Réussir Sciences Po

 

 

Comment booster votre charisme :

 

THÈMES IEP 2018
Découvrez ce que vous ont réservé  les IEP communs
en cliquant ici !

 

Les 105 livres les plus importants à lire avant de mourir 4/5

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 15 juin 2017

 

Avant de lire cette liste, assurez-vous d'avoir bien vu :

 

  1. Kressmann Taylor - Inconnu à cette adresse - 1938 : roman épistolaire, il se situe au moment de la seconde Guerre mondiale. Si vous pouvez vous ennuyer en le parcourant, la fin est tellement exceptionnelle qu’elle mérite la lecture. Vous serez époustouflés par ce revirement de situation, et vous ne regretterez pas d’avoir ouvert ce livre. En plus, il se lit assez rapidement puisqu’il est plutôt court.
  2. Jean-Paul Sartre - La Nausée - 1938 : roman philosophique, qui a valu à Sartre sa célébrité. A la base, il se veut purement philosophique ; mais progressivement, Sartre a changé d’idée et l’a voulu comme roman. Existentialisme et histoire transpercent cet ouvrage.
  3. John Steinbeck - Les Raisins de la colère - 1939 : prix Pulitzer en 1940, Steinbeck dépeint avec une force incroyable la Grande Dépression. Un film en a été tiré, qui a gagné deux oscars.
  4. Agatha Christie - And Then There Were None - 1939 : les Dix petits nègres est un prodige du roman policier. Il incarne véritablement le mot suspens. Vous serez scotché à votre livre tant vous aurez envie de connaître la fin, qui d’ailleurs est l’occasion d’un dénouement extrêmement bien trouvé. Agatha Christie maîtrise l’art du roman policier comme personne. Vous connaissez sans doute l’histoire : dix personnages sont tués un à un sur une île. Qui restera-t-il, qui est le meurtrier ? Le poème qui suit le récit et qui prophétise la mort de chacun semble inéluctable. Arriveront-ils à en sortir ? C’est-à-dire, arriveront-ils tout simplement à s’en sortir ?
  5. Albert Camus - L’Étranger - 1942 : « Aujourd'hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. » Le style d’Albert Camus est très simple, sans aucune fioriture, et donc efficace. Sur le fond, c’est la philosophie d’Albert Camus qui est en jeu : la philosophie de l’absurde. L’Etranger se lit assez rapidement et a été classé à la 1re place du classement français établi en 1999 des 100 meilleurs livres du XXe siècle.
  6. Antoine de Saint-Exupéry - Le Petit Prince - 1943 : Vous pouvez lire cette œuvre à tout âge, peu importe votre niveau de maturité. Car il y a plusieurs lectures à ce conte, et un fond philosophique très fort. Le Petit Prince est un des livres les plus traduits dans le monde. C’est bien simple, presque tous les pays de la planète en sont tombés amoureux. Alors lisez-le avec votre cœur, et la réflexion viendra spontanément. L’humanisme du Petit Prince vous touchera nécessairement.
  7. Albert Camus - La Peste - 1947 : un rat mort, puis plusieurs rats morts, puis de nombreux rats morts. Et bientôt, des êtres humains. La peste est un fléau, qui frappe en l’occurrence l’Algérie française. Vous pouvez y lire également sous un angle historique cette maladie comme la peste brune, qui représente l’avancée des nazis : « La Peste, dont j’ai voulu qu’elle se lise sur plusieurs portées, a cependant comme contenu évident la lutte de la résistance européenne contre le nazisme » dit Camus.
  8. Primo Levi - Si c'est un homme - 1947 : il faut avoir le cœur fort pour arriver au bout de cet ouvrage. Il raconte en effet la survie de Primo Levi dans un camp d’extermination lors de la Seconde Guerre mondiale. Les conditions sont tellement atroces, le mal est si puissant, qu’on ne sort pas indemne de cette lecture. D’autant qu’il s’agit d’une autobiographie, et à ce titre est encore plus réaliste, pour le meilleur et surtout pour le pire. Le devoir de mémoire est une évidence, il l’est encore plus après avoir lu un tel ouvrage. Plus jamais ça. Jamais.
  9. George Orwell - Nineteen Eighty-Four - 1949 : Ce livre, intitulé 1984, est une des meilleures œuvres de science fiction qui ait jamais vu le jour. Il est si pertinent et visionnaire que vous rougirez à sa lecture, tant la fiction semble rejoindre votre réalité. La formule clé, « Big Brother is watching you », annonce le thème : un système totalitaire, où tout est contrôlé jusqu’à l’extrême.
  10. Simone de Beauvoir - Le Deuxième Sexe - 1949 : Quand existentialisme et phénoménologie se mêle au féminisme. Tout le monde est responsable : les femmes, comme les hommes. L’ouvrage s’est répandu dans le monde comme une étoile féministe. Traduit dans de nombreuses langues, les millions de lecteurs du Deuxième sexe n’ont pas été déçus par la culture encyclopédique de l’auteur.
  11. C. S. Lewis - The Lion, the Witch and the Wardrobe - 1950 : une plongée dans l’univers fantastique de Lewis, qui prend pour cadre général le monde de Narnia. Mais nous vous conseillons la lecture de ce deuxième opus, qui est le plus représentatif et le plus brillant de la saga. Certains y voient des références christiques. C’est que le lion de Narnia ressemble à s’y méprendre au message de salut du Christ. Mais l’imagination de Lewis est encore plus large que cela, et vous serez emportés dans ce savant mélange de culture légendaire.
  12. Journal - Anne Frank - 1950 : On ne présente plus le journal d’Anne Frank. Jeune fille juive cachée à Amsterdam, et qui connaîtra un destin tragique, puisqu’elle mourra de maladie dans un camp de concentration. La force émotionnelle de ce journal intime, réside dans son essence autobiographique, tristement autobiographique. Vous pourrez compléter la lecture de ce livre en visitant la maison-musée qui lui est dévolue à Amsterdam.
  13. J. D. Salinger - The Catcher in the Rye - 1951 : L'Attrape-cœurs s’est vendu plus de 60 millions de foi. C’est un hit. Critiqué pour ses thèmes, qui incluent la prostitution, la sexualité, l’école, et pour son style, trop familier, il n’en reste pas moins un incontournable. En plus, il a quelque chose de drôle, par cette liberté de ton de l’auteur.
  14. Ernest Hemingway - Le Vieil Homme et la Mer - 1952 : Hemingway a connu tragédie sur tragédie tout au long de sa vie. Ses œuvres sont restées célèbres, et parmi elles, le Vieil Homme et la Mer. Le sujet est simple : c’est le combat d’un homme contre un marlin, ou plus philosophique, de l’humanité contre la nature. Le roman est très court, et il se lit par conséquent rapidement, si bien qu’on hésiterait à l’appeler une nouvelle.
  15. Eugène Ionesco - La Cantatrice chauve - 1952 : l’absurdité est le mot qui caractériserait le mieux cette pièce de Ionesco. Il n’y a qu’à voir comment Ionesco a eu l’idée de cette pièce : il était fasciné par l’enchaînement illogique de phrases de la méthode d’apprentissage Assimil en anglais. Préparez-vous à ne pas tout comprendre, mais à aimer curieusement cette pièce.
  16. En attendant Godot - Samuel Beckett - 1952 : Vladimir et Estragon vont vous transporter dans l’absurdité, qui est encore une fois le maître mot de cette pièce de théâtre. Ils attendent Godot. Mais qui est Godot ? On ne le sait pas, et peut-être ne le saurons-nous jamais. Pour tromper l’ennui, les deux compères trouvent toutes sortes de divertissement. Mais il reste qu’ils attendent Gaudot.
  17. J. R. R. Tolkien - The Lord of the rings - 1954-1955 : épique, fantastique, extraordinaire… Tout le monde connaît cette série de Tolkien, qui a donné lieu à des films qui ont marqué l’histoire du cinéma. Les thèmes philosophiques, outre l’histoire que l’on peut prendre au premier degré, sont très nombreux. C’est pourquoi la série a été tant commentée. Tolkien le décrit comme un conte pour adulte. C’est bien ce qu’il est. La fantasy y atteint un sommet.
  18. Claude Lévi-Strauss - Tristes Tropiques - 1955 : l’ethnologie est une discipline trop ignorée, et qui vous fascinera dès que vous ouvrirez ce livre de Lévi-Strauss. Celui-ci compile ses souvenirs et ses pensées issues de ses voyages, et pourtant il affirme : « Je hais les voyages et les explorateurs ». Il interroge en effet plutôt sur la civilisation.
  19. René Goscinny et Albert Uderzo - Astérix le Gaulois - 1959 : seule bande dessinée de cette liste des livres à lire avant de mourir, Astérix a été sélectionné parce qu’il symbolise l’art de la BD porté à son excellence. Truffée de références, l’œuvre se sert d’une intrigue simple : un village de Gaulois qui résiste aux Romains, pour raconter avec humour la vie humaine. C’est la bande dessinée européenne la plus vendue dans le monde.
  20. Raymond Queneau - Zazie dans le métro - 1959 : Zazie découvre Paris. Elle a un objectif : voir le métro. Y arrivera-t-elle ? Les thèmes : l’identité, la vérité, l’homosexualité, le travail, l’amitié, le tourisme…
  21. Harper Lee - To Kill a Mockingbird - 1960 : le livre a pour décor la ségrégation en Amérique sudiste. On peut le rapprocher d’un thriller, mais il est surtout un roman d’apprentissage. Il a donné lieu à une adaptation au cinéma qui a eu un énorme succès, comme le livre.
  22. Gabriel García Márquez - Cien años de soledad (Cent ans de solitude) - 1967 : il s’agit de l’histoire de la famille Buendía, qui doit vivre selon la prophétie cent ans de solitude. Ils connaîtront les guerres, le succès, la chute. Le livre a été traduit dans 35 langues. Les thèmes sont la solitude, comme le titre l’indique, mais aussi la frontière entre fiction et réalité, l’inceste.
  23. Albert Cohen - Belle du Seigneur - 1968 : « chef-d'œuvre absolu » d’après Joseph Kessel, il est question de l’histoire d’amour morbide entre Ariane et Solal. Sur le plan politique, la Société des Nations est vigoureusement critiquée, mais avec humour.
  24. Alexandre Soljenitsyne - L’Archipel du Goulag - 1974 : 227 témoignages de prisonniers ont composé ce livre. Nous sommes bien dans l’Union soviétique, et son système de travail forcé. « Ce livre ne contient ni personnages ni événements inventés. Hommes et lieux y sont désignés sous leurs vrais noms. » d’après les propres mots de l’auteur. Il faut le lire pour comprendre l’atrocité de ce système, au sein duquel on trouve les tribunaux expéditifs, l’arbitraire, la mort.
  25. Umberto Eco - Le Nom de la rose - 1980 : un film célèbre est sorti de ce livre. C’est un roman policier médiéval. Tout commence par un suicide, dont on se demande rapidement s’il s’agit vraiment d’un suicide ? Le décor est celui d’une abbaye. Dans cette abbaye, un lieu secret : la bibliothèque. Ce lieu représente le savoir, l’ouverture au monde, la lutte contre l’obscurantisme.

 

-> Les livres les plus importants à lire avant de mourir 5/5

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : liste, livres, opus, livres à lire, liste de livres, quels livres - aucun commentaire

Les 105 livres les plus importants à lire avant de mourir 3/5

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 14 juin 2017

 

Avant de lire cette liste, assurez-vous d'avoir bien vu :

Les livres les plus importants à lire avant de mourir 1/5

et LISTE 2 - Les livres les plus importants à lire avant de mourir 2/5

 

  1. Fiodor Dostoïevski - Crime et Châtiment - 1866 : Comment vous sentiriez-vous après avoir fait mourir quelqu’un ? Après avoir assassiné quelqu’un ? C’est un véritable chaos de l’esprit que Dostoïevski décrit. Le livre, qui était paru en plusieurs parties dans un magazine, connut le succès dès sa sortie. Il faut le lire pour la face ténébreuse qu’il montre, parce qu’il y a là quelque chose de nouveau. Comme le dit Dostoïevski : « Il y a là des choses hardies et nouvelles ». Le personnage est si tourmenté que certains confient ne pas pouvoir en finir la lecture. Réussirez-vous à le finir ?
  2. Jules Verne - Voyage au centre de la Terre - 1866 : Mélanger aventure et science, c’est le grand défi auquel s’est livré Jules Vernes. Si on peut dire que la science n’est pas tout à fait exacte, - le XIXe siècle est loin des vérités du XXIe siècle, l’aventure est elle bien authentique et plus vivace qu’aujourd’hui encore. Personne n’est encore jamais allé au centre de la Terre. Et il y a des bonnes raisons à cela. Mais si seulement il avait été possible d’aller au centre de la Terre, que pouvez-vous imaginer y trouver ? Jules Vernes l’a fait pour vous, il ne vous reste plus qu’à découvrir cela en lisant le livre, qui est assez épais mais qui vaut le coup.
  3. Karl Marx - Le Capital - 1867 : un livre très ardu. Autant vous dire que ce n’est pas le livre le plus facile de la liste ; il est même un peu obscur. Mais il a tant marqué la société depuis sa publication, son retentissement a été tellement énorme, qu’il ne pouvait pas ne pas figurer dans la liste. Si vous êtes partants pour un peu d’économie, ou comprendre comment les riches exploitent les pauvres, vous pouvez vous plonger dans ce livre.
  4. Leo Tolstoy - Война и мир, Voïna i mir (Guerre et Paix) - 1869 : Êtes-vous prêts à vous immerger dans la Russie du temps de Napoléon Ier. Mais cet ouvrage, en plus d’avoir un ancrage historique, se double d’une perspective philosophique en insistant sur les déterminismes de l’histoire. Les personnages sont étudiés sous l’angle psychologique.
  5. Arthur Rimbaud - Poésies : Vous pouvez lire en particulier le Dormeur du Val, le Bateau ivre, Ma bohème… Arthur Rimbaud est un génie précoce. Il écrit le Bateau ivre à 17 ans. Il est aussi un des poètes maudits. Autant d’esprit dans un corps si jeune doit vous émerveiller tant que vous lirez chacune de ses poésies avec la pensée que c’est un véritable génie qui les a écrits.
  6. Émile Zola - L'Assommoir - 1877 : dans la série des Rougon-Macquart, voici le septième : l’Assomoir. Consacré au milieu ouvrier, Zola dit de son livre qu’il est « le premier roman sur le peuple, qui ne mente pas et qui ait l'odeur du peuple ». Zola est le spécialiste du réalisme : les détails sont exceptionnels, la description est fantastiquement précise.
  7. Fyodor Dostoyevsky - Бра́тья Карама́зовы (Les frères Karamazov) - 1880 : qu’est-ce qu’ont en commun Freud, Einstein, et Benoît XVI ? D’avoir adoré Les frères Karamazov ! A chaque frère correspond une fonction, une représentation : la foi, la liberté, l’humanité. Mais ces correspondances sont plus floues qu’elles n’y paraissent, et les personnalités de chaque frère sont bien plus complexes. Dostoïevski considérait cet ouvrage comme le plus abouti qu’il ait produit.
  8. Friedrich Nietzsche - Ainsi parlait Zarathustra - 1883-1885 : c’est la Bible de Nietzsche. Il est difficile à appréhender parce que Nietzsche parle en métaphores, en images. Il conte une histoire. Mais cette première lecture est tout aussi enrichissante et laisse le livre accessible. Il faut tenter autant que possible de saisir toute la portée philosophique de cette œuvre, qui au passage, est immense. Il y est prioritairement question de la morale, avec plusieurs figures qui représentent des pensées. Dans cet ouvrage, on trouve la célèbre citation : « Dieu est mort ! Dieu reste mort ! Et c'est nous qui l'avons tué ! », ou encore : « L’État, c’est le plus froid de tous les monstres froids : il ment froidement et voici le mensonge qui rampe de sa bouche : « Moi, l’État, je suis le Peuple. » ».
  9. Guy de Maupassant - Bel-Ami - 1885 : Qui n’a jamais rêvé de monter l’échelle sociale ? De se faire une place parmi les élites ? De se faire accepter dans des cercles convoités de tous ? C’est cette idée que symbolise la vie de Georges Duroy. Nous sommes là dans le courant réaliste. Autant dire que vous aurez moult détails, des descriptions précises, une peinture de la vie au plus près des choses et des hommes.
  10. Émile Zola - Germinal - 1885 : dans la série Rougon-Macquart, je voudrais le treizième. Le héros se fait embaucher aux mines de Montsou. Emile Zola, fidèle à lui-même s’est énormément documenté. Il a accompli un travail titanesque, pour décrire au plus près le réel.
  11. Robert Louis Stevenson - L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde - 1886 : Qui n’a jamais entendu parlé de cette extraordinaire lutte entre le bien et le mal ? S’il s’agit d’un roman d’aventure, on voit immédiatement la portée philosophique d’une telle œuvre. Vous n’aurez pas de mal à le lire, d’abord parce qu’il est plaisant, et ensuite parce qu’il est court. Vous allez adorer explorer le Londres du XIXe siècle au travers de cette histoire, que l’épouse avait d’ailleurs qualifié de « foutaises » mais qui ont finalement réussi à se faire une place dans l’histoire.
  12. H. Rider Haggard  - She: A History of Adventure - 1887 : si vous voulez lire un roman qui parle de la figure féminine, alors Elle est un excellent choix. Cette histoire s’est extraordinairement bien vendue dans le monde. Elle a été adaptée une dizaine de fois au cinéma. Haggard a été inspiré par l’Afrique du Sud, et rend compte des pensées de son temps en Angleterre.
  13. Arthur Conan Doyle - Les Aventures de Sherlock Holmes - 1892 : Choisissez une ou deux nouvelles de ce recueil. Mais surtout, lisez-les. Vous avez tous entendu parlé du célèbre détective privé Sherlock Holmes. Il est plus que temps de découvrir quelles sont ses aventures originales. Car vous l’avez peut-être découvert dans des enquêtes sous forme de film ou de série, mais ce n’est qu’en vous attaquant au livre que vous pourrez comprendre comment Sherlock Holmes est devenu une icône.
  14. André Gide - Les Nourritures terrestres - 1897 : la sensualité de cette œuvre ne laisse pas indifférent. C’est une ode d’amour à la vie. La forme est quelque peu déroutante : plusieurs genres sont mélangés pour former une unité. Les thèmes abordés lui ont valu des critiques, telles que celle de Guéhenno : « La jeunesse intellectuelle française devra guérir du gidisme pour retrouver le mouvement de l’histoire. ». On trouve dans Les Nourritures terrestres la formule restée célèbre : « Familles, je vous hais ! ».
  15. Guillaume Apollinaire - Alcools - 1913 : Autant vous le dire tout de suite, Alcools est un sacré bric-à-brac. Il y a de tout. C’est de la poésie, mais sous toutes ses formes. Il y a là une certaine modernité. Du moins peut-on avec certitude affirmer qu’il s’agit-là d’une poésie expérimentale. Vous devez donc être prêts à être décontenancés.
  16. James Joyce - Ulysses - 1922 : comme beaucoup de romans de cette liste, Ulysse est d’abord paru dans un magazine. Le livre est sulfureux. Il a été beaucoup critiqué, et même interdit aux États-Unis. Sur la forme, James Joyce adopte un point de vue original, qui est celui de décrire de l’intérieur les pensées de ses personnages. La ville de Dublin prend des couleurs dans cette œuvre, toujours autant lue par la postérité.
  17. F. Scott Fitzgerald - Gatsby le Magnifique - 1925 : le cadre ? Les années folles, New-York. C’est le décor idéal, pour un personnage qui pour ne rien manquer est millionnaire. Vous êtes sûrement tombé dessus, par exemple en cours d’anglais. Les professeurs d’anglais aiment faire découvrir cet ouvrage à leurs élèves tant il a de qualités et aura marqué son siècle. Plusieurs adaptations au cinéma ont été réalisées.
  18. Franz Kafka - Le Procès - 1925 : Alors là, c’est un livre extraordinaire. A vrai dire, c’est notre préféré. Le Procès est exceptionnel. Il est possible que vous ne compreniez pas tout, et c’est normal. Vous allez être déstabilisés. Mais l’histoire et l’écriture relèvent du génie. C’est une critique qui couvre beaucoup de thèmes, par exemple et comme le titre peut le laisser deviner, de la justice et de la bureaucratie. Une étude a été faite et a prouvé que ce qui vous rendra le plus intelligent, ce ne sont pas les lectures faciles, mais au contraire celles qui sont difficiles d’accès, même si vous ne comprenez pas tout. Mais ne vous inquiétez pas, vous serez emportés par l’histoire et vous apprécierez. En plus, celle-ci est plutôt courte.
  19. Franz Kafka - Le Château - 1926 : Fidèle à lui-même, Kafka livre une œuvre obscure et terriblement intéressante. Il est question là encore de bureaucratie, mais aussi du pouvoir, des grands sur les petites gens. Le livre n’aurait jamais dû paraître et même être détruite selon les souhaits de Kafka, mais heureusement son ami qui s’est chargé de le publier a refusé de le détruire.
  20. Marcel Proust - À la recherche du temps perdu - 1927 : on vous a dit que Kafka était notre préféré ? Eh bien, c’était peut-être avant de lire Marcel Proust. Vous n’avez jamais vu un style aussi élaboré et délicieusement appréciable. Le cliché des longues phrases qui s’étendent sur une page… est vrai. Mais qu’est-ce que c’est bon quand c’est du Marcel Proust ! L’histoire en elle-même n’est pas des plus exceptionnelles, il s’agit surtout de descriptions, comme si vous décriviez votre enfance, mais l’œuvre aborde par là-même une très grande variété de thèmes, tous très riches, et qui ne pourront que vous fournir un matériel inestimable pour votre réflexion. Il faut prendre son courage à deux mains lorsque l’on découvre pour la première fois l’épaisseur des bouquins, mais vous ne le regretterez pas.
  21. Sigmund Freud - Malaise dans la civilisation - 1929 : pulsions, exigences sociales, surmoi, moi, ça, morale, religion, civilisation… C’est du Freud. One ne peut pas vivre au XXIe siècle sans connaître ce qu’a apporté Freud à la réflexion contemporaine. Même si nombreux sont ceux qui disent que Freud n’avait rien compris et n’a écrit que des inepties, il a eu au moins le mérite de mettre l’accent sur un domaine méconnu jusqu’alors. C’est avec lui que se développe finalement la psychologie, la psychiatrie, la réflexion sur l’inconscient.
  22. Louis-Ferdinand Céline - Voyage au bout de la nuit - 1932 : dans ce livre, Céline (qui est bien entendu un homme, inutile de le préciser) s’attaque à tout le monde : l’humanité en prend pour son grade. Mais aussi la guerre, cet « abattoir international en folie ». Sur la forme, Céline utilise un vocabulaire oral, presque argotique, et fut pour cela beaucoup critiqué. Ce n’est pas notre style préféré, mais certains aimeront peut-être davantage. Quoi qu’il en soit, il faut absolument avoir lu ce livre avant de mourir.
  23. André Malraux - La Condition humaine - 1933 : Shanghai, en plus d’être une ville exceptionnelle - allez-y un jour -, est le théâtre du livre d’André Malraux : la Condition humaine. On peut y suivre un groupe de révolutionnaires communistes qui n’attendent qu’une seule chose : prendre Shanghai. L’engagement, le sens de l’Histoire, sont deux thèmes très présents dans le livre. Comment exister en marquant l’histoire ?
  24. Dale Carnegie - Comment se faire des amis - 1936 : premier livre de développement personnel de cette liste. Vous devez absolument avoir lu ce livre car il est inestimable pour décrire et aider dans les relations interpersonnelles. Il vous fera remettre en question votre attitude vis-à-vis des autres, et comment vous réagissez face à eux. Il ne faut pas se fier au titre, qui peut paraître niais. Il s’agit de beaucoup plus que simplement se faire des amis, il s’agit de savoir établir une relation profonde et efficace avec les autres.
  25. Napoleon Hill - Réfléchissez et devenez riche - 1937 : deuxième livre de développement personnel de cette liste, c’est un must. Le livre a été un best-seller et le mérite. Même s’il peut paraître ésotérique sous certains aspects, il contient la somme des enseignements de Hill après avoir fréquenté les plus grands. La réussite dans votre vie passe par ce livre, c’est pourquoi il figure dans la liste des livres que vous devez avoir lus avant de mourir.

 

-> LISTE 4 - Les livres les plus importants à lire avant de mourir 4/5

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : liste, livres, à lire, les livres les plus importants, les livres à lire, top, classement, meilleurs, les meilleurs livres à lire, les livres à lire absolument, liste des livres, classement des meilleurs livres, livres à lire avant de mourir, best of - 1 commentaire

Les 105 livres les plus importants à lire avant de mourir 2/5

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 13 juin 2017

 

Avant de lire cette liste, assurez-vous d'avoir bien vu : Les livres les plus importants à lire avant de mourir 1/5

 

  1. Madame de La Fayette - La Princesse de Clèves - 1678 : Ce roman explore la vie à la Cour des Valois. Il a inspiré notamment Balzac. Il rend compte de l’importance des femmes dans la littérature à cette époque.
  2. Charles Perrault - Les Contes de ma mère l’Oye - 1697 : les contes sont beaucoup plus tranchants et osés que vous ne le pensez. Dans cette version de célèbres contes populaires, le récit est déjà plus romancé, plus rose. Ils ont accompagné votre enfance, c’est une raison suffisante pour les lire. D’autant qu’à l’origine les contes étaient plus appréciés par les adultes que par les enfants. Vous y trouverez des grands classiques, comme Cendrillon, La Belle au bois dormant, Le Petit Poucet.
  3. Daniel Defoe - Robinson Crusoe - 1719 : Imaginez que vous soyez perdus sur une île, où vous survivez pendant 28 longues années. Comment vous débrouillez-vous ? Comment trompez-vous votre solitude ? Comment grandissez-vous ? Pour celui qui a soif d’aventure, Robin Crusoe est un must à lire. La réflexion est grande également sur le thème de l’éducation.
  4. Jonathan Swift - Les Voyages de Gulliver - 1726 : La satire par excellence. Il faut lire dans Les Voyages de Gulliver non pas seulement une histoire amusante, avec des personnages de taille variante. Il y est question de casser les œufs, de géants, de nourrir les hommes grâce à leurs excréments ou de récupérer les rayons du soleil dans les concombres. Un joli programme comme vous pouvez le voir.
  5. David Hume - L’Enquête sur l’entendement humain - 1748 : voilà un empiriste digne de nom. Pour Hume, nos idées découlent des impressions que nous avons, c’est-à-dire du sensible. Si vous souhaitez être tiré de votre « sommeil dogmatique », comme Kant l’a été selon ses propres mots, alors lisez David Hume. Hume est souvent cité comme le philosophe préféré des professeurs de philosophie, et ce n’est pas pour rien.
  6. Cao Xueqin - 紅樓夢/红楼梦 (Dream of the Red Chamber) - 1754-1791 : quatrième roman monument de la littérature classique chinoise d’après Mao Zedong, retenu par l’UNESCO. C’est au début l’histoire… d’une pierre. Une pierre qui découvre le monde humain. Mais le roman comporte pas moins de 448 personnages.
  7. Voltaire - Candide - 1759 : Dans la satire française, on ne fait pas mieux. Candide, c’est une œuvre au style vif, corrosif, et pleine d’esprit. « Il faut cultiver notre jardin. » est la conclusion du livre. C’est ce que vous ferez en lisant ce conte philosophique, plein de bon sens. Voltaire tente de répondre à la théorie de Leibniz du meilleur des mondes, en constituant un personnage qui est l’optimisme incarné, et qui devient terriblement attachant.
  8. Adam Smith - La Richesse des nations - 1776 : le fondateur de l’économie, rien que ça. Pour Amartya Sen, il est même « le plus grand livre jamais écrit sur la vie économique ». On récapitule : « fondateur », et « excellence », sont les deux attributs de cet ouvrage. Le monde économique dans lequel vous vivez, pour ou contre votre gré, a été pensé en premier lieu Adam Smith. Une de ses théories les plus fameuses, et aussi critiquées, est celle de la main invisible. Qu’est-ce donc que cette main invisible ? Il vous faudra le lire pour comprendre, mais un indice : le libéralisme et le capitalisme lui doivent beaucoup.
  9. Emmanuel Kant - Critique de la raison pure - 1781 et 1787 : Schelling disait de cet ouvrage qu’il « subsistera comme quelque chose d'unique, aussi longtemps qu'il y aura de la philosophie ». C’est le sommet de la philosophie d’Emmanuel Kant. Il est particulièrement difficile à lire. Alors on ne vous demande pas de le lire en allemand (quoique ça pourrait être un excellent objectif pour vous), mais faites un effort au moins sur la version française. Il y est notamment question d’un concept particulièrement intéressant : le noumène. Mais pour cela, il vous faudra passer par le temps, l’espace, les phénomènes, les limites de la raison.
  10. Pierre Choderlos de Laclos - Les Liaisons dangereuses - 1782 : On a rarement vu un ouvrage aussi psychologique et aussi efficace. Composé seulement de lettres - oui, c’est un échange épistolaire -, cette œuvre vous fera rougir tant elle décrit si bien vos sentiments cachés, les mécanismes de la nature humaine, les jalousies intérieures, et les relations amoureuses. Presque érotique.
  11. Jean-Jacques Rousseau - Les Confessions - 1782 : Un homme qui se livre entier, avec ses défauts et ses qualités. Ce n’était pas chose courante à l’époque, Rousseau était parmi les premiers. Là encore, il y a une étude psychologique des sentiments, des émotions, qui est particulièrement intéressante. Vous vous attacherez sans comprendre pourquoi à ce petit bonhomme qu’est Rousseau, si brillant par ailleurs.
  12. Marquis De Sade - Les Cent Vingt Journées de Sodome - 1785 : le sous-titre est aussi évocateur que le titre : l'École du libertinage. A ne pas mettre entre les mains des plus jeunes.
  13. Marquis de Sade - Justine ou les Malheurs de la vertu - 1791 : cet ouvrage est pornographique. Mais il doit être lu absolument, car il est aussi philosophique. La jeune fille Justine est mise à l’épreuve, et rencontre de nombreuses difficultés, qui la mènent à des scènes de plus en plus crues.
  14. Denis Diderot - Jacques le fataliste et son maître - 1796 : Diderot assure qu’il ne s’agit pas là d’un roman, mais il en a tout l’air. Jacques raconte à son maître ses aventures amoureuses pour tromper l’ennui, mais il est sans cesse interrompu.
  15. Jacob Grimm / Wilhelm Grimm - Contes de l'enfance et du foyer - 1812-1815 : c’est l’autre nom pour les Contes des frères Grimm. Encore un monument rassemblant des contes qui ont bercé des millions d’enfants à travers les âges. « Ce que Perrault a commencé, les Grimm l'ont achevé. » d’après Joseph Jacobs.
  16. Jane Austen - Orgueil et Préjugés - 1813 : On pourrait mettre deux mots sur cette œuvre, qui est encore aujourd’hui l’une des préférées du public, et les plus écoutées en audiobook : argent et mariage. Jane Austen décrit des personnages pleins de complexité, pleins d’émotions, et crée un réseau de relations irrésistibles. Et pour ne rien gâcher, une touche d’humour est ajoutée pour saisir encore mieux ces personnages.
  17. Stendhal - Le Rouge et le Noir - 1830 : encore un roman. Julien Sorel en est le héros, en province puis à Paris. On ne comprend pas bien le titre : certains avancent que le rouge représente l’armée et le noir le clergé, qui sont les deux pôles vers lesquels Julien Sorel tend. « Stendhal possède des mérites inestimables, la double vue psychologique  […] Peut-être suis-je même jaloux de Stendhal. » écrit Nietzsche.
  18. Honoré de Balzac - Le Père Goriot - 1835 : le XIXe siècle est le siècle des grands romans, en voici un nouveau : Le Père Goriot. Y sont évoqués l’amour paternel, la société parisienne, et l’arrivisme.   Inscrit au sein de la Comédie humaine, qui est une œuvre titanesque de 90 ouvrages, il la fonde même. Le titre fait écho à la Divine Comédie de Dante dont nous faisons mention dans cette liste. C’est un véritable travail de sociologie que cette œuvre.
  19. Charles Dickens - Oliver Twist - 1838 : la pauvreté et la misère d’Oliver Twist, jeune orphelin, constituent la base du roman. Alors qu’il demande davantage de nourriture, il est placé chez un croque-mort, puis prend la fuite. Il côtoiera le crime. Emma Westland dit de cet ouvrage que « l'histoire d'Oliver Twist est légendaire dans la culture britannique. »
  20. Alexandre Dumas - Les Trois Mousquetaires - 1844 :  d’Artagnan part à Paris pour intégrer les mousquetaires. Les Trois Mousquetaires est le prototype du roman de cape d’épée. Il accompagnera vos journées et vos nuits en vous faisant aimer le roman d’histoire.
  21. Herman Melville  - Moby Dick - 1851 : Melville était marin. D’où sa passion dans cet ouvrage pour la mer, et l’animal qui est au centre de ce livre : le cachalot blanc. Les thèmes, outre l’aventure marine, sont ceux de la société, ou de la métaphysique. Le succès n’a pas été immédiat, mais a plus tard été reconnu comme un chef d’œuvre de la littérature américaine.
  22. Gustave Flaubert - Madame Bovary - 1857 : jugé pour « outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs », le procès donne le ton du livre. Admiré par certains, détesté par d’autres, Madame Bovary ne laisse personne indemne. Le roman a même donné son nom à un nouveau mot : le bovarysme, qui exprime une sorte d’insatisfaction.
  23. Charles Baudelaire - Les Fleurs du mal - 1857 : si vous avez ce livre, vous tenez une œuvre bouillante entre les mains. Le scandale qui l’accompagne est à la mesure du grand chamboulement qu’a opéré ce recueil de poèmes. C’est une véritable nouvelle philosophie qui s’en dégage, et de la plus belle des manières, en poésie. Le mot « spleen » est né dans cette œuvre, qui évoque un profond désespoir, lancinant. Vous y trouverez aussi le thème des correspondances, qui établissent un lien entre le réel et l’irréel. Lisez le poème La Charogne pour commencer, vous entrerez immédiatement dans le ton l’œuvre.
  24. Victor Hugo - Les Misérables - 1862 : jamais une œuvre n’a aussi bien porté son nom et avec autant d’intensité que les Misérables. La vie de ces miséreux est décrite dans un roman fleuve, qui incorpore la perspective du romantisme. On ne compte plus les adaptations au cinéma, tant ce roman a passionné les réalisateurs et les producteurs, voire même les comédies musicales, établissant un record de longévité. Plongez dans l’univers de Victor Hugo, vous n’en sortirez pas le même.
  25. Lewis Carroll - Alice au pays des merveilles - 1865 : on pourrait penser que ce livre a été écrit sous LSD, tant il regorge de personnages fantastiques et merveilleux, tant la logique est dépassée. Ecrit à l’origine pour les adultes, il a été remanié pour les enfants, et de nos jours chacun y trouve son plaisir à découvrir le monde extraordinaire d’Alice.

-> LISTE 3 : Les livres les plus importants à lire avant de mourir 3/5

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : liste, livres, à lire, les livres les plus importants, les livres à lire, top, classement, meilleurs, les meilleurs livres à lire, les livres à lire absolument, liste des livres, classement des meilleurs livres, livres à lire avant de mourir, best of - aucun commentaire

Fil Rss des articles de cette catégorie

précédente page 2 sur 81 suivante »