Réussir Sciences Po

 

 

 

-> Faites vous corriger et échangez des fiches GRATUIT

-> Tout comprendre à la politique

->  L'appli Intégrer Sciences Po est disponible sur le Play Store

 

La science selon Galilée (IEP 2013)

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 18 janvier 2013

Galilée développe tout au long de sa vie une réflexion sur la science particulièrement intéressante pour les épreuves sciences po 2013.

>> Courte biographie de Galilée

Galilée né en 1564, mort en 1642, est connu pour ses oeuvres scientifiques. Il améliore notamment la lunette astronomique, reprend la vision copernicienne défendant l'héliocentrisme (le soleil est au centre du monde et immobile, tandis que la Terre tourne ). Thèses pour lesquelles il s'attire la critique de savants et certains membres de l'église.

>> Idées de Galilée

Il défend le rôle de la science vis-à-vis de celui de la religion :

« l'intention du Saint-Esprit est de nous enseigner comment on doit aller au Ciel, et non comment va le ciel » Lettre à Christine de Lorraine, 1615 (il l'attribue au cardinal Baronio).

La nature et l'univers sont écrits en langage mathématique

« La philosophie est écrite dans ce livre gigantesque qui est continuellement ouvert à nos yeux (je parle de l'Univers), mais on ne peut pas le comprendre si d'abord on n'apprend pas à comprendre la langue et à connaître les caractères dans lesquels il est écrit. Il est écrit en langage mathématique, et les caractères sont des triangles, des cercles, et d'autres figures géométriques, sans lesquelles il est impossible d'y comprendre un mot. » L'Essayeur, 1623

La science prime sur les Écritures

« L’Écriture et la nature procèdent au même titre du verbe divin, la première dictée par le Saint-Esprit, la seconde exécutrice obéissante des ordres de Dieu. Mais puisque les Écritures, pour s’adapter à la compréhension de tous, sou­tiennent des propositions opposées dans leur énonciation et dans leur sens immédiat au vrai absolu... il apparaît impossible de se référer à l’Écriture pour mettre en doute les connaissances de la nature »

>> Reconnaissance

Les thèses de Galilée sont reconnues officiellement depuis 1741 par l'Eglise (une centaine d'années après la mort de Galilée).

En 1992, Jean-Paul prononce à l'Académie pontificale des sciences ces mots :

« Galilée, croyant sincère, s'est montré plus perspicace sur ce point que ses adversaires théologiens. »


Classé dans : Culture Générale - Mots clés : Galilée, idées, thèses, biographie, science, IEP, 2013, sciences po, science et justice - aucun commentaire

Dissertation sur le droit de punir (justice IEP)

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 17 janvier 2013

Sur quoi se fonde le droit de punir ? Pourquoi punir ?

>> Le droit de punir est nécessaire


Platon (v. 427-348) dans le Gorgias associe punition et justice. Il cherche à montrer comment une punition peut être juste.
Emmanuel Kant (1724-1804) estime que le crime doit être sanctionné. Il faut appliquer la loi, comme la loi du talion.
La punition est objet de dissuasion : les hommes ne viennent pas au méfait par peur de la punition.
La punition est aussi un moyen d'éduquer : un enfant, ou un criminel.
Pas d'état sans punition, car la punition garantit le respect des lois : en effet, l'Etat est souverain du "monopole de la violence légitime" selon l'expression de Max Weber

>> Le droit de punir se révèle malsain


Marx (1818-1883) montre que la punition n'est que la face visible d'un rapport de force en réalité.
Friedrich Nietzsche (1844-1900) pense que la punition est surtout la concrétisation d'un goût de l'homme pour la cruauté et le sang.
Michel Foucault (1926-1984) voit en la punition un simple moyen pour l'homme de contrôler les esprits et les corps, pour imposer son joug.

>> Le droit de punir se fonde sur la nature humaine


Pour Blaise Pascal (1623-1662), il faut à la fois la force et le droit. La punition représente cette force.
Emmanuel Kant (1724-1804) conclut que l'homme ne devient libre que par la contrainte.
Friedrich Hegel (1770-1831) estime que le droit de punir est avant tout un droit pour la dignité du criminel. De plus, la punition est inhérent à la notion même de droit.

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : droit de punir, iep, justice, kant, dissertation - aucun commentaire

La justice se réduit-elle aux lois ?

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 16 janvier 2013

Vaut-il mieux appliquer la loi rigoureusement ou prendre en compte les circonstances atténuantes, la légitimité pour quelqu'un de son comportement ? Faut-il préférer l'injustice au désordre ? La justice se réduit-elle au droit ? Un tel dilemme prend une tournure dramatique dans l'oeuvre Antigone de Sophocle.

>> Dans la tragérie Antigone de Sophocle :


Créon interdit à Antigone d'enterrer son frère, car ce dernier a trahi la cité et s'est rangé avec les ennemis.
Or pour Antigone, il s'agit d'un devoir moral, d'une légitimité divine : elle doit enterrer son frère. Ce qu'elle fait.
Quel comportement doit alors adopter Créon ? Antigone a désobéi à la loi, qui prévoit alors une peine de mort. Antigone est condamnée par Créon à la mort.

>> La justice transcendante au droit (La justice ne se réduit pas aux lois)


D'un côté, la justice pour Antigone allait au-delà des lois, il s'agissant d'honneur, de devoir moral.
En celà Antigone a une vision de la justice transcendante au loi, qui touche la légitimité.

>> La justice est l'application du droit : positivisme juridique (La justice se réduit aux lois)


De l'autre côté, la justice pour Créon est de respecter la loi, afin de préserver la paix dans la cité. Si l'on se permet de désobéir à la loi, il risque le désordre, or mieux vaut l'ordre pour la paix et le bien commun.
En celà, Créon a une vision de la justice qui se confond avec le droit : positivisme juridique de Kelsen (le droit est la justice). De même, Goethe qui préfère l'ordre à la justice, mieux vaut obéir à des lois même injustes.

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : justice, lois, droit, justice sans loi, philosophie, iep, 2013 - aucun commentaire

Fil Rss des articles de cette catégorie

« précédente page 100 sur 107 suivante »