Réussir Sciences Po

 

 

 

-> Echangez vos fiches avec les étudiants Sciences Po
(Gratuit, +300 fiches disponibles)

-> Faites vous corriger des copies pour préparer le concours Sciences Po
(Gratuit, +100 copies déjà corrigées)

Sujets & Correction Sciences Po Grenoble 2019

 

Gilles Deleuze - biographie et philosophie

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 07 mai 2019

 

>> Gilles Deleuze - Courte biographie

 

Né à Paris en 1925, Gilles Deleuze est amené à se rendre à Deauville pendant la guerre, puis il retourne à Paris pour poursuivre ses études au lycée Carnot.

Il tente l'ENS, mais n'arrive pas à y rentrer. C'est à cette occasion toutefois qu'il rencontre Georges Canguilhem, un autre grand nom de la philosophie du XXe siècle.

Il obtient son agrégation de philosophie en 1948. Il faut une autre connaissance, celle du non moins célèbre Michel Foucault.

Père de deux enfants, il soutient une thèse en 1968, sur Différence et répétition, puis une thèse complémentaire Spinoza et le problème de l'expression.

Opéré des poumons et alors qu'il se repose suite à ses problèmes médicaux, il rencontre Félix Guattari avec qui il collabore.

Il se suicide en 1995 ne supportant plus sa maladie.

Michel Serres aura ces mots à propos de Deleuze lors d'une interview de Hari Kunzru : "Deleuze était — J’ai perdu mon meilleur ami le mois dernier, parce que Deleuze est mon meilleur ami. Je l’admire. Je l’aime. Quand nous étions jeunes nous étions très séparés. Alors nous avons inventé ensemble le terme « amis de vieillesse »…"

 

>> Idées majeures de Gilles Deleuze

 

Pour Deleuze dans les Pourparlers de 1990, la philosophie est "créatrice ou même révolutionnaire, par nature, en tant qu'elle ne cesse de créer de nouveaux concepts. La seule condition est qu'ils aient une nécessité mais aussi une étrangeté"

 

Nous cherchons la vérité parce qu'une certaine forme de violence de la situation nous y pousse. Ce n'est pas par bon plaisir que nous cherchons la vérité, nous la cherchons "plutôt sous le coup d'un choc que dan l'élan d'un goût". (Différence et répétition)

 

"La répétition est la différence sans concept". La répétition est en effet autre que la généralité, et elle s'oppose à l'habitude.

 

L'objectif de la philosophie contemporaine est de renverser la philosophie de Platon. La différence étant dans la répétition, cela va à l'encontre de la théorie de l'Idée et des simulacres sensibles associés.

Cette philosophie qui a découlé de Platon a forgé des présupposés qu'il faut également démasquer, au nombre desquels le bon sens (notion très cartésienne), ou encore l'erreur, qui serait un éloignement de la vérité.

 

Deleuze s'en prend à Kant sur deux points.

1. Kant a voulu développer une philosophie du "conditionnement" ; mais l'expérience "possible" doit être remplacée par l'expérience "réelle".

2. De plus, la transcendance chez Kant est mal théorisée, puisque la transcendance ne "ressemble" pas à ce qui est empirique.

Ainsi Deleuze entreprend de  trouver un "empirisme transcendantal". (Différence et répétition, 1968) Les conditions, ce sans quoi un phénomène ne se produirait pas, y sont spécifiques aux cas.

"Nous cherchons à déterminer un champ transcendantal impersonnel et pré-individuel, qui ne ressemble pas aux champs empiriques correspondants et qui ne se confond pas pourtant à une profondeur indifférenciée.

(...)

Les singularités sont les vrais événements transcendantaux

(...)

Quand s'ouvre le monde fourmillant des singularités anonymes et nomades, impersonnelles, pré-individuelles, nous foulons enfin le champ du transcendantal" (Logique du sens, Gilles Deleuze)

 

La collaboration Deleuze - Guattari (notamment dans l'Anti-Œdipe) mène les deux auteurs à penser que le désir est puissance d'affirmation de la vie. Deleuze prolonge ainsi la notion de conatus de Spinoza, en expliquant : "Le conatus ne doit pas être interprété comme tendance à passer à l'existence... mais comme tendance à persévérer dans l'existence."

Le désir n'est en ce sens pas une conséquence du manque, comme voudrait le faire croire la psychanalyse classique.

Dans l'Anti-Œdipe, les deux auteurs définissent trois types de forces au cours de l'histoire humaine qui ont réprimé le désir par des codages, décodages, surcodages : sauvage (marquage des corps), barbare (despotisme), civilisé (déterritorialisation).

 

Dans Logique du sens, l'univocité provient du multiple.

Ontologie et philosophie sont synonymes : "La philosophie se confond avec l'ontologie, mais l'ontologie se confond avec l'univocité de l'être".

 

Toujours dans un sens spinoziste, "l'immanence pure" est au centre de la philosophie de Deleuze. La nature est alors "multiplicité".

 

 

 

 

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : deleuze, gilles, courte biographie, biographie, IEP, sciences po, philo, philosophie, auteur, contemporain, idées, idées majeures, thèses, agrég - Aucun commentaire


Sujets et corrigés Sciences Po Grenoble 2019

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 05 mai 2019

 

>> Sujets Sciences Po Grenoble 2019

 

Ouvrage :

« Ce n’était pas « le rôle d’une femme d’aller travailler en usine » » : à quoi renvoie cette perception ?  (/ 3 points)

A quoi fait référence Didier Eribon en affirmant qu’ « on éprouve dans sa chair l’appartenance de classe lorsqu’on est enfant d’ouvrier » ? (/ 3 points)

À partir de l’ouvrage de Didier Eribon et de vos connaissances personnelles, vous traiterez du sujet suivant :


Si ce que nous sommes se situe à l’intersection (…) de plusieurs « identités », faut-il « choisir entre différents combats menés contre différentes modalités de la domination ? » (D. Eribon, p. 245)
 

Anglais :

L'article - sujet 2019 Sciences Po Grenoble en anglais était le suivant : https://www.economist.com/britain/2019/02/16/should-the-government-determine-what-counts-as-quality-journalism

"Should the government determine what counts as quality journalism?

Or should the job be left to private companies?"

 

>> Nos sujets blancs 2019

 

Un petit rappel utile : nous vous proposons des sujets blancs pour tous les concours Sciences Po.

Et cette année encore, le sujet de dissertation que nous vous proposions (Le devoir blanc n°1) était assez proche :

À partir de l’ouvrage de Didier Eribon et de vos connaissances personnelles, vous traiterez du sujet suivant :

La « domination sociale » depuis le XXe siècle.

 

Tandis que le sujet d'anglais, nous vous l'avions proposé : exactement le même article, en sujet blanc... mais malheureusement... nous ne l'avions proposé que pour ceux qui passaient le concours Sciences Po Paris. Notre sujet d'essay était plutôt proche également : To what extent can government interfere in journalism?
 

Donc n'hésitez pas, pour les prochaines fois, à nous solliciter pour des sujets blancs. Même si le sujet exact ne tombe pas le jour J, cela reste un bon entraînement d'autant que nous le corrigerons et vous donnerons des conseils adaptés à votre situation.

 

>> Corrigés Sciences Po Grenoble 2019



1. « Ce n’était pas « le rôle d’une femme d’aller travailler en usine » » : à quoi renvoie cette perception ?  (/ 3 points)


« Mon père eut beau ressasser que ce n’était pas « le rôle d’une femme d’aller travailler en usine », se sentir atteint dans son honneur masculin de n’être pas en mesure de subvenir seul aux besoins de son foyer, il lui fallut se résigner et accepter que ma mère devienne « ouvrière », avec tout ce que ce mot charriait de connotations péjoratives : des femmes « délurées » qui parlent «  cru », et peut-être même couchent « à droite et à gauche », bref, des « traînées »… Cette représentation bourgeoise de la femme du peuple qui travailler hors de chez elle et dans les lieux où elle côtoie des ouvriers était largement partagée par les hommes de la classe ouvrière, qui n’aimaient guère perdre le contrôle de leurs conjointes ou compagnes pendant plusieurs heures chaque jour et qu’effrayait par-dessus tout le spectre honni de la femme émancipée. »


2. A quoi fait référence Didier Eribon en affirmant qu’ « on éprouve dans sa chair l’appartenance de classe lorsqu’on est enfant d’ouvrier » ? (/ 3 points)

On éprouve donc dans sa chair l’appartenance de classe lorsqu’on est enfant d’ouvrier. Quand j’écrivais mon livre sur la révolution conservatrice, je pris à la bibliothèque quelques volumes de Raymond Aron (…) p. 100 Retour à Reims de Didier Eribon.


L’explication suivante est également pertinente pour aider à répondre à la question, surtout le tout début :

Quand l’« absence du sentiment d’appartenir à une classe sociale caractérise les enfances bourgeoises » (p. 101). Le poids de l’habitus est tel que le jeune Didier incorpore « les hiérarchies du monde social » (p. 72), se percevant comme différent des privilégiés par ses habitudes de vie au quotidien. D’ où, comme l’ indique Annie Ernaux dans sa récente contribution au volume collectif Bourdieu et la littérature, le « devoir impérieux de revenir au premier monde social, aux corps d’origine et d’en faire œuvre ». Transformant le concept bourdieusien de « contrainte par corps » en « preuve par corps », elle rend compte de la « vérité sensible », de l’« émotion rationnelle » faite « de reconnaissance et de connaissance » qui s’impose à un moment donné comme une évidence : « La preuve par corps, c’est cela, la ratification de la théorie par la mémoire la plus enfouie et la plus douloureuse14. » Cette perspective nous met à même de mieux saisir en quoi est anti-proustien le processus à l’œuvre chez Annie Ernaux et Didier Éribon : selon un réflexe post- traumatique d’ordre mémoriel et réflexif, ce qui est retrouvé n’est pas ce qui est « digne d’être retrouvé », mais au contraire l’indigne, c’est-à-dire tout ce qui avait été « enfoui comme honteux » (p. 243) ; il ne s’agit donc pas de retrouver le temps perdu dans toute son ampleur pour le transcender par l’œuvre, de subsumer le fugitif dans la création intemporelle, mais plus modestement de s’assumer par le travail scriptural, de convertir la honte en orgueil par la prise en charge de soi dans l’auto- analyse.

RETOUR À / RETOUR SUR... SOCIOGENÈSE D'UN PARADIGME HEURISTIQUE 
Retour à Reims de Didier Éribon Fabrice Thumerel
Editions Kimé | « Tumultes »



Si ce que nous sommes se situe à l’intersection (…) de plusieurs « identités », faut-il « choisir entre différents combats menés contre différentes modalités de la domination ? » (D. Eribon, p. 245)

Il serait bon en premier lieu de montrer quelles sont ces différentes modalités de la domination, dans quel domaine elles s’exercent (économie, politique, militaire, physique, genre, race, intellectuel / manuel, culture, religion, impérialiste, symbolique, ville / campagne, …)

En quoi elles ont changé au cours de l’histoire, des anciennes formes de domination aux nouvelles (esclavage, sexuelle, raciale, économique, militaire, culturelle, idéologique).

Max Weber définissait plusieurs types de domination :

La domination légale
La domination traditionnelle
La domination charismatique

Cela constituait une bonne accroche, que vous auriez pu lier à votre essai de définition des termes du sujet dès l’introduction.

L’autre terme fort était identité. Le dictionnaire de l’Académie française propose cette définition : « Caractère de ce qui ne fait qu'un ou ne constitue qu'une seule et même réalité, sous des manifestations, des formes ou des appellations diverses »

On pouvait alors apercevoir ce qu’il y a de paradoxal à parler d’intersection et de plusieurs identités. Identité se définit encore : « Caractère de ce qui, dans un être, reste identique, permanent, et fonde son individualité »

Dans le développement, tout l’enjeu était de rendre compte de ces luttes historiques contre les différentes modalités de domination, et d’examiner s’il est possible de freiner et lutter contre ces dominations arbitraires, rejetées comme un bloc ou une à une.

Pour le lier à l'ouvrage de Didier Eribon, vous aviez à parler notamment de deux formes de domination : lutte des classes et homosexualité / hétérosexualité.

Toutefois au cours de l'histoire les formes de domination ont été plus nombreuses.

 

Classé dans : IEP Grenoble - Mots clés : aucun - 1 commentaire


La vie privée, amenée par le capitalisme ?

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 04 mai 2019

C'est la théorie que défend Tim Wu dans un article du New York Times.

 

Pour lui, la vie privée revenait dans l'ancien temps à être riche.

Les paysans, les esclaves et les serfs partageaient leur lieu de vie.

Les normes de vie privée sont advenues seulement il y a environ 300 ans, avec l'apparition des classes moyennes, et grâce à l'acquisition des richesses et de la propriété privée.

 

Ainsi, la vie privée ne serait pas une caractéristique fondamentale de l'être humain. Mais il faudrait plutôt la voir comme contingente et non permanente.

Il devient alors important de comprendre où se trouve l'argent, pour reconnaître que de nos jours, les forces qui créent de l'argent sont aussi celles qui veulent abolir la vie privée.

Un mot du sociologue Shoshana Zuboff décrit cette appropriation des données privées : “surveillance capitalism”.

 

Toutefois, le destin de l'humanité n'est pas fait. 92% des Américains revendiquent davantage de droits et de protection pour leur vie privée. Cela reste un espoir, pour progresser dans le bon sens, d'après Tim Wu.

 

-> Culture générale : le Secret <-

Classé dans : Actualités, Culture Générale - Mots clés : aucun - Aucun commentaire


précédente page 2 sur 308 suivante »