Réussir Sciences Po

 

 

 

L'amour - Sade - La Philosophie dans le boudoir

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 11 mai 2018

Le Marquis de Sade, outre le langage abondamment cru de son ouvrage, nous éclaire sur un aspect de l'amour.

Ici, le Marquis de Sade par l'intermédiaire de Dolmancé tente de définir l'amour.

Il en établit la cause (le désir) et la conséquence (la folie).

Pour Dolmancé, tout amour peut être vaincu par une réflexion saine. Car l'amour nous saisit de façon foudroyante, il nous "enflamme".

Dolmancé répondant à Eugénie :

Vous me parlez des liens de l’amour, Eugénie ; puissiez-vous ne les jamais connaître ! Ah ! qu’un tel sentiment, pour le bonheur que je vous souhaite, n’approche jamais de votre cœur ! Qu’est-ce que l’amour ? On ne peut le considérer, ce me semble, que comme l’effet résultatif des qualités d’un bel objet sur nous ; ces effets nous transportent ; ils nous enflamment ; si nous possédons cet objet, nous voilà contents ; s’il nous est impossible de l’avoir, nous nous désespérons. Mais quelle est la base de ce sentiment ?… le désir. Quelles sont les suites de ce sentiment ?… la folie. Tenons-nous-en donc au motif, et garantissons-nous des effets. Le motif est de posséder l’objet : eh bien ! tâchons de réussir, mais avec sagesse ; jouissons-en dès que nous l’avons ; consolons-nous dans le cas contraire : mille autres objets semblables, et souvent bien meilleurs, nous consoleront de la perte de celui-là ; tous les hommes, toutes les femmes se ressemblent : il n’y a point d’amour qui résiste aux effets d’une réflexion saine. Oh ! quelle duperie que cette ivresse qui, absorbant en nous le résultat des sens, nous met dans un tel état que nous ne voyons plus, que nous n’existons plus que par cet objet follement adoré !

Sade - La Philosophie dans le boudoir

 

-> Culture générale : l'Amour <-

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : amour, philosophie dans le boudoir, définition, réflexion, marquis de sade, philosophie, littérature, français, cause, conséquence, folie - aucun commentaire


Citations sur l'Amour

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 11 mai 2018

Ces citations issues de la littérature et de la philosophie (français-philo) alimenteront vos copies et vos dissertations.

 

>> Citations des époques ancienne et médiévale sur l'Amour

 

L'amour est un poète si habile qu'il rend poète qui bon lui semble. - Platon, Le Banquet (IVe av. J.-C.)

L'amour triomphe de tout.  - Virgile, Les Bucoliques, X, 69, (-37)

Il y a autant de douleurs dans l'amour que de coquillages sur la plage. - Ovide, L'art d'aimer (env. 2 ap. J.-C.)

 

>> Citations de l'époque moderne (1492-1789) sur l'Amour

 

L'amour ne voit pas avec les yeux, mais avec l'imagination - William Shakespeare, Le songe d'une nuit d'été (1600)

L’amour est un tyran qui n’épargne personne - Pierre Corneille, Le Cid (1637)

 

 

>> Citations de l'époque contemporaine (1789-aujourd'hui) sur l'Amour

 

L'amour est une plante de printemps qui parfume tout de son espoir, même les ruines où il s'accroche. Gustave Flaubert, Lettre à Louise Colet,  (7 octobre 1846)

L'amour est sans patience, il espère trop, la moindre négligence lui apparaît comme une insulte. - Alain, Propos sur l'éducation (1932)

Aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder ensemble dans la même direction. - Antoine de Saint-Exupéry, Terre des hommes (1939)

 

 

-> Culture générale : l'Amour <-

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : citations, amour, thème de l'amour, citation sur le thème de l'amour, citations sur la notion d'amour, français, philosophie, français-philo, phrases - aucun commentaire


Les 4 amours pour Stendhal

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 11 mai 2018

Stendhal distingue 4 amours :

  1. L'amour-passion
  2. L'amour-goût
  3. L'amour physique
  4. L'amour de vanité

 

Cet extrait, qui se situe au tout début de l'ouvrage, est une tentative pour analyser le sentiment amoureux.

 

Je cherche à me rendre compte de cette passion dont tous les développements sincères ont un caractère de beauté.

Il y a quatre amours différents :

1° L’amour-passion, celui de la Religieuse portugaise, celui d’Héloïse pour Abélard, celui du capitaine de Vésel, du gendarme de Cento.

2° L’amour-goût, celui qui régnait à Paris vers 1760, et que l’on trouve dans les mémoires et romans de cette époque, dans Crébillon, Lauzun, Duclos, Marmontel, Chamfort, madame d’Épinay, etc., etc.

C’est un tableau où, jusqu’aux ombres, tout doit être couleur de rose, où il ne doit entrer rien de désagréable sous aucun prétexte, et sous peine de manquer d’usage, de bon ton, de délicatesse, etc. Un homme bien sait d’avance tous les procédés qu’il doit avoir et rencontrer dans les diverses phases de cet amour ; rien n’y étant passion et imprévu, il a souvent plus de délicatesse que l’amour véritable, car il a toujours beaucoup d’esprit ; c’est une froide et jolie miniature comparée à un tableau des Carraches ; et, tandis que l’amour-passion nous emporte au travers de tous nos intérêts, l’amour-goût sait toujours s’y conformer. Il est vrai que, si l’on ôte la vanité à ce pauvre amour, il en reste bien peu de chose ; une fois privé de vanité, c’est un convalescent affaibli qui peut à peine se traîner.

3° L’amour physique.

A la chasse, trouver une belle et fraîche paysanne qui fuit dans le bois. Tout le monde connaît l’amour fondé sur ce genre de plaisir ; quelque sec et malheureux que soit le caractère, ou commence par à seize ans.

4° L’amour de vanité.

L’immense majorité des hommes, surtout en France, désire et a une femme à la mode, comme on a un joli cheval, comme chose nécessaire au luxe d’un jeune homme. La vanité plus ou moins flattée, plus ou moins piquée, fait naître des transports. Quelquefois il y a l’amour physique, et encore pas toujours ; souvent il n’y a pas même le plaisir physique. Une duchesse n’a jamais que trente ans pour un bourgeois, disait la duchesse de Chaulnes ; et les habitués de la cour de cet homme juste, le roi Louis de Hollande, se rappellent encore avec gaieté une jolie femme de la Haye qui ne pouvait se résoudre à ne pas trouver charmant un homme qui était duc ou prince. Mais, fidèle au principe monarchique, dès qu’un prince arrivait à la cour, on renvoyait le duc : elle était comme la décoration du corps diplomatique.

Stendhal, De l’amour

 

Toutefois, Stendhal relativise son classement :

Au reste, au lieu de distinguer quatre amours différents, on peut fort bien admettre huit ou dix nuances. Il y a peut-être autant de façons de sentir parmi les hommes que de façons de voir

Stendhal, De l’amour

 

 

-> Culture générale : l'Amour <-

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : amours, les 4 amours, Stendhal, de l'amour, analyse, amour, sentiment amoureux, catégories, texte - aucun commentaire


précédente page 2 sur 5 suivante »