Réussir Sciences Po

 

 

 

-> Echangez vos fiches avec les étudiants Sciences Po
(Gratuit, +300 fiches disponibles)

-> Faites vous corriger des copies pour préparer le concours Sciences Po
(Gratuit, +100 copies déjà corrigées)

Sujets & Correction Sciences Po Grenoble 2019

 

Les cyberattaques

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 18 janvier 2019

Le 4 janvier 2019, il a été révélé à la télévision allemande qu'une cyberattaque conduite avec succès avait eu pour conséquence la publication de milliers de documents confidentiels.

 

Cette cyberattaque a touché des responsables politiques, mais également des personnalités de la culture, en Allemagne.

 

Tous les partis politiques auraient été touchés, à l'exception de l'AfD, le parti d'extrême droite en Allemagne.

 

>> Les cyberattaques

 

Les cyberattaques reflètent bien le rapport des forces dans le monde et les conflits qui ont actuellement lieu.

 

Ainsi les plus puissants Etats à l'origine des cyberattaques sont également les Etats qui ont l'armée la plus puissante sur terre ou sur mer.

 

Les ennemis lors des cyberattaques sont les mêmes que ceux émanents des rapports géopolitiques.

 

Mais de nouveaux acteurs peuvent jouer un rôle. Ainsi, il n'est pas nécessaire d'être une grande puissance pour prendre part à la cyberguerre.

 

On peut citer le collectif Anonymous, même si ce mot désigne des groupes de personnes divers et changeants.

 

Quelques chiffres :

 

Pour retrouver l’accès à son ordinateur, un utilisateur sur quatre est prêt à payer la rançon demandée par le hacker, d’après une étude de l’université de Kent sur la variante CryptoLocker. IBM rapporte lui que 54 % des consommateurs sont prêts à débourser plus de 100 dollars pour récupérer leurs fichiers.

En 2016, les ransomwares ont rapporté un milliard de dollars aux cybercriminels, estime le FBI.

Source : Silicon

 

 

-> Culture générale : le Numérique <-

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : cyberattaque, parti politique, allemagne, guerre, numérique - Aucun commentaire


Histoire du XIXe siècle : 1848 : le printemps des peuples

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 30 mai 2016

Comment s'est déroulé le Printemps des Peuples ? Avant tout, qu'est-ce que le Printemps des Peuples ?

On connaît tous le Printemps arabe de l'année 2011... mais connaît-on notre Printemps européen à nous ?

 

>> Le déclenchement du Printemps des Peuples de 1848


I. Paris déclenche le Printemps des Peuples en février 1848


22 février : une manifestation interdite tourne au drame
24 février : Paris est couverte de barricades
Les insurgés envahissent le Palais des Tuileries et contraignent Louis-Philippe à abdiquer
Gouvernement provisoire
Gouvernement provisoire et IIe République proclamée
Suffrage universel rétabli
La France, patrie des DDH affiche sa solidarité avec les autres pays d'Europe

II. Les échos de l'insurrection parisienne en Europe en 1848

Aussitôt, manifestations en Autriche, en Allemagne et en Italie qui formulent des aspirations libérales et nationales

- En Autriche
à Vienne le 13 mars : les étudiants descendent dans la rue provoquant la fuite du chancelier Metternich
Les minorités nationales profitent du désarroi du pouvoir
Les hongrois obtiennnet leur autonomie, le pouvoir impérial recule partout


- En Allemagne
Début mars, la foule se rassemble à Berlin, Munich, Cologne
Les Princes doivent accepter des réformes.
Les nationalistes qui veulent l'unité obtiennent l'élection d'un parlement représentatif 18 mai à Francfort

- En Italie
En Italie agitation latente s'étend rapidement à tout le pays
le prince et la pape sont obligé d'accepter les réformes
1 seule voie ouverte à la nation : la guerre
Le roi de Piémont Sardaigne Charles-Albert inflige des défaites aux troupes autrichiennes
La liberté se dresse devant les souverains de l'ancien régime
Le printemps des peuples a eu raison en qq mois des souvenirs les plus solides
Les revendications libérales et nationales en miné l'équilibre
Les frontières des principaux états ont peu chagné

La liberté se dresse devant les souverains de l'Ancien Régime, forcés d'accepter des réformes
Revendications et libérations nationales ont miné l'ordre politique du Congrès de Vienne

III. 1848 : la remise en cause du Congrès de Vienne de 1815

Situation en 1815 :

Dans l'Empire Autrichien :
L'Europe centrale dominée par l'Empire Autrichien
Toute puissance de l'empire des Habsbourg
Police et censure
Bcp de paysans sous régime féodal
les frontières ne tiennent pas compte des nationalités
Allemands Hongrois Polonais et Tchèques
Sud : slaves, roumains, italiens


Italie morcelée :
l'Autriche occupe le Nord


Allemagne :
Confédérations germanique
Etat le plus important : Prusse
38 états dans la confédération germanique
Nationalistes souhaitent une unité fondée sur la langue, l'histoire et la culture
Les gouvernements se resaisissent, le reflux commence

 

>> Conséquences du Printemps des Peuples de 1848


I. Conséquences du Printemps des Peuples de 1848 en France

En France
 la bourgeoisie est effrayée par l'agitation populaire
En avril élections par une large majorité des modérés
Affrontements contre les extrêmistes
Conflit le 23 juin.
En décembre, Louis Napoléon Bonaparte triomphe.

II. Conséquences du Printemps des Peuples de 1848 en Europe centrale

En Autriche,
L'armée restée fidèle à l'Empereur fait la répression
l'Empereur Ferdinand Ier regagne Vienne
L'armée intervient dans la capitale
Lutte contre les Hongrois qui proclament leur indépendance en 1849
Disposent d'une véritable armée
Croates avec les Autrichiens
L'Autriche appelle le Tsar Nicolas Ier pour venir à bout des Hongrois

Etats allemands
En Prusse, Frédéric Guillaume IV met Berlin en état de siège.
Octroie une constitution peu libérale qui préserve le pouvoir royal
Mais Au Parlement de Francfort, Grande Allemagne (incluant une partie de l'Autriche) s'oppose à la Petite Allemagne (Prusse)
Couronne impériale proposée au Roi de Prusse. Ce dernier la refuse : il n'a pas l'appui des Autrichiens
Rêve d'unité de l'Allemagne s'effondre

II. Conséquences du Printemps des Peuples de 1848 en Italie

En Italie

les succès des libéraux et des nationalistes de courte durée.
Les Autrichiens regagnent du terrain dans le Nord
Les Princes sont accusés de faiblesse et de trahison.
Le mouvement modéré se radicalise.
Le Pape, d'abord favorable à la révolution, prend peur. Les émeutiers assissinent son 1er ministre, assiègent son palais. La république est proclamée à Rome et Florence.
Les Italiens subissent de nouveaux revers dans le Nord
Le roi Charles-Albert abdique en faveur de son fils Victor-Emmauel
Victor-Emmanuel doit signer avec l'Autriche un armistice
Le Pape réfugié près de Naples
Troupes de Garibaldi battues
Seul le Royaume de Piémont Sardaigne garde un régime constitutionnel

 

 

 


Klemens Wenzel von Metternich

>> Biographies du Printemps des Peuples de 1848

Metternich (Klemens Wenzel von Metternich) : Né le 15 mai 1773 à Coblence en Allemagne, il étudie à l’université de Strasbourg. Ambassadeur à Berlin en 1803, puis à Paris de 1806 à 1809 à la demande de Napoléon. Il joue un rôle majeur dans le Traité de Vienne, lors du Congrès de Vienne en 1815, en apaisant le désir de revanche contre la France, et en désirant le maintien de l'influence Autrichienne sur l'Italie. Il garde de même une influence tout aussi importante au sein de la Sainte-Alliance, avec Alexandre Ier. Lorsqu'éclatent les révoltes de 1848, Metternich ardent défenseur de l'absolutisme doit démissioner et prend la fuite. Il  meurt à Vienne, à l'âge de 86 ans, le 11 juin 1859

 

 

>> Définitions du XIXe siècle

Le congrès de Vienne : convoqué en septembre 1814, cette conférence réunit les représentants diplomatiques des grandes puissances européennes qui ont gagné les guerres contre Napoléon. Le congrès se tient à Vienne du 1er novembre 1814 au 9 juin 1815 (signature de l'acte final).

La Sainte-Alliance : union pacifique conclue à Vienne le 26 septembre 1815, à l'initiative du tsar l'Empereur Alexandre Ier, par les monarchies victorieuses des guerres napoléoniennes (Empire russe, Empire d'Autriche, Royaume de Prusse). La France intègre à son tour la Sainte-Alliance grâce à Talleyrand. Sous l'influence de Metternich, la Sainte-Alliance concentre ses actions pour contrecarrer les insurrections révolutionnaires. Elle disparait en 1825.

Le libéralisme : idéologie revendiquée en 1848 notamment, fondée sur la garantie des droits individuels, limitant l'autorité arbitraire d'un gouvernement.

Le nationalisme : idéologie à la source de tous les évènements du XIXe siècle, se basant sur la prise de conscience par une communauté de former une nation en raison des liens ethniques, sociaux, culturels qui unissent les membres de cette communauté et qui revendiquent le droit de former une nation autonome. (Conduit à l'unité italienne en 1861, unité allemande en 1871)

Trois Glorieuses : révolution en France qui aboutit à la monarchie de Juillet, succédant ainsi à la Restauration. Les émeutes ont lieu les 27, 28 et 29 juillet 1830.


-> Toute l'histoire du XIXe siècle en fiches

 

Classé dans : Histoire - Mots clés : 1848, printemps des peuples, comprendre, cours, apprendre, savoir, Autriche, Allemagne, Italie, France, chronologie, résumé - 2 commentaires


Tendances politiques et orientations des partis politiques allemand

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 28 avril 2016

La connaissance des idéologies des principaux partis allemands, dans un temps où l'Union européenne continue d'exercer une véritable influence, est un atout majeur pour comprendre la politique, comprendre l'actualité, et par là même pour réussir Sciences Po.

Voir aussi : Comprendre les élections en Allemagne

Et les tendances politiques des journaux allemands ? Cliquez ici.



CDU – Union chrétienne-démocrate d’Allemagne : à droite - libéraux, conservateurs ; catholiques et protestants
 

CSU – Union chrétienne-sociale : à droite, présent en Bavière, très proche du parti CDU, plus conservateurs, chrétiens
 

FDP – Parti libéral-démocrate : au centre - libéral
 

SPD – Parti social-démocrate d’Allemagne : à gauche - social, démocrate (a renoncé au marxisme pour l'économie de marché)
 

Alliance 90 / Les Verts : à gauche, écologiste
 

Die Linke – La Gauche : à l'extrême gauche - communiste, antilibéral

 

-> Allemagne : géographie et faits

 

Classé dans : Actualités, Langue Vivante - Mots clés : orientation, partis, politiques, Allemagne, vert, Linke, droite, gauche, centre, CDU, CSU, SPD - 1 commentaire


Allemagne : géographie et faits

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 26 avril 2016

Carte d'identité de l'Allemagne, descriptions par mots-clés des Länder, informations sur les fleuves et cours d'eau. Très utile pour tous ceux qui passeront l'épreuve de langue allemande à Sciences Po !
 

>> Chiffres et faits sur l'Allemagne :


Pays le plus peuplé et 1ère puissance économique de l'Union européenne.
Habitants : 82 millions. 6,7 millions d'étrangers (8,2% de la population totale)
Pyramide des âges : 14% a moins de 15 ans tandis que 20% a de plus de 65 ans.
Urbanisation : 89% de la population
Religion : 52 millions de chrétiens (50% cathos 50% protestants), 4 millions de musulmans, 235.000 bouddhistes et 106.000 juifs.
Préambule de la constitution : "Im Bewusstsein seiner Verantwortung vor Gott und der Menschen"
Es gibt keine Staatskirche (Religion d'état)
Die Kirchensteuer (impôt religieux) : 10% des Einkommensteuer
Constitution du pays : Traité de Verdun en 843, Unification autour de la Prusse le 18 janvier 1871, Réunification le 3 octobre 1990 (fête nationale)
 

-> Comprendre les élections en Allemagne

-> Tendances des partis politiques allemands

>> Géographie et liste des Länder : (du Nord au Sud)


Schleswig-Holstein : construction navale, pêche, la moitié de la flotte allemande y a son port d'attache. Industrie de services cependant principale. Villes : Île de Sylt touristique, Kiel capitale du Land, Lübeck de la Ligue hanséatique
Hambourg : port, Airbus, VPC Otto, Nivea, pétrole. Projet de l'Elbphilharmonie, musée de la Kunsthalle, Opéra national, comédie musicale
Mecklembourg-Poméranie : 2000 lacs, nombreux cours d'eaux, sports nautiques, tourisme plus grande source de revenus. La moitié de la superficie classée en réserve naturelle. Parcs d'éoliennes sur la côte et PME agro-alimentaires. Faible population.
Basse-Saxe : chantiers navals de Papenburg, Volkswagen, Continental. Foire de Hanovre et salon informatique CeBIT
Brême : Ligue hanséatique, café, + petit Land, le port fait travailler 1/5 personnes.
Saxe-Anhalt : festival en l'honneur de Georg Friedrich Händel, Martin Luther, chimie
Brandebourg : lacs et forêts, châteaux des Hohenzollern dont Sanssouci, Potsdam comme capitale, Babelsberg ville du cinéma, 300 entreprises étrangères dont Ebay.
Berlin : cinéma lors de la Berlinale, les Hohenzollern s'y installent en 1458, dictature nazie, mur de Berlin. Île aux musées, Philharmonie, 35 universités et écoles supérieures, salon de tourisme ITB.
Rhénanie-du-nord Westphalie : Land le + peuplé, cathédrale gothique de Cologne, Bonn capitale en RFA, mode et vêtements à Düsseldorf, Aix-la-Chapelle capitale de l'Europe avec Charlemagne, Duisburg + grand port fluvial, soie à Krefeld.
Hesse : ville internationale Francfort-sur-le-Mian qui a le plus grand aéroport du continent avec Paris Charles de Gaulle, et + banques en Europe, gare + fréquentée. Wiesbaden capitale de la Hesse. Usines Opel et Volkswagen, Agence spatiale européenne (ASA)
Thuringe : montagnes, forêt, château de la Wartburg, saucisse, Goethe, Schiller, industrie optique Jenoptik.
Saxe : porcelaine de Meissen, capitale du Land Dresde, foires de Leipzig. Informatique, horlogerie de précision, automobile, Opéra Semper, musique du Thomanerchor, Bach y a officié, Richard Wagner.
Rhénanie-Palatinat : vallée du Rhin, centre du vin et du mousseux, hautes technologies, Gutenberg et l'imprimerie à Mayence
Sarre : petit Land, "seulement" 2 570 km2, a pour capitale Sarrebruck, fait partie de la "Grande Région" pour améliorer les relations tranfrontalières.
Bade-Wurtemberg : grands in venteurs, Bosch, Daimler, Porsche, Boss, cuisiniers
Bavière : fête de la bière, vin, château de Neuschwanstein, Alpes. Forte économie, BMW, Audi, Siemens, MAN, EADS. Munich
 

>> Géographie des principaux Fleuves et cours d'eau : Flüsse und Wasserstrassen


die Donau : 2e plus long fleuve, 650km, source en Forêt noire, grand débit
der Rhein : source en Suisse, traverse le Lac de Constance, vers la Mer du nord, frontière entre France et Allemagne, 860km en All, + grand fleuve d'All.
die Elbe : source en Rép Tchèque dans Les Monts des Géants, traverse les Monts métallifères et Dresde, Hamburg (2e port d'Europe), crues importantes (2002 crue du siècle Schröder in Dresden), large embouchure

Canaux : le Mittelland Kanal relie l'Oder et Rhin, le Donau Mainkanal relie le Danube et Main-Rhin.


 

Classé dans : Langue Vivante - Mots clés : Allemagne, géographie, histoire, faits, aspects naturels, politique, Länder, géographie urbaine, résumé, description - 4 commentaires


Comprendre les élections en Allemagne

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 29 décembre 2014



Pour comprendre la politique et les élections en Allemagne seront étudiés :

I. Le rôle du chancelier et du parlement.
II. Le principe des élections en Allemagne.

Voir aussi : Allemagne : géographie et faits
 

I. Le chancelier est élu par le Bundestag

 


Le chancelier allemand est la figure politique qui possède le plus de pouvoir en Allemagne, de la même façon que le Président en France ou le Premier Ministre en Angleterre.

Le chancelier est élu par les députés à la majorité absolue de tous les membres du Parlement.

 

 

Bundestag
Le Bundestag


Le parlement est le Bundestag. (Bund : la fédération, Tag :  le jour, l'assemblée)

Les partis représentés au Bundestag sont les CDU/CSU, FDP, SPD, die Linke et die Grüne.

Les partis CDU et CSU ont quasiment les mêmes idées politiques, ils sont considérés ensembles. La seule différence est que le CSU est présent seulement en Bavière, tandis que le CDU est présent partout sauf en Bavière. Ils forment une "Fraktion" au Bundestag.

Les partis non représentés au Bundestag sont Piraten, AD, NPD, etc.

 

 

 

 

 

II. Principe des élections en Allemagne


1. Les élections


Ces élections ont lieu tous les quatre ans.

Il s'agit d'un système électoral au mode de scrutin proportionnel. L'objectif est d'avoir une assemblée avec des groupes d'élus dont les effectifs sont proportionnels à l'électorat.

Ce système est pourtant qualifié de mixte, car il mélange deux méthodes. Chaque électeur donne en effet deux votes :

- Il existe 299 circonscriptions électorales.
- Chaque circonscription élit deux députés.
- En principe, il y a donc 598 sièges de députés à remplir.


2. Le vote


Lors du scrutin, chaque électeur donne deux votes en même temps.

Le premier vote élit des députés selon une technique majoritaire.

Dans chacune des circonscriptions est élu un député (comme en France) en un seul tour. C'est celui qui obtient le plus de voix qui est élu (majorité relative).


Le second vote élit des députés selon une technique proportionnelle.

La deuxième voix porte sur un scrutin de listes. On vote pour une liste de candidats, qui appartiennent à un parti. C'est ce deuxième vote qui est fortement prédominant, c'est celui-ci qui répartit les sièges. L'ensemble des sièges est réparti en fonction de la proportion de ce « deuxième vote ».


3. Les résultats


Chaque parti a le droit à autant de sièges que ses résultats à l'élection. Par exemple, un parti qui obtient un tiers des voix a le droit à un tiers des sièges.

Il existe en revanche un seuil : un pourcentage de voix minimum qu'un parti doit atteindre pour avoir des sièges. Le seuil est fixé à 5% des voix. "Fünf-Prozent-Sperrklausel" (Klause : clause, Sperr : barrage, Fünf : cinq)

Un parti qui n'obtient pas 5% aux élections ne sera pas représenté au parlement sauf cas particulier : s’il obtient au moins 3 mandats directs.

Des députés supplémentaires : dans certains cas, le premier vote peut porter au parlement davantage de députés. Les députés élus directement, par le premier vote, mais dont la liste n’a pas été retenue par le deuxième vote, obtiennent quand même un siège au Bundestag. Ainsi en 2013, ils étaient 622 députés à siéger au parlement du Bundestag, soit 24 députés supplémentaires.



En conclusion, en Allemagne existe un système électoral à la proportionnelle personnalisé. "Personalisierte Verhältniswahl" (Wahl : élection).

 

Classé dans : Actualités, Langue Vivante - Mots clés : Allemagne, élections, législatives, comprendre, élections pour les nuls, 2013, Angela Merkel, pourquoi, comment, explications, CDU, CSU, Linke, Grüne, partis, Bundestag, éclaircir - Aucun commentaire


page 1 sur 2 suivante