Réussir Sciences Po

 

 

 

-> ACTU : La réponse de Macron aux Gilets jaunes

-> Tout comprendre à la politique

->  L'appli Intégrer Sciences Po est disponible sur le Play Store

 

Pourcentage d'utilisation des smartphones en France

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 28 octobre 2018

Le CREDOC, enquêtes « Conditions de vie et Aspirations », sera votre meilleure source pour connaître sur le bout des doigts toutes les statistiques du numérique, dans le cadre du Concours commun des IEP 2019.

 

Aujourd'hui, zoom sur le pourcentage d'utilisation des smartphones en France. Combien de Français ont un smartphone ?

En 2017, parmi les 12 ans ou plus, vous étiez 73% de Français à posséder un smartphone.

 

Source CREDOC

 

Autres statistiques intéressantes, le taux d'équipement en téléphonie, ordinateur et internet à domicile.

On remarque notamment que la téléphonie fixe, alors qu'elle avait déjà baissé depuis 1998avec l'avènement de la téléphonie mobile, et après une petite remontée, continue de baisser.

 

Les tablettes font une entrée fracassante depuis 2011 pour atteindre 44%.

Mais surtout, ce sont les smartphones qui ont la côte. Ils atteignent presque le niveau des ordinateurs, pour arriver jusqu'à 73% comme nous l'avons déjç signalé juste au-dessus.

 

-> Culture générale : le Numérique <-

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : numérique, pourcentage, utillisation des smartphones, smartphones, en France, combien de français ont un smartphone, statistiques, économie, révolution numérique, sciences po, concours commun, 2019, IEP - aucun commentaire




Société au réseau omniprésent

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 27 octobre 2018

Nous avons choisi de traduire THE UBIQUITOUS NETWORK SOCIETY par ce terme un peu obscur de Société au réseau omniprésent.

Ubiquitous signifie en effet : "Present, appearing, or found everywhere.".

 

Plusieurs articles sont parus comportant ce terme comme ceux de T. Murakami, "Ubiquitous Society in Japan" ou encore J. S. Youm "Ubiquitous Society Experiences in Korea".

 

L'article qui nous intéresse aujourd'hui est celui de Mr. dr. Bart W. Schermer, professeur à l'université de Leiden (Pays-Bas) sur la vie privée et la surveillance dans une société au réseau omniprésent.

Mr. dr. Bart W. Schermer explique que nous sommes passés d'une société industrielle en une société de l'information en à peine 30 ans.

 

D'après Wooldridge, 5 tendances se sont dessinées avec l'avènement de l'ordinateur : "ubiquity, interconnection, intelligence, delegation, and human-orientation".

Pour Mark Weiser, "Les technologies les plus profondes sont celles qui disparaissent. Elles se confondent avec la vie de tous les jours jusqu'à ne plus pouvoir en être distinguées."

 

>> Omniprésence des technologies

 

La distinction entre sphère privée et sphère publique sera de plus en plus floue, à mesure que l'omniprésence des technologies avance.

Dans la société au réseau omniprésent, des technologies telles que Radio Frequency Identification (RFID), Near Field  Communication (NFC),  2D matrix  codes contribuent à l'internet des objets.

Avec l'intelligence artificielle, l'interactivité dans notre monde est augmentée grâce à la technologie, et en répondant à nos souhaits et nos désirs.

 

Un concept est développé par Mr. dr. Bart W. Schermer, celui de Mondes miroirs. Ce sont des reflets de notre monde physique augmentés de l'information. Un exemple en est Google Earth. Ces mondes miroirs nous permettent de mieux comprendre notre réalité, ce qui est autour de nous.

 

La réalité augmentée enfin vient rendre ces informations disponibles en les superposant à notre monde physique.

 

>> Les dangers

Mr. dr. Bart W. Schermer

 

Jeremy Bentham, un philosophe, a imaginé en 1791 le Panopticon, un nouveau système de punition. Les détenus sont alors scrutés et observés dans leurs moindres faits et gestes. Ils n'ont aucune sphère privée. Panopticon veut en effet dire en grec un lieu partout observable. Il y a deux risques : la discipline directe, et la discipline indirecte. Concernant cette discipline indirecte, Foucault remarquait que l'exercice dans les faits de l'autorité n'était plus nécessaire, puisque les détenus se savaient toujours observés. Les détenus se disciplinent donc eux-mêmes.

On peut faire un parallèle avec ce qui se produit en ce moment, dans la multiplication des caméras de surveillance.

Un autre danger est le manque de transparence. Dans une Société au réseau omniprésent, il sera de plus en plus difficile de distinguer qui a accès aux données, ainsi que pourquoi et comment ces données sont utilisées.

Encore un autre danger réside dans la discrimation numérique. Comme les êtres humains ne peuvent pas gérer l'intégralité des informations qui leur sont présentées, ils devront se concentrer sur un filtre opéré par la machine. Ce filtre laissera de côté des informations qui pourraient être importantes, et compter sur la machine pour faire la part des informations utiles pourrait être plus préjudiciables que si l'on avait agi sans l'aide de ces machines.

 

En outre, les faux négatifs et les faux positifs. Les faux positifs sont par exemple ces personnes qui seront identifiées à tort comme causant du tort. Même avec un taux de 99%, il reste 1% de faux positifs et c'est tout à fait conséquent à l'échelle d'un pays ou du monde. Par ailleurs, les faux négatifs arriveront lorsque les terroristes ou malfaiteurs emploiront des nouvelles méthodes, qui n'avaient pas été considérées auparavant. Ceux-ci savent en effet innover.

 

La vie privée est également importante depuis probablement la naissance de l'humanité. Les traditions et les tabous créent une séparation entre sphère privée et sphère publique.

 

>> Conclusion

 

Il s'agira de repenser la vie privée. Les technologies promises par la société au réseau omniprésent simplifiront grandement nos vies. Mais elles ne sont pas sans danger.

 

-> Culture générale : le Numérique <-

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : dangers, numérique, ordinateurs, technologie, nouvelles technologies, vie privée, danger des nouvelles technologies, société au réseau omniprésent, ubiquitous network society, tendances, points négatifs, problèmes - aucun commentaire




La cybernétique

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 26 octobre 2018

La cybernétique avait tout d'abord un tout autre sens que celui que nous lui attribuons aujourd'hui.

 

En effet, cybernétique désignait en 1834 pour A.-M. Ampère, dans Essai sur la philos. des sc., 1repart., Tableau synoptique des sc. et des arts « étude des moyens de gouvernement ».

 

Cela vous sera utile dans une copie Sciences Po pour le Concours commun, car il convient toujours d'envisager le thème du concours 2019, à savoir le numérique, avec la politique. Or, la cybernétique, qui n'est pas sans lien avec le numérique, était dans son sens originel strictement politique.

 

Mais ce qu'il faut retenir de la cybernétique aujourd'hui, c'est le sens que lui donne l'ouvrage fondateur Cybernetics or Control and Communication in the Animal and the Machine, du mathématicien Norbert Wiener, en 1947 : « théorie entière de la commande et de la communication, aussi bien chez l'animal que dans la machine »

 

Le 28 décembre, Père Dubarle dans Le Monde, p. 3 résume ainsi le sens que lui donne Norbert Wiener : « étude des processus de contrôle et de communication chez l'être vivant et la machine ».

 

Wiener décrit dans son livre que l'idée lui est venue avec une approche interdisciplinaire, au cours d'une série de rencontres qui se sont étalées durant 10 ans à la Harvard Medical School entre d'une part des chercheurs scientifiques en médecine et des physiciens, et d'autre part des mathématiciens, physicistes et ingénieurs.

 

Norbert Wiener

Norbert Wiener fait lui-même le lien avec le numérique dans ses chapitres Time Series, Information, and Communication, puis Feedback and Oscillation, ou encore Computing Machines and the Nervous System par exemple.

Dans ce dernier chapitre, il explore notamment les différences entre les ordinateurs analogiques, et les ordinateurs numériques, tels qu'il les appelle.

Pour Wiener, les machines numériques sont plus pertinentes, les implémentations électroniques seront supérieures à celles mécaniques ou électro-mécaniques.

De plus, le système binaire est également selon lui préférable aux autres échelles numériques.

 

(L'époque est encore loin du calculateur quantique, comme nous l'explorons dans cet article.)

Le livre de Norbert Wiener a permis des avancées et des influences notables dans les domaines du numérique, mais a aussi lancé des discussions philosophiques et éthiques sur les conséquences de la cybernétique.

 

-> Culture générale : le Numérique <-

 

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : cybernétique, numérique, Ampère, Wiener, Norbert Wiener, 1947, sens, définition - aucun commentaire




Fil Rss des articles

précédente page 2 sur 8 suivante »