Réussir Sciences Po

 

 

 

-> Echangez vos fiches avec les étudiants Sciences Po
(Gratuit, +150 fiches disponibles)

-> Faites vous corriger des copies pour préparer le concours Sciences Po
(Gratuit, +50 copies déjà corrigées)

 

Dissertation sur le droit de punir (justice IEP)

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 17 janvier 2013

Sur quoi se fonde le droit de punir ? Pourquoi punir ?

>> Le droit de punir est nécessaire


Platon (v. 427-348) dans le Gorgias associe punition et justice. Il cherche à montrer comment une punition peut être juste.
Emmanuel Kant (1724-1804) estime que le crime doit être sanctionné. Il faut appliquer la loi, comme la loi du talion.
La punition est objet de dissuasion : les hommes ne viennent pas au méfait par peur de la punition.
La punition est aussi un moyen d'éduquer : un enfant, ou un criminel.
Pas d'état sans punition, car la punition garantit le respect des lois : en effet, l'Etat est souverain du "monopole de la violence légitime" selon l'expression de Max Weber

>> Le droit de punir se révèle malsain


Marx (1818-1883) montre que la punition n'est que la face visible d'un rapport de force en réalité.
Friedrich Nietzsche (1844-1900) pense que la punition est surtout la concrétisation d'un goût de l'homme pour la cruauté et le sang.
Michel Foucault (1926-1984) voit en la punition un simple moyen pour l'homme de contrôler les esprits et les corps, pour imposer son joug.

>> Le droit de punir se fonde sur la nature humaine


Pour Blaise Pascal (1623-1662), il faut à la fois la force et le droit. La punition représente cette force.
Emmanuel Kant (1724-1804) conclut que l'homme ne devient libre que par la contrainte.
Friedrich Hegel (1770-1831) estime que le droit de punir est avant tout un droit pour la dignité du criminel. De plus, la punition est inhérent à la notion même de droit.

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : droit de punir, iep, justice, kant, dissertation - aucun commentaire


La justice se réduit-elle aux lois ?

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 16 janvier 2013

Vaut-il mieux appliquer la loi rigoureusement ou prendre en compte les circonstances atténuantes, la légitimité pour quelqu'un de son comportement ? Faut-il préférer l'injustice au désordre ? La justice se réduit-elle au droit ? Un tel dilemme prend une tournure dramatique dans l'oeuvre Antigone de Sophocle.

>> Dans la tragérie Antigone de Sophocle :


Créon interdit à Antigone d'enterrer son frère, car ce dernier a trahi la cité et s'est rangé avec les ennemis.
Or pour Antigone, il s'agit d'un devoir moral, d'une légitimité divine : elle doit enterrer son frère. Ce qu'elle fait.
Quel comportement doit alors adopter Créon ? Antigone a désobéi à la loi, qui prévoit alors une peine de mort. Antigone est condamnée par Créon à la mort.

>> La justice transcendante au droit (La justice ne se réduit pas aux lois)


D'un côté, la justice pour Antigone allait au-delà des lois, il s'agissant d'honneur, de devoir moral.
En celà Antigone a une vision de la justice transcendante au loi, qui touche la légitimité.

>> La justice est l'application du droit : positivisme juridique (La justice se réduit aux lois)


De l'autre côté, la justice pour Créon est de respecter la loi, afin de préserver la paix dans la cité. Si l'on se permet de désobéir à la loi, il risque le désordre, or mieux vaut l'ordre pour la paix et le bien commun.
En celà, Créon a une vision de la justice qui se confond avec le droit : positivisme juridique de Kelsen (le droit est la justice). De même, Goethe qui préfère l'ordre à la justice, mieux vaut obéir à des lois même injustes.

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : justice, lois, droit, justice sans loi, philosophie, iep, 2013 - aucun commentaire


Manifestations contre le mariage pour tous

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 14 janvier 2013

L'Elysée a considéré la Manifestation pour tous comme « consistante » mais qui « n'empêchera pas le débat au Parlement » sur le projet de loi pour le mariage et l'adoption des homosexuels. Ce dernier sera examiné à l'Assemblée nationale à partir du 29 janvier.

>> Chiffres de la manifestation pour tous :

Les chiffres vont de 340 000 à 800 000, voire 1 million de manifestants pour ce dimanche 13 janvier. Elle serait la plus importante mobilisation sur un projet de société depuis 1984 pour l'école libre.

>> Comment sont comptés les manifestants :

Préfecture de Police : deux fonctionnaires de part et d'autres à un endroit du défilé. Toutes les 10 personnes, ils appuient sur un compteur manuel. Ils multiplient donc le chiffre par 10 à la fin. La marge d'erreur serait de 10%.

Syndicats : un syndicaliste appuie aussi sur un compteur manuel pour chaque lignée de personnes. Sont considérés environ 20, 25 personnes par ligne, donc le chiffre du compteur manuel est multiplié par environ 20, 25 à chaque clic.

En l'occurence le comptage s'effectuait au niveau du Pont de l'Alma.

>> Histoire des manifestations de droite ou catholique :

Si la manifestation pour tous se déclarait "pacifique, aconfessionnel et apolitique", elle n'en a pas moins été portée majoritairement par des mouvements de droite ou catholique. Le Monde rappelle l'historique de ces manifestation de droite :

Manifestation gaulliste du 30 mai 1968

Durant la IIIe République, manifestations poujadistes ou contre le gouvernement Mauroy à partir de avril 1983

Manifestations en faveur de l'Eglise en 1924-1926 contre l'application des lois laïques à l'Alsace-Lorraine

Manifestation de 1984 contre la loi Savary et met un terme au gouvernement de Pierre Mauroy

>> Réflexion et citations de culture générale sur le peuple, la démocratie, les manifestations

« Le peuple n'entend rien à la politique car elle s'occupe de tous et non de chacun. » Romain Guilleaumes

« Un grand peuple sans âme est une vaste foule. » Alphonse de Lamartine dans Premières Méditations poétiques

« La populace ne peut faire que des émeutes. Pour faire une révolution, il faut le peuple. » Victor Hugo dans Tas de pierres

« Le peuple n'entend rien à la politique car elle s'occupe de tous et non de chacun. » Romain Guilleaumes dans Impertinences

« Démocratie : oppression du peuple par le peuple pour le peuple. » Oscar Wilde


Classé dans : Actualités, Culture Générale - Mots clés : comptage des manifestations, histoire, manifestations, droite, réflexio, , philosophie, mariage gay - aucun commentaire


« précédente page 269 sur 285 suivante »