Réussir Sciences Po

 

 

 

Le nouveau ROMAN FANTASY de Hayato Chirun

Le nouveau DÉVELOPPEMENT PERSONNEL de Arthur Legrand

(liens Amazon sponsorisés - ou lire gratuitement ces livres (14 jours offerts))

 

I. La mondialisation, présentation et phases

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 18 février 2019

 

A. La mondialisation, quelle signification ?

 

Le terme de mondialisation désigne le processus d'intégration des marchés et de rapprochement des hommes qui résulte notamment de la libéralisation des échanges, du développement des moyens de transport de personnes et de marchandises, et des retombées des technologies de l'information et de la communication à l'échelle planétaire.

Elle se manifeste par, outre l'interdépendance croissante des économies (mondialisation économique) et l'intensification de la concurrence, l'expansion des échanges et des interactions humaines.

-> Voir Définition de la Mondialisation pour une définition plus complète.

 

La notion de globalisation financière est définie par Pillon  dans Les enjeux de la mondialisation : « La globalisation financière c’est l’interconnexion des marchés, des K au niveau national et international, conduisant à un marché unifié de l’argent à l’échelle de la planète ».

Aujourd’hui, on met l’accent sur la globalisation financière comme élément essentiel de la mondialisation car elle a été responsable de la crise de 2008.

 

B. La mondialisation prend au cours du temps plusieurs formes.

 

Dans une première époque, ce sont plutôt les marchandises qui vont d’un pays à un autre : extension des flux en eux-mêmes.

A partir des années 1960, la mondialisation est plutôt liée à l’ouverture des frontières et aux progrès du GATT, des moyens de communication, de transport et à l’avènement des FMN.

A partir des années 1980, on voit apparaître avec la déréglementation financière une nouvelle configuration financière et globale.

 

C. Un phénomène inachevé

 

La mondialisation n’est pas un phénomène achevé :

  • C’est un phénomène qui est transitoire et toujours en évolution. La mondialisation fait émerger une nouvelle géographie économique et montre l’importance des flux intrabranches (à l’intérieur d’un secteur) et intra-firmes (à l’intérieur de l’entreprise).
  • Aujourd’hui, on retrouve une circulation intense des capitaux, qui a été à l’origine de la crise financière et de l’interrogation qui se fait sur les paradis fiscaux et sur la régulation financière. Ces dernières années ont été occupées par un essai de remettre les banques dans leur véritable métier.
  • On retrouve également l’instauration d’un impérialisme inversé : aujourd’hui, le modèle impérialiste (les USA) voit sa puissance remise en cause par les flux de capitaux étrangers, notamment chinois.
  • L’inadéquation des politiques keynésiennes : est-ce qu’aujourd’hui on peut retrouver des politiques de relance, alors que les politiques économiques sont souvent contraintes (notamment dans l’UE, par exemple) ? On pourrait retrouver cependant une résurgence des politiques keynésiennes pour relancer une politique atone : on constate un ralentissement de la croissance des exportations au niveau mondial ce qui provoque une remise en cause de la mondialisation telle qu’elle a été faite jusqu’à maintenant.
  • Recherche d’une gouvernance mondiale : aujourd’hui, on peut retrouver à la tête de cette gouvernance les organisations internationales (FMI, OMC), et les instances (G8, G9).

 

Sommaire du Cours d'économie sur la Mondialisation :

 

-> Culture générale : la Mondialisation <-

 

Classé dans : Politique - Mots clés : mondialisation, signification, définition, phénomène, phases - Aucun commentaire


Naissance et histoire du journal

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 15 février 2019

10% à 12% des étudiants Sciences Po choisissent de devenir journaliste. Le journalisme occupe une place prépondérante dans les sociétés contemporaines, "quatrième pouvoir". Alexis de Tocqueville en 1833 l'identifiait déjà comme une source de pouvoir dans De la démocratie en Amérique : pouvoirs central, exécutif, local, associatif, la presse écrite.

I. L'ancêtre du journal : la gazette


Périodique : c’est généralement un hebdomadaire et non pas un quotidien car un journal met du temps à parvenir dans les différentes provinces.
Les gazettes sont constituées de textes arides et répétitifs dont le récit est encombré de nombreux détails.
On a soit des feuilles manuscrits, soit des feuilles imprimées.
Des nouvelles que l’on fait circuler dans l’ensemble de l’espace européen.
La gazette est indissociable de l’information. L’information se développe au même moment que les populations s’ouvrent vers l’extérieur. Le commerce se développe, donc l’information se diffuse. Selon Chaunu, c’est « le désenclavement planétaire ».

II. Naissance de la gazette


La gazette est née en Italie pendant la Renaissance. L’Italie est lieu où part ce mouvement culturel, artistique. La gazette est née dans la seconde moitié du XVIe siècle.
En Italie : on a des cités qui ont un rôle prépondérant dans le monde du commerce, ce qui permet un développement de l’information, comme Venise, Florence, Gênes.
Elle est née au sein de la cour pontificale, car Rome est le siège de la papauté (le centre de tout avec le pape). La papauté crée le premier grand réseau diplomatique en Europe, et sous cette impulsion l’information va se développer.

Gazette édition de Reims

Gazette édition de Reims
 

Une autre impulsion : naissance de l’imprimerie (permet la diffusion d’une plus grande quantité de gazettes). Plus on avance dans l’Epoque Moderne, plus les gazettes sortent sous forme imprimées.
Les nouvelles à la main : souvent des pamphlets (ou des libelles), sous forme manuscrite, qui restent très présent au XVIIIe siècle. Il est plus facile de diffuser des choses à la main : cela permet d’éviter la censure. Il est plus facile de se déplacer, de jouer de la clandestinité, pour diffuser ses nouvelles plutôt que d’aller d’endroits à endroits avec la machine à imprimer. En France, on a beaucoup cela.
Apparition de l’imprimerie : Cologne en 1464, Rome en 1467, Lyon en 1473, Bruges en 1474.
200 ateliers d’impression en Allemagne.

 

 

III. La Gazette de France de Renaudot


Date de création : 1631, en pleine Guerre de Trente Ans, la France a décidé de financer la Suède. L’absolutisme royal se met en place en France à cette époque. Richelieu renforce l’autorité du roi en France : c'en est fini du contre-pouvoir. La Gazette de France est un élément indissociable de l’installation de l’absolutisme en France.
Créateur : Theophraste Renaudot, conseiller et médecin de la majesté, maître et intendant général des bureaux d’adresse de France.
Forme de rédaction : imprimé, donc diffusion large.
Relation avec le pouvoir : le pouvoir royal est proche avec Renaudot car c’est le médecin du roi (il peut tuer ou sauver le roi d’ailleurs). Il assume aussi d’autres fonctions au sein du pouvoir royal et certains ministres écrivent dans son journal. Louis XIII participe parfois à des articles dans la Gazette : la relation est extrêmement forte, durant l’Ancien Régime, c’est le roi seul qui détient la vérité. C’est un organe d’information officiel.
Type d’informations : les guerres (paix, traités, batailles), la politique royale, la politique extérieure, les évènements importants. Le 14 juillet 1789, la prise de la Bastille n’est pas mentionnée dans la Gazette de France pour ne pas montrer que le pouvoir royal est secoué (comme Renaudot est proche du roi), la révolte des Camisards dans les Cévennes entre 1703 et 1705 également (les protestants mettent à mal les troupes royales et le pouvoir royal). Cela, car on ne veut pas montrer qu’il est encore possible de sa battre pour la religion comme au XVIe siècle, de secouer le roi. C’est de plus la seule gazette autorisée du royaume : si on en crée une autre, on est dans la clandestinité, on est hors la loi.

 

IV. Succès et développement de la gazette en France


En août 1762, on a le sous-titre « organe du pouvoir royal » sur la Gazette de France.

La Gazette de France : 8 000 exemplaires au XVIIe siècle à Paris et en provinces. La gazette va devenir un monopole de l’Etat : la seule dans le royaume. Décision royale de 1635 où l’Etat lui accorde le monopole mais aussi l’hérédité de la direction pour lui et ses successeurs. Finalement, ça devient une charge/un office qui se transmet de père en fils. 1631, date de sa création, est l’année où la France entre dans la Guerre de Trente Ans après une défaite suédoise : si jamais le roi doit mourir, il ne faut pas que la gazette devienne une propagande contre le pouvoir royal (qu’elle tombe dans d’autres mains non proches du pouvoir royal qui pourraient critique le roi et le pouvoir royal par le biais de la gazette). Quand Richelieu et Louis XIII meurent, Renaudot perd ses protecteurs et donc n’a plus de protection. Il faut donc tout recommencer, se mettre dans les petits papiers du roi, etc.

Pendant la Fronde, plusieurs journaux sont tirés à Paris mais aussi dans les provinces. On se dit que le roi ne doit pas tout gouverner, on veut un peu de liberté. Après la Fronde, les exceptions disparaissent. La Gazette de Renaudot redevient un monopole.
Des nouvelles arrivent clandestinement de l’étranger, notamment de Hollande, et apportent une nouvelle vision de l’information. Mais l’information se fait aussi par l’oral, notamment avec la circulation des gens (on brasse du monde, on raconte les nouvelles à tous ceux que l’on croises).
 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : histoire, journal, Sciences Po, gazette, Renaudot, communication, quatrième pouvoir - 1 commentaire


Courte biographie d'Alain Juppé

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 13 février 2019

Ci-dessous, retrouvez une courte biographie d'Alain Juppé.

 

>> Courte biographie d'Alain Juppé

 

Alain Marie Juppé naît en août 1945 à Mont-de-Marsan. Il étudie au lycée Victor-Duruy, puis en classe préparatoire littéraire au lycée Louis-le-Grand à Paris, et en 1964, l’École normale supérieure. Il épouse Christine Leblond, avec qui il aura deux enfants. Son agrégation de lettres classiques en poche, il rejoint Sciences Po Paris en 1968, puis l'ENA de 1970 à 1972. Les quatre années suivantes sont passées à l'Inspection générale des finances.

Après un premier échec électoral, lors des législatives de 1978, il perd de nouveau les élections cantonales un an après. En 1979, il est élu au conseil national du RPR, et est nommé adjoint à la direction des finances et des affaires économiques de la ville de Paris. Il est directeur adjoint de la campagne de Jacques Chirac à l'élection présidentielle de 1981. Alain Juppé gagne dans le 18e arrondissement de Paris les élections municipales de 1983 et 1989. Il devient secrétaire national du RPR chargé du redressement économique et social de 1984 à 1986.

Du 20 mars 1986 au 11 mai 1988, Alain Juppé prend le poste de ministre délégué au Budget auprès du ministre d'État, ministre de l'Économie, des Finances et de la Privatisation, Édouard Balladur, et devient porte-parole du gouvernement, durant la première cohabitation.
De 1988 à 1994, Alain Juppé prend les fonctions de secrétaire général du RPR.

De la fin du mois de 1993 à mai 1995, il est ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Édouard Balladur, lors de la seconde cohabitation.

Ce n'est qu'en 1995 qu'il est nommé officiellement Premier ministre par le nouveau président Jacques Chirac.

A la tête du RPR, Alain Juppé est également élu maire de Bordeaux le 19 juin 1995 et député de la 2e circonscription de la Gironde en 1997.

Son premier gouvernement de mai à novembre 1995 est marqué par le nombre de femmes, surnommées les "juppettes" par la presse. Un second gouvernement est mis en place de novembre 1995 au 2 juin 1997, avec un nombre de femmes réduit.

Cette réduction du nombre de femmes lui vaut un certain nombre de critiques, qui s'ajoutent à celles contre son projet de réforme de la Sécurité sociale en 1995. Son impopularité est plombée à cause d'un appartement parisien dont il fait réduire le loyer pour son fils.

Sur le plan personnel, Alain Juppé épouse en avril 1993 Isabelle Legrand-Bodin avec qui il a une fille en 1995.

De nombreuses privatisations sont menées jusqu'aux élections législatives de 1997, qui sont perdues par la droite et marquent la fin du gouvernement Juppé.

Une deuxième affaire éclabousse Alain Juppé, l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Il est condamné en janvier 2004, mais cette sentence est réduite en appel en décembre 2004. Alain Juppé démissionne de son poste de maire de Bordeaux. Il part alors au Canada.

Ce n'est qu'à la fin d'août 2006 qu'Alain Juppé annonce son retour dans la vie politique. Une élection municipale anticipée a lieu à Bordeaux en octobre la même année, qu'Alain Juppé remporte.

En 2007, Alain Juppé est brièvement ministre dans le gouvernement de François Fillon.

Les élections municipales de 2014 à Bordeaux sont une nouvelle victoire pour Alain Juppé.

En août de la même année, Alain Juppé annonce grâce à son blog qu'il sera candidat à la primaire de l'UMP (devenue primaire Les Républicains), organisée en 2016, pour la présidentielle de 2017.

 

Classé dans : Actualités, Politique - Mots clés : alain juppé, biographie, courte biographie, politique, ump, républicains, biographie d'alain juppé, parcours, simple, expérience, personnalité politique - Aucun commentaire


page 1 sur 305 suivante »