Réussir Sciences Po

 

 

 

-> Faites vous corriger et échangez des fiches GRATUIT

-> Tout comprendre à la politique

->  L'appli Intégrer Sciences Po est disponible sur le Play Store

 

II. Les vagues de la mondialisation

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 15 novembre 2016

 

A. 2 périodes de mondialisation

 

  • 1ère période : des révolutions industrielles à la 1ère Guerre mondiale
  • 2e période : à partir du début des années 1950. Elle se décompose en deux phases :
    - phase pré-chocs pétroliers : internationalisation
    - phase post chocs-pétroliers : globalisation

 

B. 2 principales causes de la mondialisation

 

  1. Progrès technique permettant une baisse des coûts du transport
  2. Le succès des idées libre-échangistes, depuis les années 1840 avec l'abolition des taxues sur le blé, avec la GATT et l'OMC

 

C. Les éléments de la mondialisation

 

  • Intermédiation : la banque est l’intermédiaire entre l’individu et ses activités ;
  • Internationalisation de la finance : placements dans des banques ou assurances ;
  • Gestion des risques ;
  • Investissements directs à l'étranger (IDE) : circulation des capitaux pour les firmes internationales sous la forme d’IDE


Trilemme de Rodrick :
 

Trilemme de Rodrick

 

D’après Rodrick, il est difficile d’avoir à la fois l’hyper mondialisation, l’Etat-nation et la démocratie. Selon les périodes, on choisit deux éléments sur les trois. Aujourd’hui, on retrouve des tensions qui viennent du fait que les individus rejettent l’hyper mondialisation ; pour conjuguer l’état-nation et la démocratie, il faut alors un repli de la mondialisation.
 

 

Sommaire du Cours d'économie sur la Mondialisation :

 

-> Culture générale : la Mondialisation <-

 

Classé dans : Politique - Mots clés : vagues, mondialisation, cours, sciences po, iep - aucun commentaire

Chapitre 5 - La collaboration entre collectivités locales

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 05 octobre 2016

Titre 3 - Les collectivités territoriales

Chapitre 4 - La commune

Chapitre 5 - La collaboration entre collectivités locales

 

 


>> Section 1 - La collaboration horizontale des collectivités

 

Collaboration entre départements et entre régions

 

La collaboration horizontale correspond au dialogue entre différentes collectivités d'un même échelon.

Ainsi, la loi du 6 février 1992 met en place la possibilité d'ententes interrégionales. Les régions doivent être limitrophes, et il est possible d'intégrer seulement une entente.

Les ententes interdépartementales existent aussi, mises en place par la loi du 9 janvier 1930. Les départements au contraire des régions ne sont pas tenus d'être limitrophes.

Ces deux organes d'entente sont des établissements publics.

 

Les départements peuvent aussi dialoguer par le biais de conférences interdépartementales (loi de 1871), mais ces conférences n'ont pas de pouvoir décisionnaire.

 

Collaboration entre communes

 

Pour pallier le problème du trop grand nombre de communes, les communes peuvent se grouper dans ce qui est appelé des groupements intercommunaux. Cette tendance a été favorisée par la loi du 16 juillet 1971, et une commission créée par la loi du 6 février 1992 est chargée de développer ces groupements intercommunaux. La loi du 12 juillet 1999 met en place la communauté d'aglomération.

Cette tendance à l'intercommunalité s'est accompagnée de dérives dénoncées par la Cour des comptes en 2005, notamment financières, ou d'exclusion de certaines communes.

Les communes peuvent collaborer également au sein :

  • des syndicats de communes : syndicats à vocation unique (la majorité) ou à vocation multiple (une minorité). Ce sont des établissements publics.
  • des communautés urbaines (loi du 31 décembre 1966), qui sont des établissements publics avec leurs propres organes, et regroupent au moins 500 000 habitants.
  • des communautés de communes (loi du 6 février 1992), mises en place par un arrêté préfectoral sur demande des 2/3 des communes concernées, et sous condition qu'elles représentent un part importante de la population.
  • des communautés d'agglomération (loi du 12 juillet 1999), qui regroupent au moins 50 000 habitants autour d'un centre.

 

Les communes peuvent également fusionner. Cette évolution est encadrée par la loi du 16 décembre 2010.

 

>> Section 2 - La collaboration verticale des collectivités 

 

Les collectivités locales comme plus généralement les établissements publics peuvent collaborer de façon verticale, c'est-à-dire à tous les échelons. Il existe ainsi :

  • des syndicats mixtes (décret du 20 mai 1955) : soumis à l'autorisation du ministre de l'Intérieur, ils regroupent des établissements publics divers
  • des agences départementales (loi du 2 mars 1982) : établissements publics qui réunissent un département, une commune, ou un établissement public intercommunal,

 

Les collectivités peuvent également collaborer avec des collectivités d'un autre pays, selon des conditions prévues par la loi du 6 février 1992.

 

La loi du 16 décembre 2010 impose la réalisation de "schémas de mutualisation de services" pour encourager la mutualisation des moyens et du personnel des collectivités.

 

Sous la présidence de Hollande, des lois sont étudiées pour transformer la carte territoriale, notamment par la notion de métropole. 10 métropoles ont été crées au 1er janvier 2015 dans un objectif de décentralisation, en donnant aux territoires des compétences accrues. La Métropole de Lyon créée le 1er janvier 2015 a un statut particulier, et devient une collectivité territoriale unique.

 

-> Chapitre 6 - Le cas des trois villes Paris, Lyon et Marseille

 

-> Fiches de cours - L'organisation administrative <-

 

Classé dans : Politique - Mots clés : collaboration, collectivités, territoriales, sciences po, IEP, droit, administratif, fiches, leçons, cours, région, département, commune - aucun commentaire

IV. Les firmes multinationales

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 30 septembre 2016

 

A. Critères des firmes multinationales

 

Une firme multinationale est une entreprise qui possède au moins une filiale à l’étranger et qui produit hors de son territoire d’origine à l’aide de  ces filiales.


L’Investissement Direct à l'Etranger est un des vecteurs d’action des firmes multinationales dans leurs stratégies internationales.

Il y a IDE lorsqu’une entreprise achète au moins 10 % du capital social d’une entreprise implantée à l’étranger déjà existante ou lorsqu’elle crée à l’étranger une unité de production qui n’existait pas jusqu’alors.


La multinationalisation des firmes a pour conséquence le développement du commerce intra-firme qui est un commerce entre des entreprises qui appartiennent au même groupe mais qui sont localisées dans des pays différents.

Ce commerce est la conséquence de la décomposition internationale des processus productifs (DIPP).

 

B. Mesurer une firme multinationale

 

Le degré de multinationalisation

Le degré de multinationalisation (CNUCED) est la moyenne de 3 ratios :

  1. Actifs à l’étranger/actifs totaux
  2. Ventes à l’étranger/ventes totales
  3. Emploi à l’étranger/emploi total


Pour les 100 premières firmes multinationales le ratio est supérieur à 54 %.

 

Le degré d’internationalisation

Le degré d’internationalisation des filiales est la part des filiales à l’étranger sur les filiales totales de chaque entreprise (degré moyen 69% en 2006).

 

Le degré de dispersion géographique

Degré de dispersion géographique des filiales :
- Nombre de pays dans lequel une entreprise a des filiales par rapport au nombre total de pays d’accueil potentiels
- Degré moyen : 39 pays d’accueil (RD Shell a des filiales dans 96 pays)

En 2006 il y avait 78000 entreprises multinationales  et 780000 filiales étrangères. Un nombre multiplié par 2 en 15 ans et par 10 en 30 ans.


Cela représente les 2/3 du commerce mondial (FMN) dont 1/3 représente le commerce intrabranches.


Les firmes multinationales sont fortement présentes dans 7 secteurs :

  1. automobile
  2. pétrole
  3. équipement électrique et électronique
  4. pharmacie
  5. télécom
  6. électricité-gaz
  7. eau

 

C. Répartition géographique des firmes multinationales


Elles sont aussi particulièrement présentes dans les pays développés : 84 % parmi les 100 premières. Ainsi 72 % des 100 premières firmes multinationales viennent d'un des 5 pays suivants : USA, Royaume-Uni, France, Allemagne ou Japon.

L'émergence des firmes multinationales des pays en voie de développement se traduit par une progression de certaines de ces firmes multinationales : Gazprom, Russie ; Hutchison Whampoa Ltd. Chine, China Mobil.



Les différents déterminants de la localisation internationale des firmes relèvent de la concurrence internationale et logique de compétitivité.


La compétitivité est la capacité pour une entreprise de maintenir ou d’accroître ses parts de marché sur le marché domestique (compétitivité interne) ou sur les marchés extérieurs (compétitivité externe)

Elle peut prendre 2 grandes formes :

  1. La compétitivité prix (produits homogènes variable de différenciation: le prix)
  2. La compétitivité hors prix ou produit (structurelle) qui dépend des caractéristiques du produit,

 

Dans les économies développés, la demande de biens de consommations est de plus en plus individualisée : la qualité, l’image de marque, l’originalité du produit entrent en ligne de compte plus que le prix. La différenciation des produits est devenue une source importante de compétitivité.


La concurrence internationale passe aussi par la recherche de :

  • faibles coûts de production : faibles salaires, faibles charges sociales, faible fiscalité.
  • technologie adaptée.
  • main d’œuvre qualifiée.
  • l’accès au marché : se rapprocher des consommateurs. Contourner les barrières protectionnistes. Profiter des effets d’agglomération.

 

 

Sommaire du Cours d'économie sur la Mondialisation :

 

-> Culture générale : la Mondialisation <-

 

Classé dans : Politique - Mots clés : mondialisation, firmes multinationales, sciences po, cours, firmes, IDE, investissements, degrés, internationalisation, dispersion, géographie, domaines, nombres - aucun commentaire

Fil Rss des articles de cette catégorie

précédente page 2 sur 9 suivante »