la république la loi est « expression de la volonté du peuple » : ce qui revient pour Proudhon à la même chose,  si ce n'est le nombre des volontés.

2.  Inégalité des fortunes et des rangs

Proudhon revient sur le concept d'égalité : il montre que ce qui est entendu par égalité, c'est l'égalité politique et civile. Toutefois, les constitutions de 1790 et 2793 n'ont pas réussi à définir l'égalité devant la loi.

3. Propriété

Proudhon examine ensuite le concept de propriété, que le peuple a consacré, mais que le peuple n'a pas compris. « le peuple voulu que la condition de propriétaire fut la même pour tous ; que chacun put jouir et disposer librement de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie. »

 

>> Comment faire correspondre ces trois concepts à la justice

 

 il faut alors savoir comment ces concepts peuvent répondre à la définition de justice.

1. La question est : « l'autorité de l'homme sur l'homme est-elle juste ? »  Tout le monde répond non à cette question.

2.  « inégalité politique et civile est-elle juste ? » Les uns répondent : oui, les autres : non. À ceux qui pensent que l'inégalité politique et civile et juste, Proudhon rappelle que lorsque le peuple a mis fin aux privilèges de naissance et de caste, cela leur parut bon parce qu'ils en tiraient du profit. À ceux qui pensent que l'inégalité politique et civile n'est pas juste, Proudhon leur demande : « si vous voulez jouer de l'égalité politique, abolissait la propriété, sinon de quoi vous plaignez-vous ? »

3. « La propriété est-elle juste ? » Tout le monde répond que la propriété est juste.

Pour Proudhon, tous les raisonnements que l'on a imaginés pour défendre la propriété, utilise toujours le principe d'égalité, hors l'égalité c'est la négation de la propriété. En ce sens, le droit d'occupation empêche la propriété, tandis que le droit du travail détruit la propriété.

Il s'agit alors de montrer pourquoi est-ce que la prétendue égalité dont se sert la propriété n'existe pas. La propriété peut se manifester en tant que que accident, mais la propriété est impossible mathématiquement, en logique, en tant qu'elle est une institution est en principe.

 

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : proudhon, qu'est-ce que la propriété, c'est le vol, pourquoi, comprendre, comment, cours, fiches, 1840, ouvrage, philosophie, résumé - Aucun commentaire


page 1 sur 2 suivante