Réussir Sciences Po

 

 

 

-> Echangez vos fiches avec les étudiants Sciences Po
(Gratuit, +150 fiches disponibles)

-> Faites vous corriger des copies pour préparer le concours Sciences Po
(Gratuit, +50 copies déjà corrigées)

 

Saint Thomas d'Aquin - L'amour se trouve en Dieu

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 01 mai 2018

Si l'amour est une passion, et que Dieu n'a pas de passion, alors pourquoi Saint Jean dit-il que Dieu est amour ?

C'est cette question très délicate que soulève Saint Thomas d'Aquin, et à laquelle il tache de répondre.

Saint Thomas procède en trois temps :

1. Tous les mouvements appétitifs (vouloir, désirer, etc) ont nécessairement pour racine l'amour.

2. Or il y a en Dieu de la volonté.

3. Donc il y a en Dieu de l'amour.

 

Vous pouvez lire la réflexion de Saint Thomas d'Aquin telle qu'elle suit :

 

Article 1 — L’amour se trouve-t-il en Dieu ?

Objections :

1. Il semble que non. Car il n’y a en Dieu aucune passion. L’amour est une passion. Donc il n’y a pas d’amour en Dieu.

2. L’amour, la colère, la tristesse, etc. se distinguent comme des contraires dans le même genre. Or la tristesse et la colère ne s’attribuent à Dieu que par métaphore. Donc aussi l’amour.

3. On lit dans Denys : “ L’amour est une force unificatrice et un principe de cohésion. ” Mais cela ne peut trouver place en Dieu, puisqu’il est simple. Une telle force ne peut trouver à s’employer dans un être absolument simple.

En sens contraire, on lit dans S. Jean (1 Jn 4, 16) : “ Dieu est amour. ”

Réponse :

On trouve nécessairement l’amour en Dieu. En effet, le premier mouvement de la volonté ou d’une faculté appétitive quelconque est l’amour. Car l’acte de la volonté, ou l’acte de l’appétit quel qu’il soit, se porte comme à son propre objet vers le bien et vers le mal. Mais le bien est principalement et par soi l’objet de la volonté comme de tout appétit ; le mal secondairement en vertu d’autre chose, c’est-à-dire du bien auquel il s’oppose. Il faut donc que les actes de volonté et de tout appétit qui regardent le bien aient une priorité naturelle sur ceux qui regardent le mal : ainsi la joie sur la tristesse, et l’amour sur la haine ; car ce qui est tel par soi est toujours antérieur à ce qui ne l’est que par autre chose.

En outre, ce qui est plus général est premier par nature ; c’est pourquoi l’intelligence se rapporte d’abord au vrai universellement, et seulement ensuite à des vérités particulières. Or, il est des actes de volonté ou d’appétit qui concernent le bien envisagé sous quelque condition particulière : ainsi la joie, la délectation, est relative au bien présent et possédé ; le désir et l’espérance au bien non encore obtenu. Au contraire, l’amour a rapport au bien en général, qu’il soit possédé ou non. C’est donc l’amour qui est par nature l’acte premier de la volonté ou de l’appétit.

C’est pour cette raison que tous les mouvements appétitifs présupposent l’amour comme leur première racine. On ne désire rien d’autre, en effet, que ce qui est bon et qu’on aime ; en rien d’autre on ne trouve sa joie. Quant à la haine, elle ne s’adresse qu’à ce qui fait obstacle à la chose aimée. Il est tout aussi évident que la tristesse et les autres mouvements semblables se réfèrent à l’amour comme à leur principe premier. On doit conclure de là qu’en tout être où il y a quelque faculté appétitive, il doit y avoir amour ; car en supprimant ce qui est premier, on supprime tout ce qui vient après. Or, on a montré qu’il y a en Dieu une volonté : il est nécessaire d’affirmer qu’il y a en lui de l’amour.

Solutions :

1. La puissance cognitive ne meut que par l’intermédiaire de la puissance appétitive. Et de même qu’en nous la raison qui conçoit l’universel ne meut qu’au moyen de la raison particulière, comme il est dit au traité De l’Ame : ainsi l’appétit intellectuel appelé volonté nous met en mouvement par le moyen de l’appétit sensitif. Ainsi ce qui, immédiatement, fait se mouvoir le corps, en nous, c’est l’appétit sensitif. D’où il suit qu’un acte de l’appétit sensitif est toujours accompagné d’une modification corporelle, principalement touchant le cœur, qui est le premier principe du mouvement chez le vivant. C’est pour cela que les actes de l’appétit sensitif, en tant que liés à une altération corporelle, sont des “ passions ”, et non des actes de volonté. L’amour donc, et la joie ou délectation, quand il s’agit d’actes de l’appétit sensitif, sont des passions ; mais non pas s’il s’agit d’actes de l’appétit intellectuel. Or c’est ainsi que nous les attribuons à Dieu. Ce qui fait dire au Philosophe : “ Dieu jouit d’une action une et simple. ” De même, et pour la même raison, il aime sans que ce soit là une passion.

2. Dans les passions de l’appétit sensitif, il y a lieu de distinguer ce qui est en quelque façon matériel, à savoir l’altération corporelle, et ce qui est formel, qui vient de l’appétit. Ainsi, dans la colère, comme le note le traité De l’Ame, ce qu’il y a de matériel, c’est l’afflux du sang au cœur, ou quoi que ce soit de ce genre ; le formel, c’est l’appétit de vengeance. Mais en outre, du côté de ce qui est formel, quelques-unes de ces passions impliquent une certaine imperfection ; et par exemple, dans le désir est incluse l’idée d’un bien non possédé, dans la tristesse, celle d’un mal subi. Et il en est de même de la colère, qui suppose la tristesse. D’autres passions, comme l’amour et la joie, n’impliquent aucune imperfection. Donc, puisque rien dans ces mouvements appétitifs ne convient à Dieu quant à ce qui s’y trouve de matériel, comme on vient de le dire, on ne peut attribuer à Dieu que par métaphore ce qui implique une même imperfection du côté de ce qui est formel, pour exprimer la similitude des effets, ainsi qu’on l’a expliqué. Mais ce qui ne comporte aucune imperfection peut être attribué à Dieu au sens propre, comme l’amour et la joie, mais en excluant la passion, comme on vient de le dire.

3. L’amour tend toujours vers deux termes : la chose bonne qu’il veut pour quelqu’un, et celui pour qui il la veut. Aimer quelqu’un, c’est proprement en effet vouloir pour lui ce qui est bon. C’est pourquoi s’aimer soi-même, c’est vouloir pour soi ce qui est bon, de sorte qu’on cherche à se l’unir autant qu’on le peut. C’est ce qu’on veut dire quand on appelle l’amour une force unificatrice, même en Dieu, mais sans qu’il y ait alors composition d’éléments, car le bien que Dieu veut pour lui n’est autre que lui-même, qui est bon par essence, comme on l’a montré précédemment. Mais aimer un autre que soi, c’est vouloir ce qui est bon pour lui. Ainsi, c’est en user avec lui comme avec soi-même, rapportant à lui la chose bonne qu’on aime, comme à soimême. C’est en ce sens qu’on appelle l’amour un principe de cohésion : parce que celui qui aime intègre l’autre à son moi, se comportant avec lui comme avec soimême. L’amour divin, lui aussi, est une force de cohésion, non qu’il introduise en Dieu une composition quelconque, mais en tant que Dieu veut pour les autres ce qui est bon.

 

 

-> Culture générale : l'Amour <-

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : amour, saint thomas, Dieu, volonté, mouvement, appétitif, réflexion, l'amour se trouve-t-il en dieu, saint thomas d'aquin, dieu - aucun commentaire




Liste des départements avec les chefs-lieux par ordre d'importance

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 01 mai 2018

Pour les différents concours de culture générale, apprenez les 3 premières colonnes par coeur.

Vous devez aussi apprendre la population des dix plus grandes villes : Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Montpellier, Strasbourg, Bordeaux.

L'ordre "d'importance" est ici l'ordre décroissant de la population du chef lieu. La population a été arrondie par excès (ça vous donne un an d'avance, comme la démographie progresse).

Vous devriez aussi savoir situer chaque département sur une carte, et le chef-lieu qui lui correspond. Pour cela, nous vous conseillons d'acheter un puzzle. Nous vous en proposons deux :

- puzzle 1 - les départements français

- puzzle 2 - les départements français

Bonne chance.

 

Chef-lieu

Numéro

Département

Population du chef-lieu

Paris

75

Paris

2 207 000

Marseille

13

Bouches-du-Rhône

862 000

Lyon

69

Rhône

514 000

Toulouse

31

Haute-Garonne

472 000

Nice

6

Alpes-Maritimes

343 000

Nantes

44

Loire-Atlantique

304 000

Montpellier

34

Hérault

278 000

Strasbourg

67

Bas-Rhin

278 000

Bordeaux

33

Gironde

250 000

Lille

59

Nord

233 000

Rennes

35

Ille-et-Vilaine

216 000

Saint-Étienne

42

Loire

172 000

Toulon

83

Var

168 000

Grenoble

38

Isère

161 000

Dijon

21

Côte-d’Or

156 000

Angers

49

Maine-et-Loire

152 000

Nîmes

30

Gard

151 000

Saint-Denis

974

La Réunion

147 000

Le Mans

72

Sarthe

144 000

Clermont-Ferrand

63

Puy-de-Dôme

142 000

Tours

37

Indre-et-Loire

137 000

Limoges

87

Haute-Vienne

134 000

Amiens

80

Somme

133 000

Annecy

74

Haute-Savoie

126 000

Perpignan

66

Pyrénées-Orientales

122 000

Metz

57

Moselle

118 000

Besançon

25

Doubs

117 000

Orléans

45

Loiret

115 000

Rouen

76

Seine-Maritime

111 000

Caen

14

Calvados

107 000

Nancy

54

Meurthe-et-Moselle

106 000

Nanterre

92

Hauts-de-Seine

94 000

Avignon

84

Vaucluse

93 000

Créteil

94

Val-de-Marne

91 000

Poitiers

86

Vienne

88 000

Versailles

78

Yvelines

86 000

Fort-de-France

972

Martinique

83 000

Pau

64

Pyrénées-Atlantiques

78 000

La Rochelle

17

Charente-Maritime

76 000

Colmar

68

Haut-Rhin

71 000

Ajaccio

2A

Corse-du-Sud

69 000

Bourges

18

Cher

67 000

Quimper

29

Finistère

64 000

Cergy

95

Val-d’Oise

64 000

Valence

26

Drôme

63 000

Troyes

10

Aube

61 000

Chambéry

73

Savoie

60 000

Montauban

82

Tarn-et-Garonne

60 000

Niort

79

Deux-Sèvres

59 000

Cayenne

973

Guyane

58 000

Mamoudzou

976

Mayotte

58 000

Beauvais

60

Oise

55 000

Vannes

56

Morbihan

54 000

La Roche-sur-Yon

85

Vendée

54 000

Évry

91

Essonne

53 000

Bobigny

93

Seine-Saint-Denis

52 000

Évreux

27

Eure

50 000

Laval

53

Mayenne

50 000

Albi

81

Tarn

50 000

Belfort

90

Territoire de Belfort

50 000

Charleville-Mézières

8

Ardennes

48 000

Carcassonne

11

Aude

46 000

Saint-Brieuc

22

Côtes-d’Armor

46 000

Blois

41

Loir-et-Cher

46 000

Châlons-en-Champagne

51

Marne

46 000

Bastia

2B

Haute-Corse

45 000

Châteauroux

36

Indre

44 000

Angoulême

16

Charente

43 000

Bourg-en-Bresse

1

Ain

41 000

Gap

5

Hautes-Alpes

41 000

Arras

62

Pas-de-Calais

41 000

Tarbes

65

Hautes-Pyrénées

41 000

Melun

77

Seine-et-Marne

40 000

Chartres

28

Eure-et-Loir

39 000

Nevers

58

Nièvre

35 000

Auxerre

89

Yonne

35 000

Agen

47

Lot-et-Garonne

34 000

Mâcon

71

Saône-et-Loire

34 000

Épinal

88

Vosges

32 000

Mont-de-Marsan

40

Landes

31 000

Périgueux

24

Dordogne

30 000

Alençon

61

Orne

27 000

Laon

2

Aisne

26 000

Aurillac

15

Cantal

26 000

Rodez

12

Aveyron

24 000

Chaumont

52

Haute-Marne

23 000

Auch

32

Gers

22 000

Moulins

3

Allier

20 000

Cahors

46

Lot

20 000

Saint-Lô

50

Manche

20 000

Le Puy-en-Velay

43

Haute-Loire

19 000

Lons-le-Saunier

39

Jura

18 000

Digne-les-Bains

4

Alpes-de-Haute-Provence

17 000

Bar-le-Duc

55

Meuse

16 000

Vesoul

70

Haute-Saône

16 000

Tulle

19

Corrèze

15 000

Guéret

23

Creuse

14 000

Mende

48

Lozère

12 000

Basse-Terre

971

Guadeloupe

11 000

Foix

9

Ariège

10 000

Privas

7

Ardèche

9 000

 

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : liste, départements, 10 plus grands départements, ordre décroissant, IEP, concours, culture générale, apprendre, savoir, liste des départements français, chef-lieu, chefs-lieux, départements, numéros, population, population des départements - aucun commentaire




Aristote - L'amant et l'aimé

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 01 mai 2018

Aristote, dans cet extrait explique la différence entre amant et aimé.

Pourquoi l'amour se fane-t-il ?

Dans quel cas l'amour perdure ?

Est-ce qu'on peut aimer par intérêt et est-ce que ça va durer ?

Aristote répond à ces questions dans cet extrait de l'Ethique à Nicomaque :

 

l’amitié atteint son maximum de durée quand l’avantage que retirent réciproquement les deux parties est le même, par exemple le plaisir, et non seulement cela, mais encore quand sa source est la même comme c’est le cas d’une amitié entre personnes d’esprit, alors qu’il en est tout différemment dans le commerce de l’amant et de l’aimé. Ces derniers, en effet, ne trouvent pas leur plaisir dans les mêmes choses: pour l’un, le plaisir consiste dans la vue de l’aimé, et pour l’autre, dans le fait de recevoir les petits soins de l’amant; et la fleur de la jeunesse venant à se faner, l’amour se fane aussi (à celui qui aime, la vue de l’aimé ne cause pas de plaisir, et à l’être aimé on ne rend plus de Soins); dans beaucoup de cas, en revanche, l’amour persiste quand l’intimité a rendu cher à chacun d’eux le caractère de l’autre, étant tous les deux d’un caractère semblable. Mais ceux dont les relations amoureuses reposent sur une réciprocité non pas même de plaisir mais seulement d’utilité, ressentent aussi une amitié moins vive et moins durable. Et l’amitié basée sur l’utilité disparaît en même temps que le profit: car ces amis-là ne s’aimaient pas l’un l’autre, mais n’aimaient que leur intérêt.

Aristote, Éthique à Nicomaque, Chapitre V

 

-> Culture générale : l'Amour <-

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : amour, amant, aimé, intérêt, aimer par intérêt, aristote, éthique à nicomaque, extrait, thème de l'amour, philosophie - aucun commentaire




Fil Rss des articles

« précédente page 11 sur 11